- Comme il faut communier

Posté par Pèlerin le 31 août 2010

A Garabandal, la Sainte Vierge est venue nous rappeler le respect que nous devons avoir pour la Sainte Eucharistie. Ainsi, je tenais à vous partager ce magnifique enseignement de St François de Sales…

*

COMME IL FAUT COMMUNIER 
(par Saint François de Sales 1567-1622)

*

Commencez le soir précédent à vous préparer à la sainte communion par plusieurs aspirations et élancements d’amour, vous retirant un peu de meilleure heure afin de vous pouvoir aussi lever plus matin. Que si la nuit vous vous réveillez, remplissez soudain votre coeur et votre bouche de quelques paroles odorantes, par le moyen desquelles votre âme soit parfumée pour recevoir l’Epoux, lequel, veillant pendant que vous dormez, se prépare à vous apporter mille grâces et faveurs, si de votre part vous êtes disposée à les recevoir. Le matin levez-vous avec grande joie, pour le bonheur que vous espérez, et vous étant confessée, allez avec grande confiance, mais aussi avec grande humilité, prendre cette viande céleste qui vous nourrit à l’immortalité. Et après que vous aurez dit les paroles sacrées: « Seigneur, je ne suis pas digne, ne remuez plus votre tête ni vos lèvres, soit pour prier soit pour soupirer, mais ouvrant doucement et médiocrement votre bouche, et élevant votre tête autant qu’il faut pour donner commodité au prêtre de voir ce qu’il fait, recevez pleine de foi, d’espérance et de charité Celui lequel, auquel, par lequel et pour lequel vous croyez, espérez et aimez. O Philothée! imaginez-vous que comme l’abeille ayant recueilli sur les fleurs la rosée du ciel et le suc plus exquis de la terre, et l’ayant réduit en miel, le porte dans sa ruche, ainsi le prêtre ayant pris sur l’autel le Sauveur du monde, vrai Fils de Dieu, qui comme une rosée est descendu du ciel, et vrai Fils de la Vierge, qui comme fleur est sorti de la terre de notre humanité, il le met en viande de suavité dedans votre bouche et dedans votre corps. L’ayant reçu, excitez votre coeur à venir faire hommage à ce Roi de salut; traitez avec lui de vos affaires intérieures, considérez-le dedans vous, où il s’est mis pour votre bonheur; enfin, faites-lui tout l’accueil qu’il vous sera possible, et comportez-vous en sorte que l’on connaisse en toutes vos actions que Dieu est avec vous.  Mais quand vous ne pourrez pas avoir ce bien de communier réellement à la sainte messe, communiez au moins de coeur et d’esprit, vous unissant par un ardent désir à cette chair vivifiante du Sauveur. Votre grande intention en la communion doit être de vous avancer, fortifier et consoler en l’amour de Dieu; car vous devez recevoir pour l’amour ce que le seul amour vous fait donner. Non, le Sauveur ne peut être considéré en une action ni plus amoureuse ni plus tendre que celle-ci, en laquelle il s’anéantit, par manière de dire, et se réduit en viande afin de pénétrer nos âmes et s’unir intimement au coeur et au corps de ses fidèles. 

            Si les mondains vous demandent pourquoi vous communiez si souvent, dites-leur que c’est pour apprendre à aimer Dieu, pour vous purifier de vos imperfections, pour vous consoler en vos afflictions, pour vous appuyer en vos faiblesses. Dites-leur que deux sortes de gens doivent souvent communier: les parfaits, parce qu’étant bien disposés, ils auraient grand tort de ne point s’approcher de la source et fontaine de perfection, et les imparfaits, afin de pouvoir justement prétendre à la perfection; les forts, afin qu’ils ne deviennent faibles, et les faibles, afin qu’ils deviennent forts ; les malades afin d’être guéris ; les sains, afin qu’ils ne tombent en maladie; et que pour vous, comme imparfaite, faible et malade, vous avez besoin de souvent communier avec votre perfection, votre force et votre médecin. Dites-leur que ceux qui n’ont pas beaucoup d’affaires mondaines doivent souvent communier parce qu’ils en ont la commodité, et ceux qui ont beaucoup d’affaires mondaines, parce qu’ils en ont nécessité, et que celui qui travaille beaucoup et qui est chargé de peines doit aussi manger les viandes solides et souventefois. Dites-leur que vous recevez le Saint Sacrement pour apprendre à le bien recevoir, parce que l’on ne fait guère bien une action à laquelle on ne s’exerce pas souvent. 

Communiez souvent, Philothée, et le plus souvent que vous pourrez, avec l’avis de votre père spirituel; et croyez-moi, les lièvres deviennent blancs parmi nos montagnes en hiver parce qu’ils ne voient ni mangent que la neige, et à force d’adorer et manger la beauté, la bonté et la pureté même en ce divin Sacrement, vous deviendrez toute belle, toute bonne et toute pure.

*

Communion à genoux

Publié dans A- Message de ND (commentaires) | Pas de Commentaire »

- La vision du châtiment

Posté par sexto le 31 août 2010

 » Le message de l’ange nous annonce un châtiment que redoute la Vierge pour le monde .

Que pourrait-être ce châtiment ?

Voici ce que nous en connaissons :

Témoin du miracle de  » la Forma  » , Pépé Diez est aussi un des principaux , mais non le seul témoin des faits suivants qui se passèrent non loin de sa maison , environ un mois avant ce miracle de l’hostie .

Une nuit de juin 1962 , Loli et Jacinta partirent ensemble comme de coutume vers les Pins .

Elles firent signe aux villageois qui les accompagnaient de les laisser seules . Pépé Diez resta donc avec la foule , au bas de la colline .

Tout à coup retentirent des cris de terreur , des clameurs d’épouvante . Les deux fillettes descendaient en s’efforçant d’écarter quelque terrible danger de leurs mains tendues en avant .

Conchita , souffrante , n’était pas là . Le lendemain au contraire , elle se trouvait avec ses compagnes .

Pour les trois voyantes , la même scène recommença . les cris étaient plus douloureux encore , et les témoins distinguèrent même ces paroles :

 » Oh ! que les petits enfants meurent auparavant !  Que les gens aient le temps de se confesser auparavant ! « Un franciscain qui prêchait la neuvaine préparatoire à la Fête-Dieu se trouvait dans l’assistance , nous dit Pépé Diez : il engagea la foule à prier .Ors , dès que la prière commençait , les cris s’apaisaient et les petites voyantes ne semblaient plus souffrir . Dès que la prière cessait , leurs cris recommençaient de plus belle .Toute la population fut si vivement impressionnée par ces deux extases qu’à part de très rares exceptions ( cinq, dit-on ) tous les habitants de Garabandal se confessèrent et communièrent pour cette Fête-Dieu 1962 . « 

M.Laffineur ( l’Etoile dans la montagne )

Ces rappels de l’histoire et des prophéties de Garabandal n’ont pas pour but de nous effrayer inutilement…mais de bien nous faire comprendre qu’en nous préparant à ce qui va nous arriver d’une manière inéluctable…c’est-à-dire en écoutant les demandes de la Vierge et en prenant toutes nos dispositions pour nous rendre au Grand miracle annoncé …nous serons armés pour la suite des Evènements . » En décembre 1963 ,dans une locution , Loli a entendu la Vierge se plaindre :  » Hélas ! le monde devient pire « Et rien ne laisse penser …que cela va mieux maintenant !!!

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Pas de Commentaire »

- Que les amis de Garabandal…

Posté par Pèlerin le 31 août 2010

Mars 1966

 Conchita me fit écrire la lettre suivante :

  »Conchita m’a demandé de vous écrire de continuer plus que jamais, et pour des motifs plus urgents que dans le passé, la diffusion du Message.

Elle m’a demandé aussi de vous écrire d’être tous sûrs de la venue de l’Avertissement et du Miracle qui le suivra.

L’Avertissement, c’est comme une chose très effrayante (1) qui se passera dans le ciel. La Sainte Vierge m’a annoncé l’événement par un mot qui commence par un « A », en espagnol. N’oubliez pas ce message que Conchita m’a chargé de vous transmettre. Que les amis de Garabandal continuent à propager et à diffuser les Messages. ici
 
La Sainte Vierge les en récompensera« .

Don José Ramon Garcia de la Riva

***

(1) « l’Avertissement est très redoutable ! Mille fois pire que les tremblements de terre. Elle pâlit (…) Ce sera comme du feu. Il ne brûlera pas notre chair, mais nous le ressentirons corporellement et intérieurement. Toutes les nations et toutes les personnes le ressentiront de même. Aucun n’y échappera. Et les incroyants eux-mêmes éprouveront la crainte de Dieu.
Même si tu te caches dans ta chambre et fermes les volets, tu n’échapperas pas, tu ressentiras et tu verras quand même.

Aujourd’hui les moyens de diffusion des Messages de la Sainte Vierge sont nombreux….
Alors parlons-en autour de nous comme le demande la Sainte Vierge…
Elle nous l’a promis, nous en serons récompensés. Tout pour la gloire de Dieu !

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaire »

- Analogie Garabandal et La Salette

Posté par Pèlerin le 30 août 2010

La Salette : 19 septembre 1846                                                      Garabandal : 18 juin 1965

Les Prêtres, les Religieux seront chassés ;…                                    Cardinaux, Evêques et Prêtres marchent nombreux
plusieurs abandonneront la Foi, et le nombre des                             sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux
Prêtres et des Religieux qui se sépareront de la                               beaucoup plus d’âmes. A l’Eucharistie, on donne
vraie religion sera grand ; parmi ces personnes                                sans cesse moins d’importance.
il se trouvera même des Evêques.                                                   
        

 Sainte Eucharistie

Analogie qui permet de méditer sur la crise actuelle de l’Eglise….
Loli avait prophétisé : » l’Eglise se protestantisera…. »ici
« La vraie religion » dont parle Notre Dame de la Salette est bien la « religion
catholique« .
A méditer : une « Eglise » s’est protestantisée …. avec des prêtres qui ont quitté la « vraie religion »… ici

Sainte Messe

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Pas de Commentaire »

- Un crucifix

Posté par Pèlerin le 30 août 2010

 

C’est à partir d’août 1961 que les fillettes commencèrent à emporter avec elles un crucifix.

Dès le premier « Appel », elles allaient le chercher chez elles et le cachaient dans leurs vêtements. Au troisième, l’extase toute proche, elles le prenaient en main. L’extase commencée, leur premier geste était de l’offrir au baiser de la Vierge. parfois, elles le baisaient elles aussi, et ensuite le présentaient aux lèvres des assistants, pas toujours à tous. De plus il leur arrivait de faire elles-mêmes le signe de croix sur l’un ou l’autre.

 Nous nous trouvons dans la cuisine de Conchita, et c’est Loli qui y est en extase. A travers la fenêtre ouverte, elle offre un crucifix au baiser des personnes qui se trouvent hors de la maison d’Aniceta. La propriétaire du crucifix, une dame, se trouvait avec nous dans la cuisine. Pour elle – on le comprend d’ailleurs – c’était une véritable relique, et elle craignait plus que tout de le perdre.

- Mon crucifix, mon crucifix, répétait-elle comme une enfant gâtée !

Conchita qui n’était pas en extase s’énerva :

- Quelle femme impertinente ! Qu’on le lui rende une fois pour toutes. Et s’approchant de Lili, elle lui reprit le crucifix délicatement.

Enfin satisfaite, la dame s’en alla avec son trésor.

- Loli, elle, resta sans crucifix, toujours face  à la fenêtre ouverte, les mains jointes sur la poitrine, devant ceux qui la regardaient de l’extérieur.

Quelques instants plus tard, on l’entendit :

- Conchita, la Vierge te fait dire de demander celui du Père.

A ce moment-là, j’étais le seul prêtre présent dans la cuisine, près de la porte d’entrée, les mains dans les poches.

Ma réaction intérieure fut immédiate, et je la formulai secrètement :

- Loli, si tu ne me le demandes pas toi-même, je ne te le donne pas. J’exige de toi cette preuve. Je t’attends.

Quelques détails qui permettront de mieux « voir » ce qui allait se passer, me paraissent utiles. Je n’avais pas l’habitude de porter un crucifix sur moi. Comme par hasard, ce jour-là, je l’avais dans la poche droite de ma soutane, et je le tenais bien serré dans ma main. On verrait bien ce qui se passerait. En tout cas, j’attendrais autant qu’il le faudrait, regardant à distance la voyante qui nous tournait le dos à nous tous.

Conchita n’avait-elle pas entendu ou pas compris la question de Loli ? peut-être, elle ne me demanda rien.

Alors Loli, toujours en extase, fit demi-tour sur elle-même, vient vers moi et s’arrêta devant moi. D’un mouvement étonnant du bras droit, avec une souplesse stupéfiante, et une agilité incroyable, elle introduisit la main droite dans la poche droite de ma soutane. Elle atteignit ma main fortement fermée sur mon crucifix, l’ouvrit malgré moi, la laissa dans ma poche et sortit gracieusement de sa cachette le crucifix.

Un autre détail important : l’ouverture de cette poche me permet d’affirmer qu’avec ma main posée là où elle était, il n’y avait aucune possibilité humaine d’y introduire une autre main, si petite qu’elle fût.

Quand je revois la scène, je crois que le cinéma n’a jamais filmé rien qui puisse être comparé à la beauté surhumaine des gestes de Loli, en cette occasion. Cette beauté et la force surhumaine aussi de l’enfant m’émurent tellement que ma main desserrée, et mon crucifix parti, je lui dis, vaincu :

- Prends-le, prends-le, cette preuve me suffit.

 Don José Ramon Garcia de la Riva

 

Un crucifix

Publié dans D- Des prêtres racontent, H- Les voyantes | Pas de Commentaire »

- Prières et sacrifices avec N.D. du Carmel et les voyantes

Posté par sexto le 30 août 2010

« A Garabandal , les enfants s’étonnèrent un jour de l’attitude de la Vierge , et Marie-Dolorès lui demanda :  » Vous aussi , vous priez donc ? « …

Notre-Dame ne veut obtenir de son Fils ou de Notre Père des Cieux les grâces qu’Elle demande que si nous prions avec elle !

Elle sait qu’un châtiment terrible pourrait s’abattre sur ses enfants de la terre s’ils ne se convertissent pas .

A travers tant et tant d’apparitions du passé , nous avons appris qu’elle essaie de  » retenir le bras de son Fils « .

Elle fait un effort presque désespéré pour nous en avertir , pour nous demander d’empêcher les âmes de tomber en enfer et les corps d’être châtiée ! Elle nous supplie donc de prier pour le monde avec Elle !

Ne pensons-nous pas irrésistiblement à Moïse sur la montagne , intercédant pour son peuple et tenant dans ses bras levés pour la prière , le sort de la bataille qui se livrait dans la plaine ? Or , Moïse ne pouvait garder les bras toujours tendus ! Dès qu’il se reposait un instant , interrompant ainsi son intercession , le sort désarmes devenait contraire à son armée . Deux hommes durent soutenir ses bras levés et prier avec lui jusqu’à la victoire finale .

De même , Notre-Mère du Ciel se tient devant le trône de Dieu .

Elle demande que les âmes fidèles , que les petits enfants et ceux qui leur ressemblent soutiennent sa prière , et prient avec Elle , afin d’arracher cette victoire sur satan , que Jésus désire tant lui accorder .

Oui , Notre Père des Cieux veut que nous lui fassions violence ! C’est le combat de Jacob avec l’ange qui toujours recommence . C’est la gloire de Dieu , comme celle de Marie et la nôtre que nous soyons vainqueurs dans cette mystérieuse bataille que Sa miséricorde veut nous voir gagner sur Sa justice .

Il est donc nécessaire que le  » combat spirituel  » de la médiation des enfants de la Vierge ne soit pas mené uniquement par les quatre fillettes de San Sébastian de Garabandal . Nous devons nous joindre aux voyantes , prier et nous sacrifier avec elles . « 

M.Laffineur ( L’Etoile dans la montagne )

Essayons donc de répondre à cette demande , ô combien d’actualité…à l’approche  des Evènements !

 

Publié dans A- Message de ND (commentaires), G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | 1 Commentaire »

- Mise en garde

Posté par Pèlerin le 28 août 2010

 

Entre histoire du temps des Apparitions, prophéties annoncées entre 1961 et 1965 et ce qu’on a fait dire à Conchita des années plus tard… il est parfois difficile de faire le tri et certaines informations ont même porté préjudice à la crédibilité de Garabandal.

L’Abbé de Bailliencourt a recommandé de s’en tenir aux prophéties de l’époque des Apparitions. Sagesse et prudence !

J’ai eu confirmation aujourd’hui d’une recommandation d’extrême prudence vis à vis d’un indice concernant le Grand Miracle, par le Président du Centre d’Information sur Garabandal (basé à Caen), Monsieur Lucas (centre créé par l’Abbé de Bailliencourt !) 11 Rue de Cambes, 14000 CAEN. N’hésitez pas d’ailleurs à le joindre et à vous abonner à son superbe bulletin : le Messager de Notre Dame.

Ainsi, les jours derniers, j’ai mis en ligne une étude sur le « jeune martyr de l’Eucharistie« . Or, dans les indices, il en est un qui ne date pas du temps des Apparitions (il s’agit de la période du Grand Miracle).
J’ai dû modifier quelque peu l’étude qui reste bien sûr une réflexion personnelle et non une certitude ! Le but était aussi de vous faire découvrir l’histoire de la Bienheureuse Imelda… morte d’Amour pour Notre Seigneur.
N’hésitez pas à relire l’article corrigé.

 C’est pour cette raison qu’il est primordial de ne s’intéresser qu’aux Messages et Prophéties annoncés à Garabandal, et non aux rumeurs ou pseudo-prophéties qui parlent de Garabandal à notre époque. C’est l’unique moyen de ne pas faire fausse route et il en va de la qualité des informations qui restera notre priorité sur le blog.

 Pélerin.

 

 

Publié dans J- Infos Divers, K- Billets d'humeur | Pas de Commentaire »

- Attente sereine du Grand Miracle , malgré doutes et inquiétudes

Posté par sexto le 27 août 2010

 

Le miracle annoncé :

 » Le mystère de Garabandal sera éclairci le jour où se produira le miracle , ce grand miracle que Conchita annonce avec insistance et sur lequel elle a donné toutes sortes de détails…

 » Comme le châtiment que nous méritons est très grand ,- dit Conchita – , le grand miracle sera , par sa splendeur , à la mesure des nécessités du monde . « 

Attendons avec confiance et préparons-nous aussi pour ce grand jour du miracle , car c’est peut-être la dernière occasion offerte par le Ciel , l’ultime effort de Marie pour que le monde sorte du chemin de la perdition et puisse ainsi éviter le châtiment .

Les extases interrompues , les petites filles ont gardé contact avec le monde de leurs visions par le phénomène que nous appelons  » locutions  » . Conchita nous dit :  » On entend comme des paroles de joie , des paroles de bonheur , des paroles de paix . Ces locutions m’ont fait beaucoup de bien , parce que j’ai l’impression alors que la Sainte Vierge est dans moi . Je préfère la locution à l’apparition , parce que dans les locutions , je l’ai en moi , pour moi . Jésus me donnera la croix pour me purifier , et avec mes croix il fera que je puisse soulager un peu le monde , car , sans le secours de Dieu , nous ne pouvons rien . « 

Dans ces locutions , les enfants reçoivent la confirmation de leur mission et du grand miracle qui doit redonner la foi à tous .

Nous supposons donc , par là , que l’heure approche…

Préparons-nous pour connaître la date du grand prodige et pour que Dieu nous concède la grâce de pouvoir y assister…Ne soyons pas tentés de nous laisser aller…Si Dieu veut nous concéder un prodige exceptionnel , nous devons Lui prêter l’attention et la gratitude qu’exige une telle faveur , en nous préparant , premièrement pour le mériter , ensuite pour Le remercier et pour en tirer le plus grand fruit spirituel possible .

N’y prêter aucune attention , ou le repousser comme inutile , ainsi que font couramment de fervents catholiques , c’est révéler l’orgueil qui constitue le fond de notre nature , et nous rendre indigne d’une telle grâce .

Vivons dans l’attente de ce jour , qui sera la confirmation de Garabandal , et qu’au rendez-vous de la Sainte Vierge accourent avec ferveur et confiance une grande partie de ses fils…

Que le message de Garabandal ait ainsi l’écho et la diffusion que conseillent et exigent les œuvres de Dieu !

Aux heures de doute et d’inquiétude , n’oublions pas qu’en réponse à un prêtre qui demandait si le miracle serait vu par les pêcheurs présents à garançage ou dans ses environs à cette date , la Sainte Vierge répondit sans hésiter :

« Oui , parce que les pêcheurs sont aussi mes fils  »

Faisons donc nôtres aussi ces sages paroles de F.Sanchez-Ventura y Pascual !!

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Commentaires fermés

- Une histoire de pomme…

Posté par Pèlerin le 27 août 2010

Pommier de Garabandal 

L’histoire de Garabandal débute le dimanche 18 Juin 1961. A la tombée du soir, Conchita et Mari-Cruz disparaissent pour aller voler des pommes ! Mari Loli et Jacinta les suivent et les surprennent en flagrant délit.

- « Conchita, tu voles des pommes », crie Jacinta.
- « Chut ! Tais-toi, si on t’entend on le dira à Maman »

Conchita, apeurée se cacha tandis que Mari Cruz s’enfuit.

- « Ne pars pas Mari-Cruz, » crie Mari Loli. « Nous t’avons vue et nous allons le dire au propriétaire. »

Mari Cruz s’arrêta de courir et revint avec les 3 enfants. Il était 20H30. Après quelques instants, les quatre enfants se sentant rassurés, volèrent à nouveau des pommes et les croquèrent joyeusement. Le tonnerre gronda.

- As-tu entendu ?
- Oui, il va pleuvoir.

Après avoir mangé les pommes, elles commencèrent à avoir des remords.

- « Ce que nous avons fait est mal ».
- « Nos anges gardiens doivent être fâchés ».
- « Et le diable doit être content ».

Elles voulurent réparer leur fautes et consoler leurs « bons anges gardiens ». Elles lancèrent des pierres de toutes leurs forces à l’endroit où elles croyaient que se tenait le diable. S’étant fait ainsi bonne conscience, elles se mirent à jouer. Soudain, Conchita vit un ange…

Un détracteur écrira ceci :

« C’est ainsi que débute l’histoire de Garabandal, par un vol, un vol de pommes …. On est loin de la sérénité et de la sainteté catholique. Qui plus est la pomme est un sinistre symbole. »

***

L’histoire de Garabandal débute en effet par un vol de pommes… fruit qui rappelle le récit de la Genèse quand Adam mange le fruit défendu qu’Eve lui tend…

Mais cette désobéissance chez les petites peut-elle être considérée comme un obstacle à la sérénité et la sainteté catholique ? Je répondrai par cette question…
Quel grand saint n’a jamais connu le péché, la tentation ?

Le plus grand des obstacles à la sainteté n’est pas la chute (même s’il faut haïr le péché qui nous éloigne de Dieu) mais le fait de ne pas se relever ! Ne pas se relever, là est le péril.

Or, les petites de Garabandal prennent conscience de leur faute, regrettent amèrement puis retrouvent la paix.

Et nous-mêmes, sommes-nous exempts de pécher ?
Sommes-nous des êtres « supérieurs » à nos premiers parents ?
Tous les hommes naissent avec le péché ; seul celui qui renaît de l’Esprit en est lavé.
Ainsi le baptême nous lave de ce péché et nous ouvre la voie à la sanctification et au Royaume de Dieu.

Mais alors, plus de péché donc ?
Même si par le baptême nous avons été purifiés et sommes devenus Enfants de Dieu, nous vivons avec les conséquences du péché originel. Nous ne sommes pas à l’abri de tentations,de fautes, de péchés dont il faut se préserver ; la grâce reçue le plus souvent possible au travers des Sacrements nous aide à les combattre ; mais si notre faiblesse nous conduit à les commettre, nous devons les confesser avec un regret sincère, faire pénitence, réparation et prendre la ferme résolution de ne plus pécher.

A-t-on rejeté la Bible, Parole de Dieu, parce qu’elle commence par l’histoire de la misère de notre humanité ?
La réponse se trouve dans l’Exultet :
« Heureuse faute d’Adam qui nous a valu un tel Rédempteur ! »

***

Ainsi, Garabandal commence par une « misère » humaine, un vol de pommes, comme dans la Genèse…
mais voilà que la Sainte Vierge apparaît dans ce petit village pour indiquer à Ses enfants de la Terre, le Chemin de la sanctification (charité, sacrifice, pénitence, prière, Sacrements…), leur rappeler qu’ils sont destinés à la Vie Eternelle, les sortir de leur « misère » humaine et les faire grandir dans Son Coeur douloureux et immaculé et dans le Coeur de Son Fils.

Telle la Bible, tel le merveilleux ouvrage de « l’Imitation de Jésus-Christ », tel le Catéchisme, Garabandal est un « livre » de Vie qui ravive la Foi et redonne Espérance en la Vie Eternelle.

***

Le saviez-vous ?

Dans la Bible, on ne parle pas de pomme mais de « fruit défendu ».
Mais alors comment le « fruit » est-il devenu une « pomme » ?

Le nom botanique du « pommier » est « Malus ».
Or, « Malus » signifie aussi « le Mal » en latin.

Péché originel

Publié dans G- Hors de l'Eglise, point de Salut !, K- Billets d'humeur | Pas de Commentaire »

- Le Roi Baudouin à Garabandal

Posté par Pèlerin le 26 août 2010

le Roi Baudouin et la Reine Fabiola

Le Roi Baudouin et la Reine Fabiola

Le journal de Don Marichalar, curé de paroisse de Cosio et Garabandal, cite la visite du roi Baudouin au village. En août 1961, alors qu’ils visitaient les grottes d’Altamira en Cantabrie, ils eurent connaissance des Apparitions de Garabandal et montèrent au village. Pour ne pas être reconnus, Baudouin et son épouse se promenaient chacun séparément avec les filles de Martin Artajo. Ils distribuèrent des bonbons et des pièces de monnaie. C’est alors qu’un enfant rentra chez lui, donna la pièce à sa mère qui s’empressa de lui demander :
« Qui t’a donné ça ? »
« C’est le Monsieur là-bas…. »
Quand elle vit le portrait de l’homme sur la piécette, elle reconnut aussitôt l’homme que lui montrait son enfant…
« Mais c’est le Roi Baudouin ! »

Alors que le Roi des Belges se promenait encore dans le village, Mari-Loli tomba en extase, aux pieds de Baudouin… la Ste Vierge aurait donné un secret pour le Roi….

Le Roi Baudouin (roi des Belges) et la reine Fabiola sont venus à Garabandal et ont payé la réfection d’une partie de la route….

Me vient alors à l’esprit cette question : l’instabilité du gouvernement belge et la présidence de la Belgique à la tête de l’Europe dont le gouvernement siège à Bruxelles ne seraient-elles pas en lien avec ce secret ?….

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Pas de Commentaire »

1234
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE