• Accueil
  • > Archives pour octobre 2013

- Le pape du secret de Fatima – Deux papes à Rome

Posté par Pèlerin le 14 octobre 2013

 

Un rappel de ce qu’annoncent les prophéties :

Un schisme est annoncé au moment où se présentera cette situation : deux papes à Rome. Une division provoquée par l’hérésie du pape illégitime et la réaction du vrai Vicaire du Christ, lequel lèvera la voix pour dénoncer l’apostasie. A ce moment, il y aura une invasion soudaine de l’Europe par la Russie (coïncidence avec la guerre d’Ezéquiel (Ez 28 ) , qui consiste en l’attaque d’Israël par les Russes et les pays arabes. C’est alors que le pape légitime sera persécuté et devra fuir Rome pour trouver refuge, alors que l’antipape restera aux commandes de l’Eglise soutenant la fausse paix, et l’unification sacrilège des religions. Cette fausse paix sera le support religieux du gouvernement mondial de l’antéchrist. L’antipape trahira la foi en acceptant de la confronter aux autres croyances et en renonçant à la propre identité catholique.

St François d’Assise
« Un pape non canoniquement élu sera à l’origine d’un grand schisme« .

La bienheureuse Catherine Emmerick
« «J’ai vu également la relation entre les deux papes … J’ai vu combien seraient néfastes les conséquences de cette fausse église. Je l’ai vue augmenter de dimensions; des hérétiques de toutes sortes venaient dans la ville (de Rome). Le clergé local devenait tiède, et j’ai vu une grande obscurité» (13 mai 1820).
« Je vois le Saint-Père dans une grande angoisse. Il habite dans un bâtiment autre que celui d’avant et il n’y admet qu’un nombre limité d’amis qui lui sont proches. Je crains que le Saint-Père ne souffrira beaucoup plus d’autres épreuves avant de mourir. Je vois que la fausse église des ténèbres fait des progrès, et je vois l’énorme influence qu’elle a sur les gens » (10 août 1820)

La Sainte Vierge dit explicitement à La Salette
« Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist« .

le Père Paul Kramer
« L’antipape et ses collaborateurs apostats seront, comme l’a dit Soeur Lucie, partisans du démon, ceux qui travailleront pour le mal sans peur de rien ».

Le Pape St Pie X
« j’ai eu une vision terrible : je ne sais si ce sera moi ou un autre de mes successeurs, mais j’ai vu un pape fuir Rome au milieu des cadavres de ses prêtres. Il se réfugiera dans l’incognito et après quelque temps, mourra d’une mort cruelle« .

Jean de la Roquetaillade
A la fin des temps, le pape et ses cardinaux devront fuir Rome dans des circonstances tragiques vers un lieu où ils resteront dans l’incognito, le pape souffrira une mort cruelle dans l’exil.

Nicolas de Fluh
« Le pape et ses cardinaux devra fuir Rome dans une situation calamiteuse, pour un endroit où ils vivront dans l’incognito. Le pape mourra de manière atroce durant l’exil. Les souffrances de l’Eglise seront plus grandes que toutes celles vécues par le passé ».

Le Vénérable Bartolomé Holzhauser
« Dieu permettra un grand mal contre Son Eglise : ils arriveront subitement et soudainement au milieu du sommeil des évêques et des prêtres. Ils entreront en Italie et dévasteront Rome, ils brûleront les églises et détruiront tout ».

Mère Elena Aiello qui fut souvent consultée par Pie XII
« l’Italie sera secouée par une grande révolution (…) la Russie s’imposera aux nations et de façon spéciale à l’Italie, et elle plantera le drapeau rouge sur la coupole de St Pierre.

Jean de Vitiguero
« Quand le monde sera dans la tourmente, le pape changera de résidence.« 

Elena Leonardi, dirigée spirituellement par Padre Pio
« Le Vatican sera envahi par des révolutionnaires communistes. Ils trahiront le pape. L’Italie souffrira une grande révolte et sera purifiée par une grande révolution. La Russie marchera sur Rome et le pape courra un grave danger« .

Enzo Alocci
« Le pape disparaîtra temporairement et cela arrivera quand il y aura une révolution en Italie.

La Bienheureuse Ana Maria Taigi
« La religion sera persécutée et les prêtres massacrés. Le Saint Père se verra obligé de quitter Rome« .

La mystique Maria Steiner
« La sainte Eglise sera persécutée, Rome sera sans pasteur« .

Les révélations de Garabandal
« Le pape ne pourra rester à Rome, il sera persécuté et devra se cacher« .
(Conchita, au moment de l’Avertissement, voyait le pape fuir Rome)

Le Pape Paul VI
« les fumées de Satan sont entrées dans l’Eglise » 29 juin 1972

Selon saint Paul, l’antéchrist se manifestera une fois que le pape aura été mis de côté.(2 Tes 2, 6-8)

Le Chanoine Roca
« Dans sa forme actuelle, la papauté disparaîtra, le nouvel ordre social s’implantera à Rome, mais en marge de Rome, sans Rome, malgré Rome, contre Rome. Et cette nouvelle Eglise, même s’il est probable qu’elle ne doive rien conserver de la discipline scholastique et de la forme rudimentaire de l’Eglise antique, recevra cependant de Rome la consécration et la juridiction canonique ».

La nouvelle église appuiera l’unification des religions et la fausse paix, accomplissant les paroles de Jésus Christ au sens où même les élus seront trompés.

En 1917, fut révélée aux bergers de Fatima, la même révélation qu’eut le pape St Pie X quelques années auparavant, de façon encore plus précise : « Nous avons vu un évêque vêtu de blanc, que nous crûmes être le saint Père, fuir d’une ville en ruines et le pas vacillant« .
La version de Fatima insiste encore plus sur le fait qu’il pourrait s’agir du pape du renoncement, Benoît XVI, et expliquerait cette phrase : « Nous avons vu un évêque vêtu de blanc, nous eûmes le pressentiment que c’était le Saint Père« . S’il leur avait été évident qu’il s’agissait du pape régnant, ils l’auraient dit de façon claire.
Au contraire, ils ont vu un « évêque vêtu de blanc ». Ils n’auraient jamais pu imaginer le thème de la « renonciation », du fait de leur « pressentiment ».
Le 2ème élément est encore plus précis et révélateur : ils le virent en fuite « tremblant et le pas vacillant », ce qui se doit à l’âge avancé.
Et 3ème élément tout aussi révélateur : sur ce même évêque vêtu de blanc qu’avant ils voyaient fuir de Rome, ils affirment ensuite qu’au moment où il sera assassiné sur la colline, il s’agit du « Saint Père ».

Il y aura d’un côté la véritable Eglise de Notre Seigneur avec un pape légitime, et de l’autre, une fausse église avec un personnage non canoniquement élu.

Après la fuite du pape légitime, l’antipape restera à Rome aux commandes de la « nouvelle église », soutenant l’union apostate des religions. Ce sera  » l’abomination de la désolation dans le lieu saint  » annoncée depuis les temps anciens par le prophète Daniel.

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, C- La Fin des Temps, E- Garabandal, Terre Sainte... | 4 Commentaires »

- Pour mériter le Ciel

Posté par Pèlerin le 10 octobre 2013

NOUS NE NOUS FIGURONS PAS A QUEL POINT NOUS OFFENSONS LE SEIGNEUR.

« La Vierge m’a dit que le monde sait bien qu’il y a un Ciel et un Enfer.
Mais ne voyons-nous pas qu’on y pense seulement par crainte et non par amour de Dieu? »
(Conchita au Père Laffineur)

Lors de la dernière Apparition de Notre Dame de Garabandal,
Conchita était si triste qu’elle Lui demanda de l’emmener avec Elle…
Mais la Sainte Vierge lui répondit que ce n’était pas l’heure, que ses mains étaient vides….
vides de bonnes actions, de sacrifices, de prières….
« Avant tout, il faut être bons ! »
C’est la première chose que Notre Dame nous demande, la charité !
La charité envers Dieu et envers son prochain
pour remplir nos mains et mériter le Ciel.

Ci-dessous, une petite note sur le Ciel, tirée du « Catéchisme Populaire du Professeur Spirago »
aux Editions Pamphiliennes.

***

LE CIEL

1/ Le Ciel est le séjour de la béatitude éternelle

Le Christ donna à ses apôtres un avant-goût du Ciel sur le Thabor (St Mathieu 17)
Le Ciel s’ouvrit au baptême de Jésus. St Etienne vit le Ciel ouvert (Actes des apôtres 7, 55). St Paul fut ravi au Ciel (II Cor. 12, 2)

Le Ciel est à la fois un lieu et un état.

Comme lieu il est, selon quelques théologiens, au-delà du monde sidéral. Ce n’est qu’une opinion, mais elle est fondée sur la tournure des paroles du Christ : qu’il est descendu du Ciel, qu’il y remonterait, qu’il en reviendrait.
Le Ciel est aussi un état de l’âme ; il consiste dans la vision de Dieu (St Mathieu 18, 10), dans la paix et le bonheur de l’esprit.
Quand les anges et les saints nous visitent ici-bas, ils ne cessent donc pas d’être au Ciel, car ils ne peuvent pas être privés de la vision de Dieu (St Bernard). Jésus-Christ est le roi du Ciel. « Je suis roi, disait-il à Pilate, mais mon royaume n’est pas de ce monde ».
Le bon larron reconnaissait que cette royauté quand il disait au Sauveur : « Seigneur ! Souvenez-vous de moi quand vous serez dans votre royaume ». (St Luc 13,42)
Au Ciel, nous verrons les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme (St Jean 1, 51). Au Ciel les anges adorent le Christ.

Le Ciel est notre vraie patrie ; ici-bas nous ne sommes que des étrangers (II Corinthiens 5, 6), c’est la vérité que nous représentent les processions.

Les joies du Ciel sont ineffablement grandes ; les élus sont libres de tout mal, ils jouissent de la vision de Dieu et de l’amitié de tous les habitants du paradis.

En comparaison de la félicité éternelle, notre vie actuelle est plutôt une mort. (St Grégoire le Grand) . Les joies des élus sont si grandes, que toutes les tortures des martyrs n’en mériteraient pas une seule heure. (St Vincent Ferrier).
Nous jouirons au ciel du bonheur même de Dieu ; car nous y serons participants de la nature divine (II St Pierre 1, 4), nous lui serons semblables. Nous serons transformés au ciel, comme le fer dans la fournaise.

La divinité se reflètera dans chaque âme,, comme le soleil du matin dans les millions de gouttes de rosée.
Au Ciel, luit une lumière éclatante (1 Tim. 6, 16), on y entend les cantiques des anges, les saints y portent des vêtements blancs (Apoc. 7, 14), ils y reçoivent une magnifique couronne de la main de Dieu (Sagesse 5, 17).

Les saints possèdent une entière liberté et sont établis sur tous les biens de Dieu (St Mathieu 25, 21) ; ils sont là où est le Christ, qui leur rend au centuple ce qu’ils ont abandonné pour lus cette terre. (St Mathieu 19, 29)
Les élus sont libres de tout mal. Il est plus facile d’énumérer les maux dont ils sont délivrés, que les joies dont ils jouissent (St Augustin). Ils ne souffrent ni de la faim, ni de la soif (Apoc. 7, 16), au Ciel il n’y aura plus ni mort, ni deuil, ni gémissement, ni douleur, ni nuit. Ils seront incapables de pécher ; leur volonté sera absorbée par celle de Dieu, comme une goutte d’eau mêlée à une coupe de vin en prend le goût et la couleur (St Bernard).

Les élus voient continuellement la face de Dieu (St Mathieu 18, 10) ; ils reconnaissent clairement l’immensité, les perfections et toutes les oeuvres de Dieu ; ils voient Dieu comme il est (I.K St Jean 3, 2) ; ils le voient face à face (1 Corinthiens 13, 12) ; ils voient Dieu non pas dans une image, mais il est aussi présent à leur intelligence que l’arbre à l’oeil qui le voit (St Thomas d’Aquin).

«  Se réjouir auprès de vous, Seigneur, de vous et à cause de vous, c’est en cela que consiste la vie éternelle. » (St Augustin).

Les élus, dit St Anselme, vous aimeront, Seigneur, autant qu’ils vous connaîtront !

Les saints s’aiment aussi les uns les autres ; ils sont tous un. (St Jean 17, 21). L’amour qui est la vie des élus au paradis est si grand que l’élu le plus étranger à nous, nous aime encore plus que des parents n’aiment leurs enfants ici-bas. L’amour seul distingue les enfants du royaume céleste des enfants de perdition (St Augustin).
Et quelle joie n’éprouverons-nous pas quand nous retrouverons là-haut nos parents et nos amis après une cruelle séparation !

Les joies du Ciel durent éternellement.

Les justes, dit Jésus, entreront dans la vie éternelle, c’est-à-dire dans une vie bienheureuse qui n’aura pas de fin. Le St Esprit leur restera éternellement uni (St Jean 14, 16), personne ne pourra leur enlever leur joie (St Jean 10; 29).

Le bonheur des saints varie en proportion de leurs mérites.

Le maître dans l’Evangile établit sur 10 villes le serviteur qui a gagné 10 talents et sur 5 villes celui qui a gagné 5 talents. (St Luc 19, 16). Ce maître, c’est Dieu qui récompense par un bonheur plus grand celui qui a accompli plus de bonnes oeuvres. Par là, il glorifie la perfection de sa justice. Celui, dit St Paul, qui sème avec parcimonie, recueillera peu, celui qui sèmera avec largesse, fera une riche moisson. (II Corinthiens 9, 6).Les justes voient tous Dieu clairement, mais l’un voit plus parfaitement que l’autre en raison de ses mérites (concile de Florence).

Autre est l’éclat du soleil -Jésus-Christ-, autre celui de la lune -Marie-, autre celui des étoiles -les saints- (1 corinthiens 15, 41).

Le même soleil est vu plus fixémement par l’aigle que par les autres oiseaux. Le feu réchauffe plus ceux qui en sont rapprochés, que ceux qui en sont éloignés. Il en est de même au ciel ; la connaissance de Dieu, la charité, les délices sont plus grandes chez un saint que chez l’autre ; le plaisir est en effet en proportion de la connaissance.

La béatification, la canonisation, la célébration d’une fête, les invocations, le saint sacrifice et les actes vertueux offerts à Dieu en l’honneur d’un saint, contribuent à sa félicité.

2/ Le Ciel n’est accordé qu’aux Âmes parfaitement pures de péchés et de peines du péché

Les âmes seules entreront au ciel qui n’auront commis aucun péché après le baptême, ou qui ayant péché, auront complètement expié leurs fautes, soit sur terre, soit au purgatoire.
Rien d’impur n’entrera dans le ciel.

Le Ciel n’a été ouvert que par la mort du Sauveur ; les âmes des justes furent obligées d’attendre leur rédemption dans les limbes.

On gagne le Ciel par la souffrance et les victoires sur soi-même.

Il n’y a pas de bonheur éternel sans victoire sur soi-même ; le royaume des cieux est semblable à un trésor ou à une perle précieuse ; pour les acquérir il faut tout donner (St Matthier 13, 44), c’est à dire rompre toute attache désordonnée aux choses terrestres. On n’obtient un grand salaire que par de grands efforts (St Grégoire le Grand).

Le royaume des cieux souffre violence (St Matthieur 11, 12) ; la porte et la voie qui conduisent à la vie sont étroites.

Celui qui recherche les plaisirs et les jouissances de ce monde sera damné et celui qui s’efforcera de s’en détacher sera sauvé. Mais plus notre salut nous coûtera d’efforts, plus notre joie sera grande, car une joie méritée réjouit doublement !

Pour les justes, le Ciel commence partiellement dès ici-bas.
En cherchant la vie éternelle, ils en jouissent déjà. (St Augustin).
Les justes possèdent la véritable paix de l’âme (St Jean 14, 28), cette paix de Dieu qui dépasse toute intelligence ; aussi sont-ils toujours gais, même quand ils jeûnent (St Matthieu 6, 17) ou quand ils souffrent.

Quiconque pense au Ciel, sera sûrement patient dans les épreuves et méprisera les choses et les plaisirs de ce monde. Pensez à la couronne et vous souffrirez volontiers (St Augustin)

En méditant les choses célestes, celles du monde nous paraîtront futiles (St Grég. Gr.)

Celui qui est sur le sommet d’une montagne ne voit pas les objets dans la vallée ou ne les voit que très petits (St Jean Chrysostome) ; l’oiseau qui vole très haut est hors d’atteinte du chasseur.

Saint Augustin       St Grégoire le Grand     Saint Anselme

***

Publié dans A- Message de ND (commentaires), G- Hors de l'Eglise, point de Salut !, H- Les voyantes | Pas de Commentaire »

- Invalidité de la renonciation de Benoît XVI

Posté par Pèlerin le 8 octobre 2013

Le 11 février 2013 , Benoît XVI déclarait solennellement :

« declaro me ministerio Episcopi Romae Successoris Sancti Petri, mihi per manus Cardinalium die 19 aprilis MMV commissum renuntiare« 

= « je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, successeur de Saint Pierre, qui m’a été confié des mains des cardinaux le 19 avril 2005″

Cette renonciation a plongé la majorité des catholiques dans la confusion, l’incompréhension.

Sans commenter ici le pontificat de Benoît XVI, voyons de plus près cette déclaration.

La phrase en latin est inintelligible car elle contient une erreur grammaticale, car « commissum« , qui dépend de « ministère », est complément du verbe renoncer, et devrait être au datif pour concorder ; c’est à dire que Benoît XVI aurait dû dire « commisso« 

La preuve de cette erreur sur l’enregistrement , à 1mn31 :

http://www.youtube.com/watch?v=jJfjo8XxrJM

Dans le droit canon traditionnel tout rescrit, bref ou bulle du pape qui contient une faute de latin est nul. Saint Grégoire VII (Registrum 1.33) déclara nul un privilège accordé à un monastère par son prédécesseur Alexandre II, « en raison de la corruption de la latinité », qui constitue « un signe tout à fait évident ».

La décrétale Ad audientiam du pape Lucius III, qui figure dans le corps du droit canon (Décrétales de Grégoire IX, l. I, titre III, de Rescriptis, c. XI) pose que « la fausse latinité invalide un rescrit du pape ». Le pape interdit de prêter foi à une lettre pontificale « puisqu’elle contient une faute de construction évidente ». La glose (dans le texte officiel corrigé publié sur ordre du pape Grégoire XIII en 1582) explique à ce propos qu’un rescrit du pape « ne doit contenir aucune faute », puisqu’il est « élaboré avec beaucoup de temps ». Une faute de latin constitue une telle présomption de nullité qu’aucune preuve du contraire ne peut être admise.

 

 

Publié dans C- La Fin des Temps, J- Infos Divers | 4 Commentaires »

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE