- Possédées, les voyantes de Garabandal ?

Posté par Pèlerin le 28 septembre 2010

A plusieurs reprise, j’ai lu ci ou là que l’histoire de Garabandal n’était qu’une histoire de possession…. invoquant l’attitude des petites : marches extatiques en arrière, chutes soudaines sur les genoux, allongées au sol, etc.

Remarquons que jamais les petites en tombant ne se sont blessées. Quand elles étaient couchées au sol lors des extases, elles gardaient toujours une tenue correcte, les jupes tombant toujours sur les genoux, etc. Mais cette réponse reste insuffisante bien sûr.

Aussi ai-je choisi aujourd’hui de vous donner un extrait d’un livre du Chanoine Théodore Geiger, qui a réalisé nombre d’exorcismes au début du XXè siècle. Dans La Sainte Vierge et les possédés du démon, le Chanoine met en exergue certains signes de reconnaissance de la possession diabolique. Vous pourrez aisément ensuite convenir que l’attitude des petites voyantes de Garabandal n’a rien à voir avec le démon

*

La possession, ce qu’elle signifie…

Il y a eu de tout temps des saints qui ont été sujets non pas seulement aux tentations ordinaires du démon mais à des assauts qu’aucune loi naturelle ne peut expliquer. Cependant, durant les plus terribles combats ces saints sont restés libres et maîtres d’eux-mêmes. Le démon les a torturés sans toutefois les posséder. C’est ce qu’on appelle l’obsession, c’est à dire une action du dehors.

La personne possédée elle, cesse d’être elle-même comme le qualificatif le suggère déjà. Elle perd le pouvoir d’agir librement parce que ses actes et ses pensées sont mus par le démon qui la possède. Le démon s’empare de l’organisme humain et des facultés sensibles de la possédée. De cette manière il contraint sa victime à penser, à parler, à sentir et à agir selon les caprices du démon qui la possède. Si par exemple, cette personne désire prier, tout de suite le démon l’incitera plutôt à proférer des blasphèmes.

La manifestation d’une double réaction chez le sujet est un autre signe certain de possession diabolique. Ces réactions se distinguent par leurs effets contraires. On devrait plutôt dire qu’il y a là deux personnalités distinctes se substituant l’une à l’autre en ce sens que les pensées, les paroles et les actes de l’une sont tous contraires à ceux de l’autre.

Par exemple, une personne calme, obéissante, respectueuse, pieuse et douce de sa nature, changera subitement et deviendra au contraire de l’autre, impure, irréligieuse, vulgaire dans ses paroles, grossière et entêtée. Si quelqu’un s’avise de lui faire des observations sur sa conduite ou de la contredire, elle entrera dans une colère terrible, sans égard pour qui que ce soit. Elle menacera même son adversaire de coups, en lui adressant de cuisantes remarques.(…) Si l’on devait trouver à la place de ces vertus mentionnées plus haut, la méchanceté, l’impiété, la haine, la colère portée au paroxysme chez le même sujet, on peut justement craindre et supposer que cette personne esst possédée du démon. Je vais vous parler d’un cas seulement dont j’ai été le témoin.

J’ai été appelé un jour dans un foyer où la mère avait apporté la statue d’un saint pour en décorer une des pièces de sa maison. A la vue de cette statue, sa fille devint furieusement folle, et prenant un marteau, elle la mit en morceaux. Cet acte comme d’autres manifestations du même genre m’avaient intrigué et j’ai été tenté de lui dire : «Vous êtes folle ou possédée du démon. » Un autre jour, sans qu’elle le sache, j’ai eu l’idée de l’exorciser en me servant de la formule abrégée. Après lui avoir donné l’absolution en confession, j’adressai quelques mots en latin au démon. La jeune fille perdit subitement conscience et le démon se trahit. A ma demande, il me répondit qu’elle était en possession des trois démons : Bel, Belzébuth et Cerbérus.

*

Un autre signe de possession diabolique est d’avoir les choses saintes en aversion. La personne possédée s’apercevra que la prière lui inspire une répugnance constant et qu’elle est incapable de prier. Toutes les pratiques de piété la dégoûteront. La vue d’une image sainte l’agacera de même. Elle sera tentée de contredire les prédicateurs en chaire. Sa présence dans l’église surtout durant la sainte Messe l’ennuiera et il lui arrivera quelquefois de quitter le lieu saint soudainement et sans raison. Toutes ces résistances, cette agitation et cet ennui ont pour auteur le démon qui possède cette personne ; et tout ce qui se rapporte à Dieu et à la religion, lui inflige une douleur intense. Et parce que dans les circonstances, cette douleur lui cuit, le démon obligera cette personne à se détourner malgré elle de toutes les choses saintes.

Lorsque la personne possédée est contrainte à faire ce qu’elle n’aime pas, le démon la torture à un tel point que, perdant sa maîtrise, il se montrera et se trahira. J’en ai souvent fait l’expérience…..

L’âme de la personne possédée se replie sur elle-même, pour ainsi dire. Le démon domine l’organisme humain qui lui sert d’instrument dans ses propres paroles ou actions. Le corps de cette personne devient la propriété du démon qui le possède même durant le cours de l’exorcisme. La sensibilité naturelle disparaît complètement. Celle-ci, cependant, fait place à une perception surnaturelle diabolique causée par la présence du démon en elle. Ses sens sont dominés non pas par son âme, mais par le démon lui-même. Vous pouvez lui crier dans les oreilles, lui ouvrir les yeux de force pour lui faire voir un objet placé devant elle, ou la pincer, la piquer même avec une aiguille, elle n’en a aucunement conscience. D’un autre côté, aussitôt que vous prononcez le saint nom de Jésus, que vous récitez un bout de prière ou que vous mettez un crucifix sur ses yeux, vous remarquez immédiatement sur le corps de cette personne un tressaillement douloureux, souvent accompagné de contorsions violentes, de grincements de dents et de cris. Les mêmes manifestations diaboliques se produisent si vous lui montrez une image sainte, ou que le prêtre touche avec son étole ou ses doigts consacrés. Voilà les marques de la sensibilité diabolique qui ont supprimé la sensibilité naturelle. Ces manifestations indiquent la douleur qu’éprouve le démon. De toucher, de voir ou simplement de se trouver en présence d’un objet bénit ou consacré à Dieu, tout cela inflige au démon d’atroces souffrantes.
C’est au cours des exorcismes surtout qu’on peut voir combien les choses saintes inspirent d’horreur au démon. Il mettra en pièces tout ce qu’il réussira à saisir.

***

J’ajouterai un commentaire…. lors des extases, les petites avaient un visage rayonnant comme si la beauté du Ciel se reflétait sur elles… jamais on ne les voyait aussi jolies qu’en extase.

Quand vous regardez le visage torturé d’Anne-Lise Michel, une âme possédée-expiatrice (allemande), vous constaterez les dégâts d’une possession diabolique non seulement sur l’âme mais aussi sur le corps de la personne….

*

possession diabolique Anne Lise Michel        Les voyantes de Garabandal

*

 

Laisser un commentaire

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE