- le 2 juillet…

Posté par Pèlerin le 16 septembre 2010

1ère Apparition de Notre Dame du Mont Carmel à Garabandal le 2 juillet 1961

*

 

- le 2 juillet... dans E- Garabandal, Terre Sainte... visitation.vignette 

« En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte à la montagne, dans une ville de Juda » (Luc 1,30)

Dans la vie évangélique de Marie, ce fut l’un des moments marquants : la Visitation à sa cousine Elisabeth, qui allait être mère de Jean Baptiste.

La commémoration liturgique de la Visitation revient chaque année le 2 juillet dans l’Eglise catholique toute entière (le calendrier liturgique a abandonné cette date traditionnelle pour l’avancer au 31 mai).

Mais en ce 2 juillet (1961) qui nous intéresse maintenant, il y eut un endroit où ce souvenir et cette commémoration eurent une résonance très spéciale….

Le petit village montagnard de Saint Sébastien de Garabandal connut ce jour-là la merveilleuse réédition de cette première Visitation de Marie.

Dans un élan de mère qui ne peut plus attendre davantage – ses enfants sont en danger -, de nouveau « Elle se leva et s’en fut à la Montagne ». Pourquoi ? Pour cohabiter avec nous et nous servir ! Comme il y a des siècles, Elle était allée chez Elisabeth cohabiter avec elle et la servir.

En cette nouvelle Visitation, les pas de la Vierge Pélerine furent beaucoup plus discrets que les premiers, et seuls les anges surent qu’Elle venait à nous…..

Ce passage de la « Tota Pulchra » se termina précisément à Saint Sébastien de Garabandal, où les hommes vivaient difficilement ; où l’on ne comprenait pas bien ce qu’un ange avait à y faire.

Cette chaude journée de fête s’achevait.

Dans les lointains couvents et monastères, c’était l’heure des Vêpres. A la fin de l’office, de nombreuses voix répétaient les mêmes paroles par lesquelles la Vierge toute pure avait épanché toute son intimité dans l’échange de salutations avec Elisabeth :

« Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur.

Parce qu’Il a jeté les yeux sur Son humble servante,

Oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse

car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses…..

Sa miséricorde s’étend d’âge en âge….

Il a déployé la force de Son bras :

pour disperser les hommes au coeur superbe,

pour élever les humbles…. » (Luc 1,46-55).

*

A Garabandal, personne ne réciterait les Vêpres ce soir-là. Et même si quelqu’un l’avait fait, il lui aurait été impossible de capter alors l’impressionnante dimension de nouvelle actualité qu’allaient prendre à partir de ce moment-là les anciennes paroles de Celle qui, dans la plénitude du temps, était partie en toute hâte vers la Montagne.

Elle est libre, cette Vierge, libre de se mouvoir vers les sommets, vers le ciel ; libre de courir au devoir, d’aller à la bataille, de vaquer à la besogne de Dieu, de s’y donner tout entière. Rien ne l’arrête. Elle ne craint rien, ni personne. Elle est soulevée par les plus saintes ambitions. L’honneur de Dieu, le bien de ses frères, voilà les seules passions de son âme et de son coeur.

Pourquoi cette indépendance, cette noblesse, cette force ? Elle est détachée des richesses de ce monde ; elle n’a que du mépris pour les plus grandes misères du péché ; elle ignore la concupiscence des yeux ; elle n’est pas arrêtée ni alourdie par le fardeau des fautes :

« Elle est l’Immaculée Conception »

*

Et nous, nous sommes dominés par la soif de l’or, absorbés par les préoccupations matérielles. Surtout avoir une belle situation, c’est l’affaire unique et la plus importante.

Celui qui aime tant l’argent en devient l’esclave. Son âme est à vendre. Il ne sera jamais tout à Dieu. Que ne ferait-on pas pour décrocher une position confortable pour soi ou ses enfants ?

On appelle cela : songer à l’avenir. Ce mot cache bien des vices !

Quand on est chrétien, l’avenir est au Ciel ; le but unique de notre vie sur terre ; but unique qu’il faut gagner avant tout.

*

En apparaissant à Garabandal, à de pauvres enfants de la terre, modestes dans leurs gestes et dans leurs vêtements de petites villageoises, la Sainte Vierge est venue rappeler : 

« Il a déployé la force de Son bras
pour disperser les hommes au coeur superbe,
pour élever les humbles. »

*

visitation dans E- Garabandal, Terre Sainte...

Laisser un commentaire

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE