• Accueil
  • > Recherche : dernieres nouvelles garabandal

Résultats de votre recherche

- Courrier de Joey Lomangino du 6 août 2012

Posté par Pèlerin le 6 août 2012

Ce courrier ne donne pas de nouvelles de Joey Lomangino.

Le texte en Anglais, puis traduit de façon approximative sur Google :

A Singular Occurrence

August 6, 2012  

Dear Friends,Among Marian  apparitions, Garabandal is distinguished by the ardor of the embrace of the  Mother of God. It was customary for Our Lady of Mount Carmel to kiss the four  young girls and to be kissed in return.

Our Lady reverently venerated  the sacramental objects offered to her by the visionaries on behalf of others;  rosaries, holy medals, missals, and wedding rings. The girls in ecstasy had the  uncanny ability to return the appropriate object directly to the owner not  knowing beforehand who had presented which object.The final apparition on  November 13, 1965 was expressly to kiss the accumulated articles to which Our  Lady attached a solemn promise – for those who use these objects with faith,  Jesus will perform prodigies.

It is important to recall at the time of  the Spanish Civil War, the Asturias, the region in which Garabandal is located,  was a stronghold for the advance of Communism in Spain. The faithful of this  region and the other adjacent northern areas were forbidden by law to own  rosaries, medals and other symbols of Christianity. These objects, which had  been passed down through the centuries in devout families, were hidden in those  troubled times. Bearers who displayed religious items in public were ridiculed  and assaulted or harassed by the authorities.

For the apparitions, small  tables were set out to accommodate these objects. A makeup compact was once laid  down on one of the tables. This  provoked an outcry against what seemed like a  frivolous act, yet the small gold case remained in place. During the next  visitation, Our Lady sited the compact and rejoiced, « This belongs to my Son. »  Later it was revealed that the vessel had secretly conveyed consecrated hosts to  those in hiding during the Civil War.

The apparition of August 6, 1962  is by contrast the only known occurrence of the Archangel Saint Michael  embracing a physical object.

And so on this day, fifty years ago, in San  Sebastian de Garabandal, three Hospitaller Brothers of Saint John of God climbed  the ox cart path that connected the remote mountain village to the outside  world, arriving unnoticed in the sweltering midday heat. They did not know it,  but they had come to receive a mysterious honor from the Prince of the Holy  Angels.

+++

A sketch of the Saint

Born in Portugal in 1495, Joao Cidade Duarte abandoned his  family as a small boy. He never returned. He tramped across Europe in violence  and plunder as a thieving quartermaster in the imperial infantry. His service  concluded, he returned to Iberia a forty year old prodigal with much to atone  for.

On the feast of Saint Sebastian, John went to hear a sermon by  Saint John of Avila. He was so devastated with loathing for his sins that he  turned on himself in fury and for a time sought a life of humiliation for  Christ. He was cast into an asylum and cruelly beaten for days. It was John of  Avila who came to absolve and release the man who would become John of God.  Raised to holiness, John’s heart turned with compassion to his fellow  incarcerates in the asylum. With a soldier’s knowledge of organization and field  medicine, he began to shepherd the homeless, the abandoned, and the afflicted of  Granada sheltering them and treating their wounds. He supported orphans,  students, harlots, and the unemployed with his own labor, encumbering himself  with their pecuniary debts, often suffering accusations and slandered by those  he tried to help.

After thirteen years in this way, he died a heroic and  saintly death contracting pneumonia while attempting to rescue a drowning  companion. He was found in death, kneeling before the crucifix, his face pressed  to the wounded feet of Christ.

Saint John of God left the world a small  band of valiant hearts. The legends of the Order relate that often on the brink  of collapse John of God was revived by the angels. Saint Raphael accompanied him  on his rounds, healing and imparting the peace of God to the chaos. To this day  the image of the Angelic Physician clothed in the habit of San Juan de Dios can  be found in these hospitals.

Murillo, on his canvas in the Prado,  depicts Saint John of God as frail, struggling under the weight of the invalid  he is carrying, menaced by the encircling dark. The saint is accompanied by a  powerful archangel who strengthens him, illuminating his face and his path.

+++

Passing before the humble stone church of San Sebastian, the  three religious came upon the young visionaries who told them, without  affectation, of the wonders that were happening in the village and of the  importance of the October 18 Message. The brothers rested under the nine pines  of the apparition eating lunch and enjoying the discussion. Conchita accompanied  them but she did not eat. She told them Mass had not been offered in the village  that day and the Angel would bring her Holy Communion. Until he arrived she  would remain fasting.

The afternoon passed swiftly. At a natural pause  in the conversation, Conchita moved discretely away from the group and fell to  her knees, head tilted back in ecstasy. As Brother Juan Bosco recorded in his  notes, »Still kneeling and in the same posture,  the girl made the Sign of the Cross very slowly and devoutly. She said words in  a low voice and gently struck her chest three times. She was praying in ecstasy.  As the prayer ended, she opened her mouth, put out her tongue as in receiving  Communion, withdrew her tongue and closed her mouth slowly. Two of us heard the  slight noise of her swallowing something. She held this position and we heard  her low voice, audible, but we could not hear it to sufficiently understand the  words. »

Then the ecstasy took a decidedly different turn.

« Then the girl took his (Brother Luis) Scapular in her hands.  She stood up, raised the Scapular in a very solemn way as though presenting it  to someone. She lowered the Scapular and again dropped abruptly to her  knees. »

Returning the Scapular to Brother Luis, Conchita  repeated this gesture for the Scapulars of Brother Juan and Brother Miguel  offering each one up reverently. With a concluding Sign of the Cross, the  ecstasy ended and Conchita returned to normal with a shy smile.

« Have you had Communion? »
« Yes »
« Why did you take our  Scapulars and raise them up? »
« The Angel asked me to do it, to kiss  them. »

« Have you spoken to the Angel? »
« Yes »

« What did he say  to you? »
« The Angel knew you. He told me that Our Lord and the Blessed Virgin  are happy with you. »

To this exterior sign was added an interior  grace for Brother Juan.

« The impression was very great.  Particularly, I was stunned and with much interior sentiment of having sinned so  many times, and because of this I implored mercy. I have never felt in my life  such as strong feeling of the supernatural. Afterwards, as the years  passed…this experience has always been present in me. I have great confidence  in the love of the Virgin and an accentuated fervor for Jesus in the Blessed  Sacrament. I believe the essence of the grace given to us  is our own  perseverance in the Order. »

Brother Juan returned again in 1966  after the apparitions had ended. He was curious to find out if anything similar  had happened. Conchita confirmed « the only thing the Angel had kissed  had been our Scapulars. »
This leads one  to wonder about the significance of this profound display of angelic  predilection and solidarity. Conchita is quite clear in stating that the  brothers themselves were pleasing to God.Considering over one thousand priests  and religious attended the apparitions and there exists no other record of  acknowledgment by Saint Michael, the singularity of the event appears to lend  special importance.

Brother Juan Bosco, in his notes, believed this  reciprocated the high esteem given to Saint Raphael in their community. More  generally, the gesture conveyed a salute for the work of the Brothers who in  their ministry of attendance and healing and their love for the poorest, the  most neglected and infirm reflect the virtues of the angels.

Could there  be some further explanation?

On July 19, 1936, by decree of the radically  secularist government, the Brothers Hospitallers of Saint John of God were  declared enemies of the people of Spain. Ninety eight brothers were murdered in  the Red Terror. The Soviet backed persecution of the Roman Catholic Church  executed six thousand eight hundred thirty two religious, killed tens of  thousands of lay faithful in odium fidei, and desecrated and destroyed over  twenty thousand holy places.

The sons of San Juan de Dios remained with  their patients, faithful to the fourth vow of the Order never to abandon the  sick except in death. They made no attempt to flee the coming violence.

Seventy one brothers martyred between July 24 and December 14, 1936 were  beatified by Blessed John Paul II including more than forty in Madrid and   Barcelona who refused to leave the hospitals and were shot on site. Some were  exultant at their execution, commending each other to imminent paradise.Their  last words were of forgiveness, pardoning their murderers. All were steadfast.

Could the martyrdom which preceded the apparitions by a quarter century  have had an influence on the occurrence of August 6, 1962? It is a wonderful  idea to contemplate. At this time, there exists no evidence directly linking the  two. Perhaps in the days to come or with the definitive resolution of the Aviso  and Great Miracle this extraordinary event may be more completely illuminated.

As we share recollections of the events of fifty years ago we should  honor this day, worthy of remembrance for the devotees of  Our Lady of Mount  Carmel de Garabandal. This day, the Angelic Patron of the Church of Jesus Christ  venerated the Scapular of Saint John of God three separate times.

In  Union of Prayer,

The Workers of Our Lady of Mount Carmel de  Garabandal

Lindenhurst, NY USA

A few small pieces of  these same Scapulars kissed by Saint Michael were cast into relic medals in  Spain in the 1970s. About 200 were given to the New York Center.
To honor  this anniversary, we would like to offer these medals gratis to our email  list.
We would like to give priority to religious and lay men and women  who work with the sick and dedicated care givers to the handicapped – these  requests should include a « + » in the email subject line.
We want to  emphasize that no supernatural promise has been made concerning  these  medals.

We can offer one per request while the supply lasts. Please send  an email with BESADO in the subject line to joey@garabandalny.org with your  complete mailing address, country and postal code.

TRADUCTION   (par Google)
Un fait singulier  
6 août 2012
Chers amis,
Parmi les apparitions mariales, Garabandal se distingue par l’ardeur de l’étreinte de la Mère de Dieu. Il était de coutume pour Notre-Dame du Mont Carmel à embrasser les quatre jeunes filles et d’être embrassé en retour.Notre-Dame révérence vénéré les objets sacramentels offerts à elle par des visionnaires pour le compte de tiers; chapelets, des médailles sainte, missels, et les anneaux de mariage. Les filles en extase a eu l’étrange capacité de retourner l’objet approprié directement au propriétaire ne sachant à l’avance qui avait présenté ce qui objet, la dernière apparition le 13 Novembre, 1965 a été expressément pour baiser les articles accumulés à laquelle Notre-Dame attachés une promesse solennelle – pour ceux qui utilisent ces objets avec la foi, Jésus accomplir des prodiges.Il est important de rappeler au moment de la guerre civile espagnole, les Asturies, la région dans laquelle est situé Garabandal, était un bastion pour l’avancée du communisme en Espagne. Les fidèles de cette région et les autres zones adjacentes du nord ont été interdites par la loi de chapelets, de médailles propres et d’autres symboles du christianisme. Ces objets, qui avaient été transmises à travers les siècles dans les familles pieuses, ont été cachés dans ces temps troublés. Porteurs qui ont fait preuve les articles religieux en public ont été ridiculisés et agressés ou harcelés par les autorités.Pour les apparitions, de petites tables ont été énoncées pour répondre à ces objets. Un poudrier a été une fois posé sur l’une des tables. Cela a provoqué un tollé contre ce qui semblait être un acte frivole, encore le cas l’or à petite est restée en place. Au cours de la visite suivante, Notre-Dame situé le poudrier et se réjouit, «Il appartient à mon fils. »
Plus tard, il a été révélé que le poudrier avait secrètement transmis des hosties consacrées à ceux qui vivaient dans la clandestinité pendant la guerre civile.
L’apparition de Août 6, 1962 est en revanche la seule occurrence connue de l’Archange Michel Saint embrassant un objet physique.
Et si ce jour-là, il y a cinquante ans, à San Sebastian de Garabandal, trois Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu a grimpé le chemin charrette à bœufs qui reliait le village de montagne isolé du monde extérieur, en arrivant inaperçu dans la chaleur torride. Ils ne le savais pas, mais qu’ils étaient venus pour recevoir un honneur mystérieuse du prince des Saints-Anges.+ + +Un croquis de la SaintNé au Portugal en 1495, Joao Cidade Duarte a abandonné sa famille comme un petit garçon. Il ne revint jamais. Il piétinait à travers l’Europe dans la violence et le pillage comme un voleur dans la quartier d’infanterie impériale. Son service terminé, il est retourné à une de quarante ans Iberia prodigue qui a beaucoup à expier.En la fête de Saint-Sébastien, John est allé entendre un sermon de Saint Jean d’Avila. Il était tellement dévasté avec dégoût pour ses péchés qu’il a tourné sur lui-même dans la fureur et pendant un certain temps cherché une vie d’humiliation pour le Christ. Il fut jeté dans un asile et cruellement battu pendant des jours. Il était Jean d’Avila qui est venu d’absoudre et de libérer l’homme qui allait devenir Jean de Dieu.Élevé à la sainteté, le cœur de John tourné avec la compassion pour ses compatriotes dans les incarcère l’asile. Grâce à la connaissance d’un soldat de la médecine organisation et sur le terrain, il se mit à paître le sans-abri, les abandonnés, et les affligés de Grenade leur hébergement et le traitement de leurs blessures.Il a soutenu les orphelins, les étudiants, les prostituées et les chômeurs avec son propre travail, lui-même encombrer avec leurs dettes pécuniaires, souffrent souvent des accusations et calomnié par ceux qu’il a essayé d’aider.Après treize ans de cette manière, il est mort d’une pneumonie mort héroïque et sainte traitance en tentant de secourir un compagnon noyade. Il a été trouvé dans la mort, à genoux devant le crucifix, le visage collé aux pieds blessés du Christ.Saint Jean de Dieu a laissé au monde un petit groupe de cœurs vaillants. Les légendes de l’Ordre rapportent que souvent sur le bord de l’effondrement de Jean de Dieu a été relancé par les anges. Saint-Raphaël l’a accompagné dans ses tournées, de guérison et de transmettre la paix de Dieu dans le chaos. A ce jour, l’image du médecin angélique revêtu de l’habit de San Juan de Dios peut être trouvée dans ces hôpitaux. Murillo, sur sa toile au musée du Prado, représente Saint Jean de Dieu comme fragile, croulent sous le poids du malade, il est porteur, menacé par l’obscurité qui entoure. Le saint est accompagné par un archange puissant qui le fortifie, illuminant son visage et son chemin.
+ + +
En passant devant l’église humble pierre de San Sebastian, le religieux est venu sur les trois jeunes visionnaires qui leur ont dit, sans affectation, des merveilles qui se passait dans le village et de l’importance de l’Octobre 18 Message. Les frères reposait sous les pins neuf de l’apparition en train de déjeuner et profiter de la discussion. Conchita les accompagnait, mais elle ne mange pas. Elle leur a dit la messe n’avait pas été offert dans le village ce jour-là et l’Ange lui apporterait la Sainte Communion. Jusqu’à son arrivée, elle serait rester à jeun.L’après-midi passa vite. Lors d’une pause naturelle dans la conversation, Conchita déplacé discrètement en dehors du groupe et est tombé à genoux, la tête inclinée vers l’arrière dans l’extase. Comme le Frère Juan Bosco a enregistré dans ses notes, »Toujours à genoux et dans la même posture, la jeune fille fit le signe de la Croix-très lentement et avec dévotion. Elle a dit des mots d’une voix basse et légèrement frappé sa poitrine trois fois. Elle était en prière dans l’extase. Comme la prière terminée, elle a ouvert sa bouche, tira la langue comme dans la communion, a retiré sa langue et lui ferma la bouche lentement. Deux d’entre nous a entendu le bruit léger de sa chose à avaler. Elle a occupé ce poste et nous avons entendu sa voix faible, audible, mais nous ne pouvions pas l’entendre suffisamment comprendre les mots. « 
Puis l’extase a pris un tour résolument différent. »
Alors la jeune fille prit son (Frère Luis) Scapulaire dans ses mains. Elle se leva, soulevé le Scapulaire d’une manière très solennelle, comme si le présenter à quelqu’un. Elle baissa le Scapulaire et encore chuté brusquement à genoux. »De retour du Scapulaire au Frère Luis, Conchita a répété ce geste pour les scapulaires de Frère Juan et le Frère Miguel offrant chacun jusqu’à révérence. Avec un signe concluant de la Croix, l’extase a pris fin et Conchita revenue à la normale avec un sourire timide.
« Avez-vous eu la communion? »
« Oui »
«Pourquoi avez-vous pris nos scapulaires et les élever jusqu’à? »
« L’Ange m’a demandé de les lui faire embrasser. »
« Avez-vous parlé à l’ange? »
« Oui »
«Que voulait-il dire pour vous? »
« L’Ange vous connaît. Il m’a dit que Notre-Seigneur et la Vierge sont heureux avec vous. »
Pour ce signe extérieur a été ajouté une grâce intérieure pour Frère Juan.
« L’impression a été très grande. En particulier, j’ai été stupéfait et avec le sentiment intérieur beaucoup d’avoir péché tant de fois, et de ce fait j’ai imploré la miséricorde. Je n’ai jamais ressenti dans ma vie comme sentiment du surnaturel. Ensuite, comme les années ont passé … cette expérience a toujours été présent en moi. J’ai une grande confiance dans l’amour de la Vierge et une ferveur accentué pour Jésus dans le Saint Sacrement. Je crois que l’essence de la grâce donnée à nous, c’est notre propre persévérance dans l’ordre. « Frère Juan revint en 1966 après les apparitions avait pris fin. Il était curieux de savoir si quelque chose de semblable s’était passé. Conchita a confirmé « la seule chose que l’Ange avait embrassé avaient été nos scapulaires. »Cela conduit à s’interroger sur la signification profonde de cet écran de prédilection angélique et la solidarité. Conchita est très clair en affirmant que les frères eux-mêmes ont été agréables à God.Considering plus d’un millier des prêtres et des religieux ont participé à des apparitions et qu’il n’existe aucun autre document de la reconnaissance par Saint-Michel, la singularité de l’événement apparaît à prêter une importance particulière.Frère Juan Bosco, dans ses notes, a estimé cette réciprocité de la haute estime accordée à Saint-Raphaël dans leur communauté. Plus généralement, le geste a transmis un hommage pour le travail des frères qui dans leur ministère de la fréquentation et de la guérison et de leur amour pour les plus pauvres, le reflet le plus négligé et les infirmes les vertus des anges.Pourrait-il y avoir une explication plus loin? Le 19 Juillet 1936, par décret du gouvernement radicalement laïque, les Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu ont été déclarés ennemis du peuple de l’Espagne. Quatre-vingt-huit frères ont été assassinés dans la Terreur Rouge. La persécution soviétique soutenu de l’Eglise catholique romaine exécutée 6830 deux religieux, des dizaines de milliers de tués fidèles laïcs in odium fidei, et profané et détruit plus de vingt mille lieux saints.Les fils de San Juan de Dios sont restés avec leurs patients, fidèles à la quatrième vœu de l’Ordre de ne jamais abandonner les malades, sauf dans la mort. Ils n’ont fait aucune tentative pour fuir la violence à venir.Soixante et onze frères martyrisés entre Juillet 24 et 14 Décembre, 1936 furent béatifiés par le bienheureux Jean-Paul II, y compris plus de quarante à Madrid et Barcelone, qui a refusé de quitter les hôpitaux et ont été abattus sur place. Certains exultaient à leur exécution, se félicitant les uns les autres à imminentes mots paradise.Their dernières étaient du pardon, pardonnant leurs meurtriers. Tous ont été constants.Pourriez-le martyre qui a précédé les apparitions par un quart de siècle ont eu une influence sur la survenue d’Août 6, 1962? Il est une idée merveilleuse à contempler. A cette époque, il n’existe aucune preuve reliant directement les deux. Peut-être dans les jours à venir ou à la résolution définitive de la Aviso et Grand Miracle cet événement extraordinaire peut-être plus complètement illuminé.Comme nous partageons les souvenirs des événements de cinquante ans nous devons honorer ce jour, digne de mémoire pour les dévots de Notre-Dame du Mont Carmel de Garabandal. Ce jour-là, le patron angélique de l’Église de Jésus-Christ qui est vénéré le Scapulaire de Saint Jean de Dieu à trois reprises.
En Union de prière,
Les travailleurs de Notre-Dame du Mont Carmel de Garabandal
Lindenhurst, NY, USA
Quelques petits morceaux de ces mêmes scapulaires embrassées par Saint-Michel ont été insérés dans médailles relique en Espagne dans les années 1970. Environ 200 ont été donnés au Centre de New York.Pour honorer cet anniversaire, nous tenons à offrir à ces gratis médailles à notre liste d’envoi.Nous tenons à donner la priorité à des religieux et laïcs, hommes et femmes qui travaillent avec les fournisseurs de soins de maladie et dédié aux handicapés – ces demandes doivent inclure un « + » dans la ligne objet du courriel.Nous tenons à souligner qu’aucune promesse surnaturelle a été faite au sujet de ces médailles.Nous pouvons offrir un pour la demande alors que l’offre dure. S’il vous plaît envoyer un e-mail avec BESADO dans la ligne d’objet pour joey@garabandalny.org  
avec votre adresse postale complète, pays et code postal. 

Publié dans I- Joey Lomangino | Pas de Commentaires »

- Règne des Saints Coeurs de Jésus et de Marie (millénarisme)

Posté par Pèlerin le 16 décembre 2010

Ce texte fait suite à un article de Raga intitulé Garabandal et le III millénaire. A relire ici.

Le Traité de la Véritable Dévotion est éminemment apocalyptique. Pour S. Louis Grignion, son caractère apocalyptique est d’une évidence requise par la nécessité des derniers temps: « Nécessité de la Dévotion à Marie particulièrement dans les derniers temps » (o.c.p.514). Et, précisant le pourquoi de cette importance: « C’est par Marie qu’a commencé le salut du monde et c’est par Marie qu’il doit être consommé ». (o.c.p.514).

De plus, pour S. Louis Grignion, la fin du monde était proche: « Ce que j’ai exposé précédemment aura lieu particulièrement à la fin du monde, et bientôt… (o.c.p.512). Les derniers temps ne sont donc pas aussi lointains pour S. Louis Grignion, comme d’aucuns le pensent, mais bien à la porte.

Etant donné la proximité des derniers temps, la Véritable Dévotion à la Sainte Vierge s’impose de toute urgence: « Dieu veut donc révéler et découvrir Marie, le chef d’oeuvre de ses mains, dans ces derniers temps ». (o.c.p.515). « La Sainte Vierge étant la voie par laquelle Jésus-Christ est venu à nous la première fois, elle le sera encore lorsqu’il viendra la seconde, quoique non pas de la même manière ». (o.c.p.515).

L’insistance de ce saint sur les derniers temps est stupéfiante et plus que jamais d’actualité: « Enfin Marie doit être terrible au diable et à ses suppôts comme une armée rangée en bataille, principalement en ces derniers temps, parce que le diable sachant bien qu’il a peu de temps, et beaucoup moins que jamais, pour perdre les âmes, il redouble tous les jours ses efforts et ses combats… « . (o.c.p.516). On ne saurait être plus apocalyptique et plus actuel pour nous qui vivons et voyons ces cruelles attaques des derniers temps qui iront en augmentant jusqu’à l’apparition de l’Antéchrist: « De ces dernières et cruelles persécutions du diable qui iront en augmentant tous les jours jusqu’à l’avènement de l’Antéchrist, on doit entendre cette première et célèbre prédiction et malédiction de Dieu, portée dans le paradis terrestre contre le serpent ». (o.c.p.517).

En vérité et comme ce Saint nous le fait voir, nous savons que: « A la fin Marie sera terrible au démon et à ses suppôts comme une armée rangée en bataille principalement durant ces derniers temps, parce que le diable, sachant qu’il ne lui reste que peu de temps et moins que jamais pour perdre les âmes, redoublera tous les jours ses efforts et ses combats; suscitant de nouvelles persécutions et des terribles embûches aux fidèles serviteurs et enfants de Marie qu’il a plus de peine à vaincre que les autres » (o.c.p.516).

(…)

Le Traité de la Vraie Dévotion est axé sur la Parousie qui lui donne sa vigueur et renforce la conception apocalyptique. « C’est par la Sainte Vierge Marie que Jésus-Christ est venu au monde, et c’est par elle qu’il doit régner dans le monde. Marie a été très cachée dans sa vie: c’est pourquoi elle est appelée par le Saint-Esprit et par l’Eglise Alma Mater – Mère cachée et secrète » (o.c.p.487). « Montfort avait écrit d’abord ‘Jésus-Christ est venu au monde par la voie de la Sainte Vierge la première fois, c’est encore par elle qu’il doit revenir la seconde. Marie fut peu connue durant le premier avènement de son Fils mais elle le sera beaucoup plus durant le second. Si par une économie admirable elle vécut cachée au cours du premier avènement, c’est afin que son Fils Jésus fut connu; mais dans le second avènement Marie doit être connue et révélée, afin que le règne de son Fils arrive sur terre par une connaissance parfaite’ » (o.c.pp.487-488).

Comme nous le voyons, on ne saurait être plus apocalyptique, plus millénariste (le règne du Christ sur la terre) par cette considération du Saint; ni avec l’invocation du Pater: que votre règne arrive (Adveniat regnum tuum).

Pour les personnes qui par ignorance ou par une méprise regrettable au sujet du millénarisme pourraient mettre en doute les affirmations énoncées par S. Louis Grignion, nous citerons pour leur information la note importante qui figure dans l’édition en langue espagnole des OEuvres de ce saint p. 466: « Sachant que les écrits de S. Louis Marie Grignion de Montfort ont été approuvés et reconnus par l’Eglise, personne ne pensera qu’il pourrait s’y trouver une erreur condamnée par elle, comme c’est le cas pour le millénarisme compris d’une manière charnelle. Cependant on pourrait être tenté de croire que le très pieux auteur épouse les sentiments d’un millénarisme spirituel de certains Saints Pères suivis par plusieurs écrivains modernes mais réfuté généralement par les théologiens ». Ce serait une balourdise étant donné que le millénarisme patristique (ou spirituel) a été la doctrine enseignée par l’Eglise durant les cinq premiers siècles du christianisme mais qui, peu à peu, défiguré par des conceptions grotesques et même hérétiques, par conséquent il fut insensiblement relégué dans l’oubli, tout comme le furent les prophéties concernant la première venue de N.S. Jésus-Christ conservées dans toute leur vérité et pureté par un petit nombre appartenant au peuple élu, alors que le reste s’enfonçait quasiment dans l’apostasie qui culmina dans le Déicide.

A propos du millénarisme, Crampon, dans son commentaire du Nouveau Testament (Ap.XX,Note 6) reconnaît : « Selon ce qui précède, nous pouvons nous imaginer ce règne de mille ans, prélude à la gloire définitive, comme l’accomplissement le plus total de l’adveniat regnum tuum de l’oraison dominicale. L’Eglise a obtenu une grande victoire sur Satan et sur le monde, le Prince des ténèbres n’ayant pu en faire l’instrument de ses séductions. La lutte entre l’esprit et la chair n’a pas cessé, cela ne fait aucun doute; les enfants de Dieu cheminent toujours dans la foi, étant pèlerins ici-bas, ils ne jouissent pas encore de la claire vision; la mort exigeant encore sa rançon. Mais l’Esprit-Saint répand ses dons d’une manière plus abondante sur les âmes; les combats entre les souverainetés sont moins rudes, les victoires plus fréquentes. Durant cette ère de paix, le christianisme étend de partout son action, son esprit pénètre les arts, les sciences, toutes les relations sociales. Beaucoup appliquent cette période de bénédiction remplie de promesses aux passages d’Isaïe (11,6-9; 30,6; 65,20) et de Daniel (2,35-44; 7,13 & suiv.).

Durant les premiers siècles de l’Eglise, le millénarisme fut considéré comme le retour glorieux de Jésus-Christ qui venait régner sur la terre avec ses saints durant les mille ans précédant le jugement dernier. Cette espérance était commune, nous pourrions dire populaire parmi les premiers fidèles (S. Papias, S. Justin, S. Irénée, Tertullien, etc.). C’est cette espérance qui les soutenait et les réconfortait dans le feu des persécutions ».

A ceux qui disqualifiaient et condamnaient le millénarisme, Menéndez Pelayo précisait: « Nous savons bien que la question du millénarisme (le spirituel, s’entend) est discutable ». (Histoire de l’Hétérodoxie Ed.BAC Madrid, 1987,T.II,p.668).

Une autre âme missionnaire, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, avait elle aussi l’esprit apocalyptique et millénariste. Dans un de ses livres préférés « La fin du monde présent et les Mystères de la Vie future » par l’Abbé Arminjon, on peut lire: « Le règne de Dieu s’inaugure, croît et s’achèvera dans le temps, il atteindra la perfection dans les siècles à venir » (p.7). « Le sentiment le plus accrédité parce qu’étant le plus conforme à la Sainte Ecriture est qu’après la chute de l’Antéchrist, l’Eglise catholique entrera une fois de plus dans une ère de prospérité et de triomphe » (p.60). Cette période serait celle du règne des SS. Coeurs de Jésus et Marie, le triomphe du Christ-Roi, ainsi que le P. Arminjon l’écrit: « Au lieu d’intituler notre livre « La fin du monde présent et les Mystères de la Vie future« , nous aurions pu, avec non moins de justesse, le nommer « Le Triomphe de Jésus-Christ & de son Eglise dans la Vie à venir« . (p.7). Et cela en conformité avec les Pères de l’Eglise pour avoir « recherché, en buvant aux fontaines pures de la Tradition et dans les écrits des SS. Pères, éclairés par la lumière de l’Ecriture Sainte afin de satisfaire les âmes inquiètes et déconcertées, dans les temps où nous vivons, et leur offrir, comme le christianisme nous l’enseigne, la véritable solution aux mystères de la vie ». (o.c.p.8).

La règle élaborée par S. Louis Grignion est destinée aux Apôtres de Marie des derniers temps, congrégation qu’il aurait voulu fonder mais qui, par les desseins de la divine Providence, le fut par Mgr Marcel Lefèbvre issu des Missionnaires du Saint-Esprit fondés par Poullart des Places qui était lié par une étroite amitié à S. Louis Grignion de Montfort et qui disait: « Ce seront les véritables Apôtres des derniers temps auxquels le Roi des vertus départira la parole et la force nécessaires pour réaliser des merveilles et obtenir de glorieuses dépouilles qu’ils remporteront sur leurs ennemis; ils dormiront sans or et sans argent et sans soins au milieu des autres clercs, ecclésiastiques et du clergé; tels des colombes aux ailes argentées, ils iront avec la pure intention de la gloire de Dieu, pour la rédemption des âmes où que ce soit que l’Esprit-Saint les appelle; ils laisseront derrière eux, dans les lieux où ils auront prêché, bien davantage que l’or de leur charité qui est l’accomplissement de la loi ». (o.c.p.521).

Abbé Méramo

http://www.meramo.net/AmigosdeMeramo/Francais_files/frlasayfa.pdf

Publié dans C- La Fin des Temps, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

- Un anneau singulier au doigt de Monseigneur …

Posté par Pèlerin le 8 octobre 2010

 

Le message donné par la Sainte Vierge à Garabandal est le même qu’à Fatima, mais réactualisé pour notre temps.

C’est ainsi que se résume une entrevue entre Mgr Venancio de Leiria-Fatima et le Père Combe…

Mgr Venancio, évêque de Leiria-Fatima, a été l’évêque dont le nom restera lié à Fatima et Garabandal. Ce fut en effet durant sa charge pastorale que le « Troisième Secret de Fatima » fut porté à connaissance à Rome.

Mgr Venancio est bien connu pour sa profonde piété. Souvent, il parle de Soeur Lucie la voyante de Fatima et il a aussi rendu visite à Conchita la voyante de Garabandal.

Le Père Combe raconte :

Le 21 juillet 1983, alors que j’accompagnais des pélerins de Sainte Etienne à Fatima, j’eus la joie d’être reçu par Mgr Venancio et d’avoir avec lui une longue conversation privée. A présent que je peux publier cette entrevue inoubliable, voici quelques détails :

1. La première fois que j’ai rencontré ce saint Evêque, fut à Leiria, au bureau de la chancellerie en 1961.

2. Je savais que lors de ses deux voyages aux Etats-Unis, il avait rencontré deux fois Conchita, la principale voyante de Garabandal, qui vit à New-York depuis son mariage en 1973. Ces visites n’étaient pas informelles car Lucia de Fatima connaissait bien Conchita.

3. Un détail important ; je portais à la main droite un anneau que le grand apôtre de Garabandal, Joey Lomangino, m’avait donné en 1977, quand je lui avais rendu visite à New-York. Il avait fait le même cadeau à Conchita et à plusieurs prêtres et laïcs, « ouvriers » de la Sainte Vierge, comme un signe de notre « communion » et  collaboration à la diffusion du Message de Notre Dame.

***

Voici la conversation avec Mgr Venancio :

Père Combe : Excellence, je vous suis très reconnaissant de me recevoir en audience privée. C’est la deuxième fois que nous nous rencontrons.

Mgr Venancio : Cher Père, ma mémoire me joue des tours. S’il vous plaît, rappelez-moi à quelle occasion.

Père Combe : La première fois, ce fut en 1961. J’étais venu vous demander d’avoir la générosité de bien vouloir nous donner une statue de Notre Dame de Fatima pour un grand événement franco-portugais que j’organisais dans la région de Lyon, événement qui a eu un grand retentissement dans toute la région puisqu’il avait réuni environ 10000 personnes.

Mgr Venancio : Je m’en souviens parfaitement. Je vous ai donné une statue avec une bénédiction spéciale, car c’était l’une des quatre « Vierges pélerines pour la paix » après la seconde Guerre Mondiale. En ce jour d’adoration, je vous avais envoyé au Recteur de la Basilique de Fatima à qui j’avais donné l’ordre de vous confier la statue de Notre Dame. Quand il (le recteur) est revenu à Fatima, il m’a rapporté le magnifique programme et la fête qui l’ont impressionné, ainsi que la qualité du programme religieux.

Père Combe : Mais tout ce programme, Excellence, a été réalisé par la grâce de Dieu et par votre bienveillance. Vous le saviez que cette statue de Notre Dame de Fatima a apporté de nombreuses bénédictions spirituelles ? Aujourd’hui encore, elle est vénérée dans ma chapelle privée. Chez moi, j’ai une photo de vous chez’une jeune que vous avez visitée à New-York. C’est quelqu’un que Lucie connait.

Mgr Venancio : Chez Conchita de Garabandal. Oui, cher Père, j’ai remarqué que vous portez au doigt un anneau qui m’en dit plus sur ce à quoi vous croyez. Oui, j’ai visité Conchita à New-York. J’ai été enchanté de ces heures passées dans sa famille chez elle. Et je vous dirai qu’elle a eu la gentillesse de retirer l’anneau qu’elle portait au doigt, le même que le vôtre et qu’elle me l’a donné en disant :

Conchita : Excellence, je vous le donne seulement à vous pour que vous le portiez jusqu’à votre mort.

Mgr Venancio : Je l’ai accepté et comme vous, l’ai toujours porté, pendant des années, à côté de mon anneau pastoral. Comme vous. Il ne vous sera pas difficile d’imaginer les interminables spéculations que cela m’a apporté, certaines indiscrètes pour sûr, et même de la part de mes frères évêques. J’ai gardé cet anneau jusqu’à cette année 1983, mais comme je suis à présent très âgé, je souhaitais que cet anneau revienne à sa propriétaire avant ma mort ; je le lui ai renvoyé il y a quelques semaines, avec une lettre de remerciement et ma bénédiction.

Père Combe : Excellence, ce que vous me dîtes est une grande révélation. Je vous remercie de me l’avoir partagée.

Mgr Venancio : Cher Père : vous êtes bien le prêtre français qui travaille à diffuser le Message de Notre Dame du Mont Carmel de Garabandal ?

Père Combe : Oui excellence, et c’est pour cette raison que j’ai la joie d’être avec vous aujourd’hui.

Alors s’est produit l’inattendu ; quelque chose qui m’a laissé sans voix et qui me coûte (dans le sens de l’humilité…) encore de raconter, cependant je dois le dire en toute simplicité : l’évêque Venancio s’est levé puis s’est agenouillé à mes pieds. Il a alors pris mes mains entre les siennes et en me regardant fixement dans les yeux, il dit :

Mgr Venancio : Soyez béni et merci cher Père, pour la merveilleuse oeuvre apostolique pour Notre Dame du Mont Carmel de Garabandal

Alors l’évêque s’assit en face de moi.

Père Combe : Je suis troublé par votre geste, Mgr, mais très reconnaissant de vos paroles, non vis à vis de moi mais pour le Message de Garabandal.

Mgr Venancio : Ce Message donné par la Sainte Vierge à Garabandal est le même qu’Elle a donné à Fatima mais réactualisé pour notre temps.

Père Combe : j’ai toujours pensé la même chose, Excellence, mais vous soulignez le mot « actualisé ». Pouvez-vous expliquer ?

Mgr Venancio : C’est très simple. En 1917, à Fatima, la Sainte Vierge nous a averti de la crise dont souffre aujourd’hui l’Eglise, et qui nous fait souffrir ; crise de la doctrine, du catéchisme, de la morale, de la liturgie, de la discipline, du sacerdoce, de la vie religieuse, etc. et comme conséquence, la grande confusion chez les fidèles. Pourquoi ? Parce qu’il n’y avait pas de raison de nous avertir de ces dangers en 1917.

De fait, à cette époque, la situation était normale et même certaines choses parfaites. Vous vous souvenez comme il y avait alors la piété pour l’Eucharistie, la dévotion mariale, le sens chrétien du péché, la fréquente réception du Sacrement de Pénitence, la liturgie, la fidélité au pape comme successeur de Pierre ?

A Garabandal, en 1961, la situation était différente. Nous, nous ne voyions pas les grands dangers qui approchaient, mais la Sainte Vierge les voyait. Et parce qu’Elle est Mère et Prophète, elle est venue dans ce petit village espagnol pour nous donner, de façon explicite, nous avertir et nous exhorter à la prière, au sacrifice, à la pénitence et à la conversion. En d’autres mots, à Garabandal, Elle a mit son Message de Fatima pour l’Eglise d’aujourd’hui.

Père Combe : Conchita de Garabandal a souvent dit que le Message de Notre Dame du Mont Carmel était un « Message de Salut », et que nous-mêmes pourrions le dire, « Message de Salut pour notre temps ».

Mgr Venancio : Pour moi, c’est évident.

Père Combe : Ce que vous êtes en train de dire sur la crise et la confusion qui en résulte, au sein-même de l’Eglise, me rappelle les paroles dites un jour par un grand théologien, le Père Lucio Rodrigo, Recteur Emérite de l’Université de Comillas, dans le diocèse de Santander. Après les apparitions de Garabandal, vers l’année 1967, j’ai fait la connaissance de ce jésuite et nous sommes devenus de grands amis.

Un jour, il m’a dit :

« A Garabandal, la Sainte Vierge nous a prédit la crise sacerdotale et la grande confusion dans l’Eglise. Ces prophéties se sont réalisées. Tout avec une vision et une gravité que personne de ce petit village ne pouvait prévoir, parce que même les théologiens, malgré leurs connaissances, ne pouvaient avoir le moindre soupçon. »

Et cet éminent théologien a conclu :

« Pour moi, rien que ce fait est une preuve plus que suffisante pour dire que le Message de Garabandal fut d’origine surnaturelle. »

Mgr Venancio : C’est une raison fiable et éclairante, même si Garabandal n’a besoin d’aucune preuve de d’authenticité comme vous le savez. Maintenant dîtes-moi Père, avez-vous des nouvelles récentes de Conchita et de ses compagnes ? Me donneriez-vous votre opinion sur l’avis de l’évêque de Santander et de Rome sur Garabandal ?

Père Combe : Je lui fis part alors des dernières nouvelles que j’avais.

Et ainsi se termina notre conversation.

Père Combe : Merci vraiment, Excellence, de m’avoir gratifié de cette entrevue. Je garderai vos paroles dans mon coeur comme une source de joie et de paix. Mais avant de partir, je vous demanderai une faveur. Celle de me donner votre bénédiction, à moi et à mon groupe de pélerins français.

Mgr Venancio : De tout mon coeur, d’abord à vous, et ensuite à votre groupe.

Père Combe : A genoux, je reçus sa bénédiction puis je l’en remerciai.

Mgr Venancio : La bénédiction pour votre groupe, vous la donnerez en mon nom. Je vous donne une permission spéciale pour donner une bénédictino épiscopale à votre groupe en mon nom. Et en retour, je veux recevoir la vôtre.

Père Combe : Je refusai, tout confus ; cependant devant l’insistance de l’Evêque qui était déjà à genoux devant moi, j’acceptai et le fis avec une grande émotion. « Je bénis de tout mon coeur ce grand et saint évêque de Fatima ». Quelle mémorable entrevue !

 

Je promets devant Dieu que tous ces détails relatés sont vrais. Je dédie tout cela aux « ouvriers » de Notre Dame du Mont Carmel pour qu’ils gardent courage et aussi à tous les évêques et prêtres de l’Eglise.

Père Alfred Combe,

France, le 21 juillet 1983.

Publié dans D- Des prêtres racontent, F- Garabandal est la suite de Fatima, H- Les voyantes, I- Joey Lomangino | 3 Commentaires »

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE