• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 10 septembre 2010

- Les évêques de Santander…

Posté par Pèlerin le 10 septembre 2010

En 2007, un prêtre de Torrelavega (qui a trouvé sa vocation à Garabandal au moment des Apparitions) m’a fait une réflexion intéressante sur les évêques de Santander au moment des événements de Garabandal.
Oui, remarque intéressante… et pour cette raison, je vous la partage.

Dans le tableau ci-dessous, vous remarquerez en effet que les évêques de Santander, depuis 1755, sont restés en poste 10, 20 voire 30 ans. Or constatez par vous-même ce qui se passe  en particulier autour des années 1961 et 1965 (même un peu après)…

Il fallut attendre 1971 pour qu’un évêque reste à nouveau 20 ans ! 

En effet, l’évêque Mgr Juan Antonio del Val Gallo, contrairement à ses prédécesseurs, fut plus favorable mais ne put le dire officiellement. En effet, rappelons que le 21 décembre 1977, il s’est déclaré ouvert, désirant faire procéder à l’examen des faits par une commission romano-santandérine. Il reçut même les petites à l’évêché.

Jusqu’à sa retraite en 1991, se rendant compte des défauts considérables dans le travail de la première commission, il institua une nouvelle enquête en 1986. À l’automne de la même année, il se rendit à Rome et soumit de nouvelles recommandations au sujet de Garabandal à la sacrée Congrégation de la doctrine de la Foi.

Puis en 1987, il émit une directive autorisant les prêtres visiteurs à Garabandal à célébrer la messe dans l’église du village, mettant ainsi fin aux restrictions imposées en 1962.

Monseigneur del Val Gallo fut interrogé en 1992. Il confirma ses décisions antérieures et indiqua qu’il avait complété son étude en 1991, et qu’il en avait présenté les résultats au cardinal Ratzinger.

***

Le commentaire du prêtre espagnol fut celui-ci…

« … Mgr del Val Gallo, contrairement à ses prédecesseurs qui sont restés très peu de temps à Santander, est quant à lui resté 20 ans !

 Ne peut-on penser que la Sainte Vierge n’étant pas satisfaite des évêques en poste au moment des apparitions, elle serait intervenue ?…

Si c’était vrai, ne pourrait-on pas alors considérer cette intervention du Ciel comme la preuve aussi que les évêques ne sont pas infaillibles ?!.. »

Don Francisco Javier Arriaza

24 sept 1755

10 octobre 1761

6 ans

Don Francisco Laso Santos de San Pedro

29 mars 1762

14 mai 1783

21 ans

Don Rafael Tomás Menéndez Luarca y Queipo de Llano

25 juin 1784

20 juin de 1819

35 ans

Don Juan Nepomuceno Gómez Durán

21 février1820

11 avril 1829

9 ans

Nommé au diocèse de Malaga

Don Felipe González Abarca

30 août 1829

12 marzo 1842

13 ans

Don Manuel Ramón Arias Teijeiro de Castro

17 janvier 1848

20 juillet 1859,

11 ans

retraité

Don José López Crespo

20 sept. 1859

21 mars 1875

16 ans

Don Vicente Calvo y Valero

5 juillet 1875

27 mars 1884

9 ans

Nommé au diocèse de Cadiz

Don Vicente Santiago Sánchez de Castro

27 mars 1884

19 sept. 1920

36 ans

Don Juan Plaza y Garcia

16 décembre 1920

10 juillet 1927

7 ans

Don José Eguino y Trecu

2 octobre 1928

7 mai 1961

Juste avant apparitions

Presque 33 ans

Auxiliaire de Don Eguino y TrecuDon Doroteo Fernandez Fernandez

1956

Janvier 1961

5 ans

18 juin 1961 : début des apparitions de Notre Dame du Mont Carmel à Garabandal

Puis administrateur

Janvier 1961

26 janvier 1962

1 an
Don Eugenio Beitia Aldazabal
Démissionne (maladie)

27 janvier 1962

23 janvier 1965

Démission (maladie)

3 ans
Puis reste Administrateur 6 mois

23 janvier 1965

14 août 1965

6 mois

1er jugement :

8 juillet 1965
Don Vicente Puchol Montis

15 août 1965

8 mai 1967

Accident de la route

22 mois

13 novembre 1965 : dernière apparition aux Pins

Don José Maria Cirarda Lachiondo

22 juillet 1968

3 décembre 1971

3 ans 1/2
Auxiliaire de Don Cirarda
Don Rafaël Torija de la Fuente
Puis auxiliaire de don Val Gallo

14 déc. 1969

16 janvier 1972

15 janvier 1972

1976

2 ans
4 ans
Don Juan Antonio del Val Gallo

Nommé 4/12/1971

Arrivé le 16/01/72

23 août 1991

Démissionne (âgé)

20 ans

Don José Vilaplana Blasco

23 août 1991

17 juillet 2006

15 ans

Nommé diocèse de Huelva

Administrateur
Don Carlos Osoro Sierra

17 juillet 2006

8 sept 2007

14 mois

Don Vicente Jimenez Zamora

9 sept 2007

En cours

 

Publié dans D- Des prêtres racontent | Commentaires fermés

- Les châtiments… Miséricorde de Dieu

Posté par Pèlerin le 10 septembre 2010

Jacinte de Fatima disait avant sa mort : « Il y a un secret du Ciel et un autre de la Terre, et celui-ci est terrifiant ; on se croira à la fin du monde, et dans ce cataclysme, tout sera isolé du ciel qui deviendra blanc comme la neige…. »

La maxime : « Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir », -il y a de l’espérance dirons-nous plus justement- doit être notre charte, car l’annonce de châtiments par la Justice de Dieu est encore un signe de la Miséricorde.

Et tel est bien le but Secret de Fatima puis du Message de Garabandal : donner aux âmes submergées par leurs péchés, le sursaut nécessaire pour se ressaisir, par la peur salutaire des châtiments annoncés.

Dieu a patienté. Les messages divins de Fatima et de Garabandal sur la venue de terribles châtiments, en punition de l’impiété universelle, ont été donnés en dépôt par Notre Dame, messagère de la Trinité, aux voyants, à Fatima le 13 juillet 1017 puis à Garabandal à partir de 1961.

Notre Seigneur a autoisé Lucie en 1927 à en dévoiler les deux premières parties.

La folie et la malice humaines ont fait que celles-ci ne furent publiquement connues qu’en 1942 (ce qui n’est pas beaucoup mieux pour le Message de Garabandal volontairement occulté jusqu’à nos jours) et, tronquées encore à l’époque, quant à ce qui concerne la Russie. Ils peuvent se résumer ainsi : Prière, pénitence, sinon c’est la chute en enfer.

A Garabandal, la Sainte Vierge, par la voix des 4 voyantes, réitère ses appels à la conversion ou le Seigneur enverra un terrible châtiment que les petites ont vu lors des « nuits des cris » en 1962.

Rien n’a changé depuis pour autant, tout au contraire. La mer du péché est devenue un océan gigantesque dont les eaux furieuses menacent de submerger l’humanité entière, car la dernière digue de protection : l’Eglise, est elle-même gravement lézardée. Satan en anime certains des plus hauts rouages, par lesquels il s’efforce, dans la rage de sa haine meurtrière, de tout saccager : foi, moeurs, sentiments, pensées, lois, règles naturelles de vie….

Il use pour cela de deux grands fléaux de notre temps : l’orgueil intellectuel et l’infidélité.

Cette annonce de la Justice implacable de Dieu, tant de fois méritée, ne conduira-t-elle pas enfin les âmes à la conversion, alors qu’elles continuent à sombrer dans l’impénitence finale ?

Jésus lui-même disait à Mme Royer, à propos de l’hécatombe de vies humaines de la guerre de 1914-1918, que celle-ci fut un moyen privilégié de tirer beaucoup d’âmes -par la peur et la souffrance – du gouffre de l’enfer vers lequel le Démon les entraînait immanquablement.

Car Dieu conduit les destinées de l’humanité à travers les événements : non seulement dans leur réalisation mais aussi dans leur annonce, qui est toujours pour les châtiments, nous l’avons dit, un signe de la Miséricorde.

Douter de la Miséricorde de Dieu est un péché grave … c’est un signe d’orgueil…

Prions afin que l’Avertissement que Dieu enverra, convertisse le monde…

Publié dans F- Garabandal est la suite de Fatima | Commentaires fermés

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE