- Ô combien serons-nous étonnés

Posté par Pèlerin le 1 septembre 2010

 O combien serons-nous étonnés !

 

Certes, nous serons bien étonnés, au dernier jour, de nous trouver les mains vides, tandis que tel et tel que nous méprisions seront chargés de mérites et de couronnes.

Nous serons bien étonnés d’avoir tant travaillé, tant fatigué, tant peiné, et d’avoir acquis si peu, parce que nous aurons tout fait par intérêt, par amour-propre, par routine, rien par amour de Dieu.

Nous serons bien étonnés d’être si tôt arrivés au terme de notre existence, nous qui pensions avoir à peine fait quelques pas dans la vie, et de nous trouver dans l’impossibiité de regagner le temps perdu.

Nous serons bien étonnés de voir que nous nous faisions de si fatales illusions, jugeant toutes choses d’après les maximes du monde et nos courtes vues humaines, tandis qu’il n’y a de vérité et de sûreté que dans les maximes de l’Evangile, non seulement admises en théorie, mais journellement pratiquées.

Nous serons bien étonnés d’avoir à endurer de longues et cruelles expiations, nous qui étions persuadés qu’en récitant quelques prières et faisant quelques prières nous éviterions le purgatoire.

Nous serons bien étonnés de nous être toujours crus si bien instruits de la doctrine chrétienne, et de constater que nous n’avons jamais compris ne ce que c’est que d’aimer son prochain comme soi-même, ni ce que c’est que de porter sa croix, ni ce que c’est que d’être humble, vigilant, mortifié, et patient…

Nous serons bien étonnés quand Dieu nous dira que nous avons vécu en païens et non en chrétiens, que nous avons agi selon la lettre de la loi impie, mais non selon l’esprit divin, et que la plupart de nos bonnes oeuvres elles-mêmes ont été perdues pour le ciel.

Voulons-nous prévenir ces douloureux étonnements ? Il en est temps encore. Rentrons en nous-mêmes ; pesons nos actes, nos paroles, nos pensées, nos intentions au poids du sanctuaire ; examinons-les à la lumière de l’Evangile, et faisons courageusement les réformes que notre conscience nous prescrira.

Mais de grâce, ne soyons pas dupes de nous-mêmes ! Ne disons pas comme tant d’autres : »Oui, c’est prudent, c’est sage, je vais le faire, « tandis qu’en réalité nous ne ferons rien du tout. Si nous voulons agir sérieusement, agissons tout de suite ».

Il y a un moyen sûr d’agir tout de suite, c’est d’aller à l’école de notre Maman du Ciel, Notre Dame du Mont Carmel de Garabandal.

« Vous devez faire les efforts pour éviter la colère de Dieu ».

Laisser un commentaire

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE