- Conversation entre Conchita et la Sainte Vierge

Posté par Pèlerin le 5 novembre 2010

 

Extraits d’une conversation de Conchita avec la Très Sainte Vierge

pendant l’Extase du 8 décembre 1962

***

Du Miracle, je ne t’en parle plus puisque je sais tout…. eh !… j’ai une de ces envies qu’en arrive le jour pour le dire…. on veut savoir le jour….

Ecoute….. (phrase incompréhensible)…

*

Ah ! Écoute : sais-tu qui est venu aujourd’hui ? Le « petit gros » *… celui-là ne m’a pas chargée de souhaits pour toi, non…..

Ah ! Mère, comme tu es immaculée !….

Ecoute, on m’a apporté un tout-petit, un tout-petit qui ne ressemble pas à celui que tu apportes, toi, aujourd’hui…..

Mais, mais combien y a-t-il déjà de temps qu’il n’était pas venu le Bébé.. ton Bébé ?… Et il n’a pas grossi du tout, du tout, il est exactement comme avant….

Où a-t-il été ?.. Où a-t-il été ?… Quand il ne vient pas le Bébé, où est-il ?… posé dans le Ciel ? Ou dans un berceau ?.. Où est-il ?…

Ah !… Tu peux être à la fois là-bas et ici !… Ah ! Oui !….

* Il s’agit de M. Placido Ruiloba, de Santander, « l’homme au magnétophone »….

*

Ecoute, on dit que cela ne va pas avoir lieu ; parce qu’on ne veut pas me croire… Eh ! Pourquoi en est-il ainsi ?

Ah ! Écoute, écoute, que dois-je dire aux gens, à ceux qui ne croient pas ?… qui parlent et se demandent si nous devons croire……

D’ailleurs, comme nous, nous le savons déjà… que….

Combien de temps le Miracle mettra-t-il à venir quand les gens le sauront ?… une semaine suffira ?…

Oh ! Est-ce que je peux dire cela ?… et non…. ah !….

*

Et toi ? Toi, on t’appelle la Vierge, la Mère de Dieu. On te donne beaucoup de noms.

Les gens, quand Te verront-ils ? On ne sait quand ?….

*

Avez-vous de la neige quelquefois là-bas au ciel ?….

Du froid comme le nôtre ? Comme quand il neige ou quelque chose comme cela ? Parce que la neige tombe de là-haut…. Ah ! Pourquoi fait-il froid alors ici…. Eh ! Il ne fait pas froid là-haut ?….

*

Ecoute, tous les gens qui sont venus aujourd’hui venaient voir si tu ferais aujourd’hui le Miracle, et moi, je crois que…..

Ils auraient dû te souhaiter ta fête, tous, n’est-ce pas ?! (NDLR :en ce 8 décembre !!!!…)

Il faut que tu saches qu’ils étaient tous serrés les uns contre les autres pour t’entendre…. ils sont là depuis longtemps.

*

Ecoute, ne te souviens-tu pas de l’année passée quand tu me disais : « Bonne fête ! » ? je n’osais pas te souhaiter la tienne…., mais cette année, si ! Ah ! Que si ! « Bonne fête ! »

*

Tu t’en vas déjà ? Attends encore un tout petit peu plus.

Oh ! Attends !…

*

NB : l’intimitié de Conchita avec la Sainte Vierge est telle qu’elle la tutoie filialement.

Commentaire : les gens accouraient souvent à Garabandal, non par vénération de Notre Sainte Mère, mais plutôt par curiosité…. puisqu’ils en oubliaient de lui souhaiter Sa fête !…
Les choses ont-elles changé aujourd’hui ? ne sommes-nous pas parfois plus enclins à « voir » ou « connaître » les choses par simple curiosité ou soif de sensationnel, et non par désir de faire la volonté du Ciel ?… nous en oublions nos devoirs…. Dieu donne mais attend aussi de nous !
Oui ! l’homme aura toujours à vaincre sa soif de sensationnel alors que le Bon Dieu nous demande d’être simplement Ses Enfants (confiants, obéissants, aimants…. et aimant Sa Sainte Mère !)

***

Laisser un commentaire

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE