- Dialogue autour du Grand Miracle

Posté par Pèlerin le 3 septembre 2012

Dialogue autour du Grand Miracle

        ( en l’an de grâce 2000 et des poussières )

Conchita : Mes enfants , le Grand Miracle arrivera dans 8 jours . 

Les enfants : Mais maman , l’Avertissement n’est pas encore arrivé

Conchita : Mes enfants , le Grand Miracle c’est pour jeudi prochain . 

Les enfants : Mais maman , tu sais bien qu’il y aura un an maximum entre l’ Avertissement et le Grand Miracle : c’est Loli qui l’a dit . 

Conchita : Mes enfants , je suis au courant , mais je vous le répète , le Grand Miracle sera pour la semaine prochaine . 

Les enfants : Mais maman , si tu insistes , plus personne ne te croira , ni maintenant , ni à l’avenir . 

Conchita : Mes enfants , ma mission n’est pas de vous obliger à croire en ce que je vous dis ,mais consiste uniquement à annoncer la date du Grand Miracle . 

Les enfants : Mais maman , si l’Avertissement était arrivé ne fût-ce qu’il y a 2 ou 3 jours , personne ne douterait de la suite des évènements , mais , là , vraiment le doute est permis .  

 

Un témoin de la scène : Maintenant je comprend le sens de la phrase du Christ à Conchita  (locution du 12 février 1966 ) :

 » Je tiens à te dire , Conchita , que tu auras beaucoup à souffrir d’ici au Miracle , car bien peu nombreux sont ceux qui te croiront . Ta famille elle-même croira que tu les as trompés . « 

 

Enfin tout est clair …   
l’ Avertissement arrivera bien…. avant
mais combiende temps avant …..?!

Dialogue composé par Raga

(posté aussi sur :

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

- Courrier de Joey Lomangino du 6 août 2012

Posté par Pèlerin le 6 août 2012

Ce courrier ne donne pas de nouvelles de Joey Lomangino.

Le texte en Anglais, puis traduit de façon approximative sur Google :

A Singular Occurrence

August 6, 2012  

Dear Friends,Among Marian  apparitions, Garabandal is distinguished by the ardor of the embrace of the  Mother of God. It was customary for Our Lady of Mount Carmel to kiss the four  young girls and to be kissed in return.

Our Lady reverently venerated  the sacramental objects offered to her by the visionaries on behalf of others;  rosaries, holy medals, missals, and wedding rings. The girls in ecstasy had the  uncanny ability to return the appropriate object directly to the owner not  knowing beforehand who had presented which object.The final apparition on  November 13, 1965 was expressly to kiss the accumulated articles to which Our  Lady attached a solemn promise – for those who use these objects with faith,  Jesus will perform prodigies.

It is important to recall at the time of  the Spanish Civil War, the Asturias, the region in which Garabandal is located,  was a stronghold for the advance of Communism in Spain. The faithful of this  region and the other adjacent northern areas were forbidden by law to own  rosaries, medals and other symbols of Christianity. These objects, which had  been passed down through the centuries in devout families, were hidden in those  troubled times. Bearers who displayed religious items in public were ridiculed  and assaulted or harassed by the authorities.

For the apparitions, small  tables were set out to accommodate these objects. A makeup compact was once laid  down on one of the tables. This  provoked an outcry against what seemed like a  frivolous act, yet the small gold case remained in place. During the next  visitation, Our Lady sited the compact and rejoiced, « This belongs to my Son. »  Later it was revealed that the vessel had secretly conveyed consecrated hosts to  those in hiding during the Civil War.

The apparition of August 6, 1962  is by contrast the only known occurrence of the Archangel Saint Michael  embracing a physical object.

And so on this day, fifty years ago, in San  Sebastian de Garabandal, three Hospitaller Brothers of Saint John of God climbed  the ox cart path that connected the remote mountain village to the outside  world, arriving unnoticed in the sweltering midday heat. They did not know it,  but they had come to receive a mysterious honor from the Prince of the Holy  Angels.

+++

A sketch of the Saint

Born in Portugal in 1495, Joao Cidade Duarte abandoned his  family as a small boy. He never returned. He tramped across Europe in violence  and plunder as a thieving quartermaster in the imperial infantry. His service  concluded, he returned to Iberia a forty year old prodigal with much to atone  for.

On the feast of Saint Sebastian, John went to hear a sermon by  Saint John of Avila. He was so devastated with loathing for his sins that he  turned on himself in fury and for a time sought a life of humiliation for  Christ. He was cast into an asylum and cruelly beaten for days. It was John of  Avila who came to absolve and release the man who would become John of God.  Raised to holiness, John’s heart turned with compassion to his fellow  incarcerates in the asylum. With a soldier’s knowledge of organization and field  medicine, he began to shepherd the homeless, the abandoned, and the afflicted of  Granada sheltering them and treating their wounds. He supported orphans,  students, harlots, and the unemployed with his own labor, encumbering himself  with their pecuniary debts, often suffering accusations and slandered by those  he tried to help.

After thirteen years in this way, he died a heroic and  saintly death contracting pneumonia while attempting to rescue a drowning  companion. He was found in death, kneeling before the crucifix, his face pressed  to the wounded feet of Christ.

Saint John of God left the world a small  band of valiant hearts. The legends of the Order relate that often on the brink  of collapse John of God was revived by the angels. Saint Raphael accompanied him  on his rounds, healing and imparting the peace of God to the chaos. To this day  the image of the Angelic Physician clothed in the habit of San Juan de Dios can  be found in these hospitals.

Murillo, on his canvas in the Prado,  depicts Saint John of God as frail, struggling under the weight of the invalid  he is carrying, menaced by the encircling dark. The saint is accompanied by a  powerful archangel who strengthens him, illuminating his face and his path.

+++

Passing before the humble stone church of San Sebastian, the  three religious came upon the young visionaries who told them, without  affectation, of the wonders that were happening in the village and of the  importance of the October 18 Message. The brothers rested under the nine pines  of the apparition eating lunch and enjoying the discussion. Conchita accompanied  them but she did not eat. She told them Mass had not been offered in the village  that day and the Angel would bring her Holy Communion. Until he arrived she  would remain fasting.

The afternoon passed swiftly. At a natural pause  in the conversation, Conchita moved discretely away from the group and fell to  her knees, head tilted back in ecstasy. As Brother Juan Bosco recorded in his  notes, »Still kneeling and in the same posture,  the girl made the Sign of the Cross very slowly and devoutly. She said words in  a low voice and gently struck her chest three times. She was praying in ecstasy.  As the prayer ended, she opened her mouth, put out her tongue as in receiving  Communion, withdrew her tongue and closed her mouth slowly. Two of us heard the  slight noise of her swallowing something. She held this position and we heard  her low voice, audible, but we could not hear it to sufficiently understand the  words. »

Then the ecstasy took a decidedly different turn.

« Then the girl took his (Brother Luis) Scapular in her hands.  She stood up, raised the Scapular in a very solemn way as though presenting it  to someone. She lowered the Scapular and again dropped abruptly to her  knees. »

Returning the Scapular to Brother Luis, Conchita  repeated this gesture for the Scapulars of Brother Juan and Brother Miguel  offering each one up reverently. With a concluding Sign of the Cross, the  ecstasy ended and Conchita returned to normal with a shy smile.

« Have you had Communion? »
« Yes »
« Why did you take our  Scapulars and raise them up? »
« The Angel asked me to do it, to kiss  them. »

« Have you spoken to the Angel? »
« Yes »

« What did he say  to you? »
« The Angel knew you. He told me that Our Lord and the Blessed Virgin  are happy with you. »

To this exterior sign was added an interior  grace for Brother Juan.

« The impression was very great.  Particularly, I was stunned and with much interior sentiment of having sinned so  many times, and because of this I implored mercy. I have never felt in my life  such as strong feeling of the supernatural. Afterwards, as the years  passed…this experience has always been present in me. I have great confidence  in the love of the Virgin and an accentuated fervor for Jesus in the Blessed  Sacrament. I believe the essence of the grace given to us  is our own  perseverance in the Order. »

Brother Juan returned again in 1966  after the apparitions had ended. He was curious to find out if anything similar  had happened. Conchita confirmed « the only thing the Angel had kissed  had been our Scapulars. »
This leads one  to wonder about the significance of this profound display of angelic  predilection and solidarity. Conchita is quite clear in stating that the  brothers themselves were pleasing to God.Considering over one thousand priests  and religious attended the apparitions and there exists no other record of  acknowledgment by Saint Michael, the singularity of the event appears to lend  special importance.

Brother Juan Bosco, in his notes, believed this  reciprocated the high esteem given to Saint Raphael in their community. More  generally, the gesture conveyed a salute for the work of the Brothers who in  their ministry of attendance and healing and their love for the poorest, the  most neglected and infirm reflect the virtues of the angels.

Could there  be some further explanation?

On July 19, 1936, by decree of the radically  secularist government, the Brothers Hospitallers of Saint John of God were  declared enemies of the people of Spain. Ninety eight brothers were murdered in  the Red Terror. The Soviet backed persecution of the Roman Catholic Church  executed six thousand eight hundred thirty two religious, killed tens of  thousands of lay faithful in odium fidei, and desecrated and destroyed over  twenty thousand holy places.

The sons of San Juan de Dios remained with  their patients, faithful to the fourth vow of the Order never to abandon the  sick except in death. They made no attempt to flee the coming violence.

Seventy one brothers martyred between July 24 and December 14, 1936 were  beatified by Blessed John Paul II including more than forty in Madrid and   Barcelona who refused to leave the hospitals and were shot on site. Some were  exultant at their execution, commending each other to imminent paradise.Their  last words were of forgiveness, pardoning their murderers. All were steadfast.

Could the martyrdom which preceded the apparitions by a quarter century  have had an influence on the occurrence of August 6, 1962? It is a wonderful  idea to contemplate. At this time, there exists no evidence directly linking the  two. Perhaps in the days to come or with the definitive resolution of the Aviso  and Great Miracle this extraordinary event may be more completely illuminated.

As we share recollections of the events of fifty years ago we should  honor this day, worthy of remembrance for the devotees of  Our Lady of Mount  Carmel de Garabandal. This day, the Angelic Patron of the Church of Jesus Christ  venerated the Scapular of Saint John of God three separate times.

In  Union of Prayer,

The Workers of Our Lady of Mount Carmel de  Garabandal

Lindenhurst, NY USA

A few small pieces of  these same Scapulars kissed by Saint Michael were cast into relic medals in  Spain in the 1970s. About 200 were given to the New York Center.
To honor  this anniversary, we would like to offer these medals gratis to our email  list.
We would like to give priority to religious and lay men and women  who work with the sick and dedicated care givers to the handicapped – these  requests should include a « + » in the email subject line.
We want to  emphasize that no supernatural promise has been made concerning  these  medals.

We can offer one per request while the supply lasts. Please send  an email with BESADO in the subject line to joey@garabandalny.org with your  complete mailing address, country and postal code.

TRADUCTION   (par Google)
Un fait singulier  
6 août 2012
Chers amis,
Parmi les apparitions mariales, Garabandal se distingue par l’ardeur de l’étreinte de la Mère de Dieu. Il était de coutume pour Notre-Dame du Mont Carmel à embrasser les quatre jeunes filles et d’être embrassé en retour.Notre-Dame révérence vénéré les objets sacramentels offerts à elle par des visionnaires pour le compte de tiers; chapelets, des médailles sainte, missels, et les anneaux de mariage. Les filles en extase a eu l’étrange capacité de retourner l’objet approprié directement au propriétaire ne sachant à l’avance qui avait présenté ce qui objet, la dernière apparition le 13 Novembre, 1965 a été expressément pour baiser les articles accumulés à laquelle Notre-Dame attachés une promesse solennelle – pour ceux qui utilisent ces objets avec la foi, Jésus accomplir des prodiges.Il est important de rappeler au moment de la guerre civile espagnole, les Asturies, la région dans laquelle est situé Garabandal, était un bastion pour l’avancée du communisme en Espagne. Les fidèles de cette région et les autres zones adjacentes du nord ont été interdites par la loi de chapelets, de médailles propres et d’autres symboles du christianisme. Ces objets, qui avaient été transmises à travers les siècles dans les familles pieuses, ont été cachés dans ces temps troublés. Porteurs qui ont fait preuve les articles religieux en public ont été ridiculisés et agressés ou harcelés par les autorités.Pour les apparitions, de petites tables ont été énoncées pour répondre à ces objets. Un poudrier a été une fois posé sur l’une des tables. Cela a provoqué un tollé contre ce qui semblait être un acte frivole, encore le cas l’or à petite est restée en place. Au cours de la visite suivante, Notre-Dame situé le poudrier et se réjouit, «Il appartient à mon fils. »
Plus tard, il a été révélé que le poudrier avait secrètement transmis des hosties consacrées à ceux qui vivaient dans la clandestinité pendant la guerre civile.
L’apparition de Août 6, 1962 est en revanche la seule occurrence connue de l’Archange Michel Saint embrassant un objet physique.
Et si ce jour-là, il y a cinquante ans, à San Sebastian de Garabandal, trois Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu a grimpé le chemin charrette à bœufs qui reliait le village de montagne isolé du monde extérieur, en arrivant inaperçu dans la chaleur torride. Ils ne le savais pas, mais qu’ils étaient venus pour recevoir un honneur mystérieuse du prince des Saints-Anges.+ + +Un croquis de la SaintNé au Portugal en 1495, Joao Cidade Duarte a abandonné sa famille comme un petit garçon. Il ne revint jamais. Il piétinait à travers l’Europe dans la violence et le pillage comme un voleur dans la quartier d’infanterie impériale. Son service terminé, il est retourné à une de quarante ans Iberia prodigue qui a beaucoup à expier.En la fête de Saint-Sébastien, John est allé entendre un sermon de Saint Jean d’Avila. Il était tellement dévasté avec dégoût pour ses péchés qu’il a tourné sur lui-même dans la fureur et pendant un certain temps cherché une vie d’humiliation pour le Christ. Il fut jeté dans un asile et cruellement battu pendant des jours. Il était Jean d’Avila qui est venu d’absoudre et de libérer l’homme qui allait devenir Jean de Dieu.Élevé à la sainteté, le cœur de John tourné avec la compassion pour ses compatriotes dans les incarcère l’asile. Grâce à la connaissance d’un soldat de la médecine organisation et sur le terrain, il se mit à paître le sans-abri, les abandonnés, et les affligés de Grenade leur hébergement et le traitement de leurs blessures.Il a soutenu les orphelins, les étudiants, les prostituées et les chômeurs avec son propre travail, lui-même encombrer avec leurs dettes pécuniaires, souffrent souvent des accusations et calomnié par ceux qu’il a essayé d’aider.Après treize ans de cette manière, il est mort d’une pneumonie mort héroïque et sainte traitance en tentant de secourir un compagnon noyade. Il a été trouvé dans la mort, à genoux devant le crucifix, le visage collé aux pieds blessés du Christ.Saint Jean de Dieu a laissé au monde un petit groupe de cœurs vaillants. Les légendes de l’Ordre rapportent que souvent sur le bord de l’effondrement de Jean de Dieu a été relancé par les anges. Saint-Raphaël l’a accompagné dans ses tournées, de guérison et de transmettre la paix de Dieu dans le chaos. A ce jour, l’image du médecin angélique revêtu de l’habit de San Juan de Dios peut être trouvée dans ces hôpitaux. Murillo, sur sa toile au musée du Prado, représente Saint Jean de Dieu comme fragile, croulent sous le poids du malade, il est porteur, menacé par l’obscurité qui entoure. Le saint est accompagné par un archange puissant qui le fortifie, illuminant son visage et son chemin.
+ + +
En passant devant l’église humble pierre de San Sebastian, le religieux est venu sur les trois jeunes visionnaires qui leur ont dit, sans affectation, des merveilles qui se passait dans le village et de l’importance de l’Octobre 18 Message. Les frères reposait sous les pins neuf de l’apparition en train de déjeuner et profiter de la discussion. Conchita les accompagnait, mais elle ne mange pas. Elle leur a dit la messe n’avait pas été offert dans le village ce jour-là et l’Ange lui apporterait la Sainte Communion. Jusqu’à son arrivée, elle serait rester à jeun.L’après-midi passa vite. Lors d’une pause naturelle dans la conversation, Conchita déplacé discrètement en dehors du groupe et est tombé à genoux, la tête inclinée vers l’arrière dans l’extase. Comme le Frère Juan Bosco a enregistré dans ses notes, »Toujours à genoux et dans la même posture, la jeune fille fit le signe de la Croix-très lentement et avec dévotion. Elle a dit des mots d’une voix basse et légèrement frappé sa poitrine trois fois. Elle était en prière dans l’extase. Comme la prière terminée, elle a ouvert sa bouche, tira la langue comme dans la communion, a retiré sa langue et lui ferma la bouche lentement. Deux d’entre nous a entendu le bruit léger de sa chose à avaler. Elle a occupé ce poste et nous avons entendu sa voix faible, audible, mais nous ne pouvions pas l’entendre suffisamment comprendre les mots. « 
Puis l’extase a pris un tour résolument différent. »
Alors la jeune fille prit son (Frère Luis) Scapulaire dans ses mains. Elle se leva, soulevé le Scapulaire d’une manière très solennelle, comme si le présenter à quelqu’un. Elle baissa le Scapulaire et encore chuté brusquement à genoux. »De retour du Scapulaire au Frère Luis, Conchita a répété ce geste pour les scapulaires de Frère Juan et le Frère Miguel offrant chacun jusqu’à révérence. Avec un signe concluant de la Croix, l’extase a pris fin et Conchita revenue à la normale avec un sourire timide.
« Avez-vous eu la communion? »
« Oui »
«Pourquoi avez-vous pris nos scapulaires et les élever jusqu’à? »
« L’Ange m’a demandé de les lui faire embrasser. »
« Avez-vous parlé à l’ange? »
« Oui »
«Que voulait-il dire pour vous? »
« L’Ange vous connaît. Il m’a dit que Notre-Seigneur et la Vierge sont heureux avec vous. »
Pour ce signe extérieur a été ajouté une grâce intérieure pour Frère Juan.
« L’impression a été très grande. En particulier, j’ai été stupéfait et avec le sentiment intérieur beaucoup d’avoir péché tant de fois, et de ce fait j’ai imploré la miséricorde. Je n’ai jamais ressenti dans ma vie comme sentiment du surnaturel. Ensuite, comme les années ont passé … cette expérience a toujours été présent en moi. J’ai une grande confiance dans l’amour de la Vierge et une ferveur accentué pour Jésus dans le Saint Sacrement. Je crois que l’essence de la grâce donnée à nous, c’est notre propre persévérance dans l’ordre. « Frère Juan revint en 1966 après les apparitions avait pris fin. Il était curieux de savoir si quelque chose de semblable s’était passé. Conchita a confirmé « la seule chose que l’Ange avait embrassé avaient été nos scapulaires. »Cela conduit à s’interroger sur la signification profonde de cet écran de prédilection angélique et la solidarité. Conchita est très clair en affirmant que les frères eux-mêmes ont été agréables à God.Considering plus d’un millier des prêtres et des religieux ont participé à des apparitions et qu’il n’existe aucun autre document de la reconnaissance par Saint-Michel, la singularité de l’événement apparaît à prêter une importance particulière.Frère Juan Bosco, dans ses notes, a estimé cette réciprocité de la haute estime accordée à Saint-Raphaël dans leur communauté. Plus généralement, le geste a transmis un hommage pour le travail des frères qui dans leur ministère de la fréquentation et de la guérison et de leur amour pour les plus pauvres, le reflet le plus négligé et les infirmes les vertus des anges.Pourrait-il y avoir une explication plus loin? Le 19 Juillet 1936, par décret du gouvernement radicalement laïque, les Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu ont été déclarés ennemis du peuple de l’Espagne. Quatre-vingt-huit frères ont été assassinés dans la Terreur Rouge. La persécution soviétique soutenu de l’Eglise catholique romaine exécutée 6830 deux religieux, des dizaines de milliers de tués fidèles laïcs in odium fidei, et profané et détruit plus de vingt mille lieux saints.Les fils de San Juan de Dios sont restés avec leurs patients, fidèles à la quatrième vœu de l’Ordre de ne jamais abandonner les malades, sauf dans la mort. Ils n’ont fait aucune tentative pour fuir la violence à venir.Soixante et onze frères martyrisés entre Juillet 24 et 14 Décembre, 1936 furent béatifiés par le bienheureux Jean-Paul II, y compris plus de quarante à Madrid et Barcelone, qui a refusé de quitter les hôpitaux et ont été abattus sur place. Certains exultaient à leur exécution, se félicitant les uns les autres à imminentes mots paradise.Their dernières étaient du pardon, pardonnant leurs meurtriers. Tous ont été constants.Pourriez-le martyre qui a précédé les apparitions par un quart de siècle ont eu une influence sur la survenue d’Août 6, 1962? Il est une idée merveilleuse à contempler. A cette époque, il n’existe aucune preuve reliant directement les deux. Peut-être dans les jours à venir ou à la résolution définitive de la Aviso et Grand Miracle cet événement extraordinaire peut-être plus complètement illuminé.Comme nous partageons les souvenirs des événements de cinquante ans nous devons honorer ce jour, digne de mémoire pour les dévots de Notre-Dame du Mont Carmel de Garabandal. Ce jour-là, le patron angélique de l’Église de Jésus-Christ qui est vénéré le Scapulaire de Saint Jean de Dieu à trois reprises.
En Union de prière,
Les travailleurs de Notre-Dame du Mont Carmel de Garabandal
Lindenhurst, NY, USA
Quelques petits morceaux de ces mêmes scapulaires embrassées par Saint-Michel ont été insérés dans médailles relique en Espagne dans les années 1970. Environ 200 ont été donnés au Centre de New York.Pour honorer cet anniversaire, nous tenons à offrir à ces gratis médailles à notre liste d’envoi.Nous tenons à donner la priorité à des religieux et laïcs, hommes et femmes qui travaillent avec les fournisseurs de soins de maladie et dédié aux handicapés – ces demandes doivent inclure un « + » dans la ligne objet du courriel.Nous tenons à souligner qu’aucune promesse surnaturelle a été faite au sujet de ces médailles.Nous pouvons offrir un pour la demande alors que l’offre dure. S’il vous plaît envoyer un e-mail avec BESADO dans la ligne d’objet pour joey@garabandalny.org  
avec votre adresse postale complète, pays et code postal. 

Publié dans I- Joey Lomangino | Pas de Commentaire »

- Garabandal : document à diffuser

Posté par Pèlerin le 14 juin 2012

L’histoire de ces Apparitions débute en 1961, à San Sebastian de Garabandal, petit village perdu des montagnes cantabriques (Espagne), comptant 270 âmes rompues à la vie rude. Ils sont pauvres mais d’une piété exemplaire.

Le 18 juin 1961, l’Archange Saint Michel, qui semble avoir neuf ans, apparaît à quatre petites filles : Conchita, Jacinta, Mari-Loli et Mari-Cruz âgées de onze et douze ans. St Michel leur annonce la venue de Notre Dame du Carmel pour le 2 juillet suivant.

Et ce 2 juillet 1961, la Sainte Vierge ne manque pas au rendez-vous et apparaît sous le vocable de Notre Dame du Mont Carmel, avec le scapulaire……

Document à diffuser fichier pdf GARABANDAL

Publié dans A- Message de ND (commentaires), B- Prophéties et signes annonciateurs, F- Garabandal est la suite de Fatima | Pas de Commentaire »

- Le Centre d’Information de Garabandal

Posté par Pèlerin le 12 juin 2012

Le Centre d’Information de Garabandal – C.I.G. de Caen – est tenu par Monsieur Lucas.
Il publie une lettre trimestrielle d’une grande qualité.
Richesse des textes et profondeur des réflexions sur le Message de Garabandal.

Pour vous abonner :

Centre Information Garabandal
11 Rue de Cambes
14000 CAEN

tél : 02 31 47 83 06

- Le Centre d'Information de Garabandal dans J- Infos Divers bulletin-du-c.i.g.-3a4ef21

Le Centre met aussi à disposition :

- chapelets, dizainiers, médailles scapulaires, scapulaires tissu de Notre Dame du Mont Carmel. Les objets sont bénits et ont touché un objet baisé par Notre Dame du Mont Carmel à Garabandal.
- Des reliquaires (un par famille) contenant un fragment de page du missel de Mari-Loli.
- Des images de la Vierge et de l’Ange peintes selon les voyantes
- Des tracts pour faire connaître les Messages de Garabandal
- Livres et brochures

A ceux qui le demandent, Monsieur Lucas indique la valeur estimative de ces objets.

Je vous recommande particulièrement les pélerinages de cette association car il y règne piété et bon esprit.

 

 

Publié dans J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

- Des coups de crosse !

Posté par Pèlerin le 12 juin 2012

Pensez à enregistrer cette vidéo de 35 mn avant censure….
Magnifique sermon de l’Abbé Michel Koller (Prieur à Clermont-Ferrand) à diffuser autour vous.

Quelques extraits :

Mes chers amis, la signature a un prix ! ; vous avez lutté pendant 40 ans, pour trouver des lieux de culte, en vous réfugiant dans des garages, dans des lieux insalubres, parce que vous avez été critiqués, condamnés, mis sur le ban des accusés par l’Eglise moderniste. Est-ce que vous avez lutté pendant 40 ans pour rien ? Pour faire alliance avec ceux qui n’ont pas changé d’un iota ?

« J’ai assisté à la mort de plusieurs confrères qui ont été méprisés par les évêrques, par des papes . Et vous voudriez maintenant que je fasse une alliance avec ces gens-là ? Libre à vous ou à certains de se vautrer dans cette boue, mais vous le ferez sans moi »

Extrait d’un article moderniste :
« Au sujet de la messe du Motu Proprio (messe st Pie V), elle a été autorisée (comme s’il fallait une autorisation !) par le pape Benoît XVI, par ce que l’on appelle le motu proprio. Les fidèles ont-ils eu la possibilité, les facilités pour avoir cette messe ? l’article en question reprend diocèse après diocèse (…)  Poissy et à Mantes, l’application du texte de Benoît XVI est bloquée. A Paris, Mgr 23 n’accorde pas la messe à St Etienne Du Mont malgré une forte demande locale, Mgr Centène à Lorient ne se soucie pas non plus des demandes de l’application du motu proprio, A Reims, Mgr Thierry a toujours été connu comme l’un des plus farouches adersaires de la contamination traditionnelle (« merci pour la contamination » abbé Koller); il n’accorde pas la messe quotidienne dans sa ville épiscopale), Mgr Hyppolite ( déclaration confiée par un prêtre : « la messe traditionnelle en Auvergne aura encore lieu de cité aussi longtemps que la FSSPX sera présente sur notre territoire. Dès qu’elle aura disparu, Randol et les Capucins n’auront plus le droit de célébrer cette messe« ).

« Si on veut changer la grâce reçue par mgr Lefebvre, alors on la perd et on tombe ! »

« (lors de mon ordination) J’ai signé le serment anti-moderniste ; non seulement j’ai signé mais je ne retirerai pas ma signature. Même si on nous chasse des églises que nous avons construites… cette fraternité-là continuera et je continuerai dans cette voie-là. Ce sera durant ma vie jusqu’à ma mort ». et je tiens encore à affirmer que j’ai vécu pendant de nombreuses années avec un saint prêtre, qui s’appelait M. l’Abbé La Praz (histoire iciqui a offert sa vie et toutes ses souffrances non seulement pour l’Eglise mais aussi pour la FSSPX et je sais avec conviction ceci pour en avoir parlé maintes et maintes fois avec ce saint prêtre qui était de surcroît un ami, je sais que JAMAIS il n’aurait signé autre chose que le serment antimoderniste. Déjà en 1990, M. l’abbé La Praz et moi-même nous avions constaté qu’il y avait des personnes qui avaient été infiltrées au sein de la Fraternité St Pie X, comme cela s’était fait au concile Vatican II. Nous avons averti qui de droit mais la seule chose que nous avons reçu en retour c’était des coups de crosse ; mais ceci n’a pas d’importance car nous continuerons ce combat, puisque nous l’avons signé, puisque nous aimons l’Eglise, la véritable. Nous continuerons ce combat avec tous ceux qui voudront le suivre. Donc de grâce, bien chers fidèles, nous travaillons pour le Ciel et non pour tel ou tel évêque, ou tel ou tel pape. Je travaille pour le Christ Roi et pour personne d’autre. Que cela soit dit, que cela soit répété. Je l’ai dit et je vous bénis. Ainsi soit-il. »

Des actes extrêmement graves devant Dieu !
Par ses actes, il (BXVI) a continué de découronner Notre Seigneur Jésus-Christ.
« Signer un accord avec Rome aura des conséquences….  » (Mgr Fellay)

Article publié sur :

http://garabandal.xooit.fr/t1029-Des-coups-de-crosse-a-ecouter-avant-censure.htm#p3619

Publié dans C- La Fin des Temps, D- Des prêtres racontent, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaire »

- Fidèles de la FSSPX : réveillez-vous !

Posté par Pèlerin le 30 mai 2012

L’heure est grave. Des prêtres de la FSSPX vont jusqu’à interdire aux fidèles de lire les infos sur le net, de lire les courriers échangés entre les évêques, de s’informer sur l’avancée des discussions et sur le contenu du statut canonique proposé par Rome, etc. Ils n’ont qu’un seul droit, payer et se taire. Où est la charité dans ce procédé ?

Alors, voici un bref résumé de la situation qui n’est pas reluisante, il faut bien le dire, malgré ce que la plupart des sites et forums de la Tradition laissent entendre.

___________

 

1/ Echange de courriers entre 1 + 3 évêques :
http://garabandal.xooit.fr/t931-Courriers-entre-Mgr-Fellay-et-les-3-autres-eveques.htm

 

2/ Citant l’exemple de Jeanne d’Arc, en ce week-end de la Pentecôte, l’abbé de Cacqueray a affirmé que « si elle n’avait pas cru à ses voix, elle aurait pu éviter sa mort atroce, et nous serions tous protestants ».
« Si Mgr Lefebvre avait été moins amoureux de la foi catholique, il aurait peut-être pu éviter l’excommunication », a-t-il ajouté.
http://garabandal.xooit.fr/t993-Un-beau-discours-l-Abbe-de-Cacqueray.htm

 

3/ Devenir des prieurés, nomination des évêques (Contenu du statut canonique offert par Rome)…
1.- El Papa decidirá quienes serán los obispos de la FSSPX que reemplazarán a los que salgan o no quieran llegar al acuerdo. Estos obispos serán libres para irse y serán reemplazados.
Le Pape décidera et nommera les évêques de la FSSPX qui remplaceront ceux qui préfèrent quitter ou refusent l’accord. Ces évêques seront libres de partir et seront remplacés.
2.- No se permiten nuevas construcciones sin la aprobación del obispo diocesano.
Interdiction de réaliser de nouvelles construction sans l’approbation de l’évêque diocésain.
3.- Los edificios que tengan menos de tres años deberán ser cerrados, los que tengan más de tres años quedarán en funcionamiento.
Les édifices de moins de trois ans devront être fermés, les autres continueront à fonctionner.
4.- Monseñor Fellay dijo que el Capítulo General no será para discutir la aceptación del acuerdo, sino simplemente para tomar conocimiento de cuáles serán los nuevos Estatutos de la FSSPX conforme al acuerdo canónico con Roma.
Monseigneur Fellay a dit que le Chapitre Général ne se tiendra pas pour discuter l’acceptation de l’accord, mais simplement pour prendre connaissances des nouveaux statuts de la FSSPX en conformité avec l’accord canonique avec Rome.

http://garabandal.xooit.fr/t994-Contenu-du-statut-canonique-offert-par-Rome-a-la-FSSPX.htm

 

4/ Des fidèles anglais écrivent à Mgr Fellay (très beau courrier ; dommage que les Français ne fassent pas de même).
http://garabandal.xooit.fr/t996-Des-fideles-de-la-FSSPX-ecrivent-a-Mgr-Fellay.htm

 

5/ Après l’excellente et sage réaction des Anglais, nous vous rappelons ce lien (américain) où vous pouvez soutenir les prêtres et évêques qui refusent le ralliement en signant la pétition sur :
http://garabandal.xooit.fr/t979-PETITION-NON-au-ralliement-de-la-FSSPX.htm

ou directement sur : http://www.savesspx.com/

 

6/ Tout le monde attendait le « miracle » pour la Pentecôte mais la réponse de Benoît XVI n’est pas venue.
Alors, quand ?
Force est de constater que des scandales éclaboussent Rome (sans compter les meurtres non résolus au Vatican depuis quelques années, le dernier étant révélé par Dom Amorth prêtre exorciste du Vatican). Benoît XVI reporte le « miracle » de l’annonce après ses vacances, selon un journal allemand :
http://garabandal.xooit.fr/t988-Reponse-de-Benoit-XVI-a-Mgr-Fellay.htm

 

7/ Sermon de l’Abbé Chazal :

http://garabandal.xooit.fr/t1007-C-est-la-guerre-l-Abbe-Chazal-de-la-FSSPX.htm

Fidèles de la FSSPX, réveillez-vous !
« Les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Eglise » : oui, l’Eglise a besoin de nous tous. Nous avons besoin de (vrais) prêtres pour continuer à nous donner les (vrais) sacrements et enseigner le (vrai) catéchisme à nos enfants. Il en va du salut des âmes.

A Garabandal, Notre Dame a dit : « Cardinaux, évêques et prêtres vont nombreux sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup plus d’âmes« . Nous pouvons encore faire quelque chose… Transmettez ces informations autour de vous.

Si peu de sites en France (pour ne pas dire aucun mis à part les sites sédévacantistes) tirent la sonnette d’alarme. Le monde est aveuglé. La Sainte Vierge a besoin de nous tous pour alerter les âmes endormies ou tièdes.
Ecône et ses prieurés sont les derniers bastions de l’Eglise Catholique et doivent le rester pour le salut des âmes. C’est l’oeuvre de Mgr Lefebvre qui permettra de préserver la Vérité et de sauver les âmes. Rome est dans l’apostasie.

St Pie X, priez pour nous !
Mgr Lefebvre, priez pour l’Eglise, priez pour vos évêques et vos prêtres, priez pour nous.

 

 

Publié dans K- Billets d'humeur | 2 Commentaires »

- Aucune génération ne sera épargnée. Préparons nos enfants.

Posté par Pèlerin le 30 mai 2012

Préparons nos enfants à ce qui arrive.
Nous sommes catholiques et avons veillé à leur éducation chrétienne, à aimer le Seigneur plus que tout.
Nos enfants seront aussi « touchés » par l’Avertissement, dès l’âge où ils ont conscience du péché.
N’attendons pas l’Avertissement pour leur en parler : expliquons-leur et pour qu’ils ne soient pas effrayés (les petits), recentrons cet événement sur l’Amour de Jésus qui va agir pour nous montrer le Chemin et nous encourager avec « force » à faire des efforts dans notre vie.
Nos enfants ont comme nous un rôle important à jouer dans les événements qui viennent : ils seront peut-être à l’école. Quand l’Avertissement surviendra, combien d’écoliers comprendront ce qui leur arrive ? Nos enfants qui prient tous les jours, qui grandissent avec Jésus dans leur coeur, sauront alors, leur expliquer avec leurs mots, les consoler et les attirer vers le Bon Dieu… et nous savons combien Jésus aime être entouré des petits enfants, les cajoler, leur parler.
« Il n’y aura de refuge que dans la prière »… alors nos enfants qui savent se mettre à genoux, joindre les mains et tourner les yeux vers le Ciel guideront copains et maîtres d’école. Nos enfants seront les « fils conducteurs » pour ceux qui ne connaissent pas le Christ, ne L’aiment pas. Alors préparons-les bien. Il est temps.

Certains d’entre nous ont des enfants plus grands, qui sont déjà entrés dans le monde du travail…. qu’attendons-nous pour leur parler ? manque de courage ? peur d’être ridicule ? ne nous inquiétons pas de ces « peurs », de ces petites « fiertés » et osons parler même à nos grands. Ils pourront rire mais ils seront heureux après l’Avertissement de trouver des parents, des grands-parents, des oncles et tantes, des voisins, qui puissent ensuite les guider sur le Chemin de la Foi…. car c’est bien le but de l’Avertissement.

COURAGE à tous les parents, grands-parents, voisins, collègues de travail…. vous connaissez des enfants, des jeunes… il est temps de leur parler.
Il faut que TOUT LE MONDE se prépare à l’Avertissement. Le Seigneur « n’épargnera » aucune génération.

 

 

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

- Le moment est venu…

Posté par Pèlerin le 29 mai 2012

Bientôt 1 an (le 26 juin) que le forum  http://garabandal.xooit.fr/portal.php  est ouvert et bientôt 2 ans pour ce Blog.
Nous avons fait en sorte de diffuser le plus possible d’informations sur Garabandal, son Message, ses prophéties, ses mises en garde.
Nous nous sommes efforcés de toujours nous baser sur les écrits et témoignages de l’époque, sur les ouvrages de prêtres, les conférences de l’Abbé de Bailliencourt, les informations parues dans les journaux de l’époque et d’aujourd’hui.
D’autres prophéties eschatologiques ont été postées sur le forum, venant appuyer le Message de Garabandal, confirmant que nous sommes arrivés à la Fin des Temps et aux événements annoncés à Garabandal.

Nous sommes à présent emportés dans la tourmente. La confusion règne dans tous les domaines, dans tous les esprits. Guerres de clans en politique, en religion. Crise économique, crise de l’Eglise. Apostasie dans tous les domaines (politique, artistique, religieux, sportif). Pauvreté, désespérance, culture de mort. Révolutions, bruits de bottes, loi martiale.

Mais pour le plus fort de la tourmente, tournez vos regards vers l’Italie car c’est de là-bas que viendra le signal. St Anselme nous avait prévenus et depuis la réalisation de la prophétie du « K » (encensement du « K » dans la ville de Rome…. « béatification » de Karol Wojtyla) nous avons vu les frasques de Berlusconi, la crise économique, des séismes, les scandales du Vatican (pédophilie, meurtres, fuites de documents, guerres de clans, complot contre BXVI et Tarcisio Bertone)…. et ce n’est que le début. Le sens de Garabandal, c’est avant tout la destruction de l’Eglise, l’extinction de la Tradition par Vatican II et les ralliements ecclesia dei et de la FSSPX (à venir), la quasi-disparition du sacerdoce, la perdition de nombre de prélats. L’Abbé de Bailliencourt l’a toujours rappelé et par sa fidélité à l’Eglise, à la Tradition et à l’oeuvre de Mgr Lefebvre jusqu’au bout, n’a eu de cesse de le confirmer par son exemple. Et Mari Loli qui connaissait tous ces dangers à venir suite au Concile, a offert toutes ses souffrances tout au long de sa vie, pour l’Eglise et les prêtres. Cela fait un peu plus de 3 ans qu’elle est décédée. Pour toutes ces raisons et parce que ce sont les motifs de la colère de Dieu, nous vous recommandons d’être prêts (confession, conversion, baptême, charité) pour l’Avertissement qui est très proche, et de tourner vos regards vers l’Italie. C’est la situation de l’Eglise (au plus bas, « elle aura comme disparu », « il y aura comme un schisme ») qui vous donnera l’heure de l’Avertissement.
L’Eglise n’a commencé qu’avec un petit nombre (Apôtres au Cénacle) et elle ne sera restaurée qu’avec un petit nombre.

Nous n’oublions pas bien sûr l’importance de la situation politique dans le monde, les discussions Syrie, Iran, Russie, Chine, etc. Risque de guerre, d’attaque nucléaire, etc. Nous n’oublions pas non plus les lois impies qui participeront à la colère de Dieu (loi sur l’euthanasie, sur le mariage homosexuel) et sur lesquelles l’Eglise de France (les évêques) reste bien silencieuse (Mgr 23 allant presque jusqu’à condamner les marches pour la Vie). Seules les communautés traditionnelles tentent de freiner la culture de mort : n’ayons pas peur de le dire ! que font les modernistes pendant ce temps ?! La fidélité au Seigneur, à ses commandements, à Son enseignement à travers la Tradition, la réception des vrais Sacrements, peuvent seul nous sauver, nous préserver de l’aveuglement, motiver à travailler au salut des âmes. Ne l’oublions pas ! Fidélité dans la Vérité. Et tant que les gouvernements n’auront de cesse de renier Dieu à travers les lois, ils ne pourront éviter la chute.

Aujourd’hui, nous pensons arriver au bout du travail que nous nous étions fixé : diffuser, expliquer le Message de Garabandal à la lumière d’autres prophéties et de l’actualité de l’Eglise et du monde. Dorénavant, je posterai donc peu et uniquement des informations utiles à entrevoir la venue de l’Avertissement – Avertissement qui est le plus important dans les prophéties de Garabandal car c’est ce « phénomène » surnaturel qui convertira, redressera, fera prendre conscience, révélera notre noirceur, sortira de la torpeur… un événement grave mais magnifique car un acte de la Miséricorde et de la Toute-Puissance de Dieu. Nous ne douterons plus et nous n’aurons qu’une envie, nous rapprocher encore plus du Seigneur. (sauf les plus endurcis). Ensuite viendra le Grand Miracle… 

Il y a 1 an, le 1er mai 2011, était béatifié le « K » (Karol) en la fête de Saint Joseph, St Patron de l’Eglise.
L’Italie a alors entamé sa chute.

« Malheur à toi, la ville aux sept collines
lorsque la lettre « K » sera acclamée à l’intérieur de tes murailles, (Karol)
alors ta chute sera proche.
Tes gouvernants, dominateurs et tyrans seront détruits.
Par tes crimes et tes blasphèmes, tu as irrité le Très-Haut ;
tu périras dans la déroute et le sang… »

(Saint Anselme, évêque de Sunium en Grèce au XIIIème siècle)

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

- Tous appelés à vivre le Grand Miracle ?

Posté par Pèlerin le 29 mai 2012

Le Grand Miracle… y sommes-nous tous appelés ? Ce sera une chance pour ceux qui pourront y être, qui seront invités par le Ciel.

Réflexion qui peut surprendre mais mûrie depuis quelque temps.

Le Ciel a fixé un Rendez-Vous à Garabandal.

Certains préparent déjà activement leur voyage au Grand Miracle, se sont inscrits auprès d’Associations ou ont l’intention d’y aller par leurs propres moyens. C’est bien !
D’autres aimeraient y être mais ne peuvent pas (faute de possibilités physique ou matérielle). J’entends déjà des cris derrière certains écrans….
« Pèlerin, t’es dingue ! Des associations ont tout prévu ! »          fryingpan       

Je vous rassure, j’ai toute ma tête.       Okay

Voyons les choses telles qu’elles sont : un grabataire sur son lit d’hôpital à l’autre bout du monde, pourra-t-il venir ? peut-on lui en vouloir de ne pas être à Garabandal pour le Grand Miracle ? non ! là, il faudrait être fou pour ne pas comprendre.
Une famille pauvre, dans un petit village perdu d’Afrique, n’aura pas le sou pour se payer le voyage. Doit-on lui en vouloir ? non, impossible !
Une bonne famille catholique française, aisée, 8 enfants, vivant non loin de la frontière espagnole n’a pas l’intention de se rendre à Garabandal. Doit-on leur en vouloir ? non ! pourquoi ? parce que c’est leur choix. Ils sont riches. Et alors ? Le Ciel les a-t-il invités à Garabandal ou mieux dit, se sentent-ils appelés à aller au Grand Miracle ?

Car voilà… quel est le sens de ce Grand Miracle ?
Tout d’abord, regardons ce qu’a dit la Sainte Vierge : « les malades seront guéris et les incroyants convertis ».

Première constatation, sont concernés les malades et les incroyants. Ce qui ne veut pas dire bien sûr que les personnes en bonne santé ou croyante ne doivent pas y aller.
Deuxième constatation : Deux miracles particuliers sont prophétisés à Garabandal ; Joey Lomangino doit retrouver la vue et l’on doit retrouver le corps intact du Padre Luis Andreu le lendemain du GM. Si ces prophéties se réalisent, nul ne pourra contester la grandeur de ces miracles : un handicap et une mort connus depuis 50 ans et donc des faits qui ont eu le temps d’être propagés à travers le monde.
Troisième constatation : cela ne rappelle-t-il pas la vie du Christ sur terre ? Quand il était au milieu des hommes et qu’il guérissait les malades, les paralytiques, convertissait les riches (Zachée), ressuscitait les morts (Lazare) ?… Ne vous a-t-on pas déjà dit que Garabandal est la nouvelle Terre Sainte ? le lieu où des miracles vont se produire, des miracles éclatants et dont les « bénéficiaires » devront par la suite témoigner, car là est la véritable guérison ?
Les miraculés de Garabandal seront alors les futurs témoins de la Toute-Puissance de Dieu, de Son Amour, de Sa Miséricorde, de Sa Royauté. A travers ces miraculés, ce seront les nouveaux « disciples » qui auront à témoigner du Grand Miracle de Garabandal et de la nécessité de revenir à Dieu.

Conclusion : il faut conduire le plus possible de malades et d’incroyants à Garabandal, le plus possible selon les possibilités matérielles et physiques. Mais ce sont ces miraculés qui auront à témoigner comme au temps du Christ.
Et donc, toutes les personnes qui veulent y aller, qui se sont inscrites auprès des Associations, ont très bien fait. Mais ce qui importe avant tout et que demande le Ciel, c’est d’y conduire des malades et des incroyants afin que le Miracle soit encore plus éclatant aux yeux du monde.
Le Ciel sait bien que le monde entier ne pourra y être. (attaque favorite de certains détracteurs de Garabandal). Ce qui compte c’est d’y conduire le plus de malades et d’incroyants.

Alors quand vous voyez une famille qui vit des Sacrements, qui croit fermement en Dieu, qui pratique autour d’elle la charité, qui est en bonne santé, qui témoigne de sa foi autour d’elle….. pourquoi voudrait-on à tout prix ou même leur en vouloir de ne pas s’y préparer ? Ils veulent y aller. C’est bien, ils assisteront au Grand Miracle. Ils n’ont pas l’intention d’y aller. Peu importe, ils ont déjà la foi et la santé…. Car attention , être au Grand Miracle, ce n’est pas assister à un grand spectacle de magie. Le Grand Miracle est bien autre chose, il vient de Dieu et par les personnes présentes, converties, guéries, il servira à la conversion du monde. L’Eglise sera restaurée grâce/aussi par les témoins du Grand Miracle. Ils auront certainement un rôle prépondérant dans la restauration du règne du Christ dans le monde. C’est toute la beauté, la grandeur, le sens du Grand Miracle.

Donc, vous tous amis lecteurs qui nous lisez depuis l’autre bout du monde, depuis les Etats-Unis, le Canada, l’Ukraine, le Brésil ou même tout simplement la France, vous ne pouvez pas y aller ou vous ne vous sentez pas appelés à y aller… personne n’est en droit de vous faire le reproche, de vous culpabiliser. Le Ciel sait bien que le monde entier ne pourra y être et c’est l’évidence même. L’important est que vous ayez la foi, que vous aimiez Dieu de tout votre coeur, que vous aimiez votre prochain, que vous vous prépariez à l’Avertissement et pour après…. le reste c’est entre vous et le Bon Dieu. Personne n’a le droit de vous dire quoi que ce soit. Le Bon Dieu vous aime et ne vous oubliera pas même ce jour-là. Qui nous dit qu’Il ne fera pas quelque chose pour ceux qui aimeraient être à Garabandal ce jour-là et qui ne peuvent pas ? qui sait ?! on est en droit d’espérer.

 

 

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, E- Garabandal, Terre Sainte..., J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

- Pour le règne social de NSJC (élections)

Posté par Pèlerin le 4 mai 2012

Enfin un prêtre qui a le courage de donner
la doctrine catholique sur la question du vote,
pour les catholiques
désemparés en cette élection présidentielle de 2012.

 

St Jeanne d’Arc, priez pour la France.
Saints et Saintes du Ciel, priez pour nous.

Vous pouvez entendre ce sermon sur le site de Notre Dame des Dons :
Cliquez sur le 2ème document audio sur le lien :
http://notredamedesdons.net/2161/3e-dimanche-apres-paques-2012/

 

SERMON DE M. L’ABBÉ LAFITTE      
POUR LE TROISIÈME DIMANCHE DE PÂQUES 2012     
SUR LA QUESTION DU VOTE
AUX ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2012     

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,

mes bien chers  frères, mes bien chers amis,  
     
Puisque nous sommes en période électorale, je voudrais  rappeler au cours de ce sermon les principes de l’Église. Il y a une  politique de l’Église, mes bien chers frères, elle a un nom : « le  règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Et je voudrais vous  rappeler à partir de ce dogme de Foi, puisque c’en est un,  justement les principes qui doivent guider l’âme et l’intelligence  d’un catholique dans ces périodes électorales.
       
Le premier principe est la soumission que toutes les créatures doivent avoir à Dieu. Les catholiques bien sûr, sont soumis à Dieu, mais pas simplement les catholiques ; les hérétiques, les musulmans, les juifs, les protestants, ceux qui ne croient à rien du tout, sont également soumis à Dieu, parce que Notre Seigneur  Jésus-Christ est Roi de Sa Création. Il est Roi par nature puisqu’Il est le Créateur de toutes Ses créatures. Étant créés par Notre  Seigneur Jésus-Christ, nous avons donc un devoir grave de reconnaître comme Créateur Celui qui nous a créés, et donc  Notre Seigneur Jésus-Christ. Notre Seigneur Jésus-Christ possède, à ce titre, des droits sur chacun d’entre nous, alors que nous avons des devoirs. L’Église enseigne également que Notre Seigneur Jésus-Christ est Roi également par droit de conquête puisqu’Il est mort pour nous sur la Croix, et étant mort pour nous sur la Croix, par ce mystère de la Rédemption qu’Il a accompli au Vendredi Saint, Il a de nouveau des droits personnels sur chacun d’entre nous. Ces droits sont indépendants de notre conception personnelle sur le sujet. Notre Seigneur Jésus-Christ est Roi de toute la terre, de toutes Ses créatures.     
  
A cause de ce dogme de Foi, il est évident que l’Église a aussi enseigné qu’il doit y avoir une union étroite entre l’État et l’Église. Ce sont deux sociétés parfaites : l’État dans le domaine temporel, l’Église dans le domaine spirituel. Mais, de même que le corps et l’âme doivent être unis, de la même façon il faut une  union entre l’État et l’Église. Dans le domaine mixte qui touche à la fois au spirituel et au temporel, l’Église, qui représente  justement Notre Seigneur Jésus-Christ, a aussi son mot à dire dans le domaine pratique, donc dans le domaine de l’État.       
Ainsi, mes bien chers frères, le plus grand blasphème que nous puissions entendre contre cette royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ, c’est de prétendre que Notre Seigneur Jésus-Christ  n’a rien à dire en matière politique. C’est véritablement un blasphème de dire que Notre Seigneur Jésus-Christ n’a rien à faire  en matière politique, car ce blasphème sépare ce que Dieu a voulu unir : l’Église et l’État.     
Rappelons des choses élémentaires : de savoir par exemple si  dans un pays nous accepterions l’avortement ou le divorce, des  choses de ce genre, ce sont des affaires politiques. Et si nous  disons, ce que nous entendons beaucoup trop souvent, que l’Église et l’État doivent être séparés, cela voudrait dire que Notre  Seigneur Jésus-Christ n’aurait rien à dire à l’État contre le divorce et contre l’avortement ? Ainsi, Notre Seigneur Jésus-Christ étant  Dieu de toutes Ses créatures a un droit strict pour chacun d’entre nous.     

Et je le répète, le plus grand blasphème qui puisse se dire sur ce sujet est de prétendre que Notre Seigneur Jésus-Christ n’a rien à voir avec la politique.
Il est évident que toutes les personnes, le dix personnes qui se  présentaient la semaine dernière aux élections, avaient toutes un point commun : toutes, de l’extrême droite à l’extrême gauche,  toutes, toutes, toutes, sans aucune exception, avaient mis soigneusement Notre Seigneur Jésus-Christ complètement hors  de leur campagne électorale. Notre Seigneur Jésus-Christ a été le grand absent de cette campagne électorale. Non seulement le  Nom de Dieu a été soigneusement mis de côté, mais même la simple morale naturelle. La simple loi naturelle a été elle aussi soigneusement mise de côté.     

Et puisque donc c’est un blasphème de dire que Notre Seigneur Jésus-Christ n’a rien à voir avec la politique, mettre soigneusement de côté Notre Seigneur Jésus-Christ, Vrai Dieu et  Vrai Homme, en dehors de toute la campagne politique, est donc un blasphème. A-t-on le droit, mes bien chers frères, de voter  pour des blasphémateurs ? La réponse me semble évidente. Il est évident qu’il y a donc péché, péché grave de voter pour des gens  qui ne veulent pas du Bon Dieu, qui soigneusement écartent délibérément Notre Seigneur Jésus-Christ, Vrai Dieu et Vrai  Homme, de toute influence sur cette terre, sur cette politique, sur ce pays de France.     

On me fait une objection : « Mais Monsieur l’Abbé, que faites-vous du devoir électoral ? »
Le devoir électoral n’existe pas.    

Prenez le catéchisme de Saint Pie X, il n’y a pas un mot au 4ème  commandement sur le devoir électoral ! D’où vient cette idée  saugrenue qu’il y a un devoir électoral en France ? C’est une  invention, mes bien chers frères, de certains évêques français autour des années 1870 – 1880. Cette invention n’a jamais été  sanctionnée par l’Église. Prenez le catéchisme du Concile de Trente, prenez le catéchisme de Saint Pie X qui a été écrit en  1910, il n’y a pas un mot sur le devoir électoral. Donc, il est évident que pour cette raison, non seulement il n’y a pas de péché  de ne pas voter, mais il y aurait un péché de voter pour des gens qui ne veulent pas de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui veulent  supprimer Son influence et celle de Son Église en matière politique. Cela me semble absolument évident.     

On entend immédiatement une deuxième objection : « Mais, Monsieur l’Abbé, il faut avoir du bon sens, et à cause de ce bon sens, il nous faut suivre le moindre mal ». D’où vient cette  deuxième idée également saugrenue que le moindre mal est  acceptable pour un catholique ? J’ai étudié au cours de ma  formation au séminaire d’Ecône, j’ai étudié en théologie morale la doctrine du moindre mal. La doctrine du moindre mal a toujours  été condamnée da façon absolue par l’Église.     
Qu’est-ce qu’un moindre mal ? Cela veut dire que quand on a deux maux, on peut choisir le moindre. Mais d’où vient cette idée ?  
Notre Seigneur Jésus-Christ nous a-t-il dit que nous avions le droit de faire un petit péché qui serait mieux qu’un gros péché ?  
Je voudrais vous donner un exemple tout simple, c’est l’exemple  qu’on nous avait donné en théologie morale, je m’en rappelle encore comme si c’était hier : Imaginez une mère de famille qui a  cinq enfants en bas âge et qui attende son sixième. Les médecins  ont déterminé qu’à cause d’une grave anomalie d’ordre médical, la  maman va mourir avec son bébé. Et donc, puisque cette maman est déjà mère de cinq enfants qui sont en bas âge et qui ont  besoin de ses soins attentifs, et bien donc, on va décider en choisissant le moindre mal de supprimer l’enfant pour faire vivre la mère. Une telle action, mes bien chers frères, est un meurtre pur et simple. On n’a pas le droit de tuer l’enfant pour sauver la  maman. Seul Dieu peut choisir, pas nous. Et c’est la même chose, mes bien chers frères, dans tous les domaines. Constamment  dans notre vie nous sommes exposés à ce moindre mal.    
Avons-nous le droit de commettre un péché délibéré pour éviter un péché plus grave ? La réponse est non.   
Dieu étant Dieu peut et a le droit d’utiliser une chose mauvaise  pour Sa plus grande gloire. Il ne veut pas la chose mauvaise  directement, c’est absolument évident. Dieu, par exemple, dans  Sa miséricorde pourrait utiliser une chute morale de l’un d’entre nous, un péché grave que nous aurions commis, pour augmenter  en nous la vertu d’humilité, la vertu de confiance en la  miséricorde infinie du Bon Dieu, bien sûr ! Mais on ne peut en  aucun cas faire commettre un péché, sous prétexte que Notre Seigneur Jésus-Christ pourrait utiliser ce péché afin de nous faire  progresser dans la vertu d’humilité. A-t-on le droit de commettre  un péché, par exemple pour sauver la vie de plusieurs personnes ?  La réponse est non.    

L’Église a toujours répondu non à l’objection du moindre mal.     

En fait, d’où vient cette théorie complètement saugrenue encore une fois du moindre mal ?
C’est une déformation d’un autre point de théologie morale par lequel on peut choisir entre deux biens.
On a le droit de faire un moindre bien, on a jamais le droit de faire un moindre mal.  

C’est absolument impossible. Si par exemple on ne peut pas, pour une raison indépendante de notre volonté faire un bien important que nous avions prévu de  faire à l’égard du prochain, on peut choisir un bien inférieur, un bien plus petit, j’allais dire, sous prétexte qu’on ne peut pas faire  le bien plus grand que nous avions l’intention de faire. Donc, on peut accepter de faire un moindre bien, mais jamais un moindre mal. Le moindre mal, mes bien chers frères, est un mal. C’est un péché, et c’est quelque chose qu’on ne peut jamais commettre,  quoiqu’en disent les évêques de notre pauvre pays de France depuis des années et des années.     
Ouvrons un peu les yeux mes bien chers frères, et regardez donc où nous a mené cette fausse théorie du moindre mal.   
Ouvrez les yeux, regardez un peu ce qui se passe dehors, voilà les conséquences du moindre mal, cette théorie complètement fausse qui nous est prêchée maintenant depuis pratiquement de longues années. Vous ne trouverez jamais un seul texte du Magistère de l’Église, je parle bien sûr du Magistère datant d’avant la mort de Pie XII, en 1958, et je vous mets au défi de me trouver un texte du Magistère de l’Église qui enseigne qu’on a le droit de choisir le  moindre mal. Le moindre mal est un péché.     

Enfin, il y a une troisième objection que nous entendons souvent en cette période électorale :
« Mais Monsieur l’Abbé, la Démocratie en France est d’inspiration chrétienne. »  Je pense qu’on ne peut rien comprendre sur ce qui se passe dans notre pauvre pays de France sans réaliser avant toute chose que la  République issue de l’échafaud sur lequel le roi de France Louis  XVI a laissé sa tête, sans bien comprendre donc que cette  République dite française est avant tout substantiellement antichrétienne.
Qu’est-ce que cette Démocratie ? Vous connaissez la formule :   

« l’art d’agiter les peuples avant de s’en servir ».  
C’est tout à fait vrai.  

On me dit : « Mais, Monsieur l’Abbé, la Démocratie en France, ce n’est rien d’autre que le pouvoir du peuple ».   
Mensonge ! Ce n’est pas du tout le pouvoir du peuple, c’est le pouvoir du nombre, le nombre qui va décider où est la Vérité !  
Mais nous, catholiques, nous savons très bien, mes bien chers frères, que la Vérité est objective et que nous devons absolument soumettre par notre intelligence la volonté à cette Vérité. En aucun cas nous ne pouvons justement décider ce qui est vrai et faux, c’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui l’a déjà décidé, c’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui nous a donné une Loi, et qui, par cette Loi, nous indique ce que nous pouvons faire et ce que nous ne pouvons pas faire. Donc la Démocratie, telle qu’elle existe en France, n’est rien d’autre, mes bien chers frères, que le pouvoir du nombre, le nombre qui détermine si on a le droit d’offenser le Bon Dieu ou non. Mais le nombre n’a rien à faire avec cela.     

Vous voyez, mes bien chers frères, comme il est important à mon avis de connaître ces choses-là.    

Ce n’est pas mon enseignement personnel que je donne (un prêtre n’a pas d’enseignement personnel à donner en prêchant pendant la Sainte Messe), ce que je vous donne c’est simplement l’enseignement de l’Église. Voilà ce que l’Église a toujours enseigné, voilà ce que l’Église enseigne dans ses catéchismes, surtout dans le catéchisme de Saint Pie X.   Nous ne sommes pas le Bon Dieu, mes bien chers frères, nous devons nous soumettre à ce que l’Église a toujours fait.      « Mais alors, Monsieur l’Abbé, que devons-nous faire dans ces élections ? »  
Mais je vous laisse appliquer par vous-mêmes ce que je viens de vous dire :  
peut-on pratiquer un moindre mal dans les élections qui arrivent dimanche prochain ? Non.  
Nous avons le choix entre la peste et le choléra.  
Vous préférez mourir de la peste ou du choléra ?  
Bon courage pour faire un choix !  
Personnellement, je préfèrerais mourir ni de l’un ni de l’autre.  
Je ne sais pas ce que vous en pensez vous-mêmes….  

Et puis, on me dit :    

« Mais, Monsieur l’Abbé, il faudra bien nous soumettre à la volonté du peuple…… »   Mais si la volonté du peuple est de mettre Notre Seigneur Jésus-Christ à la porte, je suis désolé, mais c’est un péché que d’accepter cette soumission.  

En aucun cas nous ne pouvons nous soumettre à des bandits qui ne pensent qu’à une seule chose,    

c’est augmenter leurs comptes en banque et à mettre le Bon Dieu en dehors de tout ce qu’ils font.   Mes bien chers frères, les gens nous disent immédiatement :   «Mais alors, à ce moment-là, vous ne pouvez plus rien faire !».  
Oui, il faut faire quelque chose : prier, on peut encore prier, encore faire pénitence pour notre pauvre pays de France.  
Si le Bon Dieu a su susciter au XVème siècle une petite jeune fille de 17 ans pour sauver le pays,   
Sainte Jeanne d’Arc, le Bon Dieu pourrait aussi susciter demain quelqu’un d’autre, vous ou moi,  
quelqu’un de très simple peut-être qui serait utilisé par Lui comme un instrument pour sauver ce que la société moderne a décidé de condamner.  

Il faut, mes bien chers frères, surtout en ces périodes électorales,  il nous faut absolument, justement mettre le Bon Dieu au milieu de tout cela.  
Vous allez perdre votre temps à essayer de changer ce qui ne peut pas être changé malheureusement  à cause de la corruption qui nous attend.  

Vous pourriez faire beaucoup plus pour le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ, par exemple en venant passer une heure ou deux devant le Saint Sacrement à l’exposition du Saint Sacrement qui aura lieu ce vendredi soir de 21 h à 23 h.
Vous feriez infiniment plus de bien pour votre âme et pour l’âme de ceux qui vous entourent en agissant ainsi. Notre Seigneur Jésus-Christ, mes bien chers frères, n’est pas quelqu’un de facultatif : ou nous choisissons Notre Seigneur Jésus-Christ, ou nous choisissons l’Ennemi de Notre Seigneur Jésus-Christ, à savoir le Démon.   Nous n’avons pas le droit, je dirais, de tenir la main droite avec Notre Seigneur Jésus-Christ et notre main gauche avec le Démon.   Cela ne marche pas, cela n’est pas possible.     

Alors, attention ! Demandons au Bon Dieu avec humilité de nous donner les lumières dont nous avons besoin, afin d’appliquer la doctrine de l’Église. Nous n’avons pas le droit, mes bien chers frères, sous prétexte du moindre mal, de donner nos voix à des gens qui sont des bandits, à des gens qui ne cherchent  qu’une seule chose, encore une fois, c’est de mettre Notre Seigneur Jésus-Christ non seulement en dehors de leur vie, mais en plus, en dehors de toute la politique notre pays. 
La nature a horreur du vide. Si Notre Seigneur Jésus-Christ n’est pas le Roi de notre pays, alors mes bien chers frères,  le Démon sera roi de notre pays et c’est ce que nous voyons malheureusement aujourd’hui partout autour de nous.
Rappelez-vous cette objection que Napoléon III avait osé prononcer devant le Cardinal Pie :  « Il n’est pas temps pour Jésus-Christ de régner, pas encore… »  

Et le Cardinal Pie avait répondu :  
« Sire, quand de grands politiques comme votre Majesté m’objectent que le moment n’est pas venu, 
je n’ai qu’à m’incliner parce que je ne suis pas un grand politique.  
Mais je suis Évêque, et comme Évêque je leur réponds :  
Le moment n’est pas venu pour Jésus-Christ de régner, eh bien ! alors le moment n’est pas venu pour les gouvernements de durer ».  
Et comme Napoléon III essayait de sauver la face en disant :  
« La religion catholique est celle de la majorité des français, mais les autres cultes ont droit à la même protection»,   l’illustre Évêque répondit : « Voilà ce que vous dit Jésus-Christ, Roi du Ciel et de la terre :  
Et Moi aussi, gouvernements qui vous succédez en vous renversant les uns les autres, Moi aussi Je vous accorde une égale protection. J’ai accordé cette protection à l’empereur votre oncle, j’ai accordé la même protection aux Bourbons, la même protection à Louis-Philippe, la même protection à la République et à vous aussi la même protection vous sera accordée ».     
Alors mes bien chers frères, mettons-nous à genoux devant le Bon Dieu, mettons-nous à genoux en recevant la Sainte Communion,  et demandons au Bon Dieu, à Notre Seigneur Jésus-Christ Vrai Dieu et Vrai Homme, de nous donner la force dont nous avons besoin, de ne pas devenir des lâches. Si nous sommes arrivés là où nous en sommes aujourd’hui, mes bien chers frères, en matière politique surtout, c’est que depuis 150 ans pratiquement, les catholiques on peur de leurs ennemis.    
Au lieu d’affirmer la Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ,  ils rentrent comme des souris dans leurs trous, ayant peur d’affirmer ces vérités.  Alors, évidemment le Démon peut faire ce qu’il veut de chacun d’entre nous.       

Ne laissons pas notre pays être envahi par des bandits,  par des gens qui rejettent Notre Seigneur Jésus-Christ ! 
Vous me direz : « Mais alors, on ne peut rien faire en politique ! »   Il y a une politique au moins que vous pouvez suivre, c’est celle de sauver votre famille.  

On ne peut peut-être plus faire grand-chose malheureusement officiellement en politique aujourd’hui dans notre pays,  mais au moins dans nos familles, nous pouvons faire quelque chose.  
Tant qu’il y aura, mes bien chers frères, quelques catholiques, même isolés, même très peu nombreux, qui ont la Foi, qui ont la force de mettre Notre Seigneur Jésus-Christ dans tout ce qu’ils font, qui ont le courage d’élever leurs enfants dans  la Foi catholique comme beaucoup d’entre vous le font déjà, et je vous en félicite, et bien à ce moment-là, mes bien chers frères, tant qu’il y aura ces catholiques encore vivants, le Démon ne pourra pas tout détruire en France.  
Il y aura encore quelque chose qui appartiendra à Notre Seigneur Jésus-Christ.  
Alors demandons cette force, demandons cette force avec la vertu de prudence, bien sûr, afin de savoir ce que nous devons faire.  

Notre Seigneur Jésus-Christ doit régner.  
Et si les candidats qui se présentent ne veulent pas de Notre Seigneur Jésus-Christ,  qu’au moins Notre Seigneur Jésus-Christ règne dans nos familles.     

Comment Notre Seigneur Jésus-Christ règne-t-Il dans nos coeurs ?  
Par l’état de Grâce, par la grâce sanctifiante, par l’habitation en nous de la Sainte Trinité.  
Voilà ce qu’il faut !  
Le plus grand ennemi du Démon, le plus grand ennemi de ceux qui suivent le Démon,  comme nous le voyons en politique aujourd’hui de tous côtés,  le plus grand ennemi de ceux qui suivent le Démon, c’est une âme en état de grâce.  
Une personne en état de grâce, c’est comme un rayon de lumière qui brûle dans la nuit,  un rayon de lumière comme un phare, si vous voulez, qui indique par sa lumière, même en plein brouillard, l’entrée du port pour le marin qui est perdu sur la mer déchainée.    

Voilà, mes bien chers frères, ce que nous devons comprendre.       
Alors, demandons après notre Sainte Communion,  demandons à Notre Seigneur Jésus-Christ de nous donner l’esprit de l’Église,   de faire nôtre tout ce que l’Église a toujours enseigné pendant des siècles et des siècles.   L’Église a su ce qu’était l’enseignement catholique, l’Église avait compris parfaitement, parce qu’Elle est Divine, ce qu’était la politique catholique.  
Et nous l’avons eue en France, par exemple au XIIIème siècle dans l’âge d’or de la politique unie à l’Église catholique.   

Nous avons eu au temps de Saint Louis, au temps de Saint Thomas d’Aquin, au temps de Saint Albert le Grand, nous avons eu tous ces géants de sainteté qui ont permis à des millions et des millions d’âmes de se sauver.  

Alors, mes bien chers frères, prions pour que Notre Seigneur Jésus-Christ ait pitié de nous, et si Notre Seigneur Jésus-Christ ne permet pas que demain nous ayons une Sainte Jeanne d’Arc de nouveau pour nous mener au combat, eh bien au moins ayons suffisamment confiance en Lui pour comprendre que dans nos familles nous pouvons encore faire quelque chose.       

On ne peut malheureusement pas mettre le Démon en dehors du monde moderne qui nous entoure, mais vous pouvez le mettre en dehors de vos familles, vous pouvez le mettre en dehors de vos coeurs en demandant toutes ces grâces, surtout par l’intermédiaire de la Reine de France qui est Notre Dame.    

Demandons à Notre Dame de nous aider à comprendre ces choses. Elle avait compris la Divinité de son Divin Fils, elle avait  absolument confiance dans la Divinité de son Divin Fils. Elle est la seule qui, après la mort de Notre Seigneur au Vendredi Saint,  savait qu’Il ressusciterait d’entre les morts, elle n’avait jamais perdu cette confiance. Demandons à Notre Dame, mes bien chers frères, de mettre en nos coeurs, nos âmes de catholiques, ce feu brûlant de la Charité Divine, ce feu sacré de la Vérité de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ce que demande un feu ? Simplement d’éclairer et de chauffer.  Qu’il éclaire nos âmes, qu’il sauve nos âmes.       

De quoi avons-nous besoin ? Nous avons besoin d’un petit groupe de gens qui soient convaincus que la Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ est une force divine capable de tout transformer. Voilà de quoi nous avons besoin. Notre Seigneur Jésus-Christ a converti le monde avec douze apôtres. Nous avons  bien plus que douze personnes ici. Si chacun d’entre nous avions la conviction, si nous avions une Foi forte pour transporter les montagnes, alors mes bien chers frères, tout serait possible.    

Demandons ces grâces par l’intermédiaire de la Très Sainte Vierge Marie, au Nom du Père, du Fils, du Saint Esprit. 

Publié dans J- Infos Divers | Pas de Commentaire »

1...34567...26
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE