• Accueil
  • > Recherche : choses garabandal

Résultats de votre recherche

- Pèlerinage 2016 à Garabandal

Posté par Pèlerin le 16 mars 2016

ABOMINATION !   APOSTASIE !

L’heure est grave. Prions, implorons le secours de Notre Dame de Garabandal qui nous a annoncé toutes ces choses.

 

http://laportelatine.org/bibliotheque/oecumenisme/luther_ennemi_de_la_grace_celier/francois_luther_lund_jour_funeste_mattei_161101.php

 

 

 

Le Centre Information Garabandal (C.I.G.), créé par le Père Laffineur, organise son pèlerinage annuel

 

du lundi 17 au samedi 22 octobre 2016

Car tout confort.

De 25 à 30 personnes inscrites : 590 €

De 30 à 35 personnes inscrites : 490 €

Ces prix comprennent :

- le voyage aller et retour

- la pension complète à l’hôtel du village (chambre double) 

- les deux nuitées hors Garabandal (aller et retour)

Le départ s’effectuera la matin, de Caen, et en fonction des demandes ; deux ou trois autres points de ralliement, sur le trajet, seront proposés ultérieurement, ainsi que des précisions sur les horaires : parcours et haltes (aller et retour).

—————————————————————————————————————————————————–

Bulletin d’inscription à renvoyer à M. Arnaud de La Bourdonnaye – La Basse Rue – 22430 ERQUY
Téléphone : 06 65 45 53 77     Courriel : arnaud.delabourdonnaye@gmail.com

 

NOM et PRENOM : ____________________________________________________________________________________


Adresse complète : ____________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________


Tél et courriel : ______________________________________________________________

participera au pèlerinage du 17 au 22 octobre 2016.

Réponse impérative avant le 15 septembre, dernier délai, accompagnée de 100 € d’arrhes versées à l’ordre du Centre Information Garabandal.

Publié dans J- Infos Divers | 4 Commentaires »

- Joey Lomangino est décédé – retour sur les prophéties

Posté par Pèlerin le 20 juin 2014

Comme nous l’indiquons en première page de ce blog, Joey est décédé ce mercredi 18 juin, jour anniversaire de la première Apparition de Garabandal.

Prions pour le repos de son âme et pour ses proches….

Joey Lomangino est certainement le plus grand apôtre de Garabandal ; encouragé par Padre Pio à se rendre dans le petit village des monts cantabriques, Joey ne s’attendait pas à cette grande oeuvre qu’il allait faire tout au long de sa vie. Quel apostolat ! non seulement il fit connaître le Message de Garabandal, mais il encouragea les fidèles durant 50 ans par des courriers réguliers, il distribua des chapelets aux quatre coins du monde, fit embrasser la croix de Conchita(croix embrassée par Notre Dame) aux malades… infatigable apôtre ! Merci Joey !

Il était l’aveugle américain qui devait avoir de « nouveaux yeux » le jour du Grand Miracle. (locution de Conchita reçue aux Pins).

En 2010, nous avions émis l’hypothèse (bien triste) de la mort de Joey au moment du Grand Miracle. Tollé venant de garabandalistes, persuadés que Joey serait au Grand Miracle et que c’est d’abord à lui que Conchita devait transmettre la date du Grand Miracle 8 jours avant.
Qu’en est-il vraiment ? pourquoi cette hypothèse à l’époque  ?

 

D’abord, rappelons ces deux prophéties :

1- « Quiero decirte , Conchita que antes del milagro, sufriras mucho pues habra pocos quienes te crean, tu misma familia creeran les ha engañado » (cf. journal de Conchita)
« Je veux te dire, Conchita, qu’avant le Miracle, tu souffriras beaucoup car peu te croiront, ta famille elle-même croira que tu les a trompés« 

2- « Un jour, peu de temps avant le Miracle,
surviendra un événement qui provoquera de nombreuses désertions
parmi les fidèles de Garabandal ;
mais ces désertions ne seront pas dues au retard excessif du miracle »     

 _________________________________
    

Sur son site  http://www.garabandal.us/joey_story Joey commence par la lettre que lui a écrite Conchita :

Dear Joey: Today at the pines in a locution the Blessed Virgin told me to tell you you will receive new eyes on the day of the Great Miracle…
cher Joey, aujourd’hui aux pins, dans une locution, la Ste Vierge m’a demandé de te dire que tu recevras de nouveaux yeux le jour du Grand Miracle…

NDLR : ce sont les mots de la Ste Vierge – Elle n’a pas dit que Joey recouvrerait la vue en se rendant au Grand Miracle à Garabandal. Non ! Mais Elle a simplement dit qu’il aura de « nouveaux yeux » le jour du Grand Miracle.

Joey Lomangino, who has dedicated his life to spreading the Message of Garabandal, is totally an incurably blind. But, through the above quote from a letter from the Garabandal visionary Conchita Gonzalez, Joey has the assurance that he will one day see. Conchita also quoted the Virgin as saying: The first thing he (Joey) shall see will be the miracle which my Son will perform through my intercession, and from that time on he will see permanently.
Joey qui a dédié sa vie à diffuser le Message de Garabandal est aveugle et vraiment incurable. Mais, à travers cette citation prise sur une lettre envoyée par la voyante Conchita de Garabandal, Joey a l’assurance qu’il verra un jour. Conchita cite aussi les paroles de la Ste Vierge : La première chose que Joey verra sera le Grand Miracle que Mon Fils fera par mon intercession, et à partir de ce moment-là, il verra de façon permanente.

Conchita has further explained that her understanding of the Virgin’s term, “new eyes,” is eyes as we know them – not necessarily spiritual vision – and that Joey’s new eyes “are to be used for the glory of God.”
Conchita a expliqué plus tard comment elle a compris les termes de la Ste Vierge : « nouveaux yeux » ce sont les yeux dans le sens où nous le connaissons -pas nécessairement une vision spirituelle – et que les « nouveaux yeux » de Joey seront « utilisés » pour la gloire de Dieu.

Cette dernière précision de la part de Conchita est importante….  » pas nécessairement une vision spirituelle »…. mais ça peut-être cependant « une vision spirituelle » !

Garabandal est une terre « apocalyptique »…. or, que lit-on dans l’Apocalypse … »Voici je fais toutes choses nouvelles » Apocalypse 21,7
ch. 21 et 22 : « …je vis une nouvelle Terre, de nouveaux Cieux…… » Après la fin des temps, le ciel et la terre actuels seront remplacés par les Nouveaux Cieux et la Nouvelle Terre. Le lien éternel d’habitations des croyants sera la Nouvelle Terre. La Nouvelle Terre est le « Paradis » dans lequel nous passerons l’éternité.
Mais alors ces « nouveaux yeux« …. expression étrange pour dire qu’il va « recouvrer la vue », non ?!…. le Christ quand il guérissait l’aveugle, ne lui donnait pas de nouveaux yeux ; ce n’est écrit nulle part dans l’Evangile… Vous objecterez : « oui mais Joey n’avait plus de globes occulaires ! »Coïncidence, le jour de la mort de Joey (le 18 !), un prêtre me parlait d’une religieuse miraculée qui a recouvré la vue…. sans rétine ! chose normalement impossible. Et pourtant….Dieu peut tout et donc « nouveaux yeux » peut effectivement signifier se retrouver au Ciel le jour du Grand Miracle !
 
 
1ère question :
Joey aurait-il mal interprété la prophétie donnée par Conchita ? se serait-il réjoui trop vite ?
 
2nde question :
La mort de Joey sera-t-elle l’unique élément déclencheur de la désertion de Garabandal ?
Ainsi est-il prophétisé à Conchita qu’on ne l’a croira pas au moment du Miracle, même ses proches ne la croiront plus….parce que la prophétie sûrement mal interprétée remet tout en question dans l’esprit des fidèles ?
 
3nde question :
Faut-il s’attendre à une condamnation de Garabandal par l’évêque du lieu puisqu’il sera vite informé par Don Rolando de la mort de Joey ?
Déjà, la messe en latin est interdite à Garabandal depuis quelques mois…. des barrières ont aussi été installées autour des Pins…. 
 
Patience et prièreles événements sont proches… après le synode !

Publié dans I- Joey Lomangino, J- Infos Divers, Non classé | 3 Commentaires »

- Garabandal … n’est pas nécessaire pour aller au Ciel !

Posté par sexto le 8 juin 2014

Garabandal … n’est pas nécessaire pour aller au Ciel !

 

Ni Fatima d’ailleurs !

 

Un prêtre nous parlait récemment de Fatima … où des milliers de personnes ( croyants , septiques , curieux tout simplement ) le 13 octobre 1917 , ont répondu à la promesse d’un miracle du Ciel , et prévenus six mois à l’avance , ont vu la danse du soleil . La Vierge n’avait prédit , ni conversions , ni guérisons …. juste un miracle . N’ attendant ni la reconnaissance de l’Eglise , n’écoutant ni les craintes de leurs curés , ni les sages conseils de leurs familles , ceux qui avaient la Foi au cœur se sont acheminés , à pied , à cheval ou en charrette pour uniquement «  voir «  un miracle .

Les témoignages que l’on peut lire montrent à quel point la foule fût bouleversée , convertie pour certains et remplie de sérénité quand l’astre du jour est revenu à sa place . Et encore , bien des choses nous échappent … combien de conversions , de changements de vie , de guérison ? Je ne me hasarderai pas à en donner le détail .

Cela ne fût «  qu’une danse du soleil » , s’il est permis de s’exprimer ainsi en parlant du Ciel !

A Garabandal , où la promesse nous a été faite d’un miracle tel que le monde n’a pas connu ( après l’Eucharistie) et ne connaîtra plus … il ne se trouvera pas grand-monde à se déplacer à la rencontre de ce cadeau céleste ?

Et quel cadeau !

Un cadeau ne se refuse pas , on l’accepte avec reconnaissance , avec joie , surtout quand on sait que tous , autant que nous sommes , n’avons rien fait de particulier pour le mériter … si ce n’est d’avoir le désir profond d’être à Garabandal , le Jour venu .

Mais , me direz-vous , Garbandal est fait pour les malades et les incroyants , ceux qui ont déjà la Foi , iront ou n’iront pas voir le Grand Miracle : c’est une affaire personnelle et surtout non indispensable pour gagner le Ciel . Personne ne le nie d’ailleurs .

Mais alors on se dit que , sans doute , le Père Ramon Andreu , le Père Pio n’avaient pas la Foi … pour avoir eu l ‘insigne faveur de voir le Grand Miracle par anticipation ? J’ ose à peine mentionner le fait que le pape verra ( toujours ce Grand Miracle ) d’où qu’il sera … Foi ou pas foi , le grand Miracle concerne donc tout le monde .

A Garabandal , N.D. Du Mont Carmel a prédit , entre autres , :«  les malades seront guéris , les incroyants croiront » ( c’est un résumé des différends passages concernant cette annonce ) . Mais Elle n’ a dit nulle part qu’il fallait amener le maximum de malades et d’incroyants , ni que ceux qui avaient la Foi pouvaient s ’en passer si cela leur convenait . En parlant des incroyants , Elle a dit «  ce sont aussi mes enfants » .

Ah , si les incroyants sont aussi les enfants de cette tendre Mère , nous , les enfants , qui avons la Foi , nous n’accourions pas à ses pieds le moment venu ?

Quand on connaît la portée eschatologique de cette importante apparition mariale , taillée à la mesure des Evènements qui nous attendent , on devrait avoir la conviction enracinée au fond de notre cœur , qu’il ne faut « rater » ce Grand Miracle sous aucun prétexte . Il nous est accordé pour devenir meilleur , pour nous armer face à la terrible punition qui va frapper l’humanité . Un détail …

Nous n’aurions rien de trop d’un supplément de grâces et de forces , car qui peut prétendre conserver sa Foi quand sonneront les charges de l’ennemi ?

Dire qu’on a la foi et ne pas se bouger plus que ça quand le Ciel nous invite à venir , c’est bien la preuve qu’on a pas encore la foi à transporter les montagnes !

Car , en s’imaginant avoir une foi solide , ne prendrions-nous pas le risque de ressembler à tous ces nombreux cardinaux , évêques et prêtres qui sont sur le chemin de la perdition et qui entraînent avec eux beaucoup d’âmes , comme l’a précisé la T.S.Vierge . Or , tout ce monde là prêche à temps et à contre-temps , qu’il faut garder la foi en Dieu , qu’il faut sans cesse l’augmenter , que le danger de la perdre est grand …. etc . Ils ont raison , et malgré la foi qu’ils sont censés avoir , la Vierge ne serait pas mécontente de les voir à ses pieds , ce jour-là .

Cela confirme bien que le peu de foi qu’on s’imagine avoir , ne nous dispense , en aucun cas , de répondre à l’invitation de Marie .

Bien sûr qu’il faudrait que soient là-haut le maximum de malades et d’incroyants , en plus de la foule des garabandalistes … mais , pour que les malades y soient , il faut que leurs accompagnateurs aient assez de Foi pour les y amener malgré les nombreux obstacles que tout un chacun peut imaginer .

Quant aux incroyants , et bien ce n’est pas chose aisée que de les convaincre , huit jours avant , de lâcher travail , famille etc pour un hypothétique miracle , dans un trou perdu ! Personnellement , nul n’arriverait à m’emmener à assister à quoi que ce soit de « miraculeux » dans un endroit préconisé par des Témoins de Jéhovah , par exemple !

 

L’invitation faite aux malades de se rendre à Garabandal le jour J ne nous concerne peut-être pas directement . Mais là encore réfléchissons un peu . Etre apparemment en bonne santé ne signifie en aucun cas qu’on est pas malade . En effet , celui qui couve un cancer , une maladie nerveuse , voire une dépression , est un malade qui s’ignore . Alors à quoi bon se vanter d’être en bonne santé quand on sait que la santé ne tient qu’à un fil !!

A ce sujet , un excellent prêtre , de surcroît marial , a trouvé une parade quasi inattaquable et même louable pour refuser d’aller à Garabandal alors qu’il est atteint d’une maladie incurable . Il préfère soulager sa maladie avec l’aide , toute relative et passagère de son médecin , que de consulter une fois pour toute son Créateur qui la lui offre de bon cœur . Le motif de son refus est qu’il considère sa maladie comme une croix ( jusque là , il a raison ) et qu’il entend la porter jusqu’à sa mort . On frôlerait presque la sainteté parfaite , ou pour le moins un motif de canonisation .

Mais voilà , un saint ne choisit pas sa croix . Si le Bon Dieu lui propose de la lui enlever , il devrait l’accepter avec gratitude puisque tel est le désir du Sauveur . Rien n’empêche d’ailleurs , par la suite , que le Bon Dieu ne lui en propose une autre , encore plus lourde à supporter !

En réalité , qui veut faire l’ange , fait la bête … !

 

Joey Lomangino , depuis sa conversion , n’a cessé , tant qu’il l’a pu , de voyager de par le monde pour annoncer Garabandal ; bien entendu il parle de la porté du message de Garabandal au quotidien tant que de l’annonce de l’Avertissement-Grand Miracle – Châtiments .

Nous aurions effectivement grand-tort de ne pas vivre chrétiennement comme l’a demandé la Vierge de Garabandal ; mais de là à vouloir se passer du Grand Miracle , sous prétexte qu’on a la foi : cela ne va pas ensemble . Et ce n’est pas ce que le Ciel a demandé .

Bien de nos aînés ont cru pouvoir assister au Grand Miracle … et ont déjà quitté cette terre ; d’autres vont les suivre . D’autres encore seront trop seuls ou trop malades pour se déplacer ou ne pourront pas , humainement , le faire ,c’est certain, mais là encore rien ne les dispense de garder le désir et l’espoir de s’y rendre .

 

Il n’est donc pas question de juger ici les raisons invoquées par les uns et les autres . Chaque personne se jugera elle même quand elle comprendra ce qu’elle a perdu en ne se déplaçant pas pour ce Grand Jour ; il va de soi que je parle pas de ceux qui ne croient pas à Garabandal , ou qui n’en ont jamais entendu parler pour différentes raisons ! On peut juste déplorer , charitablement ( ! ) , que bien des garabandalistes convaincus de la véracité de cette apparition mariale , n’éprouvent pas une irrésistible envie de répondre à ce cadeau céleste .

Je me dois de préciser que je ne me suis pas senti « appelé » pour aller voir le Grand Miracle annoncé . Je serai peut-être mort , ou tout comme … mais , à ce jour , je désire y aller et j’en demande la grâce tous les jours . Bien sûr , Dieu est le seul Maître …. mais j’espère qu’à force de lui « casser les oreilles » Il finira sans doute par m’exaucer au-delà même de tout ce que je pouvais espérer . N’a t-il pas dit : « demandez et vous recevrez » ?

Quand il y va de Sa gloire et de notre salut ( ô combien ! ) comment peut-on même imaginer qu’Il fasse la sourde oreille ?

 

La conclusion rejoint bien le début de cette longue tirade : il n’est pas nécessaire de croire en Garabandal pour aller au Ciel !

 

A chacun de voir … cela reste vrai . Et puis , après tout , l’homme n’est pas non plus « obligé » d’aller au Ciel , cadeau suprême , s’il en est , mais que beaucoup de croyants et d’ incroyants , trouvent moyen de refuser … Dieu nous laisse libre ! 

Que la Vierge marie , Epouse du Saint-Esprit nous obtienne la grâce d’y voir clair .

Publié dans E- Garabandal, Terre Sainte... | Pas de Commentaires »

- Pour mériter le Ciel

Posté par Pèlerin le 10 octobre 2013

NOUS NE NOUS FIGURONS PAS A QUEL POINT NOUS OFFENSONS LE SEIGNEUR.

« La Vierge m’a dit que le monde sait bien qu’il y a un Ciel et un Enfer.
Mais ne voyons-nous pas qu’on y pense seulement par crainte et non par amour de Dieu? »
(Conchita au Père Laffineur)

Lors de la dernière Apparition de Notre Dame de Garabandal,
Conchita était si triste qu’elle Lui demanda de l’emmener avec Elle…
Mais la Sainte Vierge lui répondit que ce n’était pas l’heure, que ses mains étaient vides….
vides de bonnes actions, de sacrifices, de prières….
« Avant tout, il faut être bons ! »
C’est la première chose que Notre Dame nous demande, la charité !
La charité envers Dieu et envers son prochain
pour remplir nos mains et mériter le Ciel.

Ci-dessous, une petite note sur le Ciel, tirée du « Catéchisme Populaire du Professeur Spirago »
aux Editions Pamphiliennes.

***

LE CIEL

1/ Le Ciel est le séjour de la béatitude éternelle

Le Christ donna à ses apôtres un avant-goût du Ciel sur le Thabor (St Mathieu 17)
Le Ciel s’ouvrit au baptême de Jésus. St Etienne vit le Ciel ouvert (Actes des apôtres 7, 55). St Paul fut ravi au Ciel (II Cor. 12, 2)

Le Ciel est à la fois un lieu et un état.

Comme lieu il est, selon quelques théologiens, au-delà du monde sidéral. Ce n’est qu’une opinion, mais elle est fondée sur la tournure des paroles du Christ : qu’il est descendu du Ciel, qu’il y remonterait, qu’il en reviendrait.
Le Ciel est aussi un état de l’âme ; il consiste dans la vision de Dieu (St Mathieu 18, 10), dans la paix et le bonheur de l’esprit.
Quand les anges et les saints nous visitent ici-bas, ils ne cessent donc pas d’être au Ciel, car ils ne peuvent pas être privés de la vision de Dieu (St Bernard). Jésus-Christ est le roi du Ciel. « Je suis roi, disait-il à Pilate, mais mon royaume n’est pas de ce monde ».
Le bon larron reconnaissait que cette royauté quand il disait au Sauveur : « Seigneur ! Souvenez-vous de moi quand vous serez dans votre royaume ». (St Luc 13,42)
Au Ciel, nous verrons les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme (St Jean 1, 51). Au Ciel les anges adorent le Christ.

Le Ciel est notre vraie patrie ; ici-bas nous ne sommes que des étrangers (II Corinthiens 5, 6), c’est la vérité que nous représentent les processions.

Les joies du Ciel sont ineffablement grandes ; les élus sont libres de tout mal, ils jouissent de la vision de Dieu et de l’amitié de tous les habitants du paradis.

En comparaison de la félicité éternelle, notre vie actuelle est plutôt une mort. (St Grégoire le Grand) . Les joies des élus sont si grandes, que toutes les tortures des martyrs n’en mériteraient pas une seule heure. (St Vincent Ferrier).
Nous jouirons au ciel du bonheur même de Dieu ; car nous y serons participants de la nature divine (II St Pierre 1, 4), nous lui serons semblables. Nous serons transformés au ciel, comme le fer dans la fournaise.

La divinité se reflètera dans chaque âme,, comme le soleil du matin dans les millions de gouttes de rosée.
Au Ciel, luit une lumière éclatante (1 Tim. 6, 16), on y entend les cantiques des anges, les saints y portent des vêtements blancs (Apoc. 7, 14), ils y reçoivent une magnifique couronne de la main de Dieu (Sagesse 5, 17).

Les saints possèdent une entière liberté et sont établis sur tous les biens de Dieu (St Mathieu 25, 21) ; ils sont là où est le Christ, qui leur rend au centuple ce qu’ils ont abandonné pour lus cette terre. (St Mathieu 19, 29)
Les élus sont libres de tout mal. Il est plus facile d’énumérer les maux dont ils sont délivrés, que les joies dont ils jouissent (St Augustin). Ils ne souffrent ni de la faim, ni de la soif (Apoc. 7, 16), au Ciel il n’y aura plus ni mort, ni deuil, ni gémissement, ni douleur, ni nuit. Ils seront incapables de pécher ; leur volonté sera absorbée par celle de Dieu, comme une goutte d’eau mêlée à une coupe de vin en prend le goût et la couleur (St Bernard).

Les élus voient continuellement la face de Dieu (St Mathieu 18, 10) ; ils reconnaissent clairement l’immensité, les perfections et toutes les oeuvres de Dieu ; ils voient Dieu comme il est (I.K St Jean 3, 2) ; ils le voient face à face (1 Corinthiens 13, 12) ; ils voient Dieu non pas dans une image, mais il est aussi présent à leur intelligence que l’arbre à l’oeil qui le voit (St Thomas d’Aquin).

«  Se réjouir auprès de vous, Seigneur, de vous et à cause de vous, c’est en cela que consiste la vie éternelle. » (St Augustin).

Les élus, dit St Anselme, vous aimeront, Seigneur, autant qu’ils vous connaîtront !

Les saints s’aiment aussi les uns les autres ; ils sont tous un. (St Jean 17, 21). L’amour qui est la vie des élus au paradis est si grand que l’élu le plus étranger à nous, nous aime encore plus que des parents n’aiment leurs enfants ici-bas. L’amour seul distingue les enfants du royaume céleste des enfants de perdition (St Augustin).
Et quelle joie n’éprouverons-nous pas quand nous retrouverons là-haut nos parents et nos amis après une cruelle séparation !

Les joies du Ciel durent éternellement.

Les justes, dit Jésus, entreront dans la vie éternelle, c’est-à-dire dans une vie bienheureuse qui n’aura pas de fin. Le St Esprit leur restera éternellement uni (St Jean 14, 16), personne ne pourra leur enlever leur joie (St Jean 10; 29).

Le bonheur des saints varie en proportion de leurs mérites.

Le maître dans l’Evangile établit sur 10 villes le serviteur qui a gagné 10 talents et sur 5 villes celui qui a gagné 5 talents. (St Luc 19, 16). Ce maître, c’est Dieu qui récompense par un bonheur plus grand celui qui a accompli plus de bonnes oeuvres. Par là, il glorifie la perfection de sa justice. Celui, dit St Paul, qui sème avec parcimonie, recueillera peu, celui qui sèmera avec largesse, fera une riche moisson. (II Corinthiens 9, 6).Les justes voient tous Dieu clairement, mais l’un voit plus parfaitement que l’autre en raison de ses mérites (concile de Florence).

Autre est l’éclat du soleil -Jésus-Christ-, autre celui de la lune -Marie-, autre celui des étoiles -les saints- (1 corinthiens 15, 41).

Le même soleil est vu plus fixémement par l’aigle que par les autres oiseaux. Le feu réchauffe plus ceux qui en sont rapprochés, que ceux qui en sont éloignés. Il en est de même au ciel ; la connaissance de Dieu, la charité, les délices sont plus grandes chez un saint que chez l’autre ; le plaisir est en effet en proportion de la connaissance.

La béatification, la canonisation, la célébration d’une fête, les invocations, le saint sacrifice et les actes vertueux offerts à Dieu en l’honneur d’un saint, contribuent à sa félicité.

2/ Le Ciel n’est accordé qu’aux Âmes parfaitement pures de péchés et de peines du péché

Les âmes seules entreront au ciel qui n’auront commis aucun péché après le baptême, ou qui ayant péché, auront complètement expié leurs fautes, soit sur terre, soit au purgatoire.
Rien d’impur n’entrera dans le ciel.

Le Ciel n’a été ouvert que par la mort du Sauveur ; les âmes des justes furent obligées d’attendre leur rédemption dans les limbes.

On gagne le Ciel par la souffrance et les victoires sur soi-même.

Il n’y a pas de bonheur éternel sans victoire sur soi-même ; le royaume des cieux est semblable à un trésor ou à une perle précieuse ; pour les acquérir il faut tout donner (St Matthier 13, 44), c’est à dire rompre toute attache désordonnée aux choses terrestres. On n’obtient un grand salaire que par de grands efforts (St Grégoire le Grand).

Le royaume des cieux souffre violence (St Matthieur 11, 12) ; la porte et la voie qui conduisent à la vie sont étroites.

Celui qui recherche les plaisirs et les jouissances de ce monde sera damné et celui qui s’efforcera de s’en détacher sera sauvé. Mais plus notre salut nous coûtera d’efforts, plus notre joie sera grande, car une joie méritée réjouit doublement !

Pour les justes, le Ciel commence partiellement dès ici-bas.
En cherchant la vie éternelle, ils en jouissent déjà. (St Augustin).
Les justes possèdent la véritable paix de l’âme (St Jean 14, 28), cette paix de Dieu qui dépasse toute intelligence ; aussi sont-ils toujours gais, même quand ils jeûnent (St Matthieu 6, 17) ou quand ils souffrent.

Quiconque pense au Ciel, sera sûrement patient dans les épreuves et méprisera les choses et les plaisirs de ce monde. Pensez à la couronne et vous souffrirez volontiers (St Augustin)

En méditant les choses célestes, celles du monde nous paraîtront futiles (St Grég. Gr.)

Celui qui est sur le sommet d’une montagne ne voit pas les objets dans la vallée ou ne les voit que très petits (St Jean Chrysostome) ; l’oiseau qui vole très haut est hors d’atteinte du chasseur.

Saint Augustin       St Grégoire le Grand     Saint Anselme

***

Publié dans A- Message de ND (commentaires), G- Hors de l'Eglise, point de Salut !, H- Les voyantes | Pas de Commentaires »

- Bilan de 6 mois de pontificat

Posté par Pèlerin le 30 septembre 2013

(…)En tant que catholique, me voir en conscience dans l’obligation d’émettre des critiques vis-à-vis du Pape constitue pour moi une douleur immense, un véritable déchirement du cœur. Et en tant qu’Argentin, la douleur et l’angoisse n’en sont que plus profondes et plus aigües.(…)

I. La question de l’Islam.

Le Pape a adressé aux musulmans un message de vœux  pour la fin du ramadan. Jamais l’Eglise Catholique n’avait fait cela avant le Concile Vatican II. La raison en est très simple et évidente pour tout catholique n’ayant pas encore complètement perdu son sensus fidei : les actes des autres religions n’ont aucune valeur surnaturelle et ils détournent leurs adeptes de la seule voie du salut, Notre-Seigneur Jésus-Christ. Comment ne pas frémir d’épouvante lorsque le Souverain Pontife dit aux adorateurs d’Allah que « nous sommes appelés à respecter la religion de l’autre, ses enseignements, ses symboles et ses valeurs » ? (…) [François] ne fait que poursuivre sur la voie novatrice introduite par Vatican II qui enseigne, dans la déclaration Nostra Aetate sur la relation de l’Eglise avec les religions non chrétiennes (hindouisme, bouddhisme, islam et judaïsme), que « l’Eglise Catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint (!!!) dans ces religions. (…) Et comment ne pas voir dans ce « dialogue » tant déclamé un véritable détournement de la seule attitude évangélique, qui est celle de l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, qui nous a dit très clairement ce qu’il nous incombe de faire en tant que disciples : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez et faites des disciples de toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit. »(Mt. 28, 18-20) Cette notion de « dialogue » avec les autres religions n’a aucun fondement scripturaire ni magistériel, et il n’est qu’un piège visant à dévoyer l’esprit missionnaire authentique, qui consiste à annoncer aux hommes leur salut en Jésus-Christ, et non pas dans un quelconque « dialogue » entre deux interlocuteurs placés sur un pied d’égalité, recherchant ensemble la vérité et s’enrichissant réciproquement. (… Lire la suite de ce §)

II. La question du Judaïsme.

 La première lettre officielle de François, le jour même de son élection, fut adressée au Grand Rabbin de Rome. Ce fait laisse songeur. La toute première lettre de son pontificat, envoyée aux Juifs ? Serait-ce du moins pour les appeler à se convertir et à reconnaître Jésus de Nazareth comme leur Messie et Sauveur ? Pas le moins du monde. Le Pape y invoque la« protection du Très-Haut », formule convenue qui dissimule les divergences théologiques, pour que leurs relations progressent « dans un esprit d’entraide renouvelé et au service d’un monde pouvant être toujours plus en harmonie avec la volonté du Créateur. » Deux questions me viennent à l’esprit. La première : comment peut-on s’entre-aider avec son ennemi, avec celui qui n’a qu’un seul but en tête : votre perte, en l’occurrence, et ce depuis bientôt 2000 ans, la ruine du christianisme, fondé selon eux par un imposteur, par un faux messie, et qui constitue l’obstacle qui fait barrage à l’avènement de celui qu’ils attendent, à propos duquel Notre Seigneur les avait mis en garde : « Je suis venu au nom de mon Père et vous ne m’avez pas reçu ; un autre viendra en son nom et vous le recevrez. » (Jean 5, 43) Saint Jérôme commente : « Les Juifs, après avoir méprisé la vérité en personne, recevront le mensonge, en recevant l’Antéchrist. » (Epist. 151, ad Algasiam, quest. II) Et Saint Ambroise : « Cela montre que les Juifs, qui n’ont pas voulu croire en Jésus-Christ, croiront à l’Antéchrist. » (In psalm. XLIII) Maintenant que l’obstacle politique qu’incarnait la Chrétienté a été supprimé par le déferlement révolutionnaire, nous assistons à la suppression progressive de l’obstacle religieux, à savoir la Papauté, gagnée qu’elle est, depuis plus d’un demi-siècle, par les idées révolutionnaires. Et cet obstacle à la manifestation de l’Homme d’Iniquité, ce mystérieux katejon dont parle Saint Paul (2 Thes. 2,7) et qui retarde son avènement, me semble être justement la Papauté, lumière des nations et maîtresse de vérité. Ce n’est que lorsque cet obstacle aura disparu que « se révélera l’impie » (2, Thes., 2, 8) Et ce n’est pas moi qui prend plaisir à fantasmer sur la pénétration des idées révolutionnaires à Rome. Ceux qui ont travaillé activement à l’aggiornamento de l’Eglise, à son adaptation au monde moderne, ce qui a été le but principal recherché par Vatican II, sa « ligne directrice » (Paul VI, Ecclesiam suam, 1964, n° 52), ne s’en cachent pas. (… Lire la suite de ce §)

III. François et la « laïcité » de l’Etat.

 Il convient d’avoir présent à l’esprit que le « principe de laïcité » est la pierre d’angle de la pensée illuministe, celle par laquelle Dieu est banni de la sphère publique, l’Etat ne tenant  plus compte de la loi divine ni du magistère ecclésial dans l’exercice de ses fonctions, agissant désormais de façon totalitaire car refusant de reconnaître toute  instance morale au-dessus de lui-même susceptible de l’éclairer intellectuellement et de l’orienter moralement dans son action : loi divine, loi naturelle, loi ecclésiastique. L’Etat moderne entend alors devenir absolument indépendant de toute transcendance dans son action, la seule source de légitimité reconnue par lui étant  la volonté générale et, par conséquent, la loi positive que les hommes se donnent à eux-mêmes. La séparation de l’Eglise et de l’Etat est l’aboutissement logique de ce principe, selon lequel l’Etat, c’est-à-dire, la société politiquement organisée, n’a pas à rendre à Dieu le culte public qui lui est dû,  ni à respecter la loi divine dans sa législation ni à se soumettre aux enseignements de l’Eglise en matière de foi et de mœurs. Il va sans dire que cela n’a rien à voir avec la légitime autonomie dont la société civile jouit à l’endroit du pouvoir religieux dans sa propre sphère d’action, à savoir, celle de la recherche du bien commun temporel, sachant que celui-ci est essentiellement ordonné à celle du bien commun surnaturel, à savoir, le salut des âmes : c’est la doctrine catholique traditionnelle de la distinction des pouvoirs spirituel et temporel et de la subordination indirecte de ce dernier au premier. La laïcité s’oppose à cet ordre naturel des choses et constitue une machine de guerre en vue de la déchristianisation des institutions, des lois et de la société dans son ensemble. Le grand artisan de la prétendue neutralité religieuse de l’Etat, l’idéologue de la « non-confessionnalité » du pouvoir politique est la franc-maçonnerie, ennemi juré de la civilisation chrétienne. Mais ladite « neutralité » n’est qu’un leurre, car le pouvoir temporel ne saurait en aucun cas se passer d’une instance morale où il puise les principes d’ordre moral qui régissent son activité. La République Laïque n’est neutre en matière spirituelle et morale qu’en apparence, puisqu’elle reçoit ses principes de la Contre-Eglise, à savoir, de la Franc-maçonnerie : « La laïcité est la pierre précieuse de la Liberté. (… Lire la suite de ce §)

IV. L’idéologie homosexualiste.

 Lors d’une conférence de presse tenue dans l’avion entre Rio de Janeiro et Rome, de retour des JMJ, François a prononcé cette phrase : « Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? » Elle est  hautement ambigüe et sème le trouble. Tout d’abord, le terme gay est très connoté, car il ne désigne pas seulement les personnes homosexuelles, mais celles qui revendiquent ouvertement la « culture » et le style de vie de l’impureté homosexuelle, à l’instar de la tristement célèbre Gay Pride. Il aurait dû parler d’une « personne ayant une inclination homosexuelle » et s’empresser d’ajouter, pour lever tout risque de malentendu, que si l’on ne juge pas moralement la personne ayant cette tendance, les passages à l’acte constituent, en revanche, des comportements gravement désordonnés moralement. Or, étonnamment il ne l’a pas fait, et le lendemain l’immense majorité de la presse mondiale a titré son article sur la conférence de presse du Pape en reprenant textuellement la question formulée par François. Peut-on parler de maladresse chez un homme maîtrisant parfaitement les situations de communication médiatique ? On a du mal à le croire…Et quand bien même cela aurait été le cas, il aurait fallu, je le répète, lever aussitôt l’ambigüité en faisant les précisions qui s’imposaient. Mais il n’y a hélas pas eu que cela à signaler. François a en outre affirmé que ces personnes « ne doivent pas être discriminées, mais intégrées dans la société. » Pardon, mais de quelles personnes parle-on ? De celles se revendiquant « gay » ou de celles éprouvant cette pénible inclination sans faute de leur part et s’efforçant de vivre décemment? Encore une ambigüité semant le trouble, et qui n’a pas non plus été levée…Mais au-delà de cette ambigüité très fâcheuse, il y a le fait que ces propos sont purement et simplement faux. Ils s’inscrivent dans le cadre de l’idéologie égalitariste et « contre les discriminations » qui sévit dans les rangs du féminisme et de l’homosexualisme, machine de guerre pour justifier, entre autres aberrations, le « mariage » homosexuel. Même dans le cas de personnes ayant seulement l’orientation homosexuelle mais vivant chastement, il est parfaitement juste d’opérer des discriminations tout à fait légitimes et raisonnables, et c’est ce que l’Eglise a d’ailleurs toujours fait concernant le sacerdoce, la vie religieuse et l’enseignement des enfants. (… Lire la suite de ce §)

V. François et la Franc-maçonnerie.

En 1999 le cardinal Bergoglio fut élu membre honoraire du Rotary Club de la ville de Buenos Aires. En 2005, il reçut le prix annuel que le Rotary attribue à l’homme de l’année, le Laurier d’argent. Le Rotary, fondé à Chicago en 1905 par le franc-maçon Paul Harris, est une association philanthropique laïque dont les liens avec la franc-maçonnerie sont bien connus. C’est une pépinière de franc-maçons et le cadre dans lequel se déploient leurs initiatives « caritatives ». Un nombre très élevé de rotariens appartiennent aux loges, au point que le Rotary Club, tout comme le Lion’s Club, sont considérés comme étant les cours extérieures du temple maçonnique. Voici ce que disait l’évêque de Palencia, Espagne, dans une déclaration officielle : « Le Rotaryprofesse un laïcisme absolu, une indifférence religieuse universelle et tente de moraliser les personnes et la société au moyen d’une doctrine radicalement naturaliste, rationaliste et même athée. » (Bulletin ecclésiastique de l’évêché de Palencia, n° 77, 1/9/1928, p. 391) Cette condamnation fut confirmée par une déclaration solennelle de l’Archevêque de Tolède, Le Cardinal Segura y Sáenz, Primat d’Espagne, le 23 janvier 1929. Deux semaines plus tard, la Sacre Congrégation Consistoriale interdit aux prêtres à participer à des réunions rotariennes, en tant que membres et en tant qu’invités : c’est le fameux non expedire du 4 février 1929. Cette interdiction serait renouvelée par un décret de la Congrégation du Saint Office du 20 décembre 1950. Le jour de l’élection pontificale du Cardinal Bergoglio, le 13 mars dernier, le Grand Maître de la franc-maçonnerie argentine, Angel Jorge Clavero, salua l’élection de l’Archevêque de Buenos Aires et le félicita chaleureusement. La loge maçonnique juive B’nai B’rith fit de même : « Nous sommes convaincus que le nouveau pape François continuera d’œuvrer avec détermination pour renforcer les liens et le dialogue entre l’église catholique et le judaïsme et poursuivra sa lutte contre toutes les formes d’antisémitisme », dit la loge française, tandis que celle d’Argentine affirma qu’ils reconnaissent en François « un ami des Juifs, un homme dévoué au dialogue et engagé dans la rencontre fraternelle » et se disent certains que pendant son pontificat « il pourra garder le même engagement et mettre à l’œuvre ses convictions dans la voie du dialogue inter-religieux. » Le directeur des affaires inter-religieuses de la B’nai B’rith, David Michaels, a assisté à la cérémonie d’investiture du nouveau pape, le 19 mars et le lendemain il a participé à l’audience donné par François aux leaders des différentes religions dans la salle Clémentine.(… Lire la suite de ce §)      

Pour conclure, il y aurait bien d’autres paroles et comportements pour le moins étranges et troublants de la part d’un Souverain Pontife et qui prêteraient à de longs développements, mais que par souci de brièveté je ne ferai pas ici, et dont voici seulement quelques exemples tirés d’une liste extrêmement bien fournie :

1. Le soir de son élection François s’est présenté comme étant l’Evêque de Rome, sans prononcer le mot « Pape ». Ce choix, répété depuis à plusieurs reprises, a été confirmé par la nouvelle édition de l’Annuaire Pontifical publié en mai dernier. En se qualifiant lui-même exclusivement du titre d’Evêque de Rome, et non plus de Pape, Souverain Pontife ou Vicaire du Christ, François pose un acte inédit et révolutionnaire qui porte atteinte à l’autorité du siège de Saint Pierre.

2. Lors des JMJ célébrés en juillet dernier à Rio de Janeiro, le Pape déclara durant une interview accordée à la télévision brésilienne que « si un enfant reçoit son éducation des catholiques, protestants, orthodoxes ou juifs, cela ne m’intéresse pas. » Ce qui l’intéresse, c’est « qu’ils l’éduquent et qu’ils lui donnent à manger. »  De tels propos se passent de commentaires. A condition de ne pas avoir perdu la Foi.

3. Le 16 mars 2013, à la fin de l’audience accordé aux journalistes du monde entier dans la salle Paul VI du Vatican, François leur a donné une bénédiction tout à fait atypique, une «  bénédiction silencieuse, respectant la conscience de chacun. » Le pape n’a pas daigné faire le signe de Croix sur la foule de journalistes ni n’a daigné prononcer le nom des Trois Personnes Divines. Jésus nous a enseigné tout autre chose : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez et faites des disciples de toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit. » (Mt. 28, 18-20) Le « respect de la conscience » dont parle François pour se dispenser d’exercer son autorité apostolique n’a aucun fondement scripturaire, n’appartient pas à la tradition patristique et n’a jamais été enseigné par le magistère de l’Eglise. C’est une notion qui prend ses racines chez les « philosophes des Lumières » et qui fait partie intégrante de l’enseignement illuministe pratiqué dans la Franc-maçonnerie. Dans son encyclique Mirari vos (1832) Grégoire XVI dit que de « cette source empoisonnée de l’indifférentisme découle cette maxime fausse et absurde, ou plutôt ce délire, qu’on doit procurer et garantir à chacun la liberté de conscience, erreur des plus contagieuses (…) que certains hommes, par un excès d’impudence, ne craignent pas de représenter comme avantageuse à la religion. »

4. Lors de cette même audience, il a dit qu’il souhaitait « une Eglise pauvre pour les pauvres. » C’est un souhait qui est novateur à tous points de vue et qui est étranger à l’enseignement et à la pratique de l’Eglise. « Marie prit une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, en répandit sur les pieds de Jésus et lui essuya les pieds avec ses cheveux, et la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Un de ses disciples, Judas Iscariot, celui qui devait le livrer, dit alors : -Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers pour le donner aux pauvres ? » (Jn. 12, 3-5)

5. Le 11 septembre François a reçu en audience privée le religieux péruvien Gustavo Gutiérrez, prêtre moderniste, gauchiste et subversif, celui qui avait été à l’origine du nom de la « théologie de la libération » grâce à son livre homonyme publié en 1971. Ce « théologien », complice des mouvements marxistes et tiers-mondistes latino-américains engagés dans la lutte armée révolutionnaire, considère que le salut chrétien passe par l’émancipation des servitudes terrestres : « La création d’une société juste et fraternelle est le salut des êtres humains, si par salut nous entendons le passage du moins humain au plus humain. On ne peut pas être chrétien aujourd’hui sans un engagement de libération », c’est-à-dire, sans avoir recours à une praxis historique marxiste ordonnée à l’émancipation révolutionnaire des masses « opprimées » socialement, au sein d’une « église populaire », qui, grâce à sa « conscience de classe », prend le parti de la lutte des pauvres contre la classe possédante et contre la propre hiérarchie ecclésiastique. Il est intéressant de noter que la semaine précédente L’Osservatore Romano lui avait consacré un long article à l’occasion de la parution en Italie d’un livre déjà édité en Allemagne en 2004 qu’il avait co-écrit avec Mgr. Gerhard Müller, actuel Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, appelé De la part des pauvres, théologie de la libération, théologie de l’Eglise.

6. Le jour de son élection, avant de donner sa bénédiction apostolique Urbi et orbi aux fidèles rassemblés sur la place Saint Pierre, il demanda à la foule de prier d’abord pour lui afin que Dieu le bénisse. La bénédiction ne vient donc plus directement d’en haut, à travers le Pape ayant reçu son investiture de droit divin, et qu’il fait ensuite descendre sur les fidèles : on est là face à un geste rappelant les principes démocratiques révolutionnaires, d’après lesquels le pouvoir émane du peuple, seule source de légitimité pour l’exercice de l’autorité.

7. Lors de son homélie à la maison Sainte Marthe du Vatican, le 22 mai 2013, François dit que le Seigneur a sauvé « tous les hommes » par le Sang du Christ, et qu’ainsi ils deviennent « enfants de Dieu, pas seulement les catholiques, tous, les athées aussi. » Grégoire XVI, dans l’encyclique citée précédemment, blâmait « l’indifférentisme, cette opinion funeste répandue par la fourbe des méchants qu’on peut, par une profession de foi quelconque, obtenir le salut éternel, pourvu qu’on ait des mœurs conformes à la justice et à la probité. »

8. Le Pape a organisé une journée de prière et de jeûne pour la paix en Syrie, ce qui en soi est quelque chose de louable. Seulement, cet appel est fait dans l’esprit du faux œcuménisme conciliaire deNostra Aetate et d’Assise puisqu’il étend cette invitation « à tous les chrétiens d’autres confessions, aux hommes et aux femmes de chaque religion, ainsi qu’à ces frères et sœurs qui ne croient pas. » Ceci est parfaitement contraire aussi bien à la doctrine qu’à la pratique constante de l’Eglise jusqu’à Vatican II. Voici ce que dit Pie XI à ce sujet : « (…) ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ (…) De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu’elles s’appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes ou louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s’égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient (…) La conclusion est claire : se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c’est s’éloigner complètement de la religion divinement révélée. » (Mortalium animos, Pie XI, 1928) François poursuit en disant que « la culture du dialogue est l’unique voix pour la paix. »  Or, cela suppose une conception erronée de la paix, car fondée sur une vision naturaliste de la vie et sur le pluralisme religieux : on est là face à de l’utopisme  humaniste et à une méconnaissance foncière de la nature humaine réelle, déchue et rachetée par le Sang du Christ, rédemption qui est communiquée aux hommes par son Corps Mystique, l’Eglise, en dehors de laquelle l’humanité, individuellement et socialement, reste prisonnière du pêché et sous l’emprise de Satan. Dans ces conditions, parler du « dialogue » comme étant « l’unique voie pour la paix » a quelque chose de grotesque et de profondément choquant. Veuillez m’excuser pour la longue citation que je suis obligé de faire pour prouver le bien-fondé de ma critique : « Le jour où Etats et gouvernements se feront un devoir sacré de se régler, dans leur vie politique, au-dedans et au-dehors, sur les enseignements et les préceptes de Jésus-Christ alors, mais alors seulement, ils jouiront à l’intérieur d’une paix profitable, entretiendront des rapports de mutuelle confiance et résoudront pacifiquement les conflits qui pourraient surgir (…) Il ne saurait donc y avoir aucune paix véritable -cette paix du Christ si désirée- tant que tous les hommes ne suivront pas fidèlement les enseignements, les préceptes et les exemples du Christ, dans l’ordre de la vie publique comme de la vie privée ; il faut que, la famille humaine régulièrement organisée, l’Eglise puisse enfin, en accomplissement de sa divine mission, maintenir vis-à-vis des individus comme de la société tous et chacun des droits de Dieu. Tel est le sens de notre brève formule : le règne du Christ. (…) Il apparaît ainsi clairement qu’il n’y a pas de paix du Christ que par le règne du Christ, et que le moyen le plus efficace de travailler au rétablissement de la paix est de restaurer le règne du Christ. » (Ubi arcano, Pie XI, 1922) Et encore : « Si les hommes venaient à reconnaître l’autorité royale du Christ dans leur vie privée et dans leur vie publique, des bienfaits incroyables -une juste liberté, l’ordre et la tranquillité, la concorde et la paix- se répandraient infailliblement sur la société tout entière. » (Quas primas, Pie XI, 1925)

9. Lors du lavement des pieds du Jeudi Saint, célébré dans un centre de détention pour mineurs de Rome, parmi les personnes représentant les douze Apôtres il y avait des femmes et des musulmans, ce qui contrevient gravement à la tradition liturgique. La Sainte Cène du Seigneur ne fut donc  pas célébrée dans la basilique de Saint Pierre, ni dans la cathédrale Saint Jean de Latran, en présence des fidèles romains et des pèlerins venus du monde entier, mais dans une prison, lieu totalement inconvenant, auprès d’une majorité de musulmans et de non-catholiques, dans une célébration liturgique confidentielle. Et comme par hasard, ce geste inouï de rupture de la tradition liturgique a justement eu lieu le jour où l’Eglise célébrait solennellement l’institution de la Sainte Eucharistie par Notre Seigneur Jésus-Christ.

10. Le 28 août le Pape reçut dans la Basilique de Saint Pierre un groupe d’environ 500 jeunes pèlerins du diocèse de Piacenza. A la fin, il leur demanda : « priez pour moi, parce que ce travail est insalubre, il ne fait pas de bien. »  La charge de Pasteur universel des âmes, de Vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ sur terre pour « paître ses brebis » (Jn. 21, 17) et « confirmer ses frères dans la Foi » (Lc. 22, 32) n’est pour lui qu’un travail, et de surcroît, il est insalubre…On n’avait jamais entendu un Souverain Pontife s’exprimer en de tels termes, où vulgarité et ridicule concourent à une désacralisation notoire du ministère apostolique pétrinien.

11. De même que la première lettre officielle de François n’eut pas pour destinataires des catholiques, mais les juifs de Rome, de même son premier voyage officiel a été en direction de gens appartenant à une autre religion : il a fait le choix d’un premier voyage hautement symbolique et extrêmement médiatique, aux allures de manifeste idéologique. En effet, il a choisi de se rendre à Lampedusa, en mémoire des immigrés clandestins musulmans qui se sont noyés en tentant de rejoindre cette île italienne depuis l’Afrique au cours des dernières 15 années. Et ce au moment même où l’Europe, entièrement déchristianisée, voit comment l’Islam devient de manière irrésistible la religion prépondérante grâce notamment à l’immigration massive de musulmans venant d’Afrique.

12. Suite à tous ces gestes et paroles politiquement très corrects et médiatiquement irrésistibles, François a été élu le 16 juillet « Homme de l’année » par l’édition italienne du magazine américain Vanity Fair. Et trois jours plus tard, c’est au tour du  magazine américain aussi Time de lui consacrer sa couverture en l’appelant « The people’s Pope », le « Pape du peuple ». Vanity Fair interroge des célébrités au sujet du Pape, qui sont fascinées par son humilité et son charisme. Ainsi le célèbre chanteur sodomite Sir Elton John déclare que « François est un miracle d’humilité dans une époque dominée par la vanité. J’espère qu’il saura faire parvenir son message jusqu’aux personnes les plus en marge de la société, je pense par exemple aux homosexuels. Ce pape semble vouloir ramener l’Eglise aux antiques valeurs du Christ, tout en l’accompagnant dans le XXI siècle. » Un autre « people » de renommée mondiale, le couturier pédéraste allemand Karl Lagerfeld, a dit pour sa part qu’il « aime bien le nouveau pape, il a l’air divin, avec un grand sens de l’humour » mais précise aussitôt ne pas avoir « besoin de l’Eglise » ni « la notion de pêché ni de l’enfer. »Concernant nos relations avec le monde, qui est « tout entier sous l’emprise du Malin » (1 Jn. 5, 19), Notre Seigneur nous a pourtant clairement prévenus : « Si le monde a de la haine pour vous, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ;  mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde a de la haine pour vous. »  

Je suis accablé de me retrouver en conscience contraint d’écrire tout ceci. Profondément attristé. Dévasté, pour tout vous dire. (…)

 Alejandro María.

Source: Reconquista: http://cristiadatradicinalista.blogspot.fr/

Publié dans C- La Fin des Temps, G- Hors de l'Eglise, point de Salut !, J- Infos Divers | 2 Commentaires »

- Avertissement et Grand Miracle : confirmation par le Père de Bailliencourt

Posté par sexto le 6 mars 2013

 

Une confirmation supplémentaire  pour le Grand Miracle et l’Avertissement

 

Voici ce que disait le Père Jean de Bailliencourt , ardent promoteur de la cause de Garabandal ,en ce qui concerne l’annonce du Grand Miracle et la venue de l’Avertissement  ( Appel des Pins , avril 1979 ) :

 

 » Les Evénements n’arriveront qu’à l’heure de Dieu et à celle de notre meilleur Bien ; il s’agit seulement d’ETRE TOUJOURS PRETS … » Como Dios quiere  – Comme Dieu voudra         » ; à Dieu vat !

 

Cependant veuillez avoir la tête froide et vous rappeler certaines choses ; reprenez l’Appel des Pins n°35(p5-6) ou encore le tract 02-07-78(p4) sur les évènements à venir qui doivent accompagner Avertissement et Grand Miracle … je n’en rappellerais ici que deux , sans en conserver l’ordre chronologique d’annonce , car il semble bien qu’ils peuvent s’accomplir dans l’ordre inverse :

 

1) Le premier : au cours d’une conversation , enregistrée le 16 janvier 1963 par Mr Ruiloba  ( Elle se rendit en hâte à la montagne , p 479 ) ; à Conchita qui lui disait qu’elle lui avait donné la date , Sérafin répond     :  » tu ne m’as pas dit la date elle-même ; tu m’as parlé d’un évènement qui , s’il arrive , m’indiquera que le Miracle est proche  » .

 

C’est à ce sujet que le Dr Puncerneau de Barcelone a interrogé Sérafin en 1975 :  » Après le déjeuner , j’essayais de tirer les vers du nez de Sérafin , car on disait qu’il savait par Conchita quand serait l’Avertissement .  » ( Le Dr Puncerneau se trompe : il s’agit du Miracle .Sérafin me l’a confirmé en octobre 1975 ) .  » J’en conclus  » continue le Dr Puncerneau « que s’il le savait , il ne voulait pas le dire .La seule chose que je tirai au clair fut qu’il serait précédé d’un évènement particulier dans l’Eglise; et après bien des questions , des déductions , je crus comprendre d’après ce qu’il me dit obscurément que ce serait quelque chose de semblable à un schisme . Ou moi je le compris ainsi …  »

(Crise de l’Eglise et Garabandal )

Le 26 juin 1967 , Sérafin confiait au Père Laffineur (Etoile dans la montagne ,p212 ) :  » A mon sens le Miracle viendra quand la confusion sera plus grande encore dans l’Eglise « .

Il précisait à un ami le 16 août 1975 :  » L’Eglise doit tomber plus bas encore  » .

Enfin , en octobre 1975 , il m’ajoutait   :  » Je n’ai jamais prononcé le mot de « schisme  » que l’on m’attribue : c’est une erreur du Dr Puncerneau ; mais c’est bien un évènement ecclésiastique qui doit arriver avant le Miracle ; avant ou après l’Avertissement , je ne sais  » .

 

2) Le second : Il a été annoncé le jeudi 6 décembre 1962 :  » Un jour , peu de temps avant le Miracle , surviendra un évènement qui provoquera de nombreuses désertions parmi les fidèles de Garabandal ; mais ces désertions ne seront pas dues à ce que le Miracle tarde à venir «  ( Elle se rendit en hâte à la Montagne , p 444 ).

Première hypothèse :

L’évènement  » ecclésiastique  » indiqué à l’instant

Deuxième hypothèse :

Qui devient de plus en plus possible et probable : l’Avertissement peut ne pas arriver avant l’annonce du Miracle 8 jours avant ! Il peut n’avoir lieu qu’entre l’annonce et le jour même ! On peut deviner aisément l’inquiétude et l’angoisse de Conchita … ! Ce serait alors la réalisation ( non encore accomplie ) de cette locution prophétique de Notre-Seigneur à Conchita le 13 février 1966 à Pampelune :  » Tu souffriras beaucoup avant le Miracle , car peu de gens te croiront . ta famille elle-même croira que tu les a trompés …  »

On conçoit bien alors que sa famille croira avoir été trompée par Conchita et que personne ne croie à l’annonce du Miracle si elle n’a pas été précédée par l’Avertissement ….

Bref , que nous reste -t’il à faire ? toujours la même chose ! Comme nous avons la tête dure , pour ne pas avoir encore compris et nous tenir tranquille !

 

NOUS DEVONS INTENSIFIER NOTRE PREPARATION AFIN D’ETRE PRETS A L’HEURE  » H  » …. «  Yo hare todo  » a dit Notre-seigneur à Conchita ( 13 02 66 ) . « 

 

Pourquoi ne pas tenir compte de l’avis du Père de Bailliencourt ? Ne l’oublions pas quand viendra l’heure de l’annonce du Grand Miracle …

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | 2 Commentaires »

- Tous appelés à vivre le Grand Miracle ?

Posté par Pèlerin le 29 mai 2012

Le Grand Miracle… y sommes-nous tous appelés ? Ce sera une chance pour ceux qui pourront y être, qui seront invités par le Ciel.

Réflexion qui peut surprendre mais mûrie depuis quelque temps.

Le Ciel a fixé un Rendez-Vous à Garabandal.

Certains préparent déjà activement leur voyage au Grand Miracle, se sont inscrits auprès d’Associations ou ont l’intention d’y aller par leurs propres moyens. C’est bien !
D’autres aimeraient y être mais ne peuvent pas (faute de possibilités physique ou matérielle). J’entends déjà des cris derrière certains écrans….
« Pèlerin, t’es dingue ! Des associations ont tout prévu ! »          fryingpan       

Je vous rassure, j’ai toute ma tête.       Okay

Voyons les choses telles qu’elles sont : un grabataire sur son lit d’hôpital à l’autre bout du monde, pourra-t-il venir ? peut-on lui en vouloir de ne pas être à Garabandal pour le Grand Miracle ? non ! là, il faudrait être fou pour ne pas comprendre.
Une famille pauvre, dans un petit village perdu d’Afrique, n’aura pas le sou pour se payer le voyage. Doit-on lui en vouloir ? non, impossible !
Une bonne famille catholique française, aisée, 8 enfants, vivant non loin de la frontière espagnole n’a pas l’intention de se rendre à Garabandal. Doit-on leur en vouloir ? non ! pourquoi ? parce que c’est leur choix. Ils sont riches. Et alors ? Le Ciel les a-t-il invités à Garabandal ou mieux dit, se sentent-ils appelés à aller au Grand Miracle ?

Car voilà… quel est le sens de ce Grand Miracle ?
Tout d’abord, regardons ce qu’a dit la Sainte Vierge : « les malades seront guéris et les incroyants convertis ».

Première constatation, sont concernés les malades et les incroyants. Ce qui ne veut pas dire bien sûr que les personnes en bonne santé ou croyante ne doivent pas y aller.
Deuxième constatation : Deux miracles particuliers sont prophétisés à Garabandal ; Joey Lomangino doit retrouver la vue et l’on doit retrouver le corps intact du Padre Luis Andreu le lendemain du GM. Si ces prophéties se réalisent, nul ne pourra contester la grandeur de ces miracles : un handicap et une mort connus depuis 50 ans et donc des faits qui ont eu le temps d’être propagés à travers le monde.
Troisième constatation : cela ne rappelle-t-il pas la vie du Christ sur terre ? Quand il était au milieu des hommes et qu’il guérissait les malades, les paralytiques, convertissait les riches (Zachée), ressuscitait les morts (Lazare) ?… Ne vous a-t-on pas déjà dit que Garabandal est la nouvelle Terre Sainte ? le lieu où des miracles vont se produire, des miracles éclatants et dont les « bénéficiaires » devront par la suite témoigner, car là est la véritable guérison ?
Les miraculés de Garabandal seront alors les futurs témoins de la Toute-Puissance de Dieu, de Son Amour, de Sa Miséricorde, de Sa Royauté. A travers ces miraculés, ce seront les nouveaux « disciples » qui auront à témoigner du Grand Miracle de Garabandal et de la nécessité de revenir à Dieu.

Conclusion : il faut conduire le plus possible de malades et d’incroyants à Garabandal, le plus possible selon les possibilités matérielles et physiques. Mais ce sont ces miraculés qui auront à témoigner comme au temps du Christ.
Et donc, toutes les personnes qui veulent y aller, qui se sont inscrites auprès des Associations, ont très bien fait. Mais ce qui importe avant tout et que demande le Ciel, c’est d’y conduire des malades et des incroyants afin que le Miracle soit encore plus éclatant aux yeux du monde.
Le Ciel sait bien que le monde entier ne pourra y être. (attaque favorite de certains détracteurs de Garabandal). Ce qui compte c’est d’y conduire le plus de malades et d’incroyants.

Alors quand vous voyez une famille qui vit des Sacrements, qui croit fermement en Dieu, qui pratique autour d’elle la charité, qui est en bonne santé, qui témoigne de sa foi autour d’elle….. pourquoi voudrait-on à tout prix ou même leur en vouloir de ne pas s’y préparer ? Ils veulent y aller. C’est bien, ils assisteront au Grand Miracle. Ils n’ont pas l’intention d’y aller. Peu importe, ils ont déjà la foi et la santé…. Car attention , être au Grand Miracle, ce n’est pas assister à un grand spectacle de magie. Le Grand Miracle est bien autre chose, il vient de Dieu et par les personnes présentes, converties, guéries, il servira à la conversion du monde. L’Eglise sera restaurée grâce/aussi par les témoins du Grand Miracle. Ils auront certainement un rôle prépondérant dans la restauration du règne du Christ dans le monde. C’est toute la beauté, la grandeur, le sens du Grand Miracle.

Donc, vous tous amis lecteurs qui nous lisez depuis l’autre bout du monde, depuis les Etats-Unis, le Canada, l’Ukraine, le Brésil ou même tout simplement la France, vous ne pouvez pas y aller ou vous ne vous sentez pas appelés à y aller… personne n’est en droit de vous faire le reproche, de vous culpabiliser. Le Ciel sait bien que le monde entier ne pourra y être et c’est l’évidence même. L’important est que vous ayez la foi, que vous aimiez Dieu de tout votre coeur, que vous aimiez votre prochain, que vous vous prépariez à l’Avertissement et pour après…. le reste c’est entre vous et le Bon Dieu. Personne n’a le droit de vous dire quoi que ce soit. Le Bon Dieu vous aime et ne vous oubliera pas même ce jour-là. Qui nous dit qu’Il ne fera pas quelque chose pour ceux qui aimeraient être à Garabandal ce jour-là et qui ne peuvent pas ? qui sait ?! on est en droit d’espérer.

 

 

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, E- Garabandal, Terre Sainte..., J- Infos Divers | Pas de Commentaires »

- Bilan conférence sur Garabandal donnée le 19 11 2011 à Vannes

Posté par sexto le 25 novembre 2011

 

A propos de la conférence sur Garabandal ( Vannes , le 19 nov. 2011 ) à laquelle nous avons pu assister , il convient de faire une mise au point . Certes la présence de quelques 250 personnes est toujours encourageante , les photos montrant les travaux en cours de la route de Cosio Garabandal intéressantes ainsi que la nouvelle de l’autoroute cantabrique arrivant jusqu’à Pesues soit à 44 km de Garabandal ), réconfortante quant à la possibilité d’éviter le col de Carmona …..

                                                                             MAIS

 Comme sur notre blog  » Garabandal , la voie du salut  » , nous allons clairement , Pèlerin et moi , attirer à nouveau votre attention sur deux points précis , à savoir :

Au sujet de l’Avertissement

- la première possibilité ( qu’humainement nous souhaitons tous ) est que l’Avertissement , arrive quelques mois ou semaines avant le Grand Miracle pour que le maximum de gens aient le temps de se convertir , et partant , de se préparer pour Garabandal …

- la seconde possibilité , tant décriée par Christophe Hayère , est que l’annonce du Grand Miracle se fasse sans que ne soit encore arrivé l’Avertissement …. qui ,forcément , n’aura plus que ce délai de 8 jours pour se matérialiser .

Malheureusement , l’ensemble des garabandalistes n’a retenu que cette phrase , imputée à Loli  » Il s’écoulera moins d’un an entre l’Avertissement et le Grand Miracle  » et ferme obstinément l’oreille à toute autre possibilité …. le Père de Baillencourt pourtant maintes fois rappelé de ne tenir compte que de ce qu’ont dit les fillettes au moment des apparitions . Tout le reste , dit lors d’interviews peut-être sujet à interrogation dans le sens où les voyantes n’étaient plus alors dans le temps des révélations , mais faisaient appel à leurs souvenirs .

Aussi , nous vous le redemandons encore et encore :

               – Pourquoi ne pas tenir compte des deux possibilités ?

               – Pourquoi ne pas être prêts pour ces deux éventualités ?

 

Dans le cas de la survenue de l’Avertissement avant l’annonce par Conchita du Grand Miracle , il faut , au minimum , un mois pour que ces associations de ramassage des pèlerins pour le G.M. aient le temps d’envoyer les courriers à tous leurs inscrits , de faire des devis auprès des sociétés de cars , de recevoir les confirmations et envoi d’argent pour la réservation définitive des places etc …Et s’il n’y a que 15 jours entre ces deux évènements , cela sera bien trop juste !!!

MAIS dans l’autre cas de l’annonce du Grand Miracle AVANT la survenue de l’Avertissement …. que pourront alors faire tous ces organisateurs de cars , si sûrs d’eux ? … mais SURTOUT que deviendront tous ces malheureux pèlerins qui n’auront pas d’autre moyen de se rendre à Garabandal … que ces cars …. absents , car non réservés , non affrétés avec un temps qui leur fera cruellement défaut ???

Si nous insistons tant sur cette deuxième , ô combien effrayante hypothèse , ce n’est pas pour vous l’imposer comme étant la seule … mais uniquement pour vous mettre en garde ! Nous vous supplions de penser au moins à une solution de dépannage . Il y va de votre intérêt .

La question n’est pas : qui a tort ?

                                              qui a raison ?

Mais plutôt qui pourra être à Garabandal le jour du Grand Miracle !

L Vierge a bien prédit aux quatre enfants qu’il y aurait peu de monde à Garabandal ce jour-là – Voulez-vous vraiment en faire partie ?!!

 Au sujet de l’évènement qui découragera …. 

Autre point de litige:  » peu de temps avant le grand miracle surviendra un évènement qui découragera les plus fidèles , mais cela ne sera pas imputable à l’attente « …

Pour Christophe Hayère , le fait que l’Avertissement ne soit pas encore arrivé au moment de l’annonce du Grand Miracle ne constitue pas un évènement en soi puisqu’il s’agirait d’une  » non- survenue  » d’un évènement .

Essayons de comprendre autrement cette phrase .

L’Avertissement arrivant dans ce délai de 8 jours serait , à lui seul ,  » l’évènement  » capable de décourager les plus fidèles , nous semble-t-il . Un face à face de notre âme avec son Juge , une comète ( ou tout autre astre ) tournant autour de la terre sans la toucher et dont la queue arrivera à obscurcir le soleil – un arrêt du temps – des tremblements de terre – une chaleur suffocante etc … etc … auront de quoi en impressionner plus d’un !

Il nous faut aussi répéter que Conchita avait dit , à propos de cet Avertissement , que si elle ne connaissait pas la nature du châtiment , elle dirait que l’Avertissement , c’est le châtiment … et qu’elle l’attend , effrayée , à tout instant de nuit comme de jour .

Cela pourrait être un  » évènement  » , bien capable de couper l’envie à quiconque de se promener sur les routes en direction de Garabandal !De tout cela , il faut retenir deux choses :

Partir dès l’annonce du grand Miracle . Il faut au moins 48 h pour quitter maison , affaires et emploi . Cela ne fait arriver que 3 à 4 jours au village de Garabandal , avant le jeudi du Grand Miracle … Mais où est donc le problème ?!

Prévoir un autre moyen de transport que les cars organisés …à moins de trouver des cars partant dès l’annonce (!) . Mais il ne faut pas chercher une autre solution à la dernière minute , c’est MAINTENANT qu’il faut y penser .

                                                             GARABANDAL -

 le plus Grand Miracle fait pour l’humanité , après l’Eucharistie ,

                                                             SE MERITE

Ce ne sera pas un voyage organisé ( comme ceux que nous connaissons en temps de paix ) … nuit complète la veille ….. quartier libre le jeudi matin …. et balade à Loyola au retour !!!! Gardons en mémoire ce qu’a dit la vierge  » Je viendrai dans la tourmente  » …. Quelle que soit la tourmente en question , vous semble t-il judicieux de ne partir que la veille ? Le simple bon sens conseille la prudence de se mettre en route le plus tôt possible !

Comment peut-on faire une confiance aveugle à ce président de l’Association Saint Christophe , qui relève plus d’une centaine de restaurants et dont les commentaires , dignes d’un guide gastronomique , vous invitent à profiter en  » épicuriens avertis  » des plaisirs de la table ? Cela ne correspond pas aux messages d’ exhortation à la pénitence donnés par la Vierge sur la montagne de Garabandal .

En résumé , si vous voulez arriver en retard ou si vous voulez être sûrs de ne même pas arriver à prendre la route …. montez dans les cars de Christophe Hayère ! Que celui qui a du bon sens comprenne …Et ce sera le mot de la fin …

Pèlerin et Raga

paru sur :
http://garabandal.xooit.fr/t168-Conference-sur-Garabandal.htm#p1722

 

Rajout de 28 décembre 2011 :

Année 2012 : année charnière…

Pour l’organisation de votre voyage au Grand Miracle, nous vous recommandons de partir dès que possible et non la veille.
En cas d’explosion de la zone euro, il est à prévoir la fermeture des frontières (?)….
Donc, avis aux Associations Organisatrices de préparer leurs cars et avions en fonction de cette forte probabilité.
Laissez de côté orgueil, amour-propre et susceptibilité qui pourraient bien empêcher tant de pèlerins d’être à ce Rendez-Vous fixé par le Ciel à Garabandal. Prévoyez la possibilité d’avancer votre départ en cas de difficulté sur les routes et aux frontières…

Le but de ce blog a toujours été de diffuser le Message de Notre Dame et les événements annoncés à Garabandal, mais aussi de prévenir, d’aider, de se préparer, de mettre en garde.
Ceux qui croient voir du dénigrement dans nos mises en garde et pleurent sur leur personne n’ont rien compris ; nous n’avons que faire des états d’âme. Nous ne travaillons que pour le Ciel et pour qu’un maximum de personnes soient à Garabandal le jour du Grand Miracle. Que cela soit clair.

Publié dans J- Infos Divers | 2 Commentaires »

- Sens et finalité de l’Avertissement

Posté par Pèlerin le 13 juin 2011

Une fois n’est pas coutume…. aujourd’hui, afin de mieux partager avec vous chers lecteurs, nous postons le commentaire de Vincent (auteur du Site « le Pont du Salut« ), suite à l’article de Raga. Ses propos nous semblent bien résumer le sens et la finalité de l’Avertissement. Chacun aura le loisir, en méditant cet article, de mieux percevoir à travers l’événement annoncé, la nécessité et l’urgence de nous amender ; l’Amour, la grande Miséricorde de Notre Seigneur.
Nous remercions Vincent d’avoir apporté un bel éclairage sur le blog.

 » 50 ans après le début des apparitions de Garabandal, 46 ans après leur terme, et tenant compte des ravages effectués depuis dans le monde et les consciences par la mentalité moderne humaniste, matérialiste et athée, il nous apparaît comme un devoir de rendre grâce dès aujourd’hui au Très-Haut pour la Promesse de son Avertissement.
Car, sans une telle intervention miraculeuse dans les consciences humaines, combien d’entre les hommes accèderaient aujourd’hui au Salut de l’âme ? Si peu sans doute, tant l’état du monde est catastrophique, et tant la question de notre Salut individuel est méprisée et ignorée, que la victoire appartiendrait dors et déjà au dragon, l’adversaire, et à ses légions, dont les victimes consentantes sont le salaire.

Nous devons craindre cet événement miraculeux pour ce qu’il révélera de nous-mêmes en nos âmes, conscients que l’indicible état de péché du monde actuel et l’inversion des vertus qui le caractérisent et dont il s’est fait une norme et un socle d’édification, forment un brouillard opaque qui nous illusionne sur notre véritable condition spirituelle, ce que Dieu seul est à même de juger, et que nous comprendrons alors.

Ayons dès maintenant suffisamment de mépris pour les tendances liées à notre amour-propre et une sainte haine envers le mal (voir sur ce point le « Dialogue » de Dieu avec Catherine de Sienne), afin de supporter, une fois face au Regard Divin et comme à travers ce même Regard, la vision de nos ténèbres. Sachant que l’amour-propre est ce qui conduit les âmes à la perdition, ce « Jugement à blanc » sera d’autant plus bénéfique et salvateur que notre humilité sera grande une fois face au Tout-Puissant, et par la suite…

Cette sainte humilité nous fera haïr le mal que nous avons épousé, souffrir des offenses faites à notre Créateur par amour pour Lui, et nous imposera d’entreprendre ensuite les réparations nécessaires en nos propres édifices.
Comment ne pas être humble en nos cœurs face à Celui qui nous a créés du néant par un Acte d’Amour infini, et sans que nous ayons pu mériter quoi que ce soit de cette indicible faveur ?

C’est ainsi que nous pouvons percevoir dès aujourd’hui l’Avertissement comme l’ultime Acte de Miséricorde Divine envers ce monde agonisant dans la boue du péché ; Acte sans lequel, et pour ce qui concerne le monde actuel, le Sang Sacré et Rédempteur de Notre-Seigneur Jésus-Christ semblerait avoir coulé pour rien ou si peu de choses sur le bois de la Croix.

Le fait même que Dieu partagea la condition humaine par son Verbe incarné est une garantie suffisante pour ne point douter de son Amour pour l’homme. L’Avertissement sera une preuve tangible de cet indicible Amour, et nous devons nous préparer dès maintenant à le recevoir. Car si l’Amour de Dieu est incomparablement plus vaste que tous les péchés du monde réunis, c’est à nous de vouloir marcher sur la Voie et le Pont reconstitué par notre Sauveur qui mènent au Salut.

Merci aux sites tels que celui-ci de Pèlerin d’entretenir la flamme de Garabandal.
Vincent « 

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, C- La Fin des Temps | Pas de Commentaires »

- A l’aube du  » troisième temps « …

Posté par sexto le 11 juin 2011

 

Il est temps pour nous , à l’aube de ce  » troisième temps  » , dont parlait le P. Eusebio G. de Pesquera , de raviver en nous la  » flamme  » de Garabandal … un peu vacillante , il faut le dire , pour certains dont l’attente de ces évènements date de plus de 40 ans ….! :

 » …Le samedi 13 novembre 1965 le cours des  » phénomènes  » de Garabandal a pris fin .Depuis ce jour en effet , il ne s’est plus rien passé . Mais ici une question se pose : ce jour-là l’histoire de Garabandal :

- s’est-elle véritablement terminée ?

- ou n’a-t-elle été qu’interrompue ?

Mon impression personnelle est qu’il s’agit d’une simple interruption .Car je suis parvenu à la conclusion que l’histoire de Garabandal n’est pas terminée , qu’elle est restée tronquée , à la manière d’une histoire dramatique que pour certains motifs on interrompt subitement , par des points de suspension … mais qui exige et se doit d’avoir un dénouement final .

Je pense que l’histoire de Garabandal atteint une extraordinaire envergure et qu’elle se déroule en trois temps .

 Un premier temps : époque des merveilles et des communications intimes . Une période déjà vécue , celle qui se termina le 13 novembre 1965 .

Un second temps d’interruption , de points de suspension ; temps de choix et de pureté des adhésions . C’est-ce que nous vivons actuellement , avec ses confusions , ses espérances , ses abandons

.Un troisième temps que nous attendons , celui qui verra la lumière se faire sur beaucoup de choses et se commencer la réalisation des prophéties de portée universelle : l’ Avertissement – le Miracle – le Châtiment .

 

 

Il me paraît hors de doute que ce qui s’est passé à Garabandal , que ce qu’il faut voir à travers le maquis de tant de détails est une tendre intervention du Ciel pour nous aider en ces temps difficiles que traversent l’Eglise et le monde . 

A cette fin , le Ciel a placé devant nous :

A – Une nouvelle  » épiphanie mariale  » ;

B – Un appel à une plus grande déférence envers l’Eucharistie ;

C – Une annonce de l’approche des temps eschatologiques .

Pourquoi nouvelle  » épiphanie mariale «  ?

 Parce qu’il se pourrait bien que Marie reste notre ultime moyen de salut . A Garabandal , Elle s’est manifestée , s’est présentée à nous avant tout comme  » notre Mère  » .

Pourquoi  » appel à une plus grande déférence envers l’Eucharistie  » ?

Parce que la présence réelle du Seigneur parmi nous Est-ce qui doit se laisser le moins obscurcir dans l’E . Or c’est précisément ce qui a commencé et qui continue à se produire .

Pourquoi  » annonce de l’approche des temps eschatologiques «  ?

 Parce que ces temps sont peut – être à nos portes . Nous ne pouvons pas perdre de vue en effet que nous affirmons dans notre Credo :  » Et Il viendra de nouveau dans la gloire  » . Sans un vif sentiment d’espérance , la religion ne peut se maintenir vivante dans le cœur des hommes .

 

                                             Non ,

               nous ne pouvons pas perdre de vue

                            le grand dénouement

 » Les écrits bibliques tournent autour d’un drame théologique qui se déroule dans toute notre histoire et qui reflète le dessein de Dieu recherchant constamment le salut de l ‘homme et sa réhabilitation . Depuis les premiers chapitres de la Genèse jusqu’aux derniers de l’Apocalypse , on perçoit une sourde lutte entre les forces qui se disputent le cœur de l’homme . Celui-ci , exerçant mal son libre arbitre , choisit de vivre séparé de Dieu , pour affirmer ainsi son autonomie … cédant en cela à la puissance mauvaise qui semble dominer l’humanité pour l’écarter de son orientation naturelle vers le Dieu de la création , maître du cosmos et de l’histoire  » ( M.Garcia Cordero ,  » Problematica de la Biblia  » page 3 ,BAC , Madrid ) .

L »eschatologie est l’étude du dénouement final de ce grand drame qu’est l marche vers notre Salut .

Il est normal de se demander si Garabandal n’a pas une dimension eschatologique .

Il y a suffisamment de faits qui nous alertent et nous rappellent les  » Derniers Temps  » .

- La présence et le rôle dominant de l’Archange Saint Michel qui apparaît dans l’Apocalypse comme l’Ange des combats suprêmes .

- L’affirmation sans ambages de son message du 18 juin 1965 :  » Vous êtes dans les derniers avertissements  » .

- La trilogie Avertissement – Miracle – Châtiment dont les caractéristiques obligent à les placer hors du cours habituel des interventions du Ciel .

- L’affirmation répétée qu’il ne reste plus que trois papes après Jean XXIII et qu’ensuite viendra la  » Fin des Temps  » .

Il est possible que Garabandal soit intervenu pour nous répéter , à nous chrétiens des dernières heures , ce que se disaient ceux de la première heure à titre de salut et d’encouragement :

                           » MARAN ATHA !  » LE SEIGNEUR REVIENT .

Nous sommes dans cette attente .

Et pendant cette attente , convaincus de la réalité de Garabandal , répétons sans cesse la phrase de la fête liturgique de  » Marie Médiatrice  » :

Christ Rédempteur , qui avez voulu que tous les bienfaits nous arrivent par Marie , nous vous adorons à genoux ; Amen, ! Alléluia ! « 

R.P .Eusebio Garcia de Pesquera , dans  » Garabandal , faits et gestes  » ,éditions Résiac , 1996

En cette fête de la Pentecôte , demandons au Saint Esprit la Lumière et la Force nécessaires à la compréhension des faits de Garabandal … et encore un peu de Patience dans l’attente de ces évènements … prédits il y aura bientôt 50 ans .

Publié dans C- La Fin des Temps | 2 Commentaires »

123456
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE