• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 29 septembre 2010

- Garabandal prévient contre l’apostasie

Posté par Pèlerin le 29 septembre 2010

 

Avant d’entamer le sujet et de laisser la parole à l’Abbé de Baillencourt, un bref rappel d’histoire de l’Eglise….

L’Eglise catholique, avant le Concile Vatican II, avait interdit aux catholiques de prendre une part active dans le culte non-catholique.

*

Bulle de Pie XI promulgué par Benoît XV comme Canon 1258 §1 au Code de Droit Canonique (1917) :

“Il n’est pas permis aux fidèles d’assister activement ou de prendre part sous quelque forme que ce soit aux rites sacrés des non-catholiques. » (Communicatio in sacris)

 « … Il est donc parfaitement évident que c’est abandonner la religion divinement révélée que de se joindre aux partisans et propagateurs de pareilles doctrines. Une fausse apparence de bien peut plus facilement, alors qu’il s’agit de favoriser l’union de tous les chrétiens, entraîner quelques âmes… Il est évident que le Siège apostolique ne peut sous aucun prétexte participer à leur congrès et que les catholiques n’ont, à aucun prix, le droit de les favoriser par leur suffrage ou leur action… »

Bulle de Paul IV insérée dans le droit Canon : 2316 § 5:

« Celui qui, de quelque façon que ce soit, aide spontanément et sciemment à propager 1′hérésie, ou bien qui communique in divinis [= qui assiste au culte d’une secte non-catholique] avec les hérétiques contrairement à la prescription du canon 1258, est suspect d’hérésie ».

Commentaire: s’il ne s’amende pas, le suspect d’hérésie, au bout de six mois, doit être tenu pour hérétique, sujet aux peines des hérétiques (canon 2315).   

Ainsi, « celui qui coopère communicatio in sacris contraire à la disposition du Canon 1258, est soupçonné d’hérésie. »

Or, pour rappel, la Sainte Vierge est apparue à Garabandal à un moment important de l’histoire de l’Eglise, au moment où se déroulait le Concile Vatican II. Il y a sûrement une raison à cette coïncidence, et l’on ne peut dire aujourd’hui -vu la situation catastrophique de l’Eglise- que c’était pour se réjouir du désastre qui allait surgir… Elle venait mettre en garde contre certains dangers comme tant de fois Elle l’a fait à La Salette, à Fatima, etc. sur une crise que l’Eglise allait traverser….

D’autant plus qu’un événement grave doit survenir dans l’Eglise avant le Grand Miracle…. Faut-il y voir un lien ?..

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/08/11/signes-annonciateurs-de-lavertissement/

En effet Sérafin connaît par conchita, quel est l’événement qui doit précéder le Miracle, événement qui a trait à l’Eglise ; ainsi cette conversation avec un ami, le 16 août 1975. “Mais enfin Sérafin, toi qui connais l’événement qui te fera pouvoir dire que le Miracle est proche, ne serait pas quelque chose comme…. La Crise de l’Eglise ? Après avoir hésité, Sérafin dit : “L’Eglise doit tomber plus bas encore !” “Cela peut se faire très vite !”Nous allons voir !”

L’Abbé de Baillencourt continue : “Je précise ici qu’il ne s’agit pas du tout de l’événement religieux dont a parlé Conchita et qui coïnciderait avec le Miracle, le jour du Miracle, mais bien d’un autre très différent…..

***

Voici ce que dit l’Abbé de Baillencourt dans l’une de ses conférences…..

Si le Message de Garabandal, de la part de la Très Sainte Vierge, nous prévient des dangers que courent nos âmes de se réveiller un jour protestants ici sans s’en être rendus compte, si nous nous maintenons éveillés comme le serviteur vigilant qui empêche le voleur de venir, si nous cherchons à approfondir notre Foi et notre Charité, il est un exemple qui illustre au plus haut point cette résistance aux pièges qui nous enserrent ; c’est l’exemple le meilleur et le plus adéquat, me semble-t-il, pour notre période actuelle : l’histoire et le Martyre de Saint Herménégilde…. C’est un espagnol, Prince de la Maison Wisigothique, arien ici converti par son épouse, Princesse catholique Franque…. Espagne-France !

Herménégilde (555-585) est Prince Wisigoth arien d’Espagne.

Il se marie à Ingonde de Francie, sa cousine par la Mère de celle-ci ; arrière petite-fille de Clovis et de Sainte Clotilde.

Il fut associé au trône en 573 avec son frère Régared.

Sous l’influence de sa Mère Théodoria, de sa femme Ingonde et des pressantes sollicitations de Léandre, archevêque de Séville, qui devait le baptiser par la suite, Herménégilde abjura l’arianisme.

Cela valut au jeune couple d’être l’objet de violences incroyables….

Sa propre belle-mère (seconde femme de son père) fit appeler en son palais la jeune Princesse franque et, sur son refus d’accepter le Baptême arien, elle l’accabla d’outrages, la traîna par les cheveux et l’abandonna à ses femmes de service pour lui infliger de nouvelles torturse. L’innocente victime fut alors suspendue par des cordes et lentement plongée dans un réservoir d’eau par une froide température ; mais Ingonde sortit victorieuse de toutes ces épreuves.

Privé de ses droits au trône et dépouillé de ses biens, Herménégilde, autour de qui tous les catholiques las de la persécutino arienne se groupèrent, lutta pendant trois ans contre son Père. Celui-ci somma son fils de rentrer dans la Confession arienne ; refus ; la guerre éclata ; réfugié en Andalousie, le jeune chef catholique tint tête, mais si conscient de son bon droit qu’il ait été, il souffrait de lutter contre son père. A l’appel de son frère Régared, il accepta de venir négocier ; Léovigilde, son père, l’embrasse, déclare lui pardonner, et, tout à coup, sur un signe du Roi, les gardes arrêtent le jeune Prince, le dépouillent de ses vêtements, le jettent au cachot….

Vainement, on envoie évêques et théologiens ariens pour qu’il revienne au crédo de son Père : il ne cède pas. De longs mois, il souffre la captivité, les mauvais traitements et plus encore de la privation de la Sainte Eucharistie. Il fut même menacé du dernier supplice s’il n’acceptait pas la communion pascale des mains d’un évêque arien ! Herménégilde repoussa avec indignation cet évêque hérétique, préférant la mort à l’apostasie ! Léovigilde donne alors l’ordre de le décapiter dans sa geôle ; c’est la veille de Pâques 585 !

Quant à Ingonde, elle fut emprisonnée et emmenée captive en Afrique par les Grecs qu’Herménégilde avait entrâinés contre le Roi ; ceux-ci ne devaient pas la garder longtemps : elle mourut peu après, en 585, âgée de 18 ans, en Afrique….

Ce martyre et ces souffrances valurent à l’Espagne un renversement de Politique et un retour au Catholicisme : Régared succédait à son Père qui mourait en mai 586, se convertit et décida que, désormais, les Rois d’Espagne seraient catholiques. L’histoire de l’Espagne catholique commençait…..

*

En effet, Saint Herménégilde savait que la divine Eucharistie est le signe auguste de l’unité catholique et qu’il n’est pas permis de participer à la chair de notre Agneau Pascal avec ceux qui ne sont pas dans la véritable Eglise. Une consécration sacrilège peut mettre les hérétiques en possession du Divin Mystère si le caractère sacerdotal existe en celui qui a franchi la barrière de l’autel du Dieu qu’il blasphème ; mais le Catholique qui sait qu’il ne lui est même pas permis de prier avec les hérétiques, tremble à la vue du Mystère profané, et s’éloigne pour ne pas faire outrage au Rédempteur jusque dans le Mystère qu’Il na établi que pour s’unir à ses fidèles ». (Dom Guéranger).

N’est-ce pas donc en ce cachot espagnol de pâques 585 que s’exprime lumineusement et le mieux la situation de tous les catholiques ? Alors face à la proposition arienne et opposant un refus catégorique à la réception du plus grand des Sacrements, aujourd’hui face à la proposition moderniste et semi-arienne et devant opposer un identique refus à la réception du même Sacrement !

Saint Herménégilde a préféré manquer sa Communion Pascale (ce qui est grave) à une réception de la Communion valide des mains d’un évêque légitime mais passé à l’hérésie (ce qui est une apostasie faute beaucoup plus grave parce que contre la Foi).

Si le précepte de la communion pascale est grave, combien moins la ou les Communions de « dévotion » comme on les appelle ! Mais il y faut du courage, de la force d’âme.

A nous seulement d’être logiques avec nos convictions, notre Foi, comme Saint Herménégilde ! Et pour nous préserver de la mort surnaturelle (occasionnée par l’apostasie), d’opposer courageusement, avec constance, un tel refus à nos prêtres évêques légitimes mais passés à l’hérésie, le refus absolu d’une validité eucharistique sacrilège, au prix même de la mort physique comme notre Martyr !

Voilà où est la Substance du Message de Garabandal ! Voilà jusqu’où nous mène ce Message pour éviter la Mort surnaturelle ! Que celui qui peut comprendre comprenne !

***

NDLR

A l’heure actuelle (car le texte ci-dessus date de 1976), nous n’entendons plus parler de ces bulles de Paul IV et Pie XI insérées alors au Droit Canon… et l’apostasie s’est généralisée au sein de l’Eglise moderne et certains évêques même n’ont plus peur de le faire publiquement…. célébrations avec les anglicans, sermon en chaire protestante, prière à la mosquée, assistance aux cérémonies juives dans les synagogues….

A chacun d’en tirer les conclusions …. et de veiller à ne pas prendre le risque d’apostasier en participant aux « rassemblements » non catholiques.

Petit rappel aussi de ce que disait Sérafin le frère de Conchita au sujet d’un événement grave à venir avant le Grand Miracle…

Publié dans D- Des prêtres racontent, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

- Les Anges à Garabandal

Posté par Pèlerin le 29 septembre 2010

 

Les Anges à Garabandal

La première mention d’un Ange à Garabandal, nous la trouvons dans le Journal de conchita lorsqu’elle nous relate avec une description merveilleuse : « Soudain m’apparut un personnage très beau, dans un éclat éblouissant qui ne blessait pas la vue. » (18 juin 1961).

Le 24 juin 1961, Conchita écrit : « Nous ne l’avions jamais entendu parler. Ce jour-là, nous vîmes au-dessus de lui une inscription ; sur la première ligne était écrit : « Il faut que…. » et sur la dernière ligne figuraient des chiffres romains ».

Puis le 1er juillet : « L’Ange nous dit que le lendemain dimanche, la Vierge Marie viendrait sous le vocable de Notre Dame du Mont Carmel. L’inscription était toujours là, et nous ne savions pas ce qu’elle voulait dire. »

Très contentes, nous lui dîmes :

- Qu’Elle vienne vite !

Lui souriait, et nous lui dîmes :

- Que signifie cette inscription ?

- La Sainte Vierge vous le dira ».

Ce jour-là il nous parla de beaucoup de choses. Il rappelait à Jacinta, à Loli et à Mari-Cruz que le premier jour elles étaient sur le point d’appeler ma maman en croyant que j’avais une attaque. Il resta deux heures avec nous, et cela nous parut deux secondes. Ensuite il nous dit : « Je reviendrai demain avec la Vierge » et il s’en fut……. »

Et voici la description que Conchita nous fait de l’Ange : « L’Ange portait un vêtement bleu, long, ample, sans ceinture, ses ailes étaient rose clair, assez grandes, très jolies, sa petite figure ni longue, ni ronde, le nez très beau. Les yeux foncés, le teint basané ; il avait les mains très fines, les ongles coupés ; on ne voyait pas ses pieds. »

Le 2 juillet, nouvelle mention de l’Ange. Un autre Ange accompagne la Vierge, mais elles ne savent pas qui il est. « Le dimanche 2 juillet est arrivé…. Il était 6 heures du soir. Nous sommes allées à la Calleja, pour réciter le chapelet. Nous n’étions pas encore arrivées là que la Vierge nous apparaît. Deux Anges l’accompagnaient. L’un était Saint Michel, l’autre, nous ne savons pas. Il était habillé comme Saint Michel. On aurait dit des jumeaux. A côté de l’Ange de droite, à hauteur de la Vierge, il y avait un oeil de grande taille ; on aurait dit l’oeil de Dieu ».

Nous savons peu de choses du deuxième Ange, il n’apparaît qu’une seule fois lors de la première visite de la Vierge ; aucune autre mention n’en sera faite.

Nous savons, par Conchita elle-même, que l’autre est Saint Michel. Il apparaît comme ambassadeur de la Vierge, et par la suite comme catéchiste des voyantes, notamment pour ce qui touche la réception de la Sainte Communion….

*

Les Anges et Notre Dame de Garabandal

*

Publié dans D- Des prêtres racontent, E- Garabandal, Terre Sainte... | Pas de Commentaire »

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE