• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

- Châtiment, y voir plus clair !

Posté par Pèlerin le 30 septembre 2010

 

La période des châtiments…. des ténèbres à la Lumière !

*

« Le feu est mis à la mèche 1. Qui l’éteindra ? Dis aux prêtres que si le monde ne fait pénitence, s’il refuse d’entendre ma voix, ma colère tombera sur lui comme un couteau de guillotine. Ceci est un coup de semonce. J’exige que mon « Message » soit connu. Car il n’est pas pour les chiens. S’il est accepté et mis en pratique, je suspendrai ma justice. Sinon elle s’accomplira ». Message du Seigneur à Marguerite (« Le Message de l’Amour miséricordieux aux petites âmes« ) le 5 juin 1967

1 « La guerre au Moyen-Orient » a dit la confidente de Jésus.

L’Avertissement annoncé à Garabandal est l’ultime miséricorde avant le « couteau de guillotine » des châtiments…. Voici quelques prophéties concernant le châtiment, mais attention, si l’on en croit les âmes privilégiées, le châtiment est double….

*

LE CHATIMENT

*

Anne-Maria Taïgi parle ainsi du châtiment….

« Dieu enverra un double châtiment :

  • l’un part de la terre, à savoir des guerres, des révolutions et d’autres maux ;

  • l’autre vient du Ciel, à savoir une obscurité épaisse. Celle-ci empêchera de voir quoi que ce soit. Cette obscurité sera accompagnée d’une infection de l’air, qui fera périr, sinon exclusivement du moins principalement, les ennemis de la religion. Tant que durera l’éclipse, il sera impossible de faire de la lumière. Seuls les cierges bénits se laisseront allumer et pourront éclairer. Quiconque ouvrira la fenêtre par curiosité et regardera dehors ou bien sortira de sa maison tombera aussitôt raide mort. En ces jours, tous doivent rester chez eux, réciter le rosaire et implorer la miséricorde divine….. »

Elle dit encore…. « Tous les ennemis de la Sainte Eglise, cachés ou apparents, périront dans les ténèbres, à l’exception de quelques-uns que Dieu convertira bientôt après…. »

*

Mélanie de la Salette explique aussi ces deux fléaux :

« Priez, priez, et quand le sang coulera, coulera de tous côtés, tout à coup un autre fléau épouvantable apparaîtra et excédera le premier. Je tremble en voyant tant de maux. Je ne peux plus y penser sans épouvante. Qu’on se procure des cierges bénits, qu’on se procure aussi de l’eau bénite ; et quand on entendra des bruits dans les airs et que la nuit se fera, qu’on ferme portes et fenêtres et qu’on fasse des prières continuelles ».

*

Les petites de Garabandal parlent aussi de ce double châtiment…

D’un côté le «communisme» et de l’autre, le déluge de feu.

«Il viendrait un temps où l’Eglise paraîtrait disparue… Elle subirait une grande épreuve…»

«La Vierge a appelé “Communisme” un très grand mal qui viendrait…»

«Nous voyions des rivières se transformer en sang… Le feu qui tombait du Ciel… Et des choses pires encore que je ne puis révéler maintenant….La description du Châtiment fait par Loli parle d’une très grande chaleur et d’une soif brûlante, de gens dans les flammes et d’autres se jetant à la mer…»

*

Mgr Baillès, le 10 août 1853 :

«Je vois les églises de Rome et d’Italie, couvertes de draperies noires et rouges à l’extérieur ; à l’intérieur, je les vois très malpropres et souillées, complètement dévastées et comme dans les ténèbres de la nuit ; le long des murs, de pauvres prêtres sont pendus, la tête prise dans des embrasures de canons (NDLR curieux comme ça rappelle Fatima….). Je vois sortir de l’Eglise une foule immense de chrétiens et de prêtres, quelques-uns vêtus de chasubles noires du plus grand deuil ; toute la foule est dans la plus grande tristesse. Ils sont conduits par les méchants au jugement et au supplice……»

*

Marie des Vallées au XVIIè siècle, nous annonce …

« … le jugement du monde par le feu ; ce sera un déluge de feu envoyé pour détruire le péché. Déluge de feu, précurseur du déluge de grâces, du règne du Saint Esprit. Ce qui s’entend, lui dit-il, du temps auquel le Saint-Esprit mettra le feu de l’amour divin sur toute la terre et qu’il fera son déluge. Car il y a trois déluges, qui tous trois sont tristes, et qui sont envoyés pour détruire le péché. le premier déluge est celui du Père Eternel, qui a été un déluge d’eau ; le second est celui du Fils, qui a été un déluge de sang ; le troisième est celui du Saint Esprit, qui sera un déluge de feu. Mais il sera aussi triste aussi bien que les autres, puisqu’il trouvera beaucoup de résistance et quantité de bois vert qui sera difficile à brûler. Deux sont passés mais le troisième reste ; et comme les deux premiers ont été prédits longtemps avant qu’ils n’arrivassent, ainsi le dernier, dont  Dieu seul connaît présentement le temps ».

*

Marie-Julie Jahenny :

« La désolation sera si grande et les châtiments si terribles que plusieurs sécheront de frayeur et se croiront à la fin du monde…..les démons apparaîtront sous les formes les plus hideuses et les plus épouvantables. Des nuages rouges comme du sang parcourront le ciel, les fracas du tonnerre ébranleront la terre…. la terre sera remuée jusque dans ses fondements. La mer soulèvera des vagues mugissantes qui se répandront sur tout le continent. Le sang coulera avec tant d’abondance que les hommes en auront jusqu’à la ceinture. La terre deviendra comme un vaste cimetière. Les cadavres des impies joncheront le sol. La famine sera grande…. les trois quarts des hommes périront. La crise éclatera presque subitement. Les châtiments seront communs à tout le monde et se succéderont sans interruption. »

Donc, le déluge de feu est annonciateur du Règne Spirituel. De même qu’il précédera le Jugement dernier : mais tout sera alors totalement consumé, non pour être détruit mais pour être renouvelé : « Voici que je fais toutes choses nouvelles ».

*

Soeur Nacosta entendait en octobre 1933 : « … Je commanderai à mes anges de poursuivre mes ennemis, c’est à dire j’enverrai une épidémie telle qu’en quelques jours les villes seront presque dépeuplées et que les survivants passeront sur des monceaux de cadavres ».

*

Mais ce sera surtout la Russie et ses alliés qui seront plus particulièrement atteints par ce fléau.

Le Frère Antoine nous dit : « Pendant que la bataille finale se livrait en Westphalie, mes regards s’étaient reportés sur cologne et sur tout le pays visité par la guerre et je vis qu’une maladie terrible y exerçait ses ravages emportant les victimes qu’avaient épargnées le fer ennemi ». Et il désigne la Prusse comme devant être plus particulièrement atteinte afin d’être « mise hors d’état de nuire à la Sainte Eglise« .

*

QUAND ?

*

Les voyantes de Garabandal disent qu’il n’arrivera que quelques mois après le Grand Miracle.

*

Soeur Marianne de Blois : « Les grands malheurs (châtiment de la terre) arriveront avant la vendange….. »

L’heure du grand châtiment (du Ciel) sera annoncée par les éclats d’un tonnerre épouvantable, si violent que la terre m’en paraît ébranlée jusque dans ses fondements…..

*

Au passage, soulignons que la destruction de Paris, les ténèbres et l’orage auront lieu simultanément. Se joindront à cela la famine et la peste.

*

Le 26 novembre 1949, la Sainte Vierge nous dit par l’intermédiaire d’une âme privilégiée du Canada : « Par une très froide nuit d’hiver, se fera entendre un effroyable grondement de tonnerre…. il y aura des vents brûlants (!) et l’air sera rempli d’un gaz empoisonné, avec du soufre et une fumée étouffante…..

*

DUREE

*

Concernant le Châtiment de la terre

Révolutions, guerres et épidémies peuvent se ranger dans le châtiment de la terre et dureront plusieurs mois.

*

Une religieuse Clarisse de Lyon (1858) : « Ces temps seront désastreux, mais courts ; car Dieu, à cause de ses élus, les agrégera. Tout au plus dureront-ils six mois. Ils seront suivis d’un règne glorieux où tout sera remis à sa place ».

*

Soeur Marianne de Blois : « Les grands malheurs arriveront avant la vendange…. Il n’y aura rien à Blois…. les églises seront fermées, mais si peu de temps qu’à peine on s’en apercevra ; ce sera à peine l’espace de vingt-quatre heures« .

*

L’extatique de Tours (1872, 1873) : « La révolution ne durera que quelques mois, mais partout le sang coulera. Le nombre des victimes sera incalculable. Paris sera un vrai carnage…. Plusieurs évêques et un grand nombre de prêtres seront mis à mort…. Les églises seront fermées pour un temps….Les méchants seront les maîtres pendant un an et quelques mois. La France, dans ce moment-là, n’aura aucun secours humain ».

*

Concernant le châtiment du Ciel (ténèbres, orage, tremblement de terre)

Il ne dépassera pas trois jours d’après de nombreuses prophéties.

*

LE CHATIMENT DU CIEL

son instantanéïté

*

Depuis vingt siècles, c’est l’annonce des « grandes ténèbres », des « trois jours des ténèbres« , du « grand coup« , qui achèvera la période des châtiments ; cette répétition préparatoire à l’embrasement total survenant à la fin du monde. Il y a plus de trente prophéties sur ce mystérieux phénomène.

On se rappellera que lors de la mort du Christ en croix, les « ténèbres » se répandirent sur toute la terre (marc XV, 33) durant trois heures.

Mais le caractère mystérieux ne réside pas tant dans les ténèbres mêmes qui couvriront la terre, que dans les événements qui l’accompagneront.

*

 Le laboureur Martin, de Gallardon, assure aussi que « le soleil refusera sa lumière aux planètes ».

*

« Les événements, à dit Berguille, arriveront comme un coup de foudre, au moment où l’on croira au calme » (15 décembre 1876).

*

Et ils finiront même : »Quant tout semblera perdu, tout sera sauvé », dit Soeur Marianne de Blois. (1935)

*

L’Abbé Souffrand dit également : « Il viendra un moment où l’on croira tout perdu ; c’est alors que tout sera sauvé : il n’y aura pour ainsi dire pas d’intervalle, le temps de virer une galette« .

*

Le Père Bernard-Marie Clausi dit : « Il viendra un grand fléau ; il sera terrible et dirigé uniquement contre les impies ; ce sera un fléau tout nouveau, qui n’a encore jamais eu lieu. Ce fléau se fera sentir dans le monde entier, et il sera si terrible que ceux qui lui survivront s’imagineront être les seuls épargnés, et tous seront bons et repentants. Ce fléau sera instantané, de courte durée, mais terrible. Les événements prendront une allure si extrême que les secours humains resteront impuissants et que tout semblera perdu. Alors Dieu interviendra lui-même et, en un instant, comme qui dirait du matin au soir, il remettra tout en ordre. Les impies devront avouer que tout cela est le fait de la main divine ».

*

Teresa Higginson, par son obéissance à son directeur spirituel, décrit « les choses épouvantables qui lu ont été montrées »…. « D’abord, je vis un nuage de ténèbres l’envelopper : c’étaient des ténèbres réelles, épaisses, matérielles, que je compris être une figure des ténèbres de l’intelligence dans lesquelles l’homme s’est précipité ». Il lui fut montré ensuite un orage : tonnerre, éclairs, et tremblements de terre, ce qui laisse supposer que ces choses auront lieu simultanément.

*

A LA FIN DES 3 JOURS DES TENEBRES

le signe de la croix …

*

Soeur Faustine du St Sacrement écrivait le 22 février 1931, la prophétie suivante :
« Le Seigneur s’est révélé à moi aujourd’hui et m’a dit : « Avant de venir comme Juge, je viendrai en Roi de miséricorde. Avant que ne vienne le jour de la Justice, il apparaîtra un signe dans le ciel et sur la terre. Ce sera le signe de la croix, et de chacune des plaies de mes mains et de mes pieds sortira une lumière intense qui illuminera, pendant quelques minutes, la terre entière. Cela aura lieu à la Fin des temps ».

*

Soeur Palma d’Oria (stigmatisée, 1857) dit ceci :
Des signes extraordinaires paraîtront dans le ciel.
Il y aura trois jours des ténèbres : pas un seul démon ne restera en enfer ; tous en sortiront et l’air en sera corrompu ; ce sera la dernière plaie.
Puis une grande croix apparaîtra dans le ciel, et le triomphe de l’Eglise sera tel qu’il aura bien vite fait oublier tous les malheurs….. »

*

Térésa Higginson :

Elle voit le châtiment puis le Seigneur s’écrie : »Dites que pas de un de ceux qui me sont donnés ne sera perdu ».
Alors les tremblements de terre s’arrêtèrent, les éclairs cessèrent et j’aperçus des ombres, figures humaines, mourant de faim, l’air égaré. Elles se levèrent en tremblant ; je vis le signe sur leurs fronts, et me joignant à elles et à toute la Cour Céleste, je luai et bénis ce Dieu de Sagesse infinie qui, dans la miséricorde, nous a rachetés par Son Sang ».

*

Marie des Terreaux : «…Telle on a vu commencer la révolution (1792, 1793), telle on la verra finir…. mais tout ira plus rapidement et se terminera par un prodige éclatant, qui étonnera tout l’univers et par un grand événement où les méchants seront châtiés d’une manière épouvantable.

***

En résumé

*

Le châtiment sera double.

Châtiment de la terre qui commencera « avant la vendange » :

  • persécution de l’Eglise

  • « communisme »

  • Révolutions, guerres civiles, guerre générale

  • Famine, épidémies…

  • ¾ de l’humanité disparaîtra

Châtiment du Ciel qui viendra par une froide nuit d’hiver :

  • « Grand Coup » selon Marie-Julie Jahenny, Marie des Terreaux, Père Pel, etc.

  • Ténèbres, tremblement de terre, air empoisonné, démons dans l’air, etc.

La période des châtiments durera quelques mois et le châtiment du Ciel, 3 jours tout au plus.

Tout se terminera par un prodige qui étonnera tout l’univers et venant directement de Dieu. Certaines prophéties parlent de l’apparition de la Croix dans le ciel ?..

L’Eglise de Notre Seigneur refleurira alors sous le pontificat du futur Saint Pape…

*

La période des châtiments…. des ténèbres à la Lumière !

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, F- Garabandal est la suite de Fatima | Pas de Commentaire »

- Garabandal prévient contre l’apostasie

Posté par Pèlerin le 29 septembre 2010

 

Avant d’entamer le sujet et de laisser la parole à l’Abbé de Baillencourt, un bref rappel d’histoire de l’Eglise….

L’Eglise catholique, avant le Concile Vatican II, avait interdit aux catholiques de prendre une part active dans le culte non-catholique.

*

Bulle de Pie XI promulgué par Benoît XV comme Canon 1258 §1 au Code de Droit Canonique (1917) :

“Il n’est pas permis aux fidèles d’assister activement ou de prendre part sous quelque forme que ce soit aux rites sacrés des non-catholiques. » (Communicatio in sacris)

 « … Il est donc parfaitement évident que c’est abandonner la religion divinement révélée que de se joindre aux partisans et propagateurs de pareilles doctrines. Une fausse apparence de bien peut plus facilement, alors qu’il s’agit de favoriser l’union de tous les chrétiens, entraîner quelques âmes… Il est évident que le Siège apostolique ne peut sous aucun prétexte participer à leur congrès et que les catholiques n’ont, à aucun prix, le droit de les favoriser par leur suffrage ou leur action… »

Bulle de Paul IV insérée dans le droit Canon : 2316 § 5:

« Celui qui, de quelque façon que ce soit, aide spontanément et sciemment à propager 1′hérésie, ou bien qui communique in divinis [= qui assiste au culte d’une secte non-catholique] avec les hérétiques contrairement à la prescription du canon 1258, est suspect d’hérésie ».

Commentaire: s’il ne s’amende pas, le suspect d’hérésie, au bout de six mois, doit être tenu pour hérétique, sujet aux peines des hérétiques (canon 2315).   

Ainsi, « celui qui coopère communicatio in sacris contraire à la disposition du Canon 1258, est soupçonné d’hérésie. »

Or, pour rappel, la Sainte Vierge est apparue à Garabandal à un moment important de l’histoire de l’Eglise, au moment où se déroulait le Concile Vatican II. Il y a sûrement une raison à cette coïncidence, et l’on ne peut dire aujourd’hui -vu la situation catastrophique de l’Eglise- que c’était pour se réjouir du désastre qui allait surgir… Elle venait mettre en garde contre certains dangers comme tant de fois Elle l’a fait à La Salette, à Fatima, etc. sur une crise que l’Eglise allait traverser….

D’autant plus qu’un événement grave doit survenir dans l’Eglise avant le Grand Miracle…. Faut-il y voir un lien ?..

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/08/11/signes-annonciateurs-de-lavertissement/

En effet Sérafin connaît par conchita, quel est l’événement qui doit précéder le Miracle, événement qui a trait à l’Eglise ; ainsi cette conversation avec un ami, le 16 août 1975. “Mais enfin Sérafin, toi qui connais l’événement qui te fera pouvoir dire que le Miracle est proche, ne serait pas quelque chose comme…. La Crise de l’Eglise ? Après avoir hésité, Sérafin dit : “L’Eglise doit tomber plus bas encore !” “Cela peut se faire très vite !”Nous allons voir !”

L’Abbé de Baillencourt continue : “Je précise ici qu’il ne s’agit pas du tout de l’événement religieux dont a parlé Conchita et qui coïnciderait avec le Miracle, le jour du Miracle, mais bien d’un autre très différent…..

***

Voici ce que dit l’Abbé de Baillencourt dans l’une de ses conférences…..

Si le Message de Garabandal, de la part de la Très Sainte Vierge, nous prévient des dangers que courent nos âmes de se réveiller un jour protestants ici sans s’en être rendus compte, si nous nous maintenons éveillés comme le serviteur vigilant qui empêche le voleur de venir, si nous cherchons à approfondir notre Foi et notre Charité, il est un exemple qui illustre au plus haut point cette résistance aux pièges qui nous enserrent ; c’est l’exemple le meilleur et le plus adéquat, me semble-t-il, pour notre période actuelle : l’histoire et le Martyre de Saint Herménégilde…. C’est un espagnol, Prince de la Maison Wisigothique, arien ici converti par son épouse, Princesse catholique Franque…. Espagne-France !

Herménégilde (555-585) est Prince Wisigoth arien d’Espagne.

Il se marie à Ingonde de Francie, sa cousine par la Mère de celle-ci ; arrière petite-fille de Clovis et de Sainte Clotilde.

Il fut associé au trône en 573 avec son frère Régared.

Sous l’influence de sa Mère Théodoria, de sa femme Ingonde et des pressantes sollicitations de Léandre, archevêque de Séville, qui devait le baptiser par la suite, Herménégilde abjura l’arianisme.

Cela valut au jeune couple d’être l’objet de violences incroyables….

Sa propre belle-mère (seconde femme de son père) fit appeler en son palais la jeune Princesse franque et, sur son refus d’accepter le Baptême arien, elle l’accabla d’outrages, la traîna par les cheveux et l’abandonna à ses femmes de service pour lui infliger de nouvelles torturse. L’innocente victime fut alors suspendue par des cordes et lentement plongée dans un réservoir d’eau par une froide température ; mais Ingonde sortit victorieuse de toutes ces épreuves.

Privé de ses droits au trône et dépouillé de ses biens, Herménégilde, autour de qui tous les catholiques las de la persécutino arienne se groupèrent, lutta pendant trois ans contre son Père. Celui-ci somma son fils de rentrer dans la Confession arienne ; refus ; la guerre éclata ; réfugié en Andalousie, le jeune chef catholique tint tête, mais si conscient de son bon droit qu’il ait été, il souffrait de lutter contre son père. A l’appel de son frère Régared, il accepta de venir négocier ; Léovigilde, son père, l’embrasse, déclare lui pardonner, et, tout à coup, sur un signe du Roi, les gardes arrêtent le jeune Prince, le dépouillent de ses vêtements, le jettent au cachot….

Vainement, on envoie évêques et théologiens ariens pour qu’il revienne au crédo de son Père : il ne cède pas. De longs mois, il souffre la captivité, les mauvais traitements et plus encore de la privation de la Sainte Eucharistie. Il fut même menacé du dernier supplice s’il n’acceptait pas la communion pascale des mains d’un évêque arien ! Herménégilde repoussa avec indignation cet évêque hérétique, préférant la mort à l’apostasie ! Léovigilde donne alors l’ordre de le décapiter dans sa geôle ; c’est la veille de Pâques 585 !

Quant à Ingonde, elle fut emprisonnée et emmenée captive en Afrique par les Grecs qu’Herménégilde avait entrâinés contre le Roi ; ceux-ci ne devaient pas la garder longtemps : elle mourut peu après, en 585, âgée de 18 ans, en Afrique….

Ce martyre et ces souffrances valurent à l’Espagne un renversement de Politique et un retour au Catholicisme : Régared succédait à son Père qui mourait en mai 586, se convertit et décida que, désormais, les Rois d’Espagne seraient catholiques. L’histoire de l’Espagne catholique commençait…..

*

En effet, Saint Herménégilde savait que la divine Eucharistie est le signe auguste de l’unité catholique et qu’il n’est pas permis de participer à la chair de notre Agneau Pascal avec ceux qui ne sont pas dans la véritable Eglise. Une consécration sacrilège peut mettre les hérétiques en possession du Divin Mystère si le caractère sacerdotal existe en celui qui a franchi la barrière de l’autel du Dieu qu’il blasphème ; mais le Catholique qui sait qu’il ne lui est même pas permis de prier avec les hérétiques, tremble à la vue du Mystère profané, et s’éloigne pour ne pas faire outrage au Rédempteur jusque dans le Mystère qu’Il na établi que pour s’unir à ses fidèles ». (Dom Guéranger).

N’est-ce pas donc en ce cachot espagnol de pâques 585 que s’exprime lumineusement et le mieux la situation de tous les catholiques ? Alors face à la proposition arienne et opposant un refus catégorique à la réception du plus grand des Sacrements, aujourd’hui face à la proposition moderniste et semi-arienne et devant opposer un identique refus à la réception du même Sacrement !

Saint Herménégilde a préféré manquer sa Communion Pascale (ce qui est grave) à une réception de la Communion valide des mains d’un évêque légitime mais passé à l’hérésie (ce qui est une apostasie faute beaucoup plus grave parce que contre la Foi).

Si le précepte de la communion pascale est grave, combien moins la ou les Communions de « dévotion » comme on les appelle ! Mais il y faut du courage, de la force d’âme.

A nous seulement d’être logiques avec nos convictions, notre Foi, comme Saint Herménégilde ! Et pour nous préserver de la mort surnaturelle (occasionnée par l’apostasie), d’opposer courageusement, avec constance, un tel refus à nos prêtres évêques légitimes mais passés à l’hérésie, le refus absolu d’une validité eucharistique sacrilège, au prix même de la mort physique comme notre Martyr !

Voilà où est la Substance du Message de Garabandal ! Voilà jusqu’où nous mène ce Message pour éviter la Mort surnaturelle ! Que celui qui peut comprendre comprenne !

***

NDLR

A l’heure actuelle (car le texte ci-dessus date de 1976), nous n’entendons plus parler de ces bulles de Paul IV et Pie XI insérées alors au Droit Canon… et l’apostasie s’est généralisée au sein de l’Eglise moderne et certains évêques même n’ont plus peur de le faire publiquement…. célébrations avec les anglicans, sermon en chaire protestante, prière à la mosquée, assistance aux cérémonies juives dans les synagogues….

A chacun d’en tirer les conclusions …. et de veiller à ne pas prendre le risque d’apostasier en participant aux « rassemblements » non catholiques.

Petit rappel aussi de ce que disait Sérafin le frère de Conchita au sujet d’un événement grave à venir avant le Grand Miracle…

Publié dans D- Des prêtres racontent, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

- Les Anges à Garabandal

Posté par Pèlerin le 29 septembre 2010

 

Les Anges à Garabandal

La première mention d’un Ange à Garabandal, nous la trouvons dans le Journal de conchita lorsqu’elle nous relate avec une description merveilleuse : « Soudain m’apparut un personnage très beau, dans un éclat éblouissant qui ne blessait pas la vue. » (18 juin 1961).

Le 24 juin 1961, Conchita écrit : « Nous ne l’avions jamais entendu parler. Ce jour-là, nous vîmes au-dessus de lui une inscription ; sur la première ligne était écrit : « Il faut que…. » et sur la dernière ligne figuraient des chiffres romains ».

Puis le 1er juillet : « L’Ange nous dit que le lendemain dimanche, la Vierge Marie viendrait sous le vocable de Notre Dame du Mont Carmel. L’inscription était toujours là, et nous ne savions pas ce qu’elle voulait dire. »

Très contentes, nous lui dîmes :

- Qu’Elle vienne vite !

Lui souriait, et nous lui dîmes :

- Que signifie cette inscription ?

- La Sainte Vierge vous le dira ».

Ce jour-là il nous parla de beaucoup de choses. Il rappelait à Jacinta, à Loli et à Mari-Cruz que le premier jour elles étaient sur le point d’appeler ma maman en croyant que j’avais une attaque. Il resta deux heures avec nous, et cela nous parut deux secondes. Ensuite il nous dit : « Je reviendrai demain avec la Vierge » et il s’en fut……. »

Et voici la description que Conchita nous fait de l’Ange : « L’Ange portait un vêtement bleu, long, ample, sans ceinture, ses ailes étaient rose clair, assez grandes, très jolies, sa petite figure ni longue, ni ronde, le nez très beau. Les yeux foncés, le teint basané ; il avait les mains très fines, les ongles coupés ; on ne voyait pas ses pieds. »

Le 2 juillet, nouvelle mention de l’Ange. Un autre Ange accompagne la Vierge, mais elles ne savent pas qui il est. « Le dimanche 2 juillet est arrivé…. Il était 6 heures du soir. Nous sommes allées à la Calleja, pour réciter le chapelet. Nous n’étions pas encore arrivées là que la Vierge nous apparaît. Deux Anges l’accompagnaient. L’un était Saint Michel, l’autre, nous ne savons pas. Il était habillé comme Saint Michel. On aurait dit des jumeaux. A côté de l’Ange de droite, à hauteur de la Vierge, il y avait un oeil de grande taille ; on aurait dit l’oeil de Dieu ».

Nous savons peu de choses du deuxième Ange, il n’apparaît qu’une seule fois lors de la première visite de la Vierge ; aucune autre mention n’en sera faite.

Nous savons, par Conchita elle-même, que l’autre est Saint Michel. Il apparaît comme ambassadeur de la Vierge, et par la suite comme catéchiste des voyantes, notamment pour ce qui touche la réception de la Sainte Communion….

*

Les Anges et Notre Dame de Garabandal

*

Publié dans D- Des prêtres racontent, E- Garabandal, Terre Sainte... | Pas de Commentaire »

- Se préparer pour l’Avertissement

Posté par Pèlerin le 28 septembre 2010

 

L’Avertissement sera un phénomène astral, de portée universelle.
Il viendra pour rectifier la conscience du monde et sera en quelque sorte un « mini purgatoire », une sorte de pré-jugement particulier.
Chacun se verra comme dans un miroir et verra l’état de son âme, le bien qu’il a fait, le mal qu’il a fait, le bien qu’il aurait pu faire mais qu’il a omis de faire… Si l’on en meurt, ce ne sera pas dû à l’Avertissement lui-même, mais à l’émotion que l’on ressentira face au phénomène ou à la vue de la noirceur de notre âme…

L’Avertissement durera peu de temps (quelques minutes) mais sera suffisant pour remuer les consciences … que ressentirons-nous alors ? Un choc pour certains, une grande souffrance sûrement pour tout le monde d’avoir désobéi et déplu à Dieu et le désir de revenir à Lui par la confession et par une vie meilleure.

J’ai bien dit « souffrance » et Conchita elle-même en parle en ces termes : « si je savais qu’il n’y aura pas d’autre châtiment, je dirais que l’Avertissement en est un ». L’expression de Conchita ne fait aucun doute : nous allons passer un moment difficile, un moment de souffrance puisque nous péchons tous (seul Dieu est parfait), mais aussi un moment voulu par la Miséricorde de Dieu qui ne veut que notre Bonheur Eternel.

*

Vivront l’Avertissement non seulement les catholiques, mais aussi tous les autres chrétiens, les musulmans, les bouddhistes, les athées, etc. Tous les hommes de la Terre !

Mais nous, catholiques, le vivrons sûrement plus difficilement que les autres car nous avons reçu tous les moyens de Salut et serons donc touchés plus particulièrement : nous avons reçu le baptême… les dons de l’Esprit et continuons à recevoir les grâces si nous vivons des Sacrements. Mais vivons-nous encore des Sacrements ? De la Sainte Eucharistie, de la Confession ? Utilisons-nous bien toutes ces grâces ou les gaspillons-nous par un amour trop grand du monde ?

Vivons-nous de la charité ? Sommes-nous bons envers le Seigneur et notre prochain ?..

Nous arrive-t-il de faire des sacrifices, de faire pénitence, et d’offrir tout cela pour la conversion du monde ?.. ne nous arrive-t-il pas de refuser certaines croix ?..

Pour tous ces moyens que Dieu nous prodigue pour gagner la Vie Eternelle, il nous sera demandé de faire le bilan au moment de notre mort bien sûr…. mais avant ce jugement, Dieu nous donne cette possibilité de nous amender, de changer de vie, d’abord par les Messages annoncés à Garabandal par Sa Sainte Mère, mais aussi par cet Avertissement à venir. Il faut donc considérer cet Avertissement comme une « chance » à saisir ! Il n’y a pas de plus grand Amour que Celui de Notre Seigneur ; et cet Avertissement, il nous l’envoie car le monde en a besoin…..

Mais n’attendons pas ce jour sans rien faire. Car si nous ne sommes pas prêts, si nous n’avons pas demandé pardon à Dieu pour nos péchés puis réparé, nous risquons de beaucoup souffrir ! L’heure s’en vient…. Préparons-nous !

*

Qui n’a pas peur de voir l’état de son âme ?

La peur est utile quand elle conduit à Dieu.

Mais bien pire que de découvrir l’état de son âme doit être la peur du péché ! Car le péché, c’est le refus de Dieu !

Or, on sait que certains mourront au moment de l’Avertissement…. à cause du choc… seront-ils ou serons-nous prêts à ce moment-là pour ce face à face avec le Christ ?….

Voici un extrait du merveilleux petit ouvrage l’Imitation de Jésus-Christ,sur la préparation avant la mort…

Magnifique texte qui incite à se préparer à ce face à face avec Dieu au moment de la mort (car nul ne sait quand il mourra) et donc aussi bien à l’Avertissement.

Apprendre à mourir à soi même et vivre en Dieu seul…

***

De la méditation de la mort (extrait de l’Imitation de Jésus-Christ, Edition de Lamennais)

  1. C’en sera fait de vous bien vite ici-bas: voyez donc en quel état vous êtes. L’homme est aujourd’hui, et demain il a disparu, et quand il n’est plus sous les yeux, il passe bien vite de l’esprit. O stupidité et dureté du coeur humain, qui ne pense qu’au présent et ne prévoit pas l’avenir ! Dans toutes vos actions, dans toutes vos pensées, vous devriez être tel que vous seriez s’il vous fallait mourir aujourd’hui. Si vous aviez une bonne conscience, vous craindriez peu la mort. Il vaudrait mieux éviter le péché que fuir la mort. Si aujourd’hui vous n’êtes pas prêt, comment le serez-vous demain ? Demain est un jour incertain: et que savez-vous si vous aurez un lendemain ?

  2. Que sert de vivre longtemps puisque nous nous corrigeons si peu ? Ah ! une longue vie ne corrige pas toujours; souvent plutôt elle augmente nos crimes. Plût à Dieu que nous eussions bien vécu dans ce monde un seul jour ! Plusieurs comptent les années de leur conversion; mais souvent, qu’ils sont peu changés, et que ces années ont été stériles ! S’il est terrible de mourir, peut-être est-il plus dangereux de vivre si longtemps. Heureux celui à qui l’heure de sa mort est toujours présente, et qui se prépare chaque jour à mourir ! Si vous avez vu jamais un homme mourir, songez que vous aussi vous passerez par cette voie.

  3. Le matin, pensez que vous n’atteindrez pas le soir; le soir, n’osez pas vous promettre de voir le matin. Soyez donc toujours prêt, et vivez de telle sorte que la mort ne vous surprenne jamais. Plusieurs sont enlevés par une mort soudaine et imprévue: car le Fils de l’homme viendra à l’heure qu’on n’y pense pas. Quand viendra cette dernière heure, vous commencerez à juger tout autrement de votre vie passée, et vous gémirez amèrement d’avoir été si négligent et si lâche.

  4. Qu’heureux et sage est celui qui s’efforce d’être tel dans la vie qu’il souhaite d’être trouvé à la mort. Car rien ne donnera une si grande confiance de mourir heureusement, que le parfait mépris du monde, le désir ardent d’avancer dans la vertu, l’amour de la régularité, le travail de la pénitence, l’abnégation de soi-même et la constance à souffrir toutes sortes d’adversités pour l’amour de Jésus-Christ. Vous pourrez faire beaucoup de bien tandis que vous êtes en santé; mais, malade, je ne sais ce que vous pourrez. Il en est peu que la maladie rend meilleurs, comme il en est peu qui se sanctifient par de fréquents pèlerinages.

  5. Ne comptez point sur vos amis ni sur vos proches, et ne différez point votre salut dans l’avenir; car les hommes vous oublieront plus vite que vous ne pensez. Il vaut mieux y pourvoir de bonne heure et envoyer devant soi un peu de bien, que d’espérer dans le secours des autres. Si vous n’avez maintenant aucun souci de vous-même, qui s’inquiétera de vous dans l’avenir ? Maintenant le temps est d’un grand prix. Voici maintenant le temps propice, voici le jour du salut. Mais, ô douleur ! que vous fassiez un si vain usage de ce qui pourrait vous servir à mériter de vivre éternellement ! Viendra le temps où vous désirerez un seul jour, une seule heure, pour purifier votre âme, et je ne sais si vous l’obtiendrez.

  6. Ah ! mon frère, de quel péril, de quelle crainte terrible vous pourriez vous délivrer si vous étiez à présent toujours en crainte de la mort ! Etudiez-vous maintenant à vivre de telle sorte qu’à l’heure de la mort vous ayez plus sujet de vous réjouir que de craindre. Apprenez maintenant à mourir au monde afin de commencer alors à vivre avec Jésus-Christ. Apprenez maintenant à tout mépriser, afin de pouvoir alors aller librement à Jésus-Christ. Châtiez maintenant votre corps par la pénitence afin que vous puissiez alors avoir une solide confiance.

  7. Insensés, sur quoi vous promettez-vous de vivre longtemps, lorsque vous n’avez pas un seul jour d’assuré ? Combien ont été trompés et arrachés subitement de leur corps ! Combien de fois avez-vous ouï dire: Cet homme a été tué d’un coup d’épée; celui-ci s’est noyé, celui-là s’est brisé en tombant d’un lieu élevé; l’un a expiré en mangeant, l’autre en jouant; l’un a péri par le feu, un autre par le fer, un autre par la peste, un autre par la main des voleurs ! Et ainsi la fin de tous est la mort, et la vie des hommes passe comme l’ombre.

  8. Qui se souviendra de vous après votre mort, et qui priera pour vous ? Faites, faites maintenant, mon cher frère, tout ce que vous pouvez, car vous ne savez pas quand vous mourrez, ni ce qui suivra pour vous la mort. Tandis que vous en avez le temps, amassez des richesses immortelles. Ne pensez qu’à votre salut, ne vous occupez que des choses de Dieu. Faites-vous maintenant des amis, en honorant les saints et en imitant leurs oeuvres, afin qu’arrivé au terme de cette vie, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels.

  9. Vivez sur la terre comme un voyageur et un étranger à qui les choses du monde ne sont rien. Conservez votre coeur libre et toujours élevé vers Dieu, parce que vous n’avez point ici-bas de demeure permanente. Que vos gémissements, vos larmes, vos prières, montent tous les jours vers le ciel afin que votre âme, après la mort, mérite de passer heureusement à Dieu.

Réflexion de Lamennais :

Approchez-vous de cette fosse, regardez ces ossements blanchis et déjoints: voilà tout ce qui reste ici-bas d’un homme que vous avez connu peut-être et qui ne pensait pas plus à la mort, il y a peu d’années, que vous n’y pensez aujourd’hui.

Ne fallait-il pas, en effet, qu’il songeât d’abord à sa fortune, à celle des siens, à l’établissement de sa famille? Aussi s’en est-il occupé jusqu’au dernier moment. Eh bien! Maintenant allez, entrez dans sa maison. Des héritiers indifférents y jouissent des biens qu’il avait amassés, et travaillent eux-mêmes à en amasser de nouveaux. Du reste, nul souvenir du mort.

Quelque chose de lui subsiste cependant, et la tombe ne le renferme pas tout entier. Il avait une âme, une âme rachetée du sang de Jésus-Christ. Où est-elle? A l’instant où elle quitta le corps, sa demeure fut fixée, ou dans le ciel sans crainte désormais, ou dans l’enfer sans espérance. Terrible, terrible alternative! Et, à présent, plongez-vous dans les soins de la terre, différez votre conversion.

Dites encore: il sera temps demain. Insensé ! Ce temps dont tu abuses, creuse ta fosse, et demain sera l’éternité.

 

http://ijc.reseau.org/

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

- Milagruco, l’évêque ne répond pas.

Posté par Pèlerin le 28 septembre 2010

 

Le Milagruco (« petit » Miracle) est annoncé….

Conchita avait écrit à l’Evêque pour lui dire qu’il devait être présent au village, ce jour-là, ainsi que l’Abbé Odirozola, un des membres de la Commission. Ni l’un ni l’autre ne répondirent à l’invitation et le délégué qui les remplaça ne vit pas le Miracle de ses yeux, car la cohue l’en empêcha.

Qui s’en étonnera ? Dieu seul peut poser ses conditions. Ceux qui avaient été appelés au Miracle nommément n’étant pas présents, ceux qui devaient être là étant absents, la porte de l’Evêché s’était fermée à la lumière

Aussi, à partir de ce « fait » extraordinaire certains ecclésiastiques répandirent-ils le bruit que tout avait été supercherie, et les explications les plus saugrenues furent colportées, ça et là…

Don José Ramon Garcia de la Riva

Mémoires d’un Curé de campagne espagnol

 

garabandalmiracle.jpg

 

Par la suite, les témoins oculaires du Milagruco ne furent même pas interrogés (!) ; en a témoigné Benjamin Gomez qui était le plus proche de Conchita au moment du Miracle.

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaire »

- Possédées, les voyantes de Garabandal ?

Posté par Pèlerin le 28 septembre 2010

A plusieurs reprise, j’ai lu ci ou là que l’histoire de Garabandal n’était qu’une histoire de possession…. invoquant l’attitude des petites : marches extatiques en arrière, chutes soudaines sur les genoux, allongées au sol, etc.

Remarquons que jamais les petites en tombant ne se sont blessées. Quand elles étaient couchées au sol lors des extases, elles gardaient toujours une tenue correcte, les jupes tombant toujours sur les genoux, etc. Mais cette réponse reste insuffisante bien sûr.

Aussi ai-je choisi aujourd’hui de vous donner un extrait d’un livre du Chanoine Théodore Geiger, qui a réalisé nombre d’exorcismes au début du XXè siècle. Dans La Sainte Vierge et les possédés du démon, le Chanoine met en exergue certains signes de reconnaissance de la possession diabolique. Vous pourrez aisément ensuite convenir que l’attitude des petites voyantes de Garabandal n’a rien à voir avec le démon

*

La possession, ce qu’elle signifie…

Il y a eu de tout temps des saints qui ont été sujets non pas seulement aux tentations ordinaires du démon mais à des assauts qu’aucune loi naturelle ne peut expliquer. Cependant, durant les plus terribles combats ces saints sont restés libres et maîtres d’eux-mêmes. Le démon les a torturés sans toutefois les posséder. C’est ce qu’on appelle l’obsession, c’est à dire une action du dehors.

La personne possédée elle, cesse d’être elle-même comme le qualificatif le suggère déjà. Elle perd le pouvoir d’agir librement parce que ses actes et ses pensées sont mus par le démon qui la possède. Le démon s’empare de l’organisme humain et des facultés sensibles de la possédée. De cette manière il contraint sa victime à penser, à parler, à sentir et à agir selon les caprices du démon qui la possède. Si par exemple, cette personne désire prier, tout de suite le démon l’incitera plutôt à proférer des blasphèmes.

La manifestation d’une double réaction chez le sujet est un autre signe certain de possession diabolique. Ces réactions se distinguent par leurs effets contraires. On devrait plutôt dire qu’il y a là deux personnalités distinctes se substituant l’une à l’autre en ce sens que les pensées, les paroles et les actes de l’une sont tous contraires à ceux de l’autre.

Par exemple, une personne calme, obéissante, respectueuse, pieuse et douce de sa nature, changera subitement et deviendra au contraire de l’autre, impure, irréligieuse, vulgaire dans ses paroles, grossière et entêtée. Si quelqu’un s’avise de lui faire des observations sur sa conduite ou de la contredire, elle entrera dans une colère terrible, sans égard pour qui que ce soit. Elle menacera même son adversaire de coups, en lui adressant de cuisantes remarques.(…) Si l’on devait trouver à la place de ces vertus mentionnées plus haut, la méchanceté, l’impiété, la haine, la colère portée au paroxysme chez le même sujet, on peut justement craindre et supposer que cette personne esst possédée du démon. Je vais vous parler d’un cas seulement dont j’ai été le témoin.

J’ai été appelé un jour dans un foyer où la mère avait apporté la statue d’un saint pour en décorer une des pièces de sa maison. A la vue de cette statue, sa fille devint furieusement folle, et prenant un marteau, elle la mit en morceaux. Cet acte comme d’autres manifestations du même genre m’avaient intrigué et j’ai été tenté de lui dire : «Vous êtes folle ou possédée du démon. » Un autre jour, sans qu’elle le sache, j’ai eu l’idée de l’exorciser en me servant de la formule abrégée. Après lui avoir donné l’absolution en confession, j’adressai quelques mots en latin au démon. La jeune fille perdit subitement conscience et le démon se trahit. A ma demande, il me répondit qu’elle était en possession des trois démons : Bel, Belzébuth et Cerbérus.

*

Un autre signe de possession diabolique est d’avoir les choses saintes en aversion. La personne possédée s’apercevra que la prière lui inspire une répugnance constant et qu’elle est incapable de prier. Toutes les pratiques de piété la dégoûteront. La vue d’une image sainte l’agacera de même. Elle sera tentée de contredire les prédicateurs en chaire. Sa présence dans l’église surtout durant la sainte Messe l’ennuiera et il lui arrivera quelquefois de quitter le lieu saint soudainement et sans raison. Toutes ces résistances, cette agitation et cet ennui ont pour auteur le démon qui possède cette personne ; et tout ce qui se rapporte à Dieu et à la religion, lui inflige une douleur intense. Et parce que dans les circonstances, cette douleur lui cuit, le démon obligera cette personne à se détourner malgré elle de toutes les choses saintes.

Lorsque la personne possédée est contrainte à faire ce qu’elle n’aime pas, le démon la torture à un tel point que, perdant sa maîtrise, il se montrera et se trahira. J’en ai souvent fait l’expérience…..

L’âme de la personne possédée se replie sur elle-même, pour ainsi dire. Le démon domine l’organisme humain qui lui sert d’instrument dans ses propres paroles ou actions. Le corps de cette personne devient la propriété du démon qui le possède même durant le cours de l’exorcisme. La sensibilité naturelle disparaît complètement. Celle-ci, cependant, fait place à une perception surnaturelle diabolique causée par la présence du démon en elle. Ses sens sont dominés non pas par son âme, mais par le démon lui-même. Vous pouvez lui crier dans les oreilles, lui ouvrir les yeux de force pour lui faire voir un objet placé devant elle, ou la pincer, la piquer même avec une aiguille, elle n’en a aucunement conscience. D’un autre côté, aussitôt que vous prononcez le saint nom de Jésus, que vous récitez un bout de prière ou que vous mettez un crucifix sur ses yeux, vous remarquez immédiatement sur le corps de cette personne un tressaillement douloureux, souvent accompagné de contorsions violentes, de grincements de dents et de cris. Les mêmes manifestations diaboliques se produisent si vous lui montrez une image sainte, ou que le prêtre touche avec son étole ou ses doigts consacrés. Voilà les marques de la sensibilité diabolique qui ont supprimé la sensibilité naturelle. Ces manifestations indiquent la douleur qu’éprouve le démon. De toucher, de voir ou simplement de se trouver en présence d’un objet bénit ou consacré à Dieu, tout cela inflige au démon d’atroces souffrantes.
C’est au cours des exorcismes surtout qu’on peut voir combien les choses saintes inspirent d’horreur au démon. Il mettra en pièces tout ce qu’il réussira à saisir.

***

J’ajouterai un commentaire…. lors des extases, les petites avaient un visage rayonnant comme si la beauté du Ciel se reflétait sur elles… jamais on ne les voyait aussi jolies qu’en extase.

Quand vous regardez le visage torturé d’Anne-Lise Michel, une âme possédée-expiatrice (allemande), vous constaterez les dégâts d’une possession diabolique non seulement sur l’âme mais aussi sur le corps de la personne….

*

possession diabolique Anne Lise Michel        Les voyantes de Garabandal

*

 

Publié dans H- Les voyantes, K- Billets d'humeur | Pas de Commentaire »

- Garabandal, leçon de vie !

Posté par Pèlerin le 26 septembre 2010

 

Des questions fréquentes…. quand le Miracle aura-t-il lieu ? Joey recouvrera-t-il la vue ? A-t-il encore ses yeux ? Sera-t-il encore en vie ? Et Conchita ? Et si une prophétie ne se réalisait pas ?… etc etc….

Ces questions occupent presque toute l’attention de certains et expriment un manque de sérénité dans l’attente des événements. Est-ce si important ? Est-ce LE plus important ?

En se concentrant sur ces questions, certains ont perdu le sens du Message de Garabandal. Ils passent leur temps à scruter le calendrier, à regarder le ciel, à étudier les signes, à écouter des «voix », des rumeurs… On en arrive alors à un phénomène incroyable chaque année….. les chambres des hôtels et auberges de Garabandal sont toutes réservées autour des dates pronostiquées par des pseudo-voyants ou des « spécialistes en numérologie » et des pélerins se ruent alors au village, persuadés de leurs prédictions et calculs.

Ruée au village alors que le reste de leur année, est voué aux occupations habituelles …. les exhortations de la Sainte Vierge étant souvent reléguées au second plan….

*

Or que nous a-t-Elle demandé ?

Dans un premier Message daté du 18 octobre 1961 :

« Il faut faire beaucoup de sacrifices , faire beaucoup pénitence.

Visiter souvent le Saint Sacrement.

Mais avant tout, il faut être très bons.

Si nous ne le faisons pas, viendra un châtiment.

Déjà la coupe est en train de se remplir :

Si nous ne changeons pas, le châtiment sera très grand. »

*

« Avant tout il faut être très bons » : c’est la partie du Message que nous oublions généralement. Ecoutons-nous la Sainte Vierge ? Ou continuons-nous à courir, à vaquer à nos occupations, sans nous préoccuper du prochain que le Seigneur met sur notre route ?

Au saut du lit le matin, pensons-nous à réciter nos prières ou sommes-nous pressés de nous préparer pour courir bien vite au travail ? Avons-nous pris le temps de remercier le Seigneur pour cette bonne nuit que nous avons passée ? Avons-nous pris aussi le temps, en jetant un oeil par la fenêtre et en voyant le lever du soleil, de remercier le Bon Dieu de la beauté de la nature, de toutes les merveilles dont Il nous a fait cadeau ? Et avant de partir au travail, prenons-nous le temps de dire à notre époux(se), à nos enfants : « je t’aime! »? ou de les embrasser ?…

Non, nous courons toujours !

Et au travail, quelles relations avons-nous avec nos collègues ?… Sommes-nous toujours de bonne humeur ? Avons-nous toujours un gentil mot ? Ou ne nous arrive-t-il pas parfois de dire un mot de travers ? De tout faire pour y arriver quitte à « écraser » le collègue pour obtenir la promotion ? Est-ce cela « être bons » ? Avons-nous suivi le Message que la Sainte Vierge nous a donné à Garabandal ? Non !

Accordons-nous assez de temps pour le Seigneur ? Prenons-nous le temps de prier ? (une âme qui ne prie plus et le démon se faufile dans la brêche….) Suivons-nous le 3ème commandement : allons-nous tous les dimanches à la Messe ? Conchita recommandait aussi de visiter le plus possible Notre Seigneur à l’église….

Ou préférons-nous dormir le dimanche matin, bricoler, jardiner, laver la voiture, jouer sur l’ordinateur ?…

Quand nous passons devant une église, avons-nous une pensée, une petite prière pour Notre Seigneur ? Quand nous passons devant un calvaire sur les petites routes de campagne, pensons-nous à faire un signe de croix, à dire une petite prière dans notre coeur ?… ou le Seigneur, est-ce juste pour le dimanche, et « le reste de la semaine, j’ai bien autre chose à faire ? »….

Et quand nous allons à la Messe, de quelle manière communions-nous ? Y allons-nous les mains jointes, avec des intentions sincères dans notre coeur, priant pour notre propre sanctification, confiant un prêtre, une âme du purgatoire, la guérison d’un proche au Seigneur ?… Avons-nous la bonne attitude : agenouillement et communion sur la langue ?…

Ou bien y allons-nous les bras ballants ou derrière le dos, admirant la robe de la jolie voisine qui nous sourit, ou riant de voir le pantalon trop court de celui qui nous précède, ou en pensant au superbe repas qui nous attend à la maison après la messe ?…

Avant de communier, pensons-nous à nous confesser régulièrement ? Avant de recevoir le Maître, il faut que la maison soit propre…. Ce Maître que nous recevons, c’est bien le Seigneur ! Quand nous recevons un invité chez soi, nous nous habillons proprement, mettons de l’ordre, nettoyons, fleurissons la table…. Que ne ferait-on alors quand il s’agit du Seigneur ? S’habiller et être propre, oui ! Dans son corps, mais aussi dans son âme ! Et la confession est l’unique moyen d’être toujours propre dans son coeur….

A Garabandal, un jour l’ange Saint Michel a refusé de donner la communion à Jacinta pour la simple raison qu’elle avait été incorrecte vis à vis de sa mère, qu’elle ne lui avait pas demandé pardon et qu’elle ne s’était pas confessée.

Et nous, ne faisons-nous pas pire parfois ? Et dans ce cas, pensons-nous à nous confesser avant la communion ?

*

Puis vient le 2ème Message de Garabandal

« Comme on n’a pas accompli et comme on n’a pas fait connaître beaucoup au monde

mon message du 18 octobre,

Je veux vous dire que celui-ci est le dernier.

Auparavant la coupe de la colère divine se remplissait ; Maintenant, elle déborde.

Les cardinaux, évêques et prêtres marchent nombreux sur le chemin de la perdition

et entraînent avec eux beaucoup plus d’âmes.

A l’Eucharistie, on donne sans cesse moins d’importance.

Vous devez faire les efforts pour éviter la colère de Dieu qui pèse sur vous.

Si vous lui demandez pardon, avec des âmes sincères, Il (Dieu) vous pardonnera.

Moi, votre Mère, à l’intercession et par l’intermédiaire de Saint Michel,

Je peux vous dire qu’il faut que vous vous amendiez.

Déjà, vous êtes dans les derniers avertissements.

 Je vous aime beaucoup et je ne veux pas votre condamnation.

Priez-nous sincèrement, et nous vous exaucerons.

Vous devez vous sacrifier davantage. Méditez la passion de Jésus ».

*

Imaginez le scandale de ce message à l’époque, en 1965 ! Aujourd’hui, il n’étonne plus personne… tant il s’est hélas bien réalisé….

Qu’est-il arrivé à nos prêtres ? Prions-nous assez pour eux ? Ce qui se passe aujourd’hui (déroute de prêtres) est le résultat du manque de prières…. nous avons les prêtres que nous méritons !

Les prêtres ont tant besoin de nos prières…. et nous avons tant besoin d’eux, car sans prêtres, plus de sacrements, plus de grâces ! Il n’est pas trop tard…. qu’attendons-nous pour nous y mettre tous ?!…

Et les prêtres nous attendent à la confession… ils nous y exhortent dans leurs sermons… Mais répondons-nous à l’invitation ?… Certains prêtres passent des heures au confessional et voient des miracles se produire, des grâces tomber sur les pénitents…. qu’attendons-nous pour courir au confessional et recevoir le pardon de Dieu, une pluie de grâces…..

Certains rechignent à y aller car il y a une file d’attente, ou bien il faut prendre rendez-vous car le prêtre ne vient qu’à certaines heures de la semaine…. Ces tracas découragent alors nombre de personnes…. Certains s’énervent, se fâchent après le prêtre qui ne va pas assez vite, etc. Nous permettrions-nous un tel comportement face au Christ ? Ce n’est pas en arrivant énervé, de mauvaise humeur que nous ferons une bonne confession. Avant tout, il faut arriver en toute humilité, avec le désir sincère de se repentir et de ne plus recommencer. C’est ainsi que nous recevrons les grâces dont nous avons besoin. Dieu ne nous récompensera toujours que sur notre humilité…. Sommes-nous prêts ?

*

Pour en revenir au Grand Miracle annoncé à Garabandal, devons-nous passer notre temps simplement à l’attendre ? Des miracles ont lieu tous les jours de par le monde…. une conversion est un miracle… l’Eucharistie est un miracle…. quand ces miracles conduisent les fidèles à changer de vie, à se confesser, à être charitable…. il n’est pas besoin de se concentrer sur ce Miracle qui doit venir. Ils ont cru ce qu’a dit Notre Dame de Garabandal et font ce qu’Elle a demandé. En l’écoutant se sont produits des miracles. Et donc chaque jour nous sommes invités à guetter et remercier pour ces miracles autour de nous. N’attendons pas un jour spécifique mais soyons déjà heureux, réjouissons-nous pour ces miracles de la vie autour de nous et pour les miracles à venir…. tel celui qui nous attend à Garabandal. La vie ne s’arrête pas à une date mais au contraire, le Message de Notre Dame nous invite à la vraie Vie, à nous consacrer au Seigneur, à faire que notre vie soit elle-même un « miracle » aux yeux des autres, en transpirant l’Esprit Saint autour de nous, en nous montrant comme le Seigneur aimerait nous voir pour que les autres Le voient à travers nous, à travers nos vies….

Donc il ne sert à rien de courir après une date, une rumeur, une « prophétie » nouvelle concernant ce Grand Miracle…. car Dieu nous attend déjà tous les jours de notre vie… En faisant tout ce que la Sainte Vierge nous a demandé, du mieux que nous pouvons, nous aurons déjà fait beaucoup….. nous serons alors en paix…. et nous vivrons cette attente du Grand Miracle dans une patience sereine, pleine d’Espérance. Ceux qui ne s’occupent que des dates et des signes perdent du temps… quel gaspillage ! Toute leur attention est tournée vers un calendrier au lieu d’être toute tournée vers le Seigneur et vers leur propre sanctification ! Il vaut mieux prier pour ces personnes qui ne vivent pas dans la paix… Nous savons qu’il y aura un Avertissement ; qu’il y aura un Miracle annoncé par Conchita 8 jours avant. Cela doit nous suffire…. la Sainte Vierge sait ce qu’il y a de bon pour ses enfants et elle nous a prévenus depuis assez longtemps pour que nous ayons eu assez de temps pour nous préparer dans notre coeur, afin de « bien » vivre l’Avertissement et le Grand Miracle. C’est cela qui importe.

***

Publié dans A- Message de ND (commentaires), K- Billets d'humeur | Pas de Commentaire »

- L’Avertissement à venir…

Posté par sexto le 25 septembre 2010

Conchita en a eu connaissance par la Très Sainte Vierge Marie le 1er janvier 1965 . Elle le transcrivit au crayon sur une simple feuille de papier et le remit au Père Laffineur le 19 juin suivant…

De tout ce qui en a été dit , retenons les éléments essentiels qui vont nous servir : phénomène extérieur ( astral ) universel , visible par le monde entier ; toutes les nations et toutes les personnes quel que soit l’endroit où chacune se trouvera , même si on demeure enfermé ou dans la nuit ; phénomène intérieur également universel , qui touchera tout homme vivant alors sur la terre , comme la révélation de nos péchés et l’offense qu’ils ont faite à Dieu ; comme un feu extérieur corporel ( bien qu’il ne brûlera pas la chair ) et intérieur auquel personne n’échappera , croyants et incroyants ; pour que nous commettions moins de péchés contre Dieu : que les bons se rapprochent de Lui et que les autres se convertissent ou se préparent à leur punition ; enfin pour nous purifier pour le Miracle .

Premier point important :

 Il sera universel – comme le Châtiment – , c’est-à-dire que chacun sera directement touché par Dieu , où qu’il soit et quel qu’il soit : païen , athée , bouddhiste ,protestant , musulman , orthodoxe , mormon , catholique etc… Il y aura – ce qui est d’ailleurs fondamentalement la Religion – un lien , une relation personnelle et individuelle avec Dieu , non pas le Dieu des philosophes mais Dieu-Trinité ; chacun sera  » touché  » selon sa relation fondamentale et sa connaissance ontologique , de nature , à la mesure de sa réponse personnelle à la loi naturelle et divine à travers sa propre religion ..

.Deuxième point :

 La révélation intérieure de nos péchés…Cette action divine vise à nous faire connaître surnaturellement l’état de notre âme… , bien plus qu’un examen de conscience avant le sacrement de Pénitence avec notre intelligence éclairée par la Foi ; ce sera , ici , comme sous la Lumière divine , dans une connaissance et une compréhension divine , à la manière dont Dieu voit nos péchés , les connaît et saisit le mal qu’ils Lui font…Comme au moment du Jugement particulier , après la mort , séparée du corps – dégagée ainsi du voile corporel , héréditaire des appétits , des passions , des pressions diverses , etc …l’âme se voit telle qu’elle est , à la Lumière de Dieu , dans la compréhension divine , comme dans un miroir….Ainsi en sera-t-il au jour de l’Avertissement , sans que nous en mourrions , sinon d’émotion , de peur ou de choc…

En effet , le corps étant tellement absorbé par le phénomène extérieur , horrible au plus haut point , que notre âme , elle , en  » sortira  » en quelque sorte , comme ex-ta siée , arrachée au monde normal des sens , pour se voir elle-même , ses péchés et les offenses qu’ils ont causées à Dieu …

Troisième point : 

Le but de cet évènement en est bien évidemment notre conversion – ( impossible au Jugement particulier , à cause de la mort effectuée : en fonction de lui , nous nous fixons définitivement dans une éternité heureuse ou malheureuse ) – , notre repentir et notre retour à Dieu ; puis , à cause du choc ressenti , un véritable amendement qui nous permettra d’aimer ainsi beaucoup plus le Bon Dieu . Quant à ceux qui n’accepterons pas cet appel de la Miséricorde et de la Bonté divine , ils devront se préparer à leur punition ! 

          Enfin , ce sera , pour tous , une purification pour le Miracle

Père Santiago Juan de Maria ( Le mystère des apparitions de Garabandal )

Au delà de l’aspect , à vrai dire ,  » terrifiant  » de cet Avertissement à venir…comment ne pas penser que finalement , nous , les hommes de cette Fin des Temps , avons la  » chance  » d’être jugés …avant notre mort… et de pouvoir redresser la barre en nous améliorant . Notre avenir éternel a donc la possibilité de changer encore…avant le Jugement particulier inhérent à la séparation de notre âme et de notre corps .Cette  » répétition générale « …devrait nous faire réfléchir !!

Nous faire réfléchir à la proximité de sa survenue par rapport au Grand Miracle lui-même : nous ne pourrons rester des semaines et des mois dans un état de purification tel qu’il nous soutiendra pour la vue du Grand Miracle .

Nous faire réfléchir aussi à la gravité de cet évènement qui touchera chacun en son âme : être prêt par les sacrements de Pénitence et d’Eucharistie . Trop de gens sous-estiment ce moment pénible que nous allons passer .

Nous faire réfléchir enfin à la Bonté de Dieu qui nous envoie cet Avertissement pour nous faire revenir à Lui , et ce faisant , nous armer ,avec la vision du Grand Miracle…pour supporter …le Châtiment à venir .

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Pas de Commentaire »

- Quand l’OMS s’intéresse à l’Eucharistie

Posté par Pèlerin le 24 septembre 2010

Miracle de Lanciano  

Cela se passe au VIIè siècle… à Lanciano

Un jour, un moine, pendant qu’il célébrait la Sainte Messe, fut assailli du doute quant à la présence réelle de Jésus dans la Sainte Eucharistie. Prononcées les paroles de la consécration sur le pain et sur le vin, à l’improviste, devant ses yeux il vit le pain transformé en Chair et le vin en Sang.

*

La tradition, moins attentive que nous aujourd’hui aux particularités des vicissitudes de la vie, ne nous a pas consigné les données d’état-civil du moine-prêtre, dans les mains duquel s’est vérifié l’extraordinaire et inattendu changement. Nous savons que c’était un moine de rite oriental, grec, appartenant à la grande famille spirituelle des basiliens. Un document de 1631 référant le Prodige avec abondance de détails, nous aide à entrer dans le monde intérieur du protagoniste anonyme, le dépeignant comme « pas très ferme dans la foi, lettré des sciences du monde mais ignorant en celles de Dieu; allait doutant de jour en jour si dans l’Hostie consacrée fut le vrai Corps du Christ et dans le vin fut le vrai Sang« .

Donc un homme tourmenté par le doute, désorienté par les différents courants d’opinion, de même dans le domaine de la foi, lacéré par les inquiétudes quotidiennes.

Quelle fut sa réaction devant l’inattendue mutation qui impliquait les espèces sacramentelles?
Se reportant au document cité, nous lisons:
« Attéré et confus par un aussi grand et merveilleux miracle, il resta un long moment comme transporté dans une extase divine; finalement, cédant la peur à l’allégresse spirituelle, qui lui emplissait l’âme avec un visage joyeux baigné de larmes, se tournant vers les personnes présentes, il leur dit ainsi: ‘Ô heureux fidèles auxquels le Dieu Béni, pour confondre mon incrédulité a voulu se révéler dans ce très saint Sacrement et se rendre visible à vos yeux. Venez, frères, et admirez Notre Dieu qui s’est fait proche de nous’ ».
C’est le sentiment commun qui nous accompagne à chaque expérience de Dieu et de sa mystérieuse influence sur les enfants des hommes. Le pain et le vin, investis de la force créatrice et sanctificatrice de la Parole, se sont changés subitement, totalement et visiblement en Chair et en Sang.

 Le Fait se rapporte au VIIe siècle, sans précisions ultérieures.

 Le premier document écrit date de 1631 et se réfère dans les plus petits détails à ce qui est arrivé au moine. Dans le presbytère du sanctuaire, sur le côté droit de la Chapelle Valsecca, on peut lire l’épigraphe datée 1636, où est narré en synthèse l’Evénement.

*

Nous pouvons aussi ajouter dans cette section les diverses Reconnaissances sur le Miracle. Celles-ci sont des vérifications historiques et juridiques pour affirmer au cours des siècles l’authenticité du Miracle de la part de l’Autorité ecclésiastique.

La première Reconnaissance eut lieu en 1574 par l’Archevêque Gaspare Rodriguez. D »autres Reconnaissances eurent lieu en 1637, 1770, 1866, 1970.

*

 Les Reliques du Miracle furent conservées dans la petite église originaire (dans le « beau Pays » l’Italie, dans la région des Abruzzes, province de Chieti, dans la ville de Lanciano) jusqu’en 1258, passant successivement des mains des basiliens à celles des bénédictins (env. 1074) et après la parenthèse archipresbytérale (1229-1252) dans les mains des franciscains.

L’église du Miracle fut alors confiée au clergé local, en la personne de l’archiprêtre, jusqu’à la venue des franciscains le 3 avril 1252. En 1258 les frères franciscains reconstruirent l’église et la dédièrent à San Francesco. En 1809, lorsque Napoléon Ier supprima les ordres religieux, ils durent à leur tour quitter ce lieu. C’est seulement en juin 1953 qu’ils retrouvèrent leur ancien couvent.

Les reliques, enfermées dans un reliquaire d’ivoire, furent conservées premièrement dans l’église de San Legonziano et ensuite dans celle de San Francesco. Au temps des incursions des turcs dans les Abruzzes, un frère mineur, nommé Giovanni Antonio di Mastro Renzo, voulut les sauver et le 1er Août 1566 partit en les emportant avec lui. Après avoir marché toute la nuit, le lendemain matin il se retrouva encore aux portes de Lanciano.

Il comprit alors qu’il devait rester avec ses compagnons pour conserver les reliques. Celles-ci, une fois le danger passé, furent déposées sur un autel digne d’elles, sur le côté droit de l’unique nef de l’église conventuelle.

Elles furent enfermées dans un vase de cristal, celui-ci déposé dans une armoire en bois, fermé avec quatre clés. En 1920, les reliques furent déposées derrière le nouvel autel majeur. Depuis 1923, la « chair » est exposée dans le soleil d’un ostensoir, alors que les caillots de sang desséchés, sont contenus dans un calice de cristal au pied de cet ostensoir.

*

L’examen scientifique

En novembre 1970, sur les instances de l’archevêque de Lanciano, Monseigneur Perantoni et du ministre provincial des Conventuels des Abruzzes et avec l’autorisation de Rome, les Franciscains de Lanciano décidèrent de soumettre à un examen scientifique ces « reliques » qui dataient d’environ 12 siècles.

 Le 18 novembre 1970, le docteur Linoli effectua des prélèvements sur les reliques sacrées et procéda aux analyses en laboratoire.

Le 4 mars 1971, le professeur présenta un compte-rendu détaillé des diverses études effectuées. En voici les conclusions essentielles:

    1. La « chair miraculeuse » est vraiment chair constituée du tissu musculaire strié du myocarde.

    2. Le « sang miraculeux » est vrai sang: les analyses chromatographiques le démontrent avec certitude absolue et indiscutable.

    3. L’étude immunologique démontre que la chair et le sang sont vraiment de nature humaine et la preuve immuno-hématologique permet d’affirmer avec toute objectivité et certitude que tous deux appartiennent au même groupe sanguin AB. Cette identité du groupe sanguin peut indiquer l’appartenance de la chair et du sang à la même personne, avec toutefois la possibilité de l’appartenance à deux individus différents du même groupe sanguin.

    4. Les protéines contenues dans le sang sont normalement réparties dans un pourcentage identique à celui du schéma sérum-protéique du sang frais normal.

    5. Aucune section histologique n’a révélé des traces d’infiltrations de sels ou de substances conservatrices utilisées dans l’antiquité à des fins de momification. Naturellement, la conservation de protéines et de minéraux observés dans la chair et dans le sang de Lanciano n’est pas impossible ni exceptionnelle : les analyses répétées ont permis de trouver des protéines dans les momies égyptiennes de 4 et de 5000 ans. Mais il est opportun de souligner que le cas d’un corps momifié selon les procédés connus est très différent de celui d’un fragment du myocarde laissé à l’état naturel pendant des siècles, exposé aux agents physiques atmosphériques et biochimiques.

    *

Le prof. Linoli écarte même l’hypothèse d’une imposture commise dans les siècles passés. « En fait, dit-il, supposant qu’ont ait prélevé le coeur d’un cadavre, j’affirme que seulement une main experte en dissection anatomique aurait pu obtenir une « coupe » uniforme d’une viscère creuse (comme on peut encore l’entrevoir sur la « chair ») et tangentielle à la superficie de cette viscère, comme le démontre le cours longitudinal, de façon prédominante, des bandes des fibres musculaires, visibles en plusieurs points dans les préparations histologiques. En outre, si le sang avait été prélevé sur un cadavre, il se serait rapidement altéré par déliquescence ou putréfaction. »

*

Nouvel examen scienfique

Le rapport du prof. Linoli fut publié dans « Quaderni Sclavo in Diagnostica », 1971, fasc. 3 (Grafiche Meini, Siena) et suscita un vif intérêt dans le monde scientifique. Aussi en 1973, le Conseil Supérieur de l’Organisation mondiale de la Santé O.M.S./O.N.U. nomma une commission scientifique pour vérifier, selon des expériences de contrôle, les conclusions du médecin italien. Les travaux durèrent 15 mois avec un total de 500 examens. Les recherches furent les mêmes que celles effectuées par le prof. Linoli, avec d’autres compléments. La conclusion de toutes les réactions et de toutes les recherches confirmèrent ce qui avait déjà été déclaré et publié en Italie. De manière précise, il fut affirmé que les fragments prélevés à Lanciano ne pouvaient pas être assimilés à des tissus momifiés. Leur conservation après presque douze siècles, dans des reliquaires de verre et en l’absence de substances conservatives, antiseptiques, antifermentatives et momificantes, n’est pas scientifiquement expliquable : en fait les vases qui renferment ces reliques n’empêchent pas l’accès de l’air et de la lumière ni l’entrée de parasites d’ordre végétal ou animal, véhicules ordinaires de l’air atmosphérique. Quant à la nature du fragment de chair, la commission déclare sans hésitation qu’il s’agit d’un tissu vivant car il répond rapidement à toutes les réactions cliniques propres aux êtres vivants.

*

Ce verdict confirme donc pleinement les conclusions du prof. Linoli. Il n’est pas moins surprenant de constater qu’un miracle italien du haut Moyen Âge ait intéressé à ce point l’OMS et les Nations Unies !

Mais voilà une autre surprise, l’extrait du compte-rendu des travaux scientifiques de la Commission Médicale de l’OMS et de l’ONU, publié en décembre 1976 à New-York et à Genève, déclare dans sa conclusion que la science, consciente de ses limites, se rend devant l’impossibilité de donner une explication. Le dernier paragraphe n’est certainement pas une déclaration de foi religieuse mais c’est au moins l’apologie de l’humilité que doit posséder celui qui se dévoue à la recherche scientifique. Le scientifique, à un certain moment de ses investigations, doit se rappeler qu’il n’est rien d’autre qu’un homme sur la planète terre.

http://www.miracoloeucaristico.eu/francese/indexfrancese.php

NDLR :

Aller à la Messe, c’est assister à un Miracle chaque dimanche… Et nous avons Foi en ce Miracle sans voir, sans avoir de preuves. « Heureux celui qui croit sans avoir vu ! »

…. Et pourtant, ce miracle de Lanciano, dont les résultats de l’étude scientifique se révèlent « inexplicables », a-t-il pour autant converti le monde ?..

Cela rappelle étrangement le Milagruco de Garabandal – le « petit Miracle » demandé par Conchita à la Sainte Vierge pour que le monde croie….- qui n’a pas non plus converti tout le monde…

Certains auront beau avoir des preuves sous les yeux… rien n’y fera !
La Foi est un don de Dieu et il faut accepter d’ouvrir les yeux pour les voir. Ouvrir les yeux de l’âme pour voir la beauté de Dieu et entrevoir tous les mystères….
Ni la science ni les hommes ne pourront La donner. Seul Dieu nous donne la Foi, permet des Miracles pour que le monde croie et reconnaisse Sa Toute Puissance….  le malheur, c’est que le plus grand nombre ferme encore les yeux.

miracle de Lanciano

Publié dans G- Hors de l'Eglise, point de Salut !, J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

- Lettre de Joey Lomangino 29/09

Posté par Pèlerin le 24 septembre 2010

 

http://www.garabandal.us/workers.html

29 septembre 2010

Dévotion à St Michel Archange

 *

« Mais en ce temps-là s’élèvera Michel le grand prince, qui est pour les fils de ton peuple ; et viendra un temps, tel qu’il n’y en a pas eu depuis que les nations ont commencé d’être jusqu’à alors. » Daniel (12, 1)

«  Le fait que l’ange de Garabandal soit l’archange Saint Michel a un sens particulier. Cela indiquait le thème de base qui se déroulait alors dans le village. La présence de St Michel était l’annonce du grand drame spirituel qui allait envelopper le monde et pour lequel Garabandal devait être l’un des actes et aussi l’annonce d’une terrible lutte dans le monde entre les forces du bien et les forces du mal. Ceux qui ont à coeur le Message de Garabandal le comprennent et prient fréquemment St Michel, lui que l’Eglise a toujours invoqué avec force dans la bataille contre le démon. » Fr Joseph Pelletier « Dieu parle à Garabandal » 

« Moi, votre Mère, par l’intercession de St Michel Archange, je vous demande de vous amender ». Second Message de Garabandal en date du 18 juin 1965

*

L’Eglise Catholique Romaine, depuis des générations, a maintenu une dévotion à St Michel Archange. Cette dévotion s’enracine dans l’Ecriture Sainte, par l’usage de son nom dans le livre des Prophéties, les nombreuses intercessions qui lui sont attribuées dans l’héritage de la Tradition hébraïque puis, par la suite, dans l’exégèse des Pères de l’Eglise.

A l’Ouest, la dévotion populaire répandue au travers des apparitions de l’Archange à travers l’Europe dans les heures sombres de l’antiquité. A Monte San Angelo ou au Mont Saint Michel, pour ne citer que ces exemples, des sanctuaires sont devenus des hauts lieux de pélerinages. Ils existent depuis des siècles et sont aujourd’hui comme des testaments du patrimoine chrétien d’Europe.

*

La dévotion moderne à St Michel commence vraiment avec les apparitions d’une carmélite portugaise, Antonia D’Astonac, servante de Dieu, qui fut inspirée d’une série de prières attribuées à Saint Michel. Ces prières s’adressent à St Michel et aussi au neuf choeurs d’Anges. A ceux qui récitent le chapelet avec foi, Saint Michel a promis une assistance spirituelle constante : victoire contre toute influence démoniaque dans les familles, sanctification, et quand le chapelet est récité avant la Sainte Messe, escorte d’anges à la communion. Ce chapelet a été approuvé avec indulgence plénière aux conditions fixées en 1851 par Sa Sainteté le Pape Pie IX.

*

Une trentaine d’années après cette reconnaissance, la dévotion à Saint Michel Archange s’est répandue rapidement dans toute l’Eglise avec le consentement du St Père. En 1884, le Pape Léon XIII reçut une mystérieuse révélation lors de la messe, et qui l’alarma. Bienqu’il ne fût pas inspiré de l’écrire, ses contemporains ont rapporté que le Saint Père avait eu connaissance que Satan disposait de cent ans pour une terrible bataille contre l’Eglise Catholique, jusqu’à la détruire.

Léon XIII, profondément ému par cette prophétie, recommanda la défense de l’Eglise à Saint Michel Archange en promulguant cette prière :

Saint Michel Archange,

défendez-nous dans le combat,

soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon.

Que Dieu exerce sur lui son empire,

nous vous le demandons en suppliant.

Et vous, Prince de la Milice Céleste,

repoussez en enfer par la force divine

Satan et les autres esprits mauvais

qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes.

Ainsi soit-il !

*

Quand on regarde en arrière le XXè siècle sanglant, toute la violence qui a conduit à la persécution et au martyre de millions de catholiques dans le monde par la main de régimes communistes et totalitaires – malgré tout, l’Eglise est toujours là.

*

Comme beaucoup s’en souviennent, cette prière de Léon XIII clôturait chaque messe jusqu’à l’introduction du Novus Ordo en 1970.

Ironiquement, en 1984, cent ans après la vision de Léon XIII, le pape Jean-Paul II remit la prière au goût du jour, par un indult sur l’usage facultatif de cette prière à la fin de la Messe. Plus tard, le Saint Père parla clairement, « même si cette prière n’est plus récitée à la fin de la messe, je demande à chacun de ne pas l’oublier et de la réciter pour obtenir de l’aide dans la bataille contre les forces des ténèbres et contre les esprits du démon de ce monde ». (NDLR… et pourtant les fillettes de Garabandal « pleuraient » de voir que l’on ne la récitait plus à une heure où l’Eglise et le monde en ont le plus besoin….)

*

Ce qui nous ramène au sujet des Apparitions de Garabandal.

Ici, Saint Michel est au devant de la scène. Ses apparitions, qui commencèrent le 18 juin 1961, précédèrent et préparèrent le chemin pour celles de la Sainte Vierge. Les voyantes, âgées de 11 et 12 ans à ce moment-là, le décrirent distinctement, souriant, aimable, âgé d’à peu près 9 ans.

A propos, il n’est pas anormal que Saint Michel soit apparu sous des traits si jeunes, de l’âge des fillettes : c’était dans le but de ne pas les effrayer. C’est un phénomène que l’on retrouve dans d’autres apparitions angéliques, comme celles à Sainte Catherine Labouré.

Durant toute la période des apparitions, Saint Michel porta la Sainte Communion aux voyantes, les jours où il n’y avait pas de messe au village. Il est bon de rappeler ses instructions pour bien recevoir le Corps et le Sang de Jésus-Christ. Avant de recevoir la communion, il demandait aux fillettes de réciter l’Acte de Contrition et avant de rendre les grâces après avoir communié, il leur enseignait l’Anima Christi de Saint Ignace de Loyola (Âme du Christ) (NDLR… voir dans la page « prières et cantiques » en haut de ce blog). Quand elles demandaientt d’où venaient les hosties, Saint Michel leur répondait qu’il les prenait dans les tabernacles de la terre, parce que « les anges ne peuvent pas consacrer ».

Saint Michel était un intermédiaire au travers des apparitions, apparaissant souvent au côté de la Sainte Vierge et en compagnie d’un autre qui restait anonyme. Il était le ministre de l’hostie visible dans le « Petit Miracle » (Milagruco) et était le porteur du Second Message de Garabandal le 18 juin 1965, qu’il donna aux voyantes en personne.

*

Nous n’avons pas l’opportunité ici de repasser en détail toutes les interventions de Saint Michel durant ces Apparitions. Nous ne pouvons que vous rediriger vers nos travaux sur Garabandal contenus sur notre site web – www.garabandal.us – et à usage gratuit.

En ces jours proches de la fête des Saints Archanges et des Anges Gardiens, nous vous recommandons vivement cette dévotion. Ces temps de crise empreints de violence et au bord de la catastrophe doivent nous motiver à nous tourner vers Notre Dame et à grandir dans notre dévotion au Prince des Anges, pour qu’il nous assiste ainsi que nos proches, nous protège et nous délivre des démons de cette heure.

Que Saint Michel Archange, Gardien du Peuple de Dieu, patron et protecteur de l’Eglise de Jésus-Christ et victorieux par la puissance de Dieu sur Ses ennemis, soutienne et affermisse la foi de notre génération.

Union de prière,

The Workers of Our Lady of Mount Carmel de Garabandal Lindenhurst, NY USA

Publié dans G- Hors de l'Eglise, point de Salut !, I- Joey Lomangino | Pas de Commentaire »

1234
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE