• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 5 septembre 2010

- Parution d’un livre…

Posté par Pèlerin le 5 septembre 2010

Quand des auteurs s’intéressent à Garabandal et donnent leur point de vue sur les faits qui ont eu lieu entre 1961 et 1965…

 « La risa de la Virgen » : « Le rire de la Vierge », roman (espagnol) d’Enrique Alvarez, dont la sortie (en Espagne) est prévue pour fin octobre 2010, avec pour toile de fond, les événements de Garabandal…

Le roman est déjà qualifié d’oeuvre littéraire de référence. La rumeur de sa sortie éveille déjà curiosité et impatience. L’auteur réalise ainsi une incursion narrative dans les faits de Garabandal…

Enrique Alvarez rappelle que la littérature ne s’est jamais intéressée au sujet. De l’avis de l’auteur, faisait donc défaut la « chronique de roman » sur les faits de Garabandal, qui prenne en compte la situation politique et théologique de l’époque, et qui de même fournisse une explication sur les « véritables raisons de l’opposition de l’Eglise de Santander en dépit des énormes bénéfices qu’elle aurait pu en tirer. »

L’an prochain sera le cinquantenaire du début des Apparitions de Garabandal, considérées en Cantabrie, comme l’un des faits les plus singuliers de l’histoire contemporaine de la région, par ses répercutions dans le pays et de par le monde, et qui imprégna le purement religieux.

L’auteur souligne que même si l’évêque de Santander a nié le caractère surnaturel -ce qui d’ailleurs a empêché jusqu’à aujourd’hui la formation d’un sanctuaire marial – les faits ont survécu au temps…. en sont la preuve les pélerinages (associations et groupes d’étrangers), mais est resté gravé aussi dans la mémoire, ce qui a été et reste encore aujourd’hui une grande énigme, un défi pour la science.

Le roman qui se situe entre la fiction et les faits réels de Garabandal relate donc une histoire à une période cruciale, celle qui précède la crise des années soixante.

L’auteur a bâti son livre autour de ces questions : « Des petites de notre région pouvaient-elles vraiment, en 1961, monter une fraude religieuse de dimension aussi phénoménale, et la monter à elles seules ou poussées uniquement par la pression sociale du moment ? »

Il pose aussi cette question « ne serait-il pas plus certain que les petites ont vraiment vu ce qu’elles ont raconté mais que ce fut la pression sociale de l’époque, celle du Concile Vatican II -si opposé au phénomène des miracles et des apparitions en général , et malmené dans la révolution interne de l’Eglise- qui provoqua la rétractation forcée (jugement de l’évêché) sur une note de scandale.

A surveiller s’il sortira en Français….
L’article dans son intégralité mais en espagnol sur :

http://www.eldiariomontanes.es/v/20100905

***

Enrique Álvarez novela el fenómeno de Garabandal en ‘La risa de la Virgen’

El escritor publica en octubre en Ediciones Tantín una crónica que indaga en el «trasfondo político y teológico» de las apariciones marianas, dentro de un «fresco de la vida santanderina» 
 

 Una ficción con la historia de Garabandal al fondo se asomará al otoño literario de Cantabria. Una novedad editorial que se prevé como una de las propuestas literarias de referencia. El rumor de su aparición ya ha despertado curiosidad y expectación. Su autor, el escritor Enrique Alvarez, realiza una incursión narrativa en unos hechos que se han movido siempre entre la religiosidad, la fascinación por las historias, el fenómeno popular, la superchería o el fervor.

Casi medio siglo después de que se supiera de las primeras apariciones de la Virgen en San Sebastián de Garabandal y se anunciara el milagro, Enrique Alvarez invita al lector a una inmersión en hechos, lugares y fechas en torno a las cuatro niñas que, en 1961, recibieron la visita de un ángel que les anunció que la virgen se les aparecería. Un fenómeno que ha sido objeto de publicaciones, tesis, investigaciones e incursiones en el cine, y que provocó que la pequeña localidad de Rionansa se convirtiera en centro de peregrinación durante años.

El próximo año se cumplen cincuenta años del comienzo de las apariciones de San Sebastián de Garabandal, considerado uno de los sucesos más singulares de la historia contemporánea de Cantabria por sus amplias repercusiones dentro y fuera de nuestro país, que trascendieron lo meramente religioso.

El autor que se ha atrevido ahora con este material lleva ya más de tres décadas de escritura y dedicación constante a la creación literaria, amén de su conocida labor en la gestión cultural desde el ayuntamiento santanderino.

Su doble regreso, el narrativo con una nueva novela, género que ha alternado con una querencia fiel y fructífera por los cuentos, y el puramente editorial, por cuanto llevaba cerca de cuatro años sin asomarse al escaparate de novedades, se plasma este otoño en ‘La risa de la Virgen’, que el editor José Luis Fernández, Ediciones Tantín, publicará en octubre. En este periodo, con fases desiguales de actualidad y atención sobre el fenómeno Garabandal, se han sucedido publicaciones y libros sobre aquellos hechos, que abarcan desde lo puramente apologético a lo duramente crítico, pasando por las más recientes interpretaciones que lo sitúan en la órbita de la ufología.

No obstante, el propio Enrique Alvarez recuerda que la literatura propiamente dicha no se ha ocupado de ellos. A juicio del narrador, se hallaba pendiente «la crónica novelada de lo que aconteció en Garabandal en aquellos años, que indague en el trasfondo político y teológico, en la ‘trama invisible’ de los sucesos». E incluso que explique «las verdaderas razones por las que la Iglesia santanderina se opuso a ellos a pesar de los enormes beneficios que en apariencia podría reportarle».

Gran enigma

Enrique Álvarez explica que, ante este reto narrativo pero también histórico, ha profundizado durante años en ese ámbito. ‘Garabandal, la risa de la Virgen’ es el fruto de esta entrega al pasado. Una novela editada por Tantín que estará en las librerías a finales del próximo octubre.

El escritor subraya que aunque el obispado de Santander «les negara carácter sobrenatural -lo que ha impedido hasta el día de hoy la formación de un gran centro mundial de espiritualidad mariana-, los sucesos han logrado una extraña pervivencia en el tiempo, que se manifiesta no sólo en el mantenimiento de peregrinaciones periódicas, sobre todo de asociaciones y círculos extranjeros, sino también en la memoria de lo que constituyó y aún permanece como un gran enigma que desafía a la ciencia».

La novela indaga en estos interrogantes, aunque dentro de una ficción -apunta el autor- que trata de ser «un gran fresco de la vida santanderina». La crónica se centra en un periodo tan «crucial» como el que precede inmediatamente a la gran crisis de los años sesenta: «Con personajes reales, como Miguel Bravo o el obispo Puchol, junto a otros de pura ficción, prototipos a su vez de la burguesía española de provincias, con sus miserias, sus frustraciones y sus anhelos íntimos, tan asombrosamente lejanos a los de la burguesía actual», sostiene el narrador.

(…)

Ahora, tras varios años de investigación, el autor trata de responder en su nueva obra a varias cuestiones que vertebran su narración: «¿De verdad podían unas niñas de nuestra región, en aquel lejano 1961, montar un fraude religioso de dimensiones tan colosales, y montarlo ellas solas, o empujadas únicamente por la presión social del momento?». Además se pregunta si «no sería más cierto que las niñas vieron de verdad lo que decían, pero que fue esa presión social de la época, la del Concilio Vaticano II, tan contrario a la milagrería y al aparicionismo, tan volcado en la revolución interna de la Iglesia, lo que las acabó forzando a una retractación que tuvo caracteres de gran escándalo».

Publié dans L- Livre : La risa de la Virgen | Pas de Commentaire »

- Septembre, neuvaine à St Michel Archange

Posté par Pèlerin le 5 septembre 2010

L’Archange St Michel est apparu à plusieurs reprises à Garabandal…

Conchita regrettait que l’on oublie de réciter la prière à St Michel à la fin de la Messe, à l’époque où l’on a le plus besoin de lui…

 

Récitez chaque jour le Confiteor, formulez votre demande, puis dire trois fois le Pater Noster, l’ Ave Maria et le Gloria Patri. Terminez par la prière suivante (selon les jours)

Neuvaine à l’Archange Saint Michel et aux neuf Chœurs des Anges (du 21 au 29 septembre)

Cette Neuvaine à l’Archange Saint Michel et aux neuf Chœurs des Anges obtient des grâces extraordinaires et le secours du Ciel contre les afflictions et actions d’origine démoniaque. Pendant ces neuf jours, accompagner la neuvaine de la confession, de prières à Saint Michel, de chapelet, de jeûne… N’oublions pas que certains démons ne peuvent être chassés que par la prière et le jeûne. Aux conditions ordinaires, une indulgence plénière peut être gagnée au cours de la neuvaine (jour au choix), ou dans les huit jours suivants. (Pie IX, 26 novembre 1876)

Premier Jour : en l’honneur des Séraphins

Prince très glorieux de la Milice céleste, Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat contre les princes et les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants répandus dans l’air. Venez au secours des hommes que Dieu a faits à l’image de Sa propre Nature, et rachetés à grand prix de la tyrannie du démon. Ainsi soit-il.

Deuxième Jour : en l’honneur des Chérubins

Saint Michel, Prince de la Milice des Anges, je vous invoque, exaucez-moi. Je vous supplie de prendre mon âme, au dernier jour, sous votre très sainte garde et de la conduire au lieu de rafraîchissement, de la paix et du repos, où les âmes des saints attendent dans la joie ineffable le jugement à venir et la gloire de la résurrection glorieuse. Que je parle ou me taise, que je veille, que je marche ou me repose, gardez-moi dans l’accomplissement de toutes mes oeuvres, dans tous les actes de ma vie. Préservez-moi des tentations des démons et des peines de l’enfer. Ainsi soit-il.

Troisième Jour : en l’honneur des Trônes

Grand défenseur du peuple chrétien, Saint Michel Archange, pour remplir dignement la mission qui vous a été confiée de défendre l’Église, terrassez l’hérésie, exterminez les schismes et confondez l’incrédulité. Multipliez vos victoires sur les monstres infernaux qui veulent détruire notre foi. Que l’Église de Jésus-Christ accueille de nouveaux fidèles et s’agrège des royaumes entiers afin qu’elle puisse peupler le Ciel d’âmes élues, pour la plus grande gloire du divin Rédempteur, à qui vous-même devez vos triomphes, vos mérites et votre éternelle félicité. Ainsi soit-il.

Quatrième Jour : en l’honneur des Dominations

Ô vous, qui êtes le prince et le Porte-Étendard des bons Anges, assistez-moi toujours dans votre bonté et sauvez-moi. Des légions de l’ange des ténèbres préservez-moi, afin que, sous votre conduite, je partage la lumière des bons Anges. Devant le trône du Juge Suprême, soyez mon défenseur, plaidez ma cause et conjurez la colère du Juste Vengeur. Que, par vous, à mes travaux, à mon repos, à mes jours et à mes nuits soit donnée la prospérité; que ma pensée soit toujours prête pour les oeuvres de Dieu. Ainsi soit-il.

Cinquième Jour : en l’honneur des Puissances

Saint Michel Archange, vous que la sainte Église vénère comme son gardien et protecteur, à vous le Seigneur a confié la mission d’introduire dans la céleste félicité les âmes rachetées. Priez donc le Dieu de paix d’écraser Satan sous nos pieds afin qu’il ne puisse plus retenir les hommes dans ses chaînes et nuire à l’Église. présentez au Très-Haut nos prières, afin que, sans tarder, le Seigneur nous fasse miséricorde. Vous-même, saisissez le dragon, l’antique serpent, qui est le diable et Satan, et jetez-le enchaîné dans l’abîme, pour qu’il ne séduise plus les nations. Ainsi soit-il.

Sixième Jour : en l’honneur des Vertus

Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, afin que nous ne périssions pas au jour du redoutable jugement. prince très glorieux, souvenez-vous de nous, partout et toujours. Quand vous combattiez le dragon, on entendit dans le ciel la voix de ceux qui disaient : « Salut, honneur et gloire au Dieu Tout-Puissant ! » La mer se souleva, la terre trembla, quand vous descendîtes du Ciel, venez au secours du peuple de Dieu. Ainsi soit-il.

Septième Jour : en l’honneur des Principautés

Ô ! Saint Michel, Prince trois fois saint de la Milice sacrée, chargé par Dieu d’organiser et conduire les phalanges angéliques, très digne de tout culte, de toute louange et de tout éloge : éclairez mes sens intérieurs, fortifiez mon pauvre cœur agité par les tempêtes de cette vie, élevez vers les hauteurs de la céleste sagesse mon esprit incliné vers les choses de la terre; affermissez mes pas chancelants et ne permettez pas que j’abandonne le sentier qui conduit aux Cieux; guérissez les plaies de mon âme; faites disparaître la trace de toutes les souffrances qu’engendrent en moi mes misères et mes malheurs. Ainsi soit-il.

Huitième Jour : en l’honneur des Archanges

Archange Saint Michel, qui avez pour mission de recueillir nos prières, de diriger nos combats et de peser nos âmes, je rends hommage à votre beauté, — si semblable à celle de Dieu, qu’après son Verbe éternel aucun autre esprit céleste ne vous est comparable, — à votre pouvoir sans limites en faveur de ceux qui vous sont dévots; à votre volonté, harmonieusement unie à celle du Cœur Sacré de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie, pour le bien de l’homme. Défendez-moi contre les ennemis de mon âme et de mon corps. rendez-moi sensible au réconfort de votre assistance invisible et les effets de votre vigilante tendresse. Ainsi soit-il.

Neuvième Jour : en l’honneur des Anges

Glorieux Archange Saint Michel, grand zélateur de la gloire de Dieu et protecteur de l’Église universelle, vous à qui le Tout-Puissant a confié la mission de recevoir les âmes à la sortie du corps pour les présenter au très juste Juge; daignez me secourir dans mon dernier combat. Accompagné de mon bon Ange gardien, venez à mon aide et chassez loin de moi tous les esprits infernaux. Ne permettez pas qu’ils m’épouvantent alors. Fortifiez-moi dans la Foi, l’Espérance et la Charité, afin que mon âme, portée par vous à son juge, soit introduite aussitôt au lieu du repos, pour y régner éternellement avec son Rédempteur, dans la société des Esprits bienheureux. Ainsi soit-il.

Archange St Michel

Publié dans G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE