- La raison rend aveugle

Posté par Pèlerin le 1 octobre 2010

 

A noter tout d’abord cette évolution au cours des Notes des évêques de Santander…

La Note de Santander d’octobre 1962 disait: « les apparitions sont d’ordre naturel. »

La dernière du 10 juillet 1965 parle autrement « le caractère surnaturel de ces phénomènes ne peut être établi ».

*

Evolution des jugements des évêques qui confirme les précisions du Père Laffineur sur les apparitions…

En cas d’apparition réelle, d’extase réelle, seul le voyant possède l’évidence.

Les témoins d’une apparition réelle, eux, n’ont en aucune manière, l’évidence de « l’objet » vu par le voyant.

Ils doivent se contenter des signes contrôlables qu’en donne ce dernier.

Une comparaison : « Vous êtes devant moi, j’en ai l’évidence ». Mais si pour le moment, vous n’étiez visible que pour moi, il faudrait bien que ceux à qui je dirais que je vous vois, se contentent des « signes » que j’en donnerais, et de la valeur de crédibilité de « ceux-ci ».

Personne, nous disons personne, n’aura jamais « l’évidence » que Garabandal est surnaturel. Personne en dehors des quatre voyantes. Les autres, vous et moi, devront se contenter de l’étude des signes et des témoignages. On niera, ou on affirmera, mais en se servant uiquement de la raison humaine, de la raison raisonnante. Or, jamais dans son exercice normal, légitime, la raison comme telle, n’arrive à « l’évidence ». Elle se fait une opinion, elle peut atteindre une certitude, et c’est énorme, mais jamais la raison ne « voit ».

*

Nous le savons d’expérience personnelle, ni la méthode scientifique, ni l’obéissance rigoureuse à l’Eglise ne suffisent pour croire aux apparitions.

Un travail loyal et acharné peut conduire la raison humaine du prêtre, du chrétien, à la certitude que ces apparitions sont vraies, sans pour autant lui donner d’y croire.

Pourquoi ?

Parce que « l’objet » de l’apparition étant de nature surnaturelle, il est absolument nécessaire que la raison humaine soit intérieurement éclairée et que la volonté humaine soit intérieurement poussée, « mue » comme disent les théologiens, par une grâce surnaturelle.

Ici, « l’objet » est la personne, la présence et l’action mystérieuse de Notre Dame du Carmel et de Saint Michel. Pour croire en Elle et en Lui, pour leur donner nos coeurs, les certitudes de la raison ne suffisent pas, il faut la grâce de la …. Foi, la nouvelle pupille de l’oeil, dirait Sainte Catherine de Sienne.

*

Même le Saint Office est dans l’attente d’éléments nouveaux et n’a pas encore porté de jugement…. alors que les réfractaires et ceux qui ont tôt fait de condamner Garabandal ou d’affirmer que le Vatican a condamné se gardent bien de se croire supérieur à l’Eglise elle-même  !

Avis du Saint-Office

D’autre part, le Bulletin officiel du diocèse de Santander (août 1965) publiait l’information suivante le 10 juillet 1965 :

Le Saint-Office, à la date du 28 juillet 1965, après avoir accusé réception des informations données par l’évêque de Santander, dit textuellement : « La documentation transmise montre avec une clarté suffisante combien Votre Excellence a agi prudemment en cette question. S’il survient quelque chose de nouveau, daignez le communiquer au Saint-Office. »

Signé : RAIMONDO VERARDO, O.P., commissaire.

***

Laisser un commentaire

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE