- Padre Pio et Garabandal

Posté par Pèlerin le 30 juillet 2013

Le Padre Pio(1887 – 1968) canonisé le 16 juin 2002 – grand mystique du XXème siècle – est le premier prêtre qui ayant reçu les stigmates du Christ, les porta pendant cinquante ans. Il avait compris qu’il devait combler l’espace entre Dieu et les hommes.
Il mit en oeuvre son programme selon trois directions : la direction des âmes, la confession sacramentelle et la célébration de la messe. On se pressait littéralement à son confessionnal à tel point que fut instauré un système de numéros.

Entré chez les capucins de Morcone en 1903 et ordonné prêtre en 1910, il fut décidé par les capucins de la construction d’une autre église plus vaste en 1954 tant l’affluence à ses offices fut prodigieuse. Les lettres arrivaient par milliers chaque jour avec des centaines de télégrammes. Il possédait une surabondance de charismes : visions, don de guérison, de bilocation et de prophétie, discernement des esprits. Il défendit avec fermeté l’authenticité des apparitions à San Sebastian de Garabandal et demeure irrévocablement impliqué dans ces faits.

Le samedi 3 mars 1962, Conchita reçoit une lettre à l’attention des quatre voyantes, elle vient du Padre Pio comme le confirmera la Sainte Vierge dans une apparition du même jour.
« Chères enfants, ce matin à neuf heures, la Sainte Vierge m’a demandé de vous dire : Ô petites filles bénies de Saint Sebastien de Garabandal ! Je vous promets que je serai avec vous jusqu’à la fin des siècles, et vous serez avec moi jusqu’à la fin du monde. Puis, vous serez réunies avec moi dans la gloire du Paradis ».

Après la transmission de ce message, le Padre Pio ajoutait :

« Je vous envoie une copie du chapelet de Fatima que la vierge m’a demandé de vous envoyer. Ce chapelet a été dicté par la Sainte Vierge et doit être propagé pour le salut des pécheurs et pour la préservation de l’humanité des pires châtiments dont le Bon Dieu nous menace. Je ne vous donne qu’un conseil : Priez et faites prier, car le monde est au bord de la perdition. On ne vous croit pas ; on ne croit pas à vos conversation avec la Vierge… On croira quand il sera bien, bien tard »

Nous ne savons pas quand le célèbre capucin eu connaissance des événements de Garabandal.

Il exprima cependant des reproches au début des années 1962 à un groupe de pèlerins espagnols qui l’interrogeait sur l’authenticité des apparitions :

« Combien d’apparitions vous faut-il donc, alors qu’elles ont lieu depuis déjà huit mois ? »

Le 28 octobre 1964 le Supérieur du Padre Pio adresse à Conchita une lettre en espagnol de la part du capucin : « Paix et Salut, Le Père Pio prie avec (son) coeur pour vos intentions et vous exhorte à prier, en ayant confiance en la Divine Miséricorde afin d’acquérir la patience (pour supporter) toutes les épreuves et les adversités de la vie, et aussi les biens et les grâces spirituelles pour la sanctification de votre âme. Le Père Pio vous assure de son souvenir constant dans sa prière et vous envoie sa paternelle bénédiction. P. Supérieur »

C’est au moins la troisième dépêche du Padre Pio adressé aux voyantes les encourageant à la sainteté. Par cette lettre, le Padre Pio apporte encore une irrécusable confirmation de l’authenticité surnaturelle de Garabandal.

En janvier 1966, Conchita se rend a Rome sur l’ordre du Cardinal Alfredo Ottaviani. Elle fut entendue par le Cardinal mais aussi reçue par le Pape Paul VI.

Profitant d’un délai de 24 heures avant son rendez-vous avec le Cardinal Ottaviani, Conchita et ses compagnons de voyage, se rend à San Giovani Rotondo.
Elle y rencontre un ami : le Padre Pio. Pourtant le Père Pio, en ce jour, est souffrant et repousse les demandes d’entretiens. Mais sachant que « Conchita de Garabandal » est ici, il l’accueille chaleureusement et ne cesse de la bénir tout au long de l’entretien et l’assure de ses prières.

Conchita lui demande de bénir son crucifix, ce que fit le capucin en le posant sur le stigmate de sa main gauche recouvrant le crucifix de la main de Conchita.

Le Padre Pio meurt le 23 septembre 1968, Conchita reste fort perplexe sur la prophétie de la Sainte Vierge qui lui avait dit que le Père verrait le miracle. Or voici qu’en octobre suivant, elle reçoit un télégramme de Lourdes, envoyé par une dame de ses relations qui la presse de venir pour lui remettre une lettre de la part du Padre Pio. Ce billet, daté du 22 août 1968 et signé du Père Supérieur s’adresse cette fois à Conchita seule :

« Pour Conchita, Père Pio à dit : Je prie la Sainte Vierge de la réconforter et de la guider vers la sainteté. Je la bénis de tout mon cœur. »

Parmi les émissaires du célèbre capucin pour porter ce message se trouvait le Père franciscain Bernardino Cennamo. Il fut présent le 18 juin 1965 à Garabandal et ne cacha pas à Conchita qu’il avait d’abord douté jusqu’à ce que le Padre Pio lui demande d’offrir à Conchita le petit voile de tulle dont on recouvrirait son visage au moment de sa mort. C’est donc d’une très exceptionnelle relique qu’hérita Conchita à Lourdes, apprenant également du Père Bernardino que le Padre avait bien vu le Miracle avant sa mort.

« Il me l’a dit lui-même ! » insista le franciscain.

- Padre Pio et Garabandal dans D- Des prêtres racontent p-pio

Publié dans D- Des prêtres racontent | 1 Commentaire »

- François prône le désordre et interdit la Sainte Messe

Posté par Pèlerin le 29 juillet 2013

 

Un ORDRE de CONFUSION

 

Lors des JMJ, dans la cathédrale Saint Sébastien de Rio de Janeiro et devant quelque 30 000 argentins, le Pape François a incité les jeunes à «sortir dans les rues » et à « mettre la pagaille ».

« J’aimerais vous dire une chose. Qu’est-ce que j’attends comme conséquence de la Journée mondiale de la jeunesse? J’espère de la pagaille!

 

http://www.ndf.fr/nos-breves/26-07-2013/le-pape-exhorte-les-jeunes-a-sortir-dans-les-rues

 

 

Une INTERDICTION de dire la MESSE EN LATIN

 

Les Franciscains de l’Immaculée interdits de célébrer la forme extraordinaire par le pape
François .

Motif d’étonnement parce que, parmi les communautés religieuses nées dans l’Église catholique au
cours des dernières décennies, les Franciscains de l’Immaculée sont l’une des plus florissantes. Ils comportent des branches masculines et féminines, les vocations y sont nombreuses et jeunes et ils sont implantés sur plusieurs continents, avec entre autres une mission en Argentine. Ils se veulent fidèles à
la tradition, dans le plein respect du magistère de l’Église.

 

http://www.riposte-catholique.fr/summorum-pontificum-blog/enquete-et-analyse/les-franciscains-de-limmaculee-interdits-de-celebrer-la-forme-extraordinaire-par-le-pape-francois

 

Le décret original sur  :

http://blog.messainlatino.it/2013/07/decreto-della-santa-sede.html?m=1

 

 

 

 

 

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

- Marthe Robin croyait en Garabandal

Posté par Pèlerin le 19 juillet 2013

A la mort du Père Laffineur en 1970, le Père Combe eut besoin de conseils pour continuer la diffusion des Messages de Garabandal.

Il rencontra Marthe Robin en 1971.

*

P. Combe : Chère Soeur Marthe, comme vous le savez, je m’occupe de Garabandal….

Marthe : Oui mon Père

P. Combe : J’aidais le Père Laffineur ; il est mort en novembre dernier et vous devinez ce qui s’est passé après….

Marthe : Oui, les critiques….

P. Combe : Je vois que vous êtes au courant. Aussi j’ai besoin de votre avis. La situation me semble si difficile qu’à présent je souhaiterais m’occuper uniquement de ma paroisse… J’ai déjà assez à m’occuper…

Marthe (d’une voix ferme) : C’est cela… vous voulez tout laisser tomber…

P. Combe : (je reçus cette remarque comme une flèche en plein coeur et j’attendais la suite…)

Marthe : « Aïe ! Que faire, mon Père, quand nous avons reçu certaines grâces ? »

P. Combe : Je comprends, Soeur Marthe ; je dois donc poursuivre la diffusion du Message de Garabandal ? Mais si je fais cela, je vais m’attirer les foudres de toutes parts, des prêtres, du vicaire général, d’évêques….

Marthe : Et bien, vous les offrirez à Dieu. A présent, Père, donnez-moi des nouvelles des fillettes de Garabandal…

P. Combe : (je le fis donc ; Marthe écoutait puis réclamait quelques détails….

Marthe : Dites aux quatre petites que je prie pour elles tous les jours !

L’entretien allait se terminer quand Marthe me demanda : Voulez-vous que nous disions un Notre Père et un Je Vous salue Marie ?

P. Combe : Oui, Marthe. Pour les petites de Garabandal et leur évêque, pour vous-même et les Foyers de Charité…. et pour toutes les croix à venir….

*

Je revis plus tard Marthe Robin. Chaque fois, elle me parlait de Garabandal. Il lui importait de savoir que la diffusion du Message cnotinuait ; elle aimait avoir des nouvelles des petites, sur leurs familles et …. surtout sur l’évêque de Santander.

*

Un autre témoignage sur la préoccupation de Marthe Robin pour la diffusion du Message de Garabandal…

Un jour, j’amenai Mgr Bretault à Chateauneuf de Galaure ; au moment de le laisser, je lui demandai de saluer Marthe de ma part. Il ne manqua pas de le faire par la suite, me fit part que Marthe était désolée des difficultés rencontrées lors de la diffusion des Messages en France, depuis la mort du Père Laffineur. Par l’évêque, elle me transmit détails et conseils qui me seraient utiles….

***

Marthe Robin, Padre Pio, Mère Teresa croyaient à Garabandal….

C’est une grâce de croire en Garabandal !
Et vous ? Avez-vous reçu cette grâce ?
Que faudra-t-il pour que vous y croyiez, un Miracle ?
Et bien, il en est un qui arrivera bientôt ; il est au-dessus de votre tête…..

Nous sommes sur le point de vivre une intervention divine
et le commencement d’une ère nouvelle pour l’humanité !

 

Marthe Robin croyait en Garabandal

 

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaire »

- Bergoglio et le Rotary Club de Buenos Aires

Posté par Pèlerin le 20 mars 2013

La prophétie des 4 papes (Paul VI, JP1er, JPII et BXVI) de Conchita indique que nous sommes arrivés au temps des événements prophétisés à Garabandal.

Une nouvelle élection a eu lieu à Rome le 13 mars 2013 : le cardinal Bergoglio.

Qui est-il ? beaucoup d’informations circulent depuis sa nomination : il n’aime pas la messe traditionnelle et a refusé l’application du Motu Proprio Summorum Pontificum dans son archidiocèse (Buenos Aires), il interdit le port de la soutane aux prêtres, etc.

Mais voici une information qui ouvrira les yeux de beaucoup. Jorge Bergoglio est membre honoraire du Rotary Club de Buenos Aires.

http://radiocristiandad.wordpress.com/2013/03/18/bergoglio-miembro-honorario-del-masonico-rotary-club/

Bergoglio/pape François membre honoraire du Rotary Club de Buenos Aires

Avec ce courrier du cardinal Jorge Bergoglio en 1999 au Rotary Club de Buenos Aires et archivé sur leur site :
http://rotaryba.com.ar/wp-content/uploads/2013/03/Francisco1.jpg

Bergoglio/pape François membre honoraire du Rotary Club de Buenos Aires

 

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas le Rotary Club, lisez ce bon descriptif :

http://esaie.free.fr/niveau1/fm.htm

 

 

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, C- La Fin des Temps | Pas de Commentaire »

- Avertissement et Grand Miracle : confirmation par le Père de Bailliencourt

Posté par sexto le 6 mars 2013

 

Une confirmation supplémentaire  pour le Grand Miracle et l’Avertissement

 

Voici ce que disait le Père Jean de Bailliencourt , ardent promoteur de la cause de Garabandal ,en ce qui concerne l’annonce du Grand Miracle et la venue de l’Avertissement  ( Appel des Pins , avril 1979 ) :

 

 » Les Evénements n’arriveront qu’à l’heure de Dieu et à celle de notre meilleur Bien ; il s’agit seulement d’ETRE TOUJOURS PRETS … » Como Dios quiere  – Comme Dieu voudra         » ; à Dieu vat !

 

Cependant veuillez avoir la tête froide et vous rappeler certaines choses ; reprenez l’Appel des Pins n°35(p5-6) ou encore le tract 02-07-78(p4) sur les évènements à venir qui doivent accompagner Avertissement et Grand Miracle … je n’en rappellerais ici que deux , sans en conserver l’ordre chronologique d’annonce , car il semble bien qu’ils peuvent s’accomplir dans l’ordre inverse :

 

1) Le premier : au cours d’une conversation , enregistrée le 16 janvier 1963 par Mr Ruiloba  ( Elle se rendit en hâte à la montagne , p 479 ) ; à Conchita qui lui disait qu’elle lui avait donné la date , Sérafin répond     :  » tu ne m’as pas dit la date elle-même ; tu m’as parlé d’un évènement qui , s’il arrive , m’indiquera que le Miracle est proche  » .

 

C’est à ce sujet que le Dr Puncerneau de Barcelone a interrogé Sérafin en 1975 :  » Après le déjeuner , j’essayais de tirer les vers du nez de Sérafin , car on disait qu’il savait par Conchita quand serait l’Avertissement .  » ( Le Dr Puncerneau se trompe : il s’agit du Miracle .Sérafin me l’a confirmé en octobre 1975 ) .  » J’en conclus  » continue le Dr Puncerneau « que s’il le savait , il ne voulait pas le dire .La seule chose que je tirai au clair fut qu’il serait précédé d’un évènement particulier dans l’Eglise; et après bien des questions , des déductions , je crus comprendre d’après ce qu’il me dit obscurément que ce serait quelque chose de semblable à un schisme . Ou moi je le compris ainsi …  »

(Crise de l’Eglise et Garabandal )

Le 26 juin 1967 , Sérafin confiait au Père Laffineur (Etoile dans la montagne ,p212 ) :  » A mon sens le Miracle viendra quand la confusion sera plus grande encore dans l’Eglise « .

Il précisait à un ami le 16 août 1975 :  » L’Eglise doit tomber plus bas encore  » .

Enfin , en octobre 1975 , il m’ajoutait   :  » Je n’ai jamais prononcé le mot de « schisme  » que l’on m’attribue : c’est une erreur du Dr Puncerneau ; mais c’est bien un évènement ecclésiastique qui doit arriver avant le Miracle ; avant ou après l’Avertissement , je ne sais  » .

 

2) Le second : Il a été annoncé le jeudi 6 décembre 1962 :  » Un jour , peu de temps avant le Miracle , surviendra un évènement qui provoquera de nombreuses désertions parmi les fidèles de Garabandal ; mais ces désertions ne seront pas dues à ce que le Miracle tarde à venir «  ( Elle se rendit en hâte à la Montagne , p 444 ).

Première hypothèse :

L’évènement  » ecclésiastique  » indiqué à l’instant

Deuxième hypothèse :

Qui devient de plus en plus possible et probable : l’Avertissement peut ne pas arriver avant l’annonce du Miracle 8 jours avant ! Il peut n’avoir lieu qu’entre l’annonce et le jour même ! On peut deviner aisément l’inquiétude et l’angoisse de Conchita … ! Ce serait alors la réalisation ( non encore accomplie ) de cette locution prophétique de Notre-Seigneur à Conchita le 13 février 1966 à Pampelune :  » Tu souffriras beaucoup avant le Miracle , car peu de gens te croiront . ta famille elle-même croira que tu les a trompés …  »

On conçoit bien alors que sa famille croira avoir été trompée par Conchita et que personne ne croie à l’annonce du Miracle si elle n’a pas été précédée par l’Avertissement ….

Bref , que nous reste -t’il à faire ? toujours la même chose ! Comme nous avons la tête dure , pour ne pas avoir encore compris et nous tenir tranquille !

 

NOUS DEVONS INTENSIFIER NOTRE PREPARATION AFIN D’ETRE PRETS A L’HEURE  » H  » …. «  Yo hare todo  » a dit Notre-seigneur à Conchita ( 13 02 66 ) . « 

 

Pourquoi ne pas tenir compte de l’avis du Père de Bailliencourt ? Ne l’oublions pas quand viendra l’heure de l’annonce du Grand Miracle …

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | 2 Commentaires »

- Pablo VI , Cardenal Ottaviani y Garabandal

Posté par Pèlerin le 4 mars 2013

El Papa Pablo VI y las Apariciones de la Santísima Virgen María en Garabandal.

El Papa Pablo VI pronunció las más autorizadas y elogiosas palabras que se hayan dicho sobre las Apariciones de Garabandal. Sucedió con
ocasión de la audiencia que concedió al Padre Escalada S.J., le dijo:

« Es la historia más hermosa de la Humanidad desde el Nacimiento de Cristo. Es como la segunda vida de la Santísima Virgen en la tierra, y no hay palabras para agradecerlo. »

Esta noticia fue publicada en la revista que edita la Difusora Mariana de A.C. de Méjico, y también en la LEGIÓN BLANCA PERUANA, con  «IMPRIMÁTUR» de monseñor Alfonso Zaplana Belliza, obispo de Tacna, Perú, el 7 de noviembre de 1968.

El Papa tenía abundante información sobre las Apariciones. Había leído con gran interés la historia de las Apariciones, las circulares del Dr. Bonance y el informe del Cardenal Ottaviani, tras la entrevista a Conchita en Enero de 1966, de modo que al P. Escalada le bastó
hacerle una rápida exposición de los hechos. Hace ya años, el Padre Morelos comunicaba al Padre Lucio Rodrigo S.J., catedrático durante muchos años en la Universidad Pontificia de Comillas en Cantabria, esta noticia: El Padre Escalada, jesuita mejicano, que difunde los Mensajes de Garabandal en su tierra, ha sido recibido en audiencia por el Papa; el Padre Escalada iba acompañado por el Superior General de la Compañía de Jesús, Padre Pedro Arrupe ».

El Padre Escalada habló al Papa sobre su trabajo de difusión en Méjico. El Papa le animó a seguir y le dijo: « Es necesario dar a conocer  esos Mensajes ».

Cuando se conoció esta noticia, de tantísima importancia, se quiso tener la mayor garantía sobre su autenticidad y una señora de Barcelona  escribió al jesuita Padre Ramón María Andréu; éste contestó desde Valladolid, con fecha 13 de abril de 1967: « La noticia sobre el Padre Arrupe y el Padre Escalada es cierta. Los dos estuvieron con el Papa. El Padre Escalada preguntó si podía seguir difundiendo el Mensaje de Garabandal y el Papa le dijo que Sí. »

El P. Escalada, confiado por la excepcional apreciación del Papa, le indicó:  «Sí, Santidad, pero hay mucha gente que se opone, aún de los nuestros».

Entonces el Papa levantó la voz y respondió: «No importa; diga a esas gentes que es el Papa el que lo dice, que es urgente dar a conocer al mundo estos mensajes».

El Papa y la Superiora de las Hermanas de Nuestra Señora del Sagrado Corazón de Barcelona.

Según testimonio dado en Garabandal por las mismas Hijas de Nuestra Señora del Sagrado Corazón de Barcelona, confirmado por el sacerdote suizo presente este día en Garabandal ante la Madre Superiora de dicho Instituto, en su visita al Papa Pablo VI, le preguntó si ella podía permitir la difusión en su Instituto Religioso de los mensajes de Garabandal y el Papa la respondió: «Difundid el mensaje de Garabandal con caridad entre vosotras».

El sacerdote suizo, M. Luis Demierre, lo confirmó por carta el día 4 de diciembre de 1969.

Bendición Apostólica a los Centros de Garabandal de Inglaterra e Irlanda.

Mr. N. Baco envió a Su Santidad Pablo VI, el día 5 de diciembre de 1968, una carta suplicando una especial Bendición Apostólica para  sus centros de Garabandal. La carta iba acompañada de un breve «dossier», que el cardenal Secretario de Estado, monseñor Cicognani, remitió a la Sagrada Congregación para la Doctrina de la Fe. El día 3 de marzo de 1969, el Papa Pablo VI concedió su especial Bendición Apostólica a Mr. N. Baco y a todos los Centros de Garabandal de Inglaterra e Irlanda, para que difundan los mensajes de Garabandal en su hermoso apostolado.

«Difusora Mariana de A. C.» de Méjico.

En junio de 1969 el Papa Pablo VI envió a los miembros de la Junta de la «Difusora Mariana de A. C.» de Méjico una Bendición especial, y  acompañándola con el regalo personal a cada uno de ellos de un Crucifijo para alentarles a seguir su hermoso apostolado, diciéndoles:

«Dígales a los de Difusora Mariana, que sigan difundiendo los mensajes, que yo les bendigo y que pidan mucho por  mí».

Bendición especial al grupo de María Saraco.

El día 7 de mayo de 1970 entraba en la Basílica de San Pedro del Vaticano una nutrida peregrinación de norteamericanos desde la explanada de la plaza de la Basílica Vaticana y desplegando un estandarte, con la imagen en gran tamaño de la Virgen de Garabandal y esta inscripción: «St. Michael´s Garabandal Center for our Lady of Carmel. Brockton. Mass. U.S.A.».

Se trata del Centro de Garabandal de San Miguel, en la costa Este de EE.UU. que dirige María Carmela Saraco. Desde 1964 difunde los Mensajes dados por la Santísima Virgen María en Garabandal. Años más tarde, en 1980, este centro se trasladó a California.

María Saraco habla con el Papa Pablo VI sobre las Apariciones de la Santísima Virgen en Garabandal.

Con el estandarte desplegado dentro de la Basílica de San Pedro asistían a la audiencia general situados en un lugar bien destacado y  junto al altar central o papal. Al llegar Su Santidad ante estos peregrinos mandó parar el cortejo ante el estandarte de la Virgen de Garabandal e impartió sobre él su bendición especial. Tan pronto como el Papa les dio su bendición les alentó con estas palabras: «Sigan. ¡Adelante!».

Los peregrinos al saber de qué se trataba y lo que el Papa acababa de hacer comenzaron a besar el estandarte dentro de la misma Basílica de San Pedro para rendir homenaje a la Virgen de Garabandal, que aquel estandarte mostraba a los fieles del orbe allí congregados.

Era el día de la Ascensión del Señor. El grupo de norteamericanos estaba presente en Roma y de paso para visitar Garabandal en España después de pasar por Roma. Al día siguiente, el 8 de mayo, «L´OSSERVATORE», daba la noticia en primera página.

Bendición Apostólica al padre Verfaille S.D.B. y a sus colaboradores.

El día 12 de diciembre de 1970 el Papa concedió otra nueva Bendición Apostólica especial al padre Verfaille S.D.B., y a sus colaboradores  del Centro Mariano de Garabandal, de la República del Zaire, Africa.

En enero de 1966 el Papa Pablo VI bendice a Conchita.

Miércoles, 19 de enero de 1966: El Papa en la Silla Gestatoria sale de la sala donde ha tenido la audiencia general. Divisa al profesor Medi, su médico personal, y le llama:– Profesor, profesor.

A continuación dice a los portadores de la Silla:– Fermi tutti.

Una indicación de que dejaran en el suelo la Silla Gestatoria y se alejaran. El Papa queda solo con el pequeño grupo del Dr. Medi en el que  estaban Conchita, su madre y el Padre Luna y se produce así la audiencia fuera de programa. Han podido hablar con toda tranquilidad. Conchita habló personalmente con el Papa.  Esta audiencia, sobrenatural, preparada y conseguida por la Santísima Virgen, acabó así: El Papa, encantado, como iluminado, bendice a Conchita con estas palabras: « Conchita, yo te bendigo, y conmigo te bendice toda la Iglesia ».

Después de esto, el pequeño grupo, con una alegría indecible, se dirigió al coche para marchar directamente al aeropuerto para el viaje de  vuelta a España.

Declaración del Cardenal Ottaviani sobre las Apariciones de Garabandal, que en esas fechas estaban en estudio por el Santo Oficio.

A las 10 horas de la mañana del día 27 de noviembre de 1968, el hermano David García Muga, natural de La Cerca, provincia de Burgos, España, nacido en el año 1913, entraba el Palacio Vaticano del Santo Oficio para entrevistarse con su Pro-Prefecto, S. E. cardenal Ottaviani.

Durante la entrevista, el Hermano David le preguntó:

H. David: ¿Es cierto que esta Congregación está estudiando el caso de Garabandal?

C. Ottaviani: Sí, es cierto.

H. David: ¿Es cierto que la Congregación mandó un delegado a Garabandal?

C. Ottaviani: Sí, es cierto. Yo lo mandé.

H. David: ¿Es cierto que la Congregación llamó a Conchita a declarar?

C. Ottaviani: Sí, sí, es cierto. Estuvo conmigo.

H. David: Y ¿cual es su opinión personal?

El cardenal se sonrió y dijo:-  Mire, perdone, pero cuando un asunto se está tratando en esta Congregación, todos los miembros tenemos la obligación grave de no decir nada a nadie, ni en favor ni en  contra.

Dice el Hermano David: Yo entonces le expliqué mi curación de leucemia por la Virgen de Garabandal y mi compromiso de hablar de sus Mensajes en todas partes y le dije: En varios lugares me han querido prohibir hablar de estas cosas, porque dicen que estas Apariciones no están aprobadas. Entonces ¿quiere decir, que hasta que esta Congregación no se pronuncie, yo no puedo cumplir mi promesa con la Santísima Virgen?. El me respondió sin titubeos:

-De ninguna manera. Usted puede seguir hablando donde quiera. Pero eso sí, siempre a título personal y bajo su responsabilidad propia, sin hacer intervenir a la Iglesia. Por lo demás, nadie le puede prohibir que cuente su curación milagrosa y la atribuya a la Virgen de Garabandal, que hable de los hechos maravillosos que usted conoce y que se han realizado allí, o cuente otros favores que se hayan conseguido con ocasión de Garabandal, etc.
Nadie se puede oponer a estas cosas. Ahora bien, el día en que esta Congregación se pronuncie, usted aténgase a lo que diga.

Solucionado así mi problema, él me acompañó con toda deferencia por varios salones, hablando muy bien de España y sobre todo de la Virgen del Pilar, donde me dijo que había tenido la dicha de estar.

El hermano David, cuyo nombre de pila es Bernardo, pertenece al Instituto Religioso de los Hermanos del Sagrado Corazón. En estas fechas enseñaba en el Colegio Gral. Benito Nazar de los Hermanos del Sagrado Corazón en Buenos Aires, Argentina.

La Comisión investigadora.

Hay que decir que, de los miembros de la Comisión, es muy conocido que el Doctor Morales, médico principal de la misma, se retractó de su anterior posición negativa y, a partir del año 1983, se convirtió en un ferviente defensor de las Apariciones. De igual modo, D. Juan Antonio del Val gozaba de la plena confianza de D. Doroteo Fernández y por ello fue miembro de la Comisión y testigo de las Apariciones. A finales de 1971 fue nombrado Obispo de Santander.

El Obispo de Santander desde 1971 a 1991, D. Juan Antonio del Val, estudió por su cuenta todo, pues vio que todo ello requería un estudio mas profundo y que aquello era muy serio. Dio permiso a Conchita para hacer la película de la BBC y más tarde dio permiso a los Sacerdotes para subir a Garabandal y decir la Santa Misa en la Iglesia, que anteriormente había estado prohibido, y promovió un nuevo estudio sobre las Apariciones que posteriormente fue enviado a Roma.

http://moimunanblog.wordpress.com/2012/02/11/discutiendo-garabandal/

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaire »

- Paul VI et la diffusion du Message de Garabandal

Posté par Pèlerin le 23 février 2013

Chers amis de la Sainte Vierge,

 (..) Lors de l’audience générale du Saint Père à Saint-Pierre de Rome le 19 mai 1971 (…) j’avais à la main un chapelet de Garabandal (les grains, en forme de coeur, avaient été taillés à la main, dans les branches des Pins des Apparitions).

Une médaille était attachée au chapelet. Elle contenait une parcelle du missel (de Loli) baisé par la Sainte Vierge (une inscription en espagnol le précisait sur cette médaille : « baisé par la Sainte Vierge de Garabandal »)

Lorsque je présentai le chapelet, je donnai avec soin les explications en anglais (que le Saint-Père parle et comprend très bien) ; cependant, ces explications furent répétées en français par M. Gruner.

Le Pape Paul VI accepta avec joie ce chapelet de Garabandal.

Il nous donna à chacun une médaille représentant d’un côté le Baptême du Christ avec cette inscription : « Un Dieu, une Foi, un Baptême » ; sur l’autre côté figurait l’emblème de Sa Sainteté.

Notre Saint-Père prit alors mes deux mains dans les siennes et dit : « Merci, merci beaucoup« .

L’insistance de sa voix et tout ce qu’il nous dit devraient être suffisant pour nous faire comprendre que… nous devons continuer… nous devons continuer… (…)

Maria C. Saraco

- Paul VI et la diffusion du Message de Garabandal dans D- Des prêtres racontent paul-vi-et-maria-saraco-garabandal

 

Nous rappelons ces faits :

Le Pape Paul VI-lors d’une audience- a dit au Père Escalada
qui était accompagné du Supérieur de la Compagnie de Jésus, le Père Pedro Arrupe (1): 

« C’est l’histoire la plus belle de l’humanité depuis la naissance du Christ.
C’est comme
LA SECONDE VIE DE LA TRES SAINTE VIERGE SUR LA TERRE,
et il n’y a pas de mot pour l’en remercier
« .

Lors d’une audience publique en 1966, le Pape Paul VI s’est approché de Conchita et, malgré les tentatives des cardinaux présents pour l’empêcher de l’approcher, il lui a dit :
« Je te bénis et avec moi toute l’Eglise te bénit ! »

Ils ont alors pu discuter tous les deux seuls durant un quart d’heure et c’est à ce moment là que Conchita lui a donné la date du Grand Miracle.

Quelque temps après cet entretien au Vatican (le 14 octobre 1966), Paul VI a supprimé les Canons 1399 et 2318 qui interdisaient de se rendre dans les lieux de pèlerinages non reconnus et d’en divulguer les messages.

Il accorda la bénédiction apostolique à l’œuvre de diffusion des messages de Garabandal le 12 juin 1967.

Le Pape Paul VI a été le seul à témoigner de son attachement aux apparitions.

Aucun de ses successeurs n’a prononcé le moindre mot à ce sujet…

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaire »

- La famille Andreu, Paul VI et Garabandal

Posté par Pèlerin le 22 février 2013

- La famille Andreu, Paul VI et Garabandal dans D- Des prêtres racontent famille-andreu

C’est l’histoire d’une famille enracinée dans la foi catholique, composée de 6 frères dont 4 prêtres jésuites : Alejandro, missionnaire au Vénézuela ; Ramon, décédé en 2005 ; Luis qui mourut le 9 août 1961 (après avoir eu la vision du Grand Miracle prophétisé) ; et Marcelino, missionnaire à Formose. María Luisa, la mère des prêtres, qui avait déjà donné quatre de ses fils au sacerdoce, prit l’habit le 19 mars 1962, puis fit profession solennelle le 19 mars 1965 en présence de ses fils à la demande du Pape Paul VI qui finança les frais de voyage aller-retour du Père Marcelino (1). A cette occasion, il envoya à Soeur Luisa María sa bénédiction spéciale et ses félicitations en rappelant que les mères peuvent transmettre l’âme sacerdotale à leurs fils« .

Le Père Luis Andreu était professeur de théologie à la faculté de la Compagnie de Jésus, dans la Province de Burgos. Il est mort à l’âge de 36 ans. Il était monté à Garabandal en compagnie de son frère Ramón, les derniers jours de juillet 1961, et y revint le 8 août. Ce jour-là, le Père Valentin Marichalar lui avait donné les clés de l’église, et le Padre officia celle qui devait être sa dernière messe….une messe mémorable selon des témoins, pour la grande dévotion et le respect du sacré.

Le Père Luis Andreu a eu la vision du futur Grand Miracle prophétisé. Il meurt de joie le lendemain, sur le chemin du retour.
Selon des témoins, jamais messe aussi belle avait été dite dans l’église de Garabandal que celle du Padre Andreu. Conchita a annoncé que le corps du Padre Luis Andreu sera retrouvé intact et incorrompu le lendemain du Grand Miracle.

(1) . Nouvelle preuve de l’intérêt et de la foi du pape Paul VI vis à vis des Apparitions de Garabandal.

Plus de photos et de précisions sur : http://www.virgendegarabandal.com/familiaandreu.htm

 

 

 

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaire »

- Avant tout accomplir et faire accomplir le Message

Posté par Pèlerin le 22 février 2013

« Il ne nous sert à rien de croire aux Apparitions si nous n’accomplissons pas le Message, ou plus exactement si nous n’accomplissons pas l’Enseignement de notre Mère la Sainte Eglise… »
Or, le Message de Garabandal n’est rien d’autre que l’Evangile vécu dans l’ampleur de toutes ses dimensions ; « Garabandal, disait le Père Laffineur, est un reflet de l’Evangile, il en a la simplicité et la profondeur »

1/ Notre premier souci sera donc d’appliquer en nos vies concrètes les recommandations de la Très Sainte Vierge.
« Avant tout, il faut être très bons » (18 octobre 1961) : c’est l’invitation à une vie forte, vertueuse, généreuse, à la sanctification personnelle ; bref, c’est toute la vie spirituelle vraie et parfaite à laquelle nous sommes appelés et rappelés par le Ciel.

2/ Notre deuxième souci sera de faire connaître cet Appel de Dieu pour nos temps actuels, autour de nous, avec générosité, persévérance, sans nous lasser ; faisons nôtre cette magnifique réplique à l’Evangile (Mt 10-12-14) :
Diffusez le Message, disait Conchita en 1965 ; si on l’accueille, réjouissez-vous. Si on ne l’accueille pas, ne discutez pas, passez à d’autres, allez ailleurs », précisant même par une image : comme l’eau du ruisseau qui contourne les pierres pour contourner d’arroser les rives en aval…..

Bref, « Mainteneurs d’Espérance », c’est ainsi que nous avons
- à convertir et à nous purifier
- à aider les autres à en faire autant
- et, tous, à vivre dans l’abandon, la confiance et la sérénité de l’Enfant spirituel
- afin d’être prêts lorsqu’arriveront l’Avertissement, le Miracle et le Châtiment annoncés.

Père J. de Bailliencourt

 

 

Publié dans A- Message de ND (commentaires), H- Les voyantes | Pas de Commentaire »

- Fin des Temps : répétition de la Fin du monde (La Salette)

Posté par Pèlerin le 3 janvier 2013

Beaucoup confondent antichrists (antipapes, système gouvernemental, peuple) et antéchrist-personne.
La Fin des temps est la répétition de la fin du monde.
L’Antéchrist-personne ne paraîtra qu’après une fausse paix (sous le règne du Grand Monarque et du Saint Pape) qui durera « vingt-cinq ans » (selon certaines prophéties) et sera anéanti qu’après le retour de Notre Seigneur sur terre (la Parousie). Voici en détails le déroulement de la fin des temps puis de la fin du monde…

 

Ouvrage de Michel Servant       
« Veillez et priez car l’Heure est proche, il est midi moins cinq. »        
Le message secret de la Salette     
Arcane des derniers temps      
Tome 1 – page 410

C’était le 19 septembre 1846, sur la montagne de la Salette, Marie avait commencé ainsi : « Mélanie, ce que je vais vous dire maintenant, ne sera pas toujours secret ; vous pourrez le publier en 1858 ». Et le fameux « Secret » se déroula sur les lèvres de l’Auguste Reine des cieux…  Alors, reprenant quelques-unes des paroles de notre Mère, dans l’ordre même où Elle nous en fit don, nous L’implorons – par la grâce de son divin Fils « lumière du monde », et de son Epoux l’Esprit de lumière – de guider notre pensée et notre plume pour tenter d’en soulever le voile. Car notre propos, ici, est seulement de montrer ce que la Mère des miséricordes a annoncé, dans son message céleste, pour les derniers temps.

Car les signes des étapes des derniers temps nous sont offerts ici, pour la conversion des hommes et le salut éternel des âmes.

 

Les châtiments. Ils sont là à notre porte : « Dieu va frapper d’une manière sans exemple…Dieu va épuiser sa colère ».

Est-ce bien Marie qui parle ainsi ? Mais quel motif assez puissant a pu conduire notre Mère à cette inconcevable extrémité ? Le voici : « Les péchés des personnes consacrées à Dieu crient vers le ciel et appellent la vengeance ».

Jésus avait bien mis en garde ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s’affadit, avec quoi lui rendra-t-on sa saveur ? Il n’est plus bon à rien, qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes (Matth. V, 13)

Mais qui donc va subir ces châtiments ? Tous, sans exception : « Malheur aux habitants de la terre… personne ne pourra se soustraire à tant de maux réunis ».

Car s’il y a des degrés dans la faute – que Dieu connaît – selon les grâces offertes et refusées, le péché est universel.

Sa gravité est telle que « Dieu permettra au vieux Serpent de mettre des divisions… dans toutes les sociétés et dans toutes les familles ». Et, ajoute Notre Dame, « en l’année 1864, Lucifer avec un grand nombre de démons seront détachés de l’enfer ».

Voici maintenant (…) qu’ils « rôdent, cherchant qui dévorer » (cf 1e Pierre V,8). Aidés par les humains qui se sont faits leurs esclaves, jusque dans l’Eglise, « ils aboliront la foi…et même dans les personnes consacrées à Dieu ».

Ceci est affreux. Car si, nous comprenons bien ce qu’a voulu dire ici Notre Dame : celui qui est consacré à Dieu, et qui a perdu la vie de la foi sous l’influence de Satan, devient consacré au Démon.

Alors, comme « la vraie foi s’est éteinte et que la fausse lumière éclaire ce monde », les châtiments vont s’abattre sur le monde.

 

Châtiments de la terre : « chaque individu voudra se guider par lui-même…on ne verra qu’homocides, haine, jalousie, mensonge et discorde… le sang coulera dans les rues (guerres civiles)… ensuite il y aura une guerre générale qui sera épouvantable… »

Châtiments du ciel : « les montagnes et la nature entière trembleront d’épouvante… paris sera brûlé et Marseille englouti ; plusieurs grandes villes seront brûlées et englouties par des tremblements de terre ; on croira que tout est perdu ».

Et avant ces châtiments, nous dit Notre Dame : l’Eglise sera livrée à de grandes persécutions ». Puis : « ce sera le temps des ténèbres ; l’Eglise aura une crise affreuse… Le Saint Père souffrira beaucoup ». Voilà les préliminaires.

Il  n’est guère besoin d’être prophète pour se rendre compte que nous sommes en pleins débuts des châtiments, à propos desquels Notre Dame ajoute, parlant du Saint Père : « je serai avec lui jusqu’à la fin pour recevoir son sacrifice ».

 

Le règne spirituel des « vingt-cinq années. Ce sera d’abord l’élimination des impies. « Jésus-Christ, par un acte de sa justice et de sa grande miséricorde pour les justes, commandera à ses anges que tous ses ennemis soient mis à mort… La terre deviendra comme un désert ».
Viendra ensuite, le triomphe du Christ-Roi : « Alors se fera la paix, la réconciliation de Dieu avec les hommes ; Jésus-Christ sera servi, adoré et glorifié ; la charité fleurira partout. Les nouveaux rois seront le bras droit de la Sainte Eglise, qui sera forte, humble, pieuse, pauvre, zélée… »

Mais « cette paix parmi les hommes ne sera pas longue ; vingt-cinq ans d’abondantes récoltes leur feront oublier que les péchés des hommes sont cause de toutes les peines qui arrivent sur la terre ».

Ce chiffre de vingt-cinq ans est-il à prendre à la lettre ? Ou indique-t-il seulement un ordre de grandeur ? De toute façon, toutes ces périodes des derniers temps seront amenées par des transitions, jusqu’à l’explosion finale de chacune d’elles. (…)

 

Ainsi, le Règne Spirituel ne sera qu’une transition, un simple intermède, un temps d’accalmie heureux entre deux périodes de convulsions spirituelles et matérielles, qui iront en s’aggravant chaque fois, le péché resurgissant et se développant, malgré les avertissements des signes des temps. Il est donc certain que l’action des forces sataniques se poursuivra durant tout le Règne Spirituel.

« Avant que ceci arrive, dit en effet Notre Dame (s’agissant de la venue de l’avant-coureur de l’Antéchrist), il y aura une espèce de fausse paix dans le monde : on ne pensera qu’à se divertir et les méchants se livreront à toutes sortes de péchés… »

Notre Dame poursuit : « …mais les enfants de la Sainte Eglise, les enfants de la foi, mes vrais imitateurs, croîtront dans l’amour de Dieu… Heureuses les âmes humbles conduites par l’Esprit Saint : je combattrai avec elles… »

Les voici donc présentés, décrits, les apôtres de Marie, les Apôtres des derniers temps – non encore nommés comme tels -, ceux que nous avons appelés « les Elie et les Hénoch du Règne Spirituel », dont ils seront les précurseurs.

 

Le péché refleurissant, les châtiments reprendront. Ce sera le Règne de l’Antéchrist. Deux étapes nous sont indiquées par Marie.

1. « Un avant-coureur de l’Antéchrist , avec ses troupes de plusieurs nations combattra contre le vrai Christ… » C’est alors surtout que surgiront les antéchrists – annoncés par les prophètes – dans les différentes nations : « Les dix rois de l’Antéchrist, nous dit Notre Dame. « La terre sera frappée de toutes sortes de plaies » (peste et famine générales, a mentionné Mélanie)

Et le triomphe des « méchants » éclatera : « Il y aura des guerres jusqu’à la dernière guerre… »

Et ce sera la voictoire de la Synarchie satanique, l’installation officielle du Gouvernement Mondial : « …la dernière guerre sera faite par les dix rois de l’Antéchrist, lesquels rois auront tous un même dessein et seront les seuls qui gouverneront le monde », avec, à leur tête, l’avant-coureur de l’Antéchrist.

2. Ce sera pendant ce temps que naîtra l’Antéchrist… ; en naissant, il vomira des blasphèmes, il aura des dents… ; il poussera des cris effrayants, il fera des prodiges… Il aura des frères qui se feront remarquer par leurs victoires… assistés par des légions de l’enfer ».

Et les cataclysmes de la période du règne de l’Antéchrist commencent, dont Notre Dame donne une certaine description : « les saisons seront changées… les astres perdront leurs mouvements réguliers ; la lune ne reflétera qu’une faible lumière rougeâtre ; l’eau et le feu donneront au globe de la terre des mouvements convulsifs et d’horribles tremblements de terre…; Ces cataclysmes auront eu lieu comme une répétition des châtiments de la fin, mais ensuite ils deviendront cosmiques, atteignant « les astres et la lune » et par conséquent, infiniment plus « horribles ».

Et en même temps, comme toujours, les prémices de la victoire sont annoncées par Notre Dame, par l’indication de la présence des « vrais imitateurs du Christ fait homme… j’appelle mes enfants, mes vrais dévots… enfin, j’appelle les apôtres des derniers temps… »

Mais le malheur suprême surgit : L’Eglise sera éclipsée » et donc « le monde sera dans la consternation ».

C’est alors qu’interviennent « Hénoch et Elie, remplis de l’Esprit de Dieu », en lutte contre l’Antéchrist et ses troupes.

D’immenses malheurs continuent de pleuvoir, en s’aggravant, sur « les habitants de la terre » : « guerres sanglantes, famines, pestes et malades contagieuses, pluies d’une grêle effroyable d’animaux, tremblements de la terre qui engloutiront des pays… »

« Hénoch et Elie seront mis à mort… » au cours de ces bouleversements.

Et ce sera l’épouvante générale : « Rome païenne disparaîtra…tout l’univers sera frappé de terreur…le soleil s’obscurcit, la foi seule vivra ».

Ce qui revient à dire, nous semble-t-il, qu’il n’y aura plus alors aucune manifestation de culte possible : ni églises, ni prêtres pouvant exercer leur ministère.

 

Et, alors que l’on croira tout perdu : « Voici le temps », nous dit Notre Dame. Ce sera la Fin des temps, que terminera la Parousie, la venue du Christ en gloire, suivie de la destruction de l’Antéchrist.

C’est alors la fresque de la période de la Fin du monde, qui est brossée par Notre Dame en quelques lignes d’un raccourci saisissant de beauté et de clarté.

C’est l’Antéchrist qui apparaît : « Voici le Roi des rois des ténèbres. Voici la Bête avec ses sujets, pour accomplir sa suprême, et ridicule tentative : « Il s’élèvera avec orgueil dans les airs pour aller jusqu’au Ciel ». Mais Saint Michel l’arrêtera dans sa folle ascension : « Il sera étouffé par le souffle de saint Michel Archange » ; qui le rejettera vers la terre : « Il tombera…. »

Ce sont les bouleversements gigantesques qui commencent : « …la terre qui, depuis trois jours, sera en de continuelles évolutions, ouvrira son sein plein de feu… »

au cours desquels : …il (l’Antéchrist) sera plongé pour jamais avec tous les siens dans les gouffres éternels de l’enfer ».

« Alors », les bouleversements s’achèveront : « l’eau et le feu purifieront la terre et consumeront toutes les oeuvres de l’orgueil des hommes…. »

Et ce sera la toute Fin, les cieux nouveaux et la terre nouvelle : « Tout sera renouvelé », et le triomphe éternel de Dieu, l’éternité bienheureuse des élus : « Dieu sera servi et glorifié » :

« VIENS SEIGNEUR JESUS »

 

2nde partie :

Dans le même ouvrage, Tome 2 page 538 
Le règne spirituel des « vingt-cinq années »

D’après certaines prophéties, le monarque sera désigné par le Grand pape, et le monarque ensuite deviendra le bras droit de Pierre, soutien du Saint-Siège, son secours dans la tempête. Il le défendra en ces temps périlleux.

Le pape quittera Rome. Il ne semble pas qu’il soit victime à Rome. Si on peut appliquer au pape la prophétie d’Ezéchiel, relativement à la fuite du roi Sédécias, on voit le pape prendre son bagage d’émigrant et s’enfuir sans être reconnu (…)

Le Pape St Pie X a vu lui-même cette révolution à Rome et cette fuite du pape, nous l’avons vu, sans toutefois préciser qui en sera victime :
« Ce que je vois est effrayant. Sera-ce moi ? Sera-ce mon successeur ? Ce qui est sûr, c’est que le pape quittera Rome et pour sortir du Vatican, il lui faudra passer sur les cadavres de ses prêtres ».

Mais l’élection du nouveau pape, annoncée par tant de prophéties, semble bien confirmer cette immolation. Cette désignation sera miraculeuse, en raison des circonstances difficiles. Déjà, en 1846, Notre Dame avait dit à la Salette : « Le Vicaire de mon Fils aura beaucoup à souffrir, parce que pour un temps, l’Eglise sera livrée à de grandes persécutions : Ce sera le temps des ténèbres ; l’Eglise aura alors une crise affreuse ».

C’est au milieu de cette tourmente, furieuse attaque, et suprême assaut contre l’Eglise, que paraît Le monarque désigné par le Grand Pape.

L’Abbé Souffrand nous en avertit : « Et ce sera alors (que l’on croira tout perdu) que le Grand Monarque, lequel sera un porte-lys, sera désigné à la France par un pontife saint ».
Il paraît au milieu de l’orage, après la destruction de Paris, comme nous l’affirme le curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney : « Après la destruction de Paris, doit paraître le monarque qui rétablira toutes choses ».

Et la religieuse de Bellay : « Il (le roi) paraît au milieu de la confusion et de l’orage… Le Grand Monarque monte sur le trône de ses pères ; le trône est posé au midi…
La paix sera donnée à la France, mais la fin des temps ne sera pas éloignée ».

Puis encore Marie-Julie Jahenny : « Le roi ne viendra qu’au milieu de la crise puisqu’il la terminera ».

Ainsi que Mélanie Calvat : « J’en viens maintenant à la question du Secret. Je ne puis que répéter la même chose, mon très révérend Père : je n’ai pas vu, je ne vois pas de Grand Pape ni de Grand Monarque avant une grandissime tribulation épouvantable, terrible et générale pour toute la chrétienté…
Oui, certainement qu’après une guerre, il y aura une paix de vingt-cinq ans ; il y aura alors un roi sur le trône de France ; que de choses se seront passées ! ».

 

***

Ce n’est qu’après le règne du Grand Monarque et du Saint Pape que viendra le règne de l’Antéchrist (en tant que personne). Il précédera le retour du Christ sur la terre (la Parousie).

2 Thess 2-1:12
En ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ  et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser  ébranler facilement dans vos sentiments, ni alarmer, soit par quelque esprit,  soit par quelque parole ou lettre supposées venir de nous, comme si le jour du  Seigneur était imminent. Que personne ne vous égare d’aucune manière; car  auparavant viendra l’apostasie, et se manifestera l’homme de péché, le fils de  la perdition, l’adversaire qui s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou  honoré d’un culte, jusqu’à s’asseoir dans le sanctuaire de Dieu, et à se  présenter comme s’il était Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais  ces choses, lorsque j’étais encore chez vous? Et maintenant vous savez ce qui le  retient, pour qu’il se manifeste en son temps. Car le mystère d’iniquité s’opère  déjà, mais seulement jusqu’à ce que celui qui le retient encore paraisse au  grand jour. Et alors se découvrira l’impie, que le Seigneur (Jésus) exterminera  par le souffle de sa bouche, et anéantira par l’éclat de son avènement. Dans son  apparition cet impie sera, par la puissance de Satan, accompagné de toutes  sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, avec toutes les  séductions de l’iniquité, pour ceux qui se perdent, parce qu’ils n’ont pas  ouvert leur coeur à l’amour de la vérité qui les eût sauvés. C’est pourquoi Dieu  leur envoie des illusions puissantes qui les feront croire au mensonge, en sorte  qu’ils tombent sous son jugement tous ceux qui ont refusé leur foi à la vérité,  et ont au contraire pris plaisir à l’injustice.

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, C- La Fin des Temps | Pas de Commentaire »

12345...26
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE