Jugement de l’Eglise

 

Les Apparitions de Garabandal n’ont JAMAIS été condamnées par l’Eglise.
En fait, l’Eglise attend la venue des événements annoncés pour reconnaître (ou non) Garabandal.


Aucun motif de censure ecclésiastique portant à condamnation, ni dans la doctrine, etc.

Autre point important  : n’en déplaise aux « adversaires » de Garabandal, le jugement porté par l’Evêché de Santander n’est pas un   »jugement officiel de l’Eglise »… lire ICI 

 

*

Par une « note » publiée en 1961, l’évêque de Santander rend un jugement négatif, par lequel il ne reconnaît pas le caractère surnaturel.
(Attention : cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de caractère surnaturel ; mais l’évêque n’en voit pas)


Note du 8 juillet 1965 de Mgr Beitia, évêque de Santander

Nous faisons remarquer que nous n’avons trouvé aucun motif de censure ecclésiastique portant à condamnation, ni dans la doctrine, ni dans les recommandations spirituelles que l’on a divulguées à l’occasion des Faits de Garabandal, en tant qu’adressées à des fidèles chrétiens; d’autant plus qu’elles contiennent une exhortation à la prière et au sacrifice, à la dévotion eucharistique, au culte de Notre Dame sous des formes traditionnellement louables, et à la sainte crainte de Dieu offensé par nos péchés. Elles rappellent simplement la doctrine ordinaire de l’Église en cette matière.

Nous admettons la bonne foi et la ferveur religieuse des personnes qui accourent à Saint Sébastien de Garabandal, et qui méritent le plus profond respect… « 

De Santander, le 8 juillet 1965, Eugenio Fernandez, évêque, adm. Apost. de Santander)

*

Contre-enquête ordonnée par Mgr del Val Gallo en 1986

À l’automne de 1986, Mgr del Val Gallo se rendit à Rome et soumit de nouvelles recommandations au sujet de Garabandal à la sacrée Congrégation de la doctrine de la Foi.

Après sa visite à Rome, l’évêque émit une directive autorisant les prêtres visiteurs à Garabandal à célébrer la messe dans l’église du village, mettant ainsi fin aux restrictions imposées en 1962.

Le 11 Octobre 1996, en l’absence de faits nouveaux et suite à la dernière commission, le nouvel évêque, José Vilaplana, n’a pas modifié le jugement négatif. Ce qui se comprend….. seule la réalisation des événements annoncés permettra à l’Eglise d’authentifier les Messages de Garabandal.

*

Donc, le jugement est bien négatif dans le sens où l’évêque ne reconnaît pas le caractère surnaturel, mais, nous le répétons, ces apparitions n’ont JAMAIS été condamnées car elles confirment bien l’enseignement et la tradition de l’Eglise, et exhortent à la prière, la pénitence et la pratique des sacrements. Pour rappel, il s’agit d’une « note » et non d’un document officiel, l’Eglise restant en attente de la venue ou non des événements pour se prononcer officiellement.

***

Le plus virulent adversaire de Garabandal : Mgr Puchol…
sa fin sera d’ailleurs dramatique
(comme tous ceux qui combattent les plans de Dieu)
Vous en saurez plus sur les manipulations de l’évêque pour faire échouer la Diffusion du Message :
http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2011/12/07/un-terrible-secret/

***

 

Le Pape Paul VI-lors d’une audience- a dit au Père Escalada
qui était accompagné du Supérieur de la Compagnie de Jésus, le Père Pedro Arrupe (1):

 

« C’est l’histoire la plus belle de l’humanité depuis la naissance du Christ.
C’est comme
LA SECONDE VIE DE LA TRES SAINTE VIERGE SUR LA TERRE,
et il n’y a pas de mot pour l’en remercier
« 

 

Lors d’une audience publique en 1966, le Pape Paul VI s’est approché de Conchita et, malgré les tentatives des cardinaux présents pour l’empêcher de l’approcher, il lui a dit :
« Je te bénis et avec moi toute l’Eglise te bénit ! »

 

Ils ont alors pu discuter tous les deux seuls durant un quart d’heure et c’est à ce moment là que Conchita lui a donné la date du Grand Miracle.

Quelque temps après cet entretien au Vatican (le 14 octobre 1966), Paul VI a supprimé les Canons 1399 et 2318 qui interdisaient de se rendre dans les lieux de pèlerinages non reconnus et d’en divulguer les messages.

Il accorda la bénédiction apostolique à l’œuvre de diffusion des messages de Garabandal le 12 juin 1967.

Le Pape Paul VI a été le seul à témoigner de son attachement aux apparitions.

Aucun de ses successeurs n’a prononcé le moindre mot à ce sujet…

***

 Comme a dit la Sainte Vierge, le Pape verra le Grand Miracle d’où il sera
et c’est bien lui qui authentifiera les Apparitions de Garabandal.

 

 *

 Deux documents intéressants concernant l’évêché de Santander :

Une exemple de la « mauvaise volonté » de l’évêché au moment des Apparitions… ici.

 

Ce qui arrive aux évêques qui ont tenté de « détruire » Garabandal… ici.

… l’incroyable « turnover » des évêques au moment des Apparitions… ici.

Courriers et notes d’évêques (en espagnol)… ici.

***

 

 

Une Réponse à “Jugement de l’Eglise”

  1. frere john paulgavino, cicm dit :

    Dear Father

    Greetings of Peace!

    Father, i would like to request from your good heart if i could obtain a wooden olive crucifix with the relic of soil or stones coming from your place. I will put it in my room in the seminary, so that, I could feel in my prayers the presence of Our Lord with this object. Hope and pray that this simple request would be granted.

    Takecare of yourself always and pls include me in your prayers.

    Frere John Paul Cheng Gavino,CICM
    Congregation of the Immaculate Heart of Mary
    #16, 11th Street
    New Manila, Quezon City
    1112 Philippines

Laisser un commentaire

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE