- Ce que pense l’Eglise en toute vérité !

Posté par Pèlerin le 21 août 2010

Propos extraits de l’ouvrage du Père Eusebio de Pesquera…

Quoi qu’en disent certains et quoi qu’en pensent d’autres,
l’Eglise n’a jamais pris position sur les événements de San Sebastian de Garabandal.

*

*

« Cette « histoire » de Garabandal, en ce qui concerne ses protagonistes et ses particularités, n’a pas été totalement « angélique » -et ne l’est pas encore- comme le furent celles de Lourdes et de Fatima.

Pour ma part, je trouve qu’en cela Garabandal est plus dans la ligne de l’Histoire du Salut, plus dans la ligne de l’Eglise, elle-même, où les belles et très grandes interventions du Ciel ont toujours été mêlées aux lamentables et nombreuses misères humaines. Et cela, avec le résultat que nous connaissons : une réalité très complexe, parfois déconcertante, qui sera pour certains la preuve de leur authenticité et pour d’autres une raison de se maintenir dans le doute et l’opposition.

*

Je crois en l’authenticité surnaturelle de Garabandal pris dans son ensemble. Mais tout ne m’offre pas la même garantie. Je pense que l’on peut établir l’échelle suivante de crédibilité :

1/ les faits

C’est-à-dire ces phénomènes qui ont eu une réalité constatable et constatée, de l »extérieur, par des témoins irrécusables.

2/ Les propos communs

C’est à dire les affirmations ou déclarations faites unanimement par les voyantes.

3/ Les propos particuliers

C’est à dire ceux que l’on ne tient que d’une seule voyante. Dans ce dernier cas, il faut procéder avec une grande réserve et grande prudence car malheureusement nous ne pouvons dire que les petites se soient toujours montrées dignes d’une confiance absolue….. »

*

Concernant le jugement de l’Eglise au sujet de Garabandal, voici ce qu’écrit encore le Père Eusebio :

« Quoi qu’en disent certains et quoi qu’en pensent d’autres, l’Eglise n’a jamais pris position sur les événements de San Sebastian de Garabandal.

Sa plus haute hiérarchie, celle de Rome, s’est refusée avec persistance à donner son avis, malgré les fortes pressions qui se sont fait jour de part et d’autre, plus spécialement peut-être de la part de ceux qui sont hostiles à la reconnaissance des faits.

Et si la hiérarchie diocésaine n’a pas procédé de la même façon, il convient de mettre les choses au point :

a/ Les prononcés négatifs de l’évêché de Santander se sont toujours résumés à des « notes » d’information ou de référence ; jamais ces prononcés négatifs n’ont constitué un véritable « document » officiel, établi avec les formalités canoniques requises pour laisser la cause « jugée ».

b/ La hiérarchie diocésaine, même en se prononçant sur des thèmes de sa compétence peut se tromper, tombant dans l’erreur et nous y induisant ; les preuves du même genre ne sont pas rares dans l’Histoire de l’Eglise.

c/ De la même manière, la hiérarchie diocésaine peut se comporter avec maladresse et partialité dans le cours d’une affaire…..

*

Ainsi rien n’empêche un chrétien, par conséquent, de croire en toute quiétude à la vérité de Garabandal, s’il a de bonnes raisons pour cela. »

Père Eusebio Garcia de Pesquera

Laisser un commentaire

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE