- La Peña Sagra : roche sacrée pour les ancêtres

Posté par Pèlerin le 31 mai 2011

Jorge Mª Ribero-Meneses est spécialiste de philologie et de la préhistoire. Il a enseigné à l’Université Libre de Bruxelles, a permis la création du Ministère espagnol de la Culture (1976), l’Orchestre National d’Espagne (1977), et fondateur du premier mouvement espagnol de défense du Patrimoine Historique et Artistique (Art en danger, Barcelone 1973). D’autre part, il est l’auteur de plus d’une centaine de livres et de nombreux articles journalistiques dans le domaine scientifique. Jorge Ribero s’est toujours intéressé à l’origine de l’Humanité.

Ainsi, en 2002, il soutint devant l’UNESCO, une étude sur l’origine de la langue castillane (appelée communément, l’espagnol). Il s’est intéressé plus particulièrement au Pays Basque et à la Cantabrie (région de Garabandal), tel cet article intitulé : « L’origine cantabrique du peuple juif ». (1)

La montagne sacrée - Garabandal    Origine cantabrique du peuple juif

(cliquer sur les images)

Voici résumé en quelques mots le contenu de cet article :

« La Peña Sagra, une roche sacrée pour nos ancêtres… »
La Peña Sagra ou Chaîne Sacrée domine le village de Garabandal.
Cette chaîne est composée de plusieurs pics :

El Pico de la Luz = Le Pic de la Lumière

El collado Puertas = Le Col « les portes du Ciel »

El Pico Astrilla = référence à « estrella », étoile polaire

El Cuernon = référence à une divinité solaire

El Pico del Paraiso = Pic du Paradis

Cantabrie : berceau de l’humanité (NDLR Cantabria = Déesse protectrice des montagnes et de la populations (3)

Ascendence ibérique des hébreux…. Hebreos = eberos
                                                                     (hébreux)    (ibères – de la péninsule ibérique) 

 

Joli bouquet de noms sacrés pour une des chaînes de montagnes les plus sacrées qui domine la Vallée de Liébana qui fait allusion à la déesse Lune et au village de Liébanes aujourd’hui disparu.

Tout cela a son importance quand on sait que dans les temps anciens, on prétendait que le Paradis se situait sur une montagne appelée « Libano ». Donnée intéressante quand on sait que le Français Thévenot (2) au XVIIè siècle, publie une carte du pays des Lubianos (Lubiano est un village du Pays Basque), là où des archéologues situaient le Paradis Terrestre…. Paradis que les Juifs Esséniens situaient aussi en Pays d’Occident. Ce pays d’Occident fut, selon les peuples d’Eurasie et jusqu’en 1492, situé dans la Péninsule ibérique : « Sepharadis » à rapprocher du mot « paraiso ». (le Paradis) ; Sefarad qui en hébreu, veut dire Espagne, désigne ce pays et les Juifs originaires de cette région.

Rappelons au passage cet épisode : un jour que l’une des voyantes (Jacinta ?) gardait son troupeau dans la montagne, elle dut se réfugier un jour d’orage dans une grotte, dans les alentours de Garabandal. Quand elle revint au village, elle fit part d’étranges signes sur les parois de cette grotte…. après vérification, il s’agissait d’écrits en…. hébreu !

Le petit village de Garabandal réserve bien des surprises, à n’en pas douter. Nous reviendrons sur l’origine du nom « Garabandal » dans un prochain article…

 

(1) http://www.iberiacunadelahumanidad.net/Paginas/20030309.jpg

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Melchis%C3%A9dech_Th%C3%A9venot

(3) http://www.jeuxvideo.com/forums/1-1000035-14935-1-0-1-0-la-mythologie-ibere-et-celtibere.htm

La Peña Sagra, une roche sacrée pour les ancêtres

Publié dans E- Garabandal, Terre Sainte... | Pas de Commentaire »

- Quelques nouvelles de Garabandal …

Posté par sexto le 30 mai 2011

Les informations suivantes viennent de Cristophe Hayère  » Association Saint Christophe  » , je cite :

 » J’en profite pour vous donner quelques nouvelles du village car je viens d’avoir un message de Sari.

  • Le pont de Cosio n’a toujours pas été changé. Apparemment, ce sera le dernier travail après la finition des routes. Pour l’instant, cela ne gène pas le passage des cars. Il suffit de se donner le tour. C’est normal qu’ils attendent la fin des travaux pour remplacer le tablier car ainsi le nouveau ne sera pas abîmé par les camions de chantier.
  • La route qui monte au village est en plein travaux. Elle devrait être terminée avant la fin de l’année. C’est bon signe pour la proximité des événements.
  • Les travaux de restauration de l’Eglise ne vont pas tardé à démarrer.
  • Plusieurs maisons du village sont aussi en cours de restauration. « 

Publié dans J- Infos Divers | 1 Commentaire »

- La fin justifie-t-elle les moyens ?

Posté par Pèlerin le 26 mai 2011

 L’unité des chrétiens à quel prix ?

Nous allons voir comment cet article rejoint la prophétie des petites de Garabandal : « L’Eglise (catholique) aura presque disparu », « l’Eglise sera comme protestante », « on sera tous comme des prêtres…. », « cardinaux, évêques, prêtres vont sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup d’âmes ». Souvenez-vous que la Vérité est Une, qu’Elle ne se négocie pas, et que le Christ est la Vérité. 

Nous avons déjà vu dans un article récent, l’échec des préparatifs du dogme de Marie Médiatrice et Corrédemptrice  lors du dernier concile (ici) (ne pas porter préjudice au rapprochement avec les protestants). Voyons à présent comment la doctrine catholique continue d’être attaquée au sein de l’Eglise aujourd’hui.

Au XVI è siècle, le Pape St Pie V ouvre le Concile de Trente, afin de protéger l’Eglise Catholique contre le protestantisme. Il en ressortira la Sainte Messe (messe tridentine ou de St Pie V) ainsi que d’autres décrets, tel celui de la Justification : Le Salut par la Foi et les Oeuvres.

Mais avant de poursuivre, relisons cette Parabole du Bon Samaritain :

« Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?
Jésus lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ?
Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même.
Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras.
Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ?
Jésus reprit la parole, et dit: Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?
C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi.
Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même« . Luc 10:25-37

ainsi que ce passage de St Jacques :

14 Mes frères et soeurs, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les oeuvres? Cette foi peut-elle le sauver? 15 Si un frère ou une soeur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, 16 et que l’un de vous leur dise: «Partez en paix, mettez-vous au chaud et rassasiez-vous» sans pourvoir à leurs besoins physiques, à quoi cela sert-il? 17 Il en va de même pour la foi: si elle ne produit pas d’oeuvres, elle est morte en elle-même. 18 Mais quelqu’un dira: «Toi, tu as la foi, et moi, j’ai les oeuvres.» Montre-moi ta foi sans les oeuvres, et moi, c’est par mes oeuvres que je te montrerai ma foi. 19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu? Tu fais bien; les démons aussi le croient, et ils tremblent. 20 Veux-tu reconnaître, homme sans intelligence, que la foi sans les oeuvres est morte? 21 Notre ancêtre Abraham n’a-t-il pas été considéré comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’il a offert a son fils Isaac sur l’autel? 22 Tu vois bien que sa foi agissait avec ses oeuvres et que par les oeuvres sa foi a été menée à la perfection. 23 Ainsi s’est accompli ce que dit l’Ecriture: Abraham eut confiance en Dieu et cela lui fut compté comme justice. Et il a été appelé ami de Dieu. 24 Vous voyez [donc] que l’homme est déclaré juste sur la base de ses actes, et pas seulement de la foi. 25 Rahab la prostituée n’a-t-elle pas, de la même manière, été considérée comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’elle a accueilli les messagers et les a fait partir par un autre chemin? 26 En effet, de même que le corps sans esprit est mort, de même la foi sans [les] oeuvres est morte. (Jacques, 2, 14-26)


Voici ce que déclare le Pape St Pie V, lors du CONCILE DE TRENTE, pour protéger l’Eglise contre les hérésies du protestantisme, entre autre sur la Justification :

Session VI, chapitre VII

« S’ESTANT répandu en ces derniers temps, au malheur de plusieurs Ames, & au grand détriment de l’union de l’Eglise, certains sentimens erronez, & une Doctrine entiérement contraire à la vérité touchant la Justification ; le Saint Concile de Trente Oecuménique, & Général, légitimement assemblé sous la conduite du Saint Esprit, (…) pour le salut des Ames, d’exposer à tous les Fidelles Chrestiens, la véritable & saine Doctrine, touchant la Justification ; telle que l’a enseignée le Soleil de Justice Jesus-Christ, l’Auteur & le Consommateur de nostre Foy (Heb. 12 .2) ; que les Apostres nous l’ont laissée ; & que l’Eglise Catholique l’a toûjours tenuë & gardée, par l’inspiration du Saint Esprit ; défendant tres-étroitement que personne à l’avenir ne soit assez téméraire pour s’en former une autre créance, ni pour prescher, ou enseigner sur cette matiere autrement que suivant ce qui est défini, & déclaré par le présent Decret.

CETTE disposition, ou préparation, est suivie de la Justification mesme, qui n’est pas seulement la rémission des péchez, mais aussi la sanctification & le renouvellement de l’homme intérieur, par la réception volontaire de la Grace, & des dons qui l’accompagnent. (…) D’où vient que dans cette justification, l’homme, par Jesus-Christ, auquel il est enté, reçoit aussi tout ensemble, avec la rémission des péchez, tous ces dons infus, la Foy, l’Espérance, & la Charité : car si l’Espérance & la Charité ne se joignent pas à la Foy, elle n’unit pas parfaitement avec Jesus-Christ, ni elle ne rend pas l’homme un membre vivant de son Corps. C’est ce qui a donné lieu à ces véritez, que la Foy sans les œuvres est morte & inutile (Jacob. 2. 17.) ; & aussi, qu’en Jesus-Christ, ni la Circoncision, ni l’incirconcision ne servent de rien, mais la Foy qui opere par la Charité (Galat. 5. 6.). C’est cette Foy, que les Catéchumenes, selon la tradition des Apostres, demandent à l’Eglise, auparavant le Sacrement de Baptesme, lors qu’ils demandent la Foy, qui donne la vie éternelle, que la Foy seule ne peut pas donner sans l’Espérance & la Charité. Et pour cela, on leur répond incontinent cette parole de Jesus-Christ : Si vous voulez entrer en la vie, gardez les Commandemens (Matth. 19. 17.). C’est pourquoy, aussitost qu’ils sont nez de nouveau par le Baptesme, recevant cette justice chrestienne & véritable, comme la premiere robe qui leur est donnée par Jesus-Christ, au lieu de celle qu’Adam a perduë pour luy, & pour nous, par sa désobéïssance, ils reçoivent aussi en mesme temps le commandement de la conserver blanche, & sans tache, pour la pouvoir présenter en cét estat devant le Tribunal de Nostre Seigneur Jesus-Christ, & obtenir la vie éternelle» (1)


Le CONCILE DE TRENTE donne un enseignement définitif. Concile infaillible. Le confirme la déclaration du 1er § : « (nous défendons) tres-étroitement que personne à l’avenir ne soit assez téméraire pour s’en former une autre créance, ni pour prescher, ou enseigner sur cette matiere autrement que suivant ce qui est défini, & déclaré par le présent Decret.


Or, le 31 octobre 1999, une DÉCLARATION CONJOINTE SUR LA DOCTRINE DE LA JUSTIFICATION de la Fédération Luthérienne Mondiale et de l’Eglise catholique déclare :

« (…) Nous sommes convaincus que la compréhension commune à laquelle nous sommes parvenus constitue un fondement solide qui permettra cette clarification ultérieure. Les Eglises luthériennes et l’Eglise catholique romaine continueront à approfondir leur compréhension commune afin qu’elle porte ses fruits dans l’enseignement et la vie ecclésiale.

44. Nous rendons grâce à Dieu pour ce pas décisif dans le dépassement de la séparation des Eglises. Nous prions l’Esprit Saint de continuer à nous conduire vers cette unité visible qui est la volonté du Christ. » (2)


Quelle est cette compréhension commune entre luthériens et catholiques depuis 1999 ? que la Foi seule sauve. Déclaration en contradiction avec l’enseignement de Notre Seigneur (voir la parabole du Bon Samaritain en haut de page). Le Seigneur nous rappelle les commandements, les actes de charité. Et comme l’indique le Concile de Trente, la Foi sans les oeuvres est morte.

Quant à la « Séparation des Eglises » dont il est question dans cette déclaration, les participants catholiques à cette déclaration auraient-ils oublié que l’Eglise Catholique est Une et Sainte ? c’est bien Luther et son « église » qui se sont séparés de l’Eglise de Notre Seigneur et non l’Eglise Catholique qui a dévié du Chemin.


Voici aussi ce que déclarait Benoît XVI en 2009, 10 ans après la signature de cette déclaration :

« Cet anniversaire, conclut Benoît XVI, est donc une occasion pour rappeler la vérité sur la justification de l’homme, témoigner ensemble, pour nous retrouver dans des célébrations œcuméniques et pour approfondir cette thématique et les autres qui sont objet du dialogue œcuménique. J’espère de tout cœur que cette occasion si importante puisse contribuer à faire progresser le chemin vers l’unité pleine et visible de tous les disciples de Christ. » (3)

« La vérité sur la justification de l’homme » : de quelle vérité parle-t-on ?

Autre question : un pape peut-il revenir sur le décret d’un ancien pape ?

Un enseignement « infaillible » d’un pape ou d’un concile œcuménique peut contredire des enseignements antérieurs de l’Église, dans la mesure où ils ne sont pas eux-mêmes considérés comme infaillibles. Or, dans le cas présent (Concile de Trente), il s’agit bien d’un enseignement infaillible ; contrairement à cette déclaration luthérienne et catholique qui ne présente pas de caractère infaillible.

Au passage, quant à ce désir de « célébrations oecuméniques », est-il conforme à l’enseignement de l’Eglise ? Non et en voici la raison :

« Les célébrations oecuméniques, toute participation à une prière autre qu’au sein de l’Eglise catholique, est condamnée : « La communicatio in sacris est interdite avec les non-catholiques par le canon 1258, paragraphe 1, qui dit : “Il est absolument interdit aux fidèles d’assister ou de prendre part activement aux cultes des a-catholiques de quelque manière que ce soit”. » (droit canonique Chanoine Naz) (4)

(Petite parenthèse pour vous signaler ce que mentionne le directoire oecuménique de 1993 : n°118: « Dans les célébrations liturgiques ayant lieu dans d’autres Eglises et Communautés ecclésiales, il est conseillé aux catholiques de participer aux psaumes, répons, hymnes et gestes communs de l’Eglise dont ils sont les invités. Si leurs hôtes le leur proposent, ils peuvent lire une lecture ou prêcher. » non, vous n’avez pas rêvé ! C’est tout le contraire.)

Cette déclaration (non infaillible) porte atteinte à l’intégrité de l’Eglise en temps qu’elle contredit l’enseignement infaillible du Concile de Trente et qu’elle met l’Eglise et les fidèles en danger. Le Concile de Trente (infaillible) défend (par décret du Pape) « tres-étroitement que personne à l’avenir ne soit assez téméraire pour s’en former une autre créance, ni pour prescher, ou enseigner sur cette matiere autrement que suivant ce qui est défini, & déclaré par le présent Decret. » C’est pourtant ce qui a été fait.

Conclusion :

Sous les apparences d’unité, les hommes se réjouissent mais ne savent pas, ne cherchent pas, ne défendent plus la Vérité. Ils croient avoir la Foi mais savent-ils en qui ou en quoi ils ont foi ? C’est la raison pour laquelle il faut avertir des dangers que présentent les changements et déclarations actuelles au sein de l’Eglise. La Foi ne doit pas exclure la Prudence.

La fin justifie-t-elle les moyens ?


Un dossier intéressant à lire sur ce site : (5)

Documents utilisés pour réaliser cet article :


(1) http://jesusmarie.free.fr/concile_de_trente.html

(2)http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/documents/rc_pc_chrstuni_doc_31101999_cath-luth-joint-declaration_fr.html

(3) http://ephata.actifforum.com/t2275-benoit-xvi-la-doctrine-de-la-justification

(4) http://wordpress.catholicapedia.net/?tag=communicatio-in-sacris

(5) http://www.fsspx.org/fr/bibliotheque-mediatheque/lettre-nos-freres-pretres/dossiers-1-laccord-sur-la-justification-ou-loecumenisme-dissolvant/


Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

- Récapitulatif événements annonciateurs

Posté par Pèlerin le 25 mai 2011

Voici un récapitulatif des événements annonciateurs de l’Avertissement et du Grand Miracle ; ce qui semblait encore hypothétique il y a quelques mois, devient chaque jour plus évident et confirme les prophéties de Notre Dame par la bouche des petites. Cette liste de liens est susceptible d’être complétée dans les prochaines semaines…

Signes annonciateurs de l’Avertissement

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/08/11/signes-annonciateurs-de-lavertissement/

La Sainte Vierge a dit que la route de Garabandal serait refaite pour le Grand Miracle. Les travaux doivent s’achever ce mois de mai 2012.

De même, l’église a été restaurée et sera re-inaugurée ce 6 mai 2012, avec la venue de l’évêque de Santander.

 

L’Avertissement « au plus fort de la tourmente »

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/09/13/au-plus-fort-de-la-tourmente/

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2011/05/21/du-cote-de-lespagne/

« La confusion dans l’Eglise »

http://garabandal.xooit.fr/t876-CONFUSION-au-moment-de-l-AVERTISSEMENT-Conchita.htm

(confusion au sein de la FSSPX pour ou contre ralliement et questionnement des conciliaires qui se posent à présent des questions face aux événements.)

 

Un événement grave avant le Grand Miracle, « comme un schisme »

http://garabandal.xooit.fr/t505-La-cle.htm?q=schisme

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/08/09/garabandal-annonce-la-crise-de-leglise/

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2011/01/21/un-schisme-avant-le-grand-miracle/

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2011/04/08/assise-2011-et-la-communicatio-in-sacris/

« C’est comme si l’Eglise devenait protestante« 

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/11/27/cest-comme-si-leglise-devenait-protestante/

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2011/05/20/garabandal-lannonce-dun-dogme-a-venir/

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2011/04/03/la-nouvelle-messe-comment-en-sommes-nous-arrives-la/

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/09/16/la-messeavantapres/

L’invasion du communisme

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/08/08/loli-invasion-du-communisme/

 

Garabandal prévient contre l’apostasie.

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/09/29/garabandal-previent-contre-lapostasie/

L’événement qui découragerait d’aller au Grand Miracle

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/09/08/levenement-qui-decouragerait-daller-au-gm/

 

 

Signes précurseurs et tribulations :

http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2010/12/03/signes-precurseurs-et-tribulations/

 

 

 

***

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, C- La Fin des Temps | 1 Commentaire »

- Plan maçonnique contre l’Eglise catholique

Posté par Pèlerin le 24 mai 2011

La destruction de la Sainte Messe en 33 points. Tout est clair. Tout s’est réalisé.
Ce projet conduit par les francs-maçons et réalisé même avant le concile Vatican II (en France !) confirme ce que les petites de Garabandal avaient prophétisé : l’Eglise se protestantisera.

La musique des vidéos est extrêmement irritante. Coupez le son, la lecture en sera moins pénible.

 vidéo 1

Image de prévisualisation YouTube

 vidéo 2

Image de prévisualisation YouTube

Pour rappel, la nouvelle messe n’a jamais été voulue par le Pape Paul VI. C’est le Cardinal Bugnini (franc maçon) qui en est l’auteur.

Quant à la Sainte Messe, malgré le Motu Proprio, beaucoup savent qu’elle est « vouée » à disparaître car une réforme de la réforme est en cours d’élaboration : mélange des deux rites.
Mgr Vingt-Trois a d’ailleurs confirmé il y a quelques années que le but recherché était la mort de la Tradition par la destruction de la messe tridentine. Après le rapprochement avec les protestants (Justification simplement par la Foi et non plus les actes), le Motu Proprio n’a qu’un but oecuménique, celui de se rapprocher des orthodoxes qui semblent d’ailleurs heureux de ces décisions depuis Rome.

Anne-Catherine Emmerich avait annoncé cette tentative de rapprochement des « religions » à la fin des Temps…

***

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, C- La Fin des Temps | 4 Commentaires »

– Du côté de l’Espagne …

Posté par sexto le 21 mai 2011

Vers une révolution ? Serait – ce la  » tourmente  » annoncée par la Vierge pour l’époque du Grand Miracle … S’agit-il des  » troubles  » annoncés à Quipuzcoa … L’on peut toujours s’interroger face à ces évènements … il importe de rester très vigilant ! L’article suivant donne une approche de ce qui se déroule en ce moment en Espagne :

Vent de « spanish revolution » dans les rues d’Espagne

Des milliers de protestataires campent depuis le début de la semaine à Madrid et dans d’autres villes pour crier leur lassitude de la crise et du chômage. Une jeune étudiante Erasmus organise un rassemblement ce samedi à Bordeaux

Une foule de manifestants remplissait à nouveau jeudi soir la place de la Puerta del Sol, dans le centre de Madrid

Un vent de rébellion sociale souffle à travers l’Espagne.
Des milliers de manifestants se relaient dans les rues depuis quelques jours pour crier leur lassitude de la crise et du chômage, à l’occasion des élections régionales et municipales de dimanche.
Le mouvement, inattendu, spontané, mêle des citoyens de tous horizons, beaucoup de jeunes, des salariés, des chômeurs et même des retraités. Les cibles de la protestation sont diverses : les grands partis politiques, la corruption, les banques, la crise, le chômage qui ne cesse de grimper, les coupes salariales… « Nous avons le droit de nous indigner », clament les manifestants.

Jeudi soir, une foule de manifestants a rempli à nouveau la place de la Puerta del Sol, dans le centre de Madrid. Les premières manifestations ont débuté dimanche, le mouvement n’a fait que s’étendre. Depuis mardi, répondant à des appels lancés sur Twitter (notamment avec le mot-clé #spanishrevolution) et Facebook, les manifestants se relaient sur cette place du centre de Madrid, où ils ont installé un village de tentes.

Ils espèrent rester sur la place jusqu’à dimanche, jour des élections régionales et locales en Espagne, en dépit de menaces d’interdiction de la commission électorale. « L’idée est de tenir », déclarait Juan Cobo, qui se présente comme un porte-parole du mouvement. « On nous dit que samedi nous allons être délogés violemment, on nous dit que la police va charger. Mais plus la police chargera, plus on sera fort. On va faire de la résistance pacifique », assure Berta Lopez, une chômeuse de 19 ans installée au stand d’accueil.

Un nouvelle marée humaine sur la place de la… par euronews-fr
Des rassemblements semblables, mais de moindre ampleur, sont organisés depuis le début de la semaine dans la plupart des villes d’Espagne. Via les réseaux sociaux, la plate-forme citoyenne « Democracia real, Ya! » (Une vraie démocratie, maintenant!), qui regroupe une partie des manifestants le mouvement, cherche à s’étendre dans le monde : Buenos Aires, Milan, Bruxelles, Paris. A Bordeaux, un événement Facebook «  »Democracia real, Ya! Bordeaux » a été créé jeudi et regroupe déjà 79 participants. Ils appellent à un rassemblement samedi 21 mai à partir de 17 heures, place saint-Projet. (voir encadré plus bas)

Jeudi, le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, a assuré qu’il trouvait « des raisons » à ce mouvement. « On doit écouter et être sensible parce qu’il y a des raisons pour que s’exprime ce mécontentement », a-t-il dit. « A partir de là, nous devons consolider, améliorer (…) Les partis doivent-ils s’améliorer? Bien sûr que oui ».

A dix mois des législatives, 13 des 17 régions autonomes élisent donc dimanche leur Parlement et toutes les communes d’Espagne leurs conseils municipaux. Des élections que les socialistes espagnols pourraient perdre lourdement. Les enquêtes d’opinion par ville ou par région annoncent toutes la déroute des socialistes qui, au lendemain du 22 mai, pourraient ne plus contrôler qu’une des 17 régions espagnoles, l’Andalousie, et perdre des fiefs historiques comme la région de Castille-la-Manche ou l’Extrémadure.
Barcelone, la deuxième ville d’Espagne tenue depuis 32 ans par les socialistes, devrait basculer aux mains des nationalistes conservateurs de la CiU et Séville, quatrième ville du pays, être remportée par le PP tandis que Madrid et Valence resteraient à droite.

Le climat social morose a valu depuis deux ans au Parti socialiste, au pouvoir depuis 2004, une chute libre dans les sondages, qui pourrait donc se concrétiser dimanche par une débâcle face aux conservateurs du Parti Populaire. L’annonce le 2 avril par Zapatero qu’il ne se présenterait pas pour un troisième mandat aux législatives de mars 2012, semble être restée sans effet. Une partie des socialistes misait alors sur son départ pour créer une nouvelle dynamique dans le parti.

Source : Sud-Ouest du 21 05 2011

Publié dans J- Infos Divers | 1 Commentaire »

- Garabandal, l’annonce d’un dogme à venir ?

Posté par Pèlerin le 20 mai 2011

Le  3 septembre 1972, l’Abbé de Bailliencourt donna une conférence sur Marie « Médiatrice et Corédemptrice ». Ce dogme sera-t-il un jour proclamé grâce aux Apparitions de Garabandal ? Cela se pourrait bien et nous l’espérons, d’autant plus que d’après ce prêtre, Garabandal semble l’unique lieu d’Apparitions où la notion  de Médiation et de Corédemption de Notre Dame est préfigurée.

 « Priez-nous sincèrement, et nous vous le donnerons » (Notre Dame le 18 juin 1965)

« Comme il a déjà été dit, Marie se considère « comme » l’égale de Dieu pour recevoir nos prières et nous dispenser les grâces ; Elle parle, Elle commande « au nom de Dieu » ; bref, Elle se désigne ici comme la « Médiatrice de toutes Grâces », aux côtés du Médiateur unique…

S.S. Benoît XV avait approuvé une Messe et un Office liturgiques pour l’Eglise Universelle, fixés au 31 Mai, proposant ainsi à la vénération des fidèles une Vérité crue par toute la Tradition ; en 1955, S.S. Pie XII établissait, ce même jour, la Fête de « Marie-Reine ».

N’était-ce pas mettre ainsi plus en relief l’étendue quasi infinie et le pouvoir universel de la Maternité de Marie sur les âmes et mieux faire ressortir sa « Médiation de toutes Grâces » ? Ce n’est cependant pas encore un Dogme de Foi ; les préparatifs de la Proclamation se sont arrêtés, dit-on, avec les travaux de Vatican II * (voir bas de page) ; puissent-ils reprendre sans tarder pour la plus grande Gloire de l’Eglise et de Marie, et pour notre satisfaction…. »

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un médiateur ? L’Abbé de Baillencourt reprend l’explication.

« Le « Médiateur » est celui qui tient le milieu entre deux extrêmes et les unit l’un l’autre » nous dit Saint Thomas (Som. Théol. III qu. 26). (…) »

«Seulement est parfaitement entre Dieu et les Hommes, le Christ n’a pas été constitué médiateur par les hommes, mais par Dieu. Lui seul est ainsi le parfait Médiateur entre Dieu et les hommes parce qu’Il a réconcilié le genre humain avec Dieu.

Mais Il n’est médiateur que selon son Humanité, « comme homme » : inférieur à Dieu selon sa nature humaine créée, et au-dessus des hommes en raison de la dignité qui lui vient de l’Union hypostatique et de la plénitude de Grâce et de Vérité (Jean 1,14) = Médiation naturelle et en puissance ; Il réunit aussi les hommes à Dieu, apportant aux hommes les préceptes et les dons de Dieu, satisfaisant et intercédant auprès de Dieu pour eux = Médiation morale et en acte.

Il peut y avoir d’autres médiateurs entre Dieu et les hommes, en cela seulement qu’ils ont coopéré à cette union entre Dieu et les hommes, secondairement et de façon subordonnée au Christ :

* dispositivement : en préparant à la médiation du Christ

* ministériellement : en appliquant les fruits de la rédemption au nom et en vertu du Christ.

Ainsi la Vierge Marie peut-Elle être appelée Médiatrice de toutes Grâces entre Dieu et les hommes tant pour leur acquisition que pour leur obtention et leur distribution ; cela ne retire rien à la Médiation suprême de l’unique Médiateur et Rédempteur : Marie n’intervient pas séparément et indépendamment du Christ, mais conjointement et en dépendance… »

L’Abbé de Bailliencourt nous explique alors en quoi consiste la médiation de Marie.

«  Si la Vierge peut nous obtenir les Grâces et nous les distribuer, c’est parce qu’Elle les a acquises vraiment ; le fondement de sa médiation pour l’obtention et la distribution des Grâces est donc sa médiation pour leur acquisition, c’est à dire sa coopération à la Rédemption, en tant que Mère de Dieu, Fils de Dieu incarné et rédempteur.

Elle a coopéré en effet à notre rédemption en la consommant par son propre sacrifice consenti à l’Incarnation et accompli au Calvaire.

- Elle a donné son libre, volontaire et plein consentement, au moment de l’Incarnation, à n’être pas seulement la Mère de Dieu, mais également du Sauveur en tant que tel, c’est à dire à l’accomplissement total de ce Mystère, à savoir l’Incarnation rédemptrice.

Elle a consenti à l’Incarnation ttelle qu’elle devait se réaliser c’est à dire avec le Sacrifice de la Croix auquel elle était ordonnée, avec la part de souffrances qui devait en résulter pour Elle.

Elle a consenti à donner à Notre Seigneur le corps qu’Il devait immoler pour satisfaire pour nos péchés et acquérir notre Salut.

- Ce consentement dut se renouveler constamment jusqu’à la pleine et suprême consommation du Calvaire dans une intime communion de douleurs et de volonté, et durant tous les instants.

Marie eut ainsi la charge d’offrir au Temple (Luc 2,22), de garder, de nourrir la divine victime, de compatir à Elle immolée sur la Croix et de L’offrir, au moment voulu à l’autel du Sacrifice y participant avec ses propres souffrances, « debout » au pied de la Croix en tant que Mère du Dieu homme -rédempteur en son Associée, son Epouse dans l’humilité, la pauvreté, les travaux et les larmes.

Par sa Compassion, Elle satisfait donc pour nous, imparfaitement et en convenance, ce que le Christ satisfait strictement pour nos péchés.

Ce consentement si parfait, donné à l’Annonciation et incessamment renouvelé avec une si grande Charité unissant Marie à Jésus jusqu’à la consommation suprême du Calvaire, nous mérite, en convenance, le Salut et tous les moyens de Salut que Jésus, seul Médiateur, nous mérite strictement.

- Nature de cette coopération :

Elle ne peut être que subordonnée à la Médiation de Jésus, secondaire et dépendante, parce que dérivée de la vertu et des mérites du Christ ;

Marie, Elle-même, a été rachetée par Notre Seigneur non d’une rédemption libératrice comme le reste des créatures, mais d’une rédemption préservatrice provenant d’une Grâce toute particulière : Immaculée Conception.

- Titre de « Corédemptrice »

Les textes pontificaux ne connaissent pas cette expression, mais emploient des termes équivalents. Cela ne veut rien dire de plus que cette simple coopération secondaire et dépendante, subordonnée, à la Rédemption de Jésus.

- Participation de Marie au Sacerdoce de Jésus

C’est une conclusion théologique certaine que Marie coopéra de quelque manière à l’acte principal du Sacerdoce de Jésus, en donnant son consentement au Sacrifice de la Croix tel qu’il a été accompli par Notre Seigneur au Calvaire, le Vendredi Saint.

Or, l’acte principal du Sacerdoce de Jésus, c’est celui par lequel Il s’est offert en Sacrifice pour le Salut du monde, à la fois Victime et Hostie (S. Th III q.22), pour réconcilier le monde avec Dieu, expier tous les péchés de l’humanité, méritant strictement pour elle tous les dons divins : c’est l’acte de l’offrande suprême, sa mort….

Marie y coopéra par le consentement donné à l’Incarnation – au moment de l’Annonciation – renouvelé constamment, et par l’offrande du Sacrifice de son fils pour le Salut du monde dans une communion ininterrompue de souffrances, comme indiqué plus haut.

Marie coopère encore incessamment à la collation de toutes les Grâces que Notre Seigneur, Souverain Prêtre, ne cesse d’appliquer comme fruit de la rédemption à toute l’humanité. C’est Notre Seigneur qui applique Lui-même, dans les Sacrements et par l’intermédiaire des prêtres, les Grâces qu’Il nous a méritées par sa Passion ; Marie y coopère par les faveurs qu’Elle nous obtient pour nous disposer mieux à une digne réception des Sacrements.

En raison et à cause de cette double coopération au Sacerdoce de Jésus, Marie peut être appelée « Virgo sacerdos ».., en ce sens qu’il ne s’agit que d’une simple participation au Sacerdoce de Jésus.

Il y a d’ailleurs là une corrélation intime entre cette expression et celle de médiation ou de corédemptrice : simple coopération secondaire et subordonnée, d’où simple participation à un tire de Notre Seigneur.

CONCLUSION

Ainsi, trouvons-nous, à Garabandal, au moins dans un texte explicite – et pour la première fois dans l’histoire des Apparitions, à ce que je sache – sans parler des gestes et attitudes des voyantes qui nous indiquent semblable réalité, la Vierge marie s’affirmant « officiellement » « Médiatrice de toutes Grâces » aux côté de l’unique Médiateur.

Cela est bien pour réjouir nos coeurs aimants….

Si, nous avons étudié le fondement de la Médiation pour l’obtention et la dispensation des Grâces, n’ayons pas peur de recourir à Marie davantage pour qu’Elle intercède en notre faveur.

« Elle qu’on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à sa sainte protection et imploré ses suffrages ait été abandonné. »

Abbé de Bailliencourt – conférence donnée le 3 septembre 1972

* NDLR : Lire à ce sujet ici sur les préparatifs du dogme lors du dernier concile.
un extrait de l’excellent article : « Selon le P. Rahner (…), le schéma tel qu’il était rédigé était « une source de vives inquiétudes » pour lui^-même et pour les P.P. Grillmeier et Semmelroth ainsi que pour l’Abbé Ratzinger, qui l’avaient également examiné d’un point de vue théologique. Si ce texte était adopté, affirmait-il, « il en résulterait un mal inimaginable du point de vue oecuménique, tant en ce qui concernait les Orientaux qu’en ce qui concernait les Protestants ».

***

Publié dans A- Message de ND (commentaires), D- Des prêtres racontent, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

- Les veillées de Garabandal

Posté par Pèlerin le 20 mai 2011

Témoignage de ce qu’étaient alors les veillées de Garabandal.

« Lorsqu’en raison des appels, on attendait la visite de la Vierge, ni les fillettes ni les parents n’allaient se coucher. Nous avons passé plusieurs de ces veillées dans la maison de Conchita avec la mère Aniceta, son frère aîné Serafin et quelques visiteurs. Qui pourrait dire l’enchantement de pareils moments ? Elles étaient véritablement uniques ces nuits d’attente. Le temps se passait en prières, cantiques pieux et commentaires sur l’inépuisable bonté de la Vierge, chacun apportant ses propres et inoubliables expériences ».

Mais il faut bien comprendre que de telles nuits de veille, et spécialement pour ceux qui les avaient vécues une ou plusieurs fois, n’étaient pas toujours un enchantement !

Le 22 novembre 1962, Maximina (tante de Conchita) écrivait à Dona Eloisa de la Roza Velarde : « Le samedi nous sommes montés aux Pins en récitant le chapelet, il a plu sans arrêt. Nous sommes allés jusqu’au cimetière, dans la boue jusqu’aux genoux. Le dimanche, nous sommes montés aux Pins sous la neige, indifférents aux intempéries. Ensuite les fillettes descendirent à reculons, à genoux, sur la neige et par les endroits les plus difficiles. Puis nous sommes allés au cimetière sous la grêle et par un vent violent. Le mardi, même chose ; le mercredi, la nuit était plus belle mais encore bien glaciale ».

Le Dr Ortiz me rapporta un jour ce que lui avait raconté la fille de Primitiva. « La nuit du premier décembre je souffrais de violents aux de dents, au point que je dus m’aliter. Vers trois heures du matin j’entendis du bruit dans la maison de Jacinta, je me penchai à la fenêtre et vis sortir la fillette en extase malgré le froid et la pluie. Cela me fit de la peine et je descendis pour l’accompagner. Au moment où j’allais la rejoindre, la porte de sa maison s’ouvrit, sa mère Maria sortit de très mauvaise humeur en disant : « Ce que tu me fais faire aujourd’hui, je ne le referai plus ; la prochaine fois, je barricaderai solidement la porte ».

Dans la rue, nous rencontrâmes Maria Dolores également en extase et seule. J’allais prévenir sa mère Julia, et peu après nous marchions ensemble, les deux fillettes devant, nous trois derrière. Elles nous firent monter aux Pins par deux fois ! Récitant le chapelet, et comme d’habitude nous parcourûmes le village. La nuit était vraiment effroyable, la mauvaise humeur de Maria ne cessait pas. Julia tentait de la calmer : « que peut-on y faire ! Ce sont les choses de Dieu. Aujourd’hui je dois te consoler, d’autres fois c’est toi qui m’a réconfortée ».

Les veillées de Garabandal avaient beaucoup de charme, mais incitaient avant tout à la pénitence. Il était inévitable que parfois la fatigue se fît sentir. Don Luis Navas Carrillo entendit une fois Conchita en extase : « Pourquoi ne m’as-Tu pas laisssé souper ? Avant Tu ne me laissais pas dormir, maintenant Tu me prives de manger. Au Ciel sûrement on n’a pas besoin de manger, en voyant Dieu !… Mais moi comme je ne vois pas Dieu, j’ai besoin de manger ». Réflexion spontanée de la fillette à cette incomparable mère.

NDLR : on ne peut s’empêcher de penser aussi à Fatima où les pélerins attendaient sous une pluie battante,  le miracle annoncé par Notre Dame (miracle du soleil)

extrait de Garabandal, faits et dates du R.P. Eusebio Garcia de Pesquera

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaire »

- Lorca, un avertissement….

Posté par Pèlerin le 12 mai 2011

Lorca a connu hier un séisme : neuf morts (prions pour le repos de leur âme), des familles plongées dans la tristesse, le deuil…. des effondrements de monuments…. tristesse, pleurs, désarroi au coeur de la ville de Lorca….

Lorca…. ville au passé historique très riche… célèbre pour ses célébrations de la Semaine Sainte qu’elle avait encore fêtées le mois passé….
Très belle vidéo
ici.

Le nom actuel Lorca vient de l’époque arabe quand la Medina était connue sous le nom de Lurqa. La signification de ce nom serait « la bataille », probablement parce se sont déroulées dans cette ville les affrontements entre les troupes chrétiennes de Théodemir et les forces arabes qui ont envahi la péninsule au VIIIè siècle
Au cours de la Reconquista, Lorca est une ville frontalière dangereuse, prise entre le royaume chrétien de Murcie (appartenant à la couronne d’Espagne) et le Royaume de Grenade (dernière terre mauresque). Lorca sert de base pour les raids en territoire ennemi. C’est la bataille de los Alporchones, en 1452, qui met fin à cette situation pendant le règne de Jean II de Castille, qui, dix ans plus tôt avait accordé le titre de noble ville à Lorca.

Les dégâts matériels :
Eglise du couvent de San Diego (le clocher s’est ouvert par le milieu) ; Ce couvent abrite des frères mineurs franciscains (St François d’Assise).
La tour du Sanctuaire de la Virgen de las Huertas (patronne de la Ville) partiellement détruite.
A l’intérieur, de nombreuses oeuvres autour du dogme de l’Immaculée Conception.
La coupole de l’Eglise Saint Matthieu.

D’ailleurs, relisons ensemble ce que dit l’Evangile selon St Matthieu – Chapitre 24

1 Comme Jésus, sorti du temple s’en allait, ses disciples s’approchèrent pour lui faire remarquer les constructions du temple.
2 Prenant la parole, il leur dit:  » Vous voyez tout cela, n’est-ce pas? Je vous le dis en vérité, il n’y sera pas laissé pierre sur pierre qui ne soit renversée.
3 Lorsqu’il se fut assis sur la montagne des Oliviers, ses disciples s’approchèrent de lui, à part, et dirent:  » Dites-nous quand ces choses arriveront, et quel sera le signe de votre avènement et de la fin du monde?  »
4 Jésus leur répondit:  » Prenez garde que nul ne vous induise en erreur.
5 Car beaucoup viendront sous mon nom, disant:  » C’est moi qui suis le Christ, et ils en induiront un grand nombre en erreur.
6 Vous aurez à entendre parler de guerres et de bruits de guerre: voyez! n’en soyez pas troublés, car il faut que tout arrive; mais ce n’est pas encore la fin.
7 En effet on se dressera nation contre nation, royaume contre royaume, et il y aura des pestes, des famines et des tremblements de terre par endroits:
8 tout cela est le commencement des douleurs.
9 Alors on vous livrera à la torture et on vous fera mourir, et vous serez en haine à toutes les nations, à cause de mon nom.
10 Alors aussi beaucoup failliront; ils se trahiront les uns les autres et se haïront les uns les autres.
11 Et il s’élèvera plusieurs faux prophètes qui en induiront un grand nombre en erreur.
12 Et à cause des progrès croissants de l’iniquité, la charité d’un grand nombre se refroidira.
13 Mais qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé.
14 Et cet évangile du royaume sera proclamé dans le monde entier, en témoignage pour toutes les nations; et alors viendra la fin.
15 Quand donc vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, dressée en un lieu saint, – que celui qui lit comprenne! -
16 alors, que ceux (qui seront) dans la Judée s’enfuient dans les montagnes;
17 que celui (qui sera) sur la terrasse ne descende pas prendre ce qu’il y a dans sa maison;
18 et que celui (qui sera) dans les champs ne revienne pas en arrière pour prendre son manteau.
19 Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là!
20 Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat;
21 car il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et qu’il n’y en aura plus.
22 Et si ces jours n’avaient été abrégés, nul vivant n’échapperait; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.
23 Alors, si quelqu’un vous dit:  » Voici le Christ ici!  » ou  » là!  » ne le croyez point.
24 Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands miracles et des prodiges jusqu’à induire en erreur, s’il se pouvait, les élus mêmes.
25 Voilà que je vous l’ai prédit.
26 Si donc on vous dit:  » Voici qu’il est dans le désert!  » ne partez point;  » Voici qu’il est dans le cellier! « , ne le croyez point.
27 Car, comme l’éclair part de l’orient et apparaît jusqu’à l’occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme.
28 Où que soit le cadavre, là se rassembleront les aigles.
29 Aussitôt après la tribulation de ces jours, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera pas sa clarté, les astres tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlés.
30 Alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l’homme, et alors toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec grande puissance et gloire.
31 Et il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre.
32 Du figuier apprenez cette comparaison: Dès que sa ramure devient tendre et que ses feuilles poussent, vous savez que l’été est proche.
33 Ainsi, lorsque vous verrez toutes ces choses, sachez que (l’événement) est proche, aux portes.
34 Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées.
35 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
36 Quand à ce jour et à l’heure, nul ne les connaît, pas même les anges des cieux, mais le Père seul.
37 Tels furent les jours de Noé, tel sera l’avènement du Fils de l’homme.
38 Car de même que dans les jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on épousait et on était épousé, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche,
39 et qu’ils ne surent rien, jusqu’à la venue du déluge qui les emporta tous, ainsi sera aussi l’avènement du Fils de l’homme.
40 Alors, de deux (hommes) qui seront dans un champ, l’un sera pris, l’autre laissé;
41 de deux femmes qui seront à moudre à la meule, l’une sera prise, l’autre laissée.
42 Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur doit venir.
43 Sachez-le bien, si le maître de maison savait à quelle veille le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison.
44 Tenez-vous donc prêts, vous aussi, car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme viendra.
45 Quelqu’un donc est-il le serviteur fidèle et prudent que le maître a établi sur les gens de sa maison pour leur donner la nourriture au temps (voulu),
46 heureux ce serviteur que son maître, à son arrivée, trouvera agissant ainsi !
47 En vérité, je vous le dis, il l’établira sur tous ses biens.
48 Mais si c’est un méchant serviteur qui se dise en lui-même:  » Mon maître tarde,  »
49 et qu’il se mette à battre ses compagnons de service, qu’il mange et boive avec les ivrognes,
50 le maître de ce serviteur viendra au jour où il ne s’y attend pas, et à l’heure qu’il ne sait pas,
51 et il le fendra en deux, et lui assignera pour lot celui des hypocrites: là il y aura les pleurs et le grincement des dents.

http://bible.catholique.org/evangile-selon-saint-matthieu/3204-chapitre-24

Nul doute que ce séisme est lourd de sens pour l’Eglise et le monde !
La conclusion tient dans cette phrase tirée de l’Evangile de St Matthieu :

« Du figuier apprenez cette comparaison: Dès que sa ramure devient tendre et que ses feuilles poussent, vous savez que l’été est proche.
Ainsi, lorsque vous verrez toutes ces choses, sachez que (l’événement) est proche, aux portes. »

***

Publié dans C- La Fin des Temps | 1 Commentaire »

- Prière à N.D. de Garabandal

Posté par sexto le 11 mai 2011

Père Eternel , en regardant les plaies de Votre divin Fils ,

le coeur angoissé de notre Mère du Carmel de Garabandal

et la Foi de votre Eglise,

daignez pardonner nos péchés,

nous épargner les peines de l’enfer

et emporter au Ciel toutes les âmes ,

spécialement celles qui ont le plus besoin

de votre miséricorde .

Notre-Dame de Garabandal , notre mère ,

selon votre désir ,

nous voulons pratiquer votre Message

et le propager de toutes nos forces ,

le plus vite et le mieux possible .

Ainsi-soit-il

Avec approbation écclesiales pour la récitation  » privatim « , Jala$a , Ver ; Mejo .20 3 1966

Publié dans G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

12
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE