• Accueil
  • > Recherche : garabandal morte

Résultats de votre recherche

- Une carotte

Posté par sexto le 11 décembre 2012

Une carotte au goût étrange , mais ô combien salutaire

Voici quelques réflexions que devrait ou , plutôt , qu’aurait tort de ne pas se poser toute âme un tant soit peu mariale .

Pierre :
J’ai été à Lourdes plusieurs fois . J’ai demandé à la Vierge de me guérir d’un cancer ? Rien à faire , je suis à l’article de la mort et toujours pas de guérison en vue . Pourquoi ?

Un 1er théologien :
Parce-que vous n’avez sans doute pas assez la foi .

Jacques :
Moi aussi j’ai été en pèlerinage à Lourdes et ma paralysie ne régresse pas du tout . Pourquoi ?

Un 2ème théologien :
Parce-que ce n’est sûrement pas encore l’heure du Bon Dieu .

Jean :
Mon fils est atteint d’une maladie incurable . Ma femme et moi l’avons emmené trois fois à Lourdes , en vain . Nous avons donc mis le cap sur Fatima . Hélas , trois fois hélas …. aucun changement . Pourquoi ?

Un 3ème théologien :
Qui sait , si votre fils, une fois guéri , n’offensera pas plus Dieu que dans l’état dans lequel il se trouve actuellement . C’est peut-être une pure miséricorde du Bon Dieu de ne pas répondre à vos suppliques .

Odette :
J’ai 35 ans , je désire avoir des enfants , mais malheureusement les médecins m’ont déclarée stérile . J’ai donc été à Garabandal , je suis convaincue de la véracité de ces apparitions et je prie N.D. du Mont Carmel tous les jours …. mais même-là , aucun espoir de maternité . Pourquoi ?

Un 4ème théologien :
Garabandal n’est pas reconnu par l’Eglise . Puisque vous habitez près de Pontmain , il eût été préférable … mais enfin , les desseins du Bon Dieu ne sont pas forcément les nôtres ….

Julien :
Mon frère est possédé . On lui a déjà fait plusieurs exorcismes . l’exorciste attitré du diocèse nous a laissé entendre que certains démons sont tenaces , voire impossibles à déloger . Alors nous avons entrepris pèlerinages sur pèlerinages . A ce jour nous sommes désespérés . Pourquoi ?

Un 5ème théologien :
Tout espoir n’est jamais perdu . Dieu se sert parfois du démon pour nous prouver son existence , entre autres raisons , surtout en ce moment où plus personne n’y croit .

Odile :
Ma mère était gravement malade . Elle se préparait à mourir le mieux possible . Confession , communion , chapelets étaient ses occupations préférées . Un jour , nous avons décidé de l’amener à la Salette . Quelle surprise , elle qui n’avait rien demandé à Marie , la voilà guérie en cours de route , avant d’arriver à la Salette . Pourquoi ,

Un 6ème théologien :
C’est merveilleux . Dieu guérit parfois sans même qu’on le Lui demande …. qui Il veut , quand Il veut et où Il veut . Cela fait partie des plans secrets du Bon Dieu .

Nos six théologiens ont certes tous raison . Leur enseignement est des plus catholiques .

Comme on a pu le constater , la Sainte Vierge , dans tous les endroits où ‘Elle est apparue dans le monde , n’a jamais garantit un miracle à l’avance et aucun des malades venus à ses pieds L’implorer n’aurait parié sur sa guérison . Pourtant les miracles opérés par le Christ , à la demande de sa Mère , sont maintenant innombrables , quelques-uns sont même officiellement reconnus par l’Eglise .
Il est à remarquer qu’à Fatima , où la Vierge avait annoncé un miracle six mois à l’avance , Elle n’avait promis de guérison à personne . Certes , il y a du en avoir , n’en doutons pas .

Mais alors , pourquoi faire autant de tapage autour des apparitions de Garabandal ?

Les théologiens restent muets quant à cette question , et pour cause !
Tout d’abord elle n’est pas reconnue par l’Eglise , donc pas question de se prononcer trop tôt …. Ils préfèrent se retrancher derrière son verdict , même s’il s’avère un jour positif .
Ensuite , il est vrai que la Reine du Ciel n’a jamais procédé de la sorte , c’est inédit ; Et pourtant , dès lors que le pape Paul VI et Padre Pio s’y sont montrés plus que favorables , il est permis d’y croire , sans prendre de risques .
Pourquoi donc notre Mère du Ciel a-t-Elle promis la guérison aux malades présents à Garabandal , le jour du Grand Miracle , quelle que soit leur maladie ou leur religion ? Elle n’a pas dit avant ou après le Miracle , mais le jour même . Elle aurait pu se contenter d’obtenir de son Fils la guérison des malades présents … sans nous en prévenir à l’avance . Le miracle de ces guérisons ne serait pas passé inaperçu pour autant . Cela aurait été suffisamment spectaculaire et unique en son genre pour que le monde entier en parle .
Il doit y avoir une raison . Marie n’a t -Elle pas annoncé qu’Elle viendrait dans la tempête ? Ceci expliquerait cela . Un stimulant ne sera sans doute pas superflu et quoi de plus stimulant qu’une guérison tant désirée . Notre Mère Céleste a mis toutes les chances de son côté .
Nous savons tous que la T.S.Vierge jouait avec les 4 fillettes , qu’Elle riait avec elles et veillait , telle une mère ,à les aider dans leurs tâches quotidiennes . Elle avait bien les pieds sur terra pour savoir de quoi les mortels que nous sommes , sont capables !
Elle-même nous a prévenu , que peu avant le Grand Miracle , un évènement important découragera les plus fidèles de Garabandal .
Devant l’ampleur des défaillances de dernière heure , Elle a trouvé une solution , digne d’une Mère qui veut à tout prix attirer à Elle ses enfants :

L’attrait d’une carotte ô combien salutaire :

- une guérison pour le corps – associée à la guérison de l’âme puisque tous les pèlerins , malades compris , croiront ..

Les théologiens auront , dès lors , un nouveau sujet de réflexion à approfondir !

 

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- Garabandal , qu’en pensent nos pasteurs ?

Posté par sexto le 28 novembre 2012

  • Garabandal
  • Qu’en pensent nos pasteurs ?
  • Péché mortel ?
  • Péché véniel ?
  • Ou alors ?
  • Excellences , Éminences Sa Sainteté ….. la parole est à vous :
  • Excellences :
  • Tous les évêques depuis Mgr Puechol en 1961 , ont reconnu qu’il n’y avait rien de contraire à la foi dans les messages de Garabandal .
  • Mgr Venancio , évêque de Fatima , alla même jusqu’à dire : le message donné par la Sainte Vierge à Garabandal est le même qu’à Fatima , mais réactivé pour notre temps .
  • Alors , péché mortel ?……. sûrement pas .
  • Néanmoins tous les évêques qui ont succédé à Mgr Puechol ont nié le côté surnaturel des apparitions .
  • Ce n’est qu’au début de 1987 que Mgr Del Val Gallo a pris la décision d’autoriser les prêtres à monter à Garabandal et à y célébrer la messe à condition qu’ils ne parlent pas des apparitions .
  • Finalement , le 7 mai 2007 , l’archevêque Carlos Sierra , administrateur apostolique du diocèse de Santander ,( depuis septembre 2006 ) a écarté toutes les interdictions par rapport à Garabandal .
  • Alors , péché véniel ? même pas .
  • Emminences :
  • Les cardinaux Seper et Ottaviani tous deus préfets de la Congrégation de la Foi , ont catégoriquement refusé de sanctionner la prohibition portée par l’évêché de Santander .Le cardinal Ottaviani invita même Conchita à Rome , avec ou sans la permission de son évêque , pour l’interroger . Une 1ère fois du 12 au 20 janvier 1966 , une seconde fois pendant 15 jours en février 1968 . Celle-ci lui fit une impression favorable .
  • Sa Sainteté :
  • Le pape Paul VI déclara :  » C’est l’évènement le plus merveilleux de l’humanité depuis la naissance de Notre-Seugneur . C’est la seconde vie de la Très Sainte Vierge sur terre . Il est très important de faire connaître ses messages . »
  • Et pour ceux qui auraient encore des quelques doutes sur le sérieux de ces apparitions , il ajouta , lors d’une audience ,  » Conchita , je te bénis en mon nom et au nom de toute l’Eglise « 
  • Alors : cadeau du Père …………Céleste ?………………. Il est permis de le penser
  • Dès lors une conclusion s’impose .Elle émane du Centre Notre-Dame du Mont Carmel de Garabandal aus Etats-Unis , patronné par Joey Lomangino :
  •  » Nous n’avons préparé aucun plan de vol , ni aucun pèlerinage pour le Grand Miracle . Nous encourageons tous ceux qui sont intéressés par le Grand Miracle à chercher et à prévoir leur propre itinéraire et moyens de voyage . « 
  • Voila qui est clair , réaliste et judicieux !!!

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- Voici mon Vicaire bien-aimé (Grand Miracle)

Posté par Pèlerin le 12 septembre 2012

Par Raga

 Voici mon  » vieillard  » bien-aimé ,  

  ( la devinette du siècle )   

L’organisateur :  

Cet intermède a eu lieu entre deux dizaines des mystères  lumineux , lors des dernières JMJ.

Etaient présents des jeunes catholiques du monde entier, de toutes les nations ,couleurs , langues et de toutes les tendances .  

Les modernistes ou conciliaires côtoyaient les tradis, ralliés ou pas , et même  des sédévacantistes . Tout ce petit monde chantait , dansait et priait pour la  paix dans le monde et la plus grande gloire de Dieu . Histoire de détendre un tant soit peu cette jeunesse toujours en quête de vérité , je posais la question suivante :   » Comment s’appelle le doyen en Europe ? «   

Les réponses ne manquèrent pas ….  

- Marie-Thérèse Bardet ( 114 ) ? ……. C’était , mais elle est morte .  

- Francisco Fernandez ( 111 ) ? …….C’était , mais il est mort   

- Paule Bronzini ( 112 ) ? … C’était , mais il est mort  

Je vois qu’Internet ne suffit pas à combler vos lacunes en matière de culture  générale . J’aurais mieux fait de vous demander le titre du dernier tub à la mode dans les discothèques !  Mais là , ma nullité aurait été trop manifeste … et puis , aux JMJ tout le monde sait qu’on n’aborde que des sujets sérieux qui élèvent l’âme .  

Donc pour orienter , en quelque sorte, votre réponse , j’ajouterai à ma devinette la précision suivante :  

 » Quel est le nom du pape qui a eu le plus long règne sur le trône de Saint Pierre, Saint Pierre compris ?  »  

Que n’avais-je pas dit ! Chacun avait sa petite idée et tous voulaient parler en même temps :  

  • - le conciliaire pensait à Jean-paul II ( 27 ans )  
  • - le traditionaliste avançait le nom de Saint Pierre ( 34 ou 37 ans )  
  • - le sédévacantiste ne voyait que Léon XIII (25 ans )

Quand j’entendis soudain , un survivantiste , mais oui , je dis bien , un  s u r v i v a n t i s t e , s’exclamer tout haut : Paul VI !  

Alors là , ce fût la stupéfaction générale .  

Après une minute de silence , on entendit murmurer dans la foule : mais il est mort en 1978…il n’a été pape que de 1962 à 1978…16 ans , c’est déjà pas mal , mais on est loin d’un record…et puis il va même être béatifié sous peu et enfin pour clore ce brouhaha un sédévacantiste conclut en ces termes, « il a été le pire des papes,triste record ! »  .

Tous avaient mordu à l’hameçon et ma devinette s’orientait dans le bon sens .  

Je fis donc venir l’auteur de ce tumulte devant le micro et lui demandais de bien vouloir s’expliquer . Un peu intimidé mais très obstiné , il hésita un instant , mais la présence de trois scouts d’ 1 m 90 , en short de cuir d’un vernis à nul autre pareil , le rassura .  

L’organisateur :   

Tous tes copains veulent des explications , alors s’il te plait , sois clair , précis et , si possible , assez bref , nous t’écoutons .  

Le survivantiste :  

Comment se fait-il qu’à l’heure d’Internet, vous ne sachiez pas encore ce que tout le monde a lu et entendu , à savoir que le pape Paul VI avait un sosie et qu’en réalité c’est-ce dernier qui est mort en 1978 . Des auteurs en ont même fait des romans !  

Paul VI a donc maintenant 50 ans de règne et 115 au chrono des années passées sur terre . C’est indiscutable , les faits sont là : il est né le 26 09 1897 . Bien sûr , ce n’est plus la grande forme : au ¾ aveugle , une démarche de canard boiteux , sourd comme un pot , bref l’ombre de lui-même , il mérite cependant toute notre compassion et surtout , toutes nos prières .  

Mais voilà , ce pape qui n’était pas , et de loin le meilleur , est en passe de le devenir . Sa contrition qui n’a d’égale que l’énormité des erreurs commises durant son pontificat l’a rendu d’une humilité telle qu’il n’ a de cesse de vouloir réparer publiquement et officiellement les dégâts causés par ses fautes . Or , ce que le Christ va lui demander le dépasse infiniment . Ce vieillard , dont parlait Don Bosco a encore quelque chose à nous dire , cela ne saurait tarder et alors tous , absolument tous , sous l’effet de la stupeur , l’écouterons .  

Car ce pape , comme tout un chacun , aura vécu l’Avertissement et , par un privilège unique , le Grand Miracle qui lui aura fait retrouver une vigueur et une santé hors du commun . Notre-Dame du Mont Carmel a été on ne peut plus explicite à ce sujet au point que la petite messagère de 12 ans des Monts Cantabriques ne cesse de l’affirmer depuis maintenant 50 ans .Mais hélas tous ne le croiront pas . Il ne serait même pas étonnant que les plus récalcitrants se comptent parmi les traditionalistes …  

L’agitation devint de plus en plus manifeste et mes trois gorilles me firent signe de faire cesser ces élucubrations …. à vrai dire , ils n’avaient pas tort … car trop de lumière le même jour finit par rendre aveugle !  

L’organisateur   

En tant que responsable de groupe , je dois avouer que je ne m’attendais pas à de telles révélations .  

Mais , au fait , d’où te vient cette assurance ?  

Le survivantiste :   

Je n’entrerai pas dans les détails puisqu’il me faut être bref ,  mais si la lecture des quelques ouvrages cités plus loin et que je tiens à votre disposition pouvait n’en éclairer qu’un  seul parmi vous , je ne regretterai pas d’avoir du prendre le   micro malgré ma timidité .  

Mais , bien sûr , vous n’êtes pas obligés de me croire 

Donc , à bientôt , là-haut sur la montagne !  

Le haut-parleur :      3ème mystère lumineux .  

 

* A titre indicatif , l’auteur de cette devinette , qui pour beaucoup d’entre vous ressemble beaucoup plus à un scoop , me prie de vous indiquer les sources de ces révélations surprenantes , voire déroutantes .  

Voici les principales références de ces élucubrations , que vous aurez tout loisir de méditer , d’apprécier ou tout simplement de rejeter en bloc … mais dont les grandes lignes resteront inévitablement gravées dans vos têtes , que vous le vouliez ou non :

  • - Les prophéties de Don Bosco  
  • - Les exorcismes en Suisse  
  • - Le Pape Martyr  
  • -La Vierge a parlé à Garabandal  
  • -Elle se rendit en hâtez à la montagne  
  • -La stigmatisée de Blain  

Sans parler de tous les autres ouvrages qui traitent de ce sujet et que vous trouverez aisément aux éditions D.F.T ou dans toute autre librairie de votre choix , cela s’entend .

 

Mot de la fin :  

 » Voici mon Vicaire bien-aimé , écoutez-le « 

http://garabandal.xooit.fr/t1156-Dialogue-autour-du-grand-Miracle.htm#p4143

Publié dans A- Message de ND (commentaires), B- Prophéties et signes annonciateurs, J- Infos Divers | 1 Commentaire »

- A propos du monde présent au Grand Miracle

Posté par sexto le 7 janvier 2012

Conférence au sommet en enfer

Ordre du jour :

le Grand Miracle de Garabandal

 

Le grand chef :

Vous n’êtes plus sans ignorer que la Grande Dame a annoncé la venue d’un Grand Miracle il y a déjà de cela 50 ans . Par bonheur pour nous , rien ne s’est encore passé . Mais que cela ne nous rassure pas . Restons donc sur nos gardes car cette Grande Dame n’a pas l’habitude de mentir .

Votre zèle pour contrecarrer cet évènement est sans limite , je le vois bien , mais faites-moi quand même un récapitulatif .

 

Les hauts gradés :

Grand Maître , la quasi-totalité de ses préférés ( les prêtres ) comme Elle les appelle , ont rejeté son ultime message et donc la suspicion , le doute et finalement le rejet ont été enclenchés . On avait cru avoir gagné , mais hélas , trois fois hélas , ce n’était que le début de notre combat .

Ensuite on a fait appel aux spécialistes de la médecine , tu sais bien … les » psys  » comme on les appelle . Eux aussi ont mis le paquet . C’était très gentil de leur part mais ça n’a pas encore suffi . Alors pendant plusieurs années on l’a bouclé . La parole est d’argent ….le silence est d’or disent – ils .

C’était presque vrai : les ¾ des témoins de ces phénomènes sont morts …. sauf un , tu sais bien de qui on parle , l’aveugle qui doit voir le jour J , et dont on n’arrive pas à bout pour l’ éliminer malgré nos multiples tentatives . Et bien , rien que cela a suffi à relancer l’enthousiasme de cette minorité complètement  » accro  » .

Tous les piou-pious  (ensemble ):

Grand Maître , on n’ a cessé de leur répéter que :

- Ce n’est pas un article de foi

- Qu’on peut aller au Ciel sans y croire

- D’ailleurs les malades seront guéris de tous les endroits d’apparitions

- Que si la  » Dame  » veut qu’ils y soient , ils y seront

- Que de toutes façons il n’y aura pas de place pour tout le monde

- Que s’ils mettent tout l’argent de côté en prévision du grand Miracle … que leur restera-t-il pour partir en vacances

- Que s’ils ne sont pas justement en vacances à ce moment , ils risquent de perdre leur boulot et ce n’est vraiment pas le moment

- Qu’avant c’était possible , mais que maintenant le chômage les guette …

Il y avait tellement de suggestions que le grand chef mit le holà et décida de changer de tactique .

 

Le grand chef:

Ce que vous avez déjà fait est très bien mais visiblement il manque encore quelque chose. J’ai donc décidé de faire un virage à 180° . Dorénavant Garabandal sera vrai , le doute n’est plus permis .Ne perdons donc plus notre temps . La Grande Dame veut que tout le monde y soit , et bien … nous aussi !

De gros murmures se firent alors entendre et la révolte gronda , mais le grand chef les rassura de suite ;

A l’avenir vous ferez faire des conférences sur Garabandal par des gens dignes de confiance , bien intentionnés , sincères , méritants , courageux , totalement désintéressés , qui sauront convaincre leurs auditeurs . A ce stade , rien de plus facile aux conférenciers de leur faire comprendre que la panique sera tellement grande qu’un plan « ORSEC  » a d’ores et déjà été élaboré afin que seuls les cars bien organisés pourront accéder au village . Plus question de laisser passer les voitures individuelles à l’exception des ambulances – voitures de police – pompiers ou agents de sécurité . Les conférences se termineront par une réservation dans un de ces nombreux cars , en France , comme à l’étranger , avec comme ultime conseil d’être prêts pour ce grand voyage 24 h à l’avance : le chauffeur de car ne pouvant se permettre le luxe de perdre quelques précieuses minutes .

Vous m’avez bien compris : ainsi , ils seront bien tous là-bas … mais en retard … Il fallait y penser !!!

Car il va de soi que pendant ce court laps de temps aucun d’entre vous ne se tournera les  » griffes  » : j’y veillerai personnellement . Ces mortels insouciants , n’arrivant pas à prendre quelques sages précautions pour se rendre ( en voiture ou en car ) à cet évènement unique et d’une telle importance , semblent oublier notre pouvoir . Vous aurez donc à votre disposition tout un arsenal de moyens pour les en empêcher :

- accidents de la route

- troubles politiques , sociaux -économiques

- glissements de terrain , tremblements de terre

- tempêtes , ouragans , intempéries de toutes sortes

et je pourrai continuer ainsi longtemps mais je préfère vous laisser le mérite d’en trouver d’autres .

Notre but final doit être : Garabandal = GROUND ZERO

Depuis le temps qu’on leur dit qu’il faut se méfier de moi lorsque je prêche la vérité … Ils n’ont toujours rien compris .

Bon courage et à très bientôt de vos nouvelles ,

Le grand chef

Sans commentaires … mais comment taire ?

 

Publié dans J- Infos Divers | 1 Commentaire »

- La fin justifie-t-elle les moyens ?

Posté par Pèlerin le 26 mai 2011

 L’unité des chrétiens à quel prix ?

Nous allons voir comment cet article rejoint la prophétie des petites de Garabandal : « L’Eglise (catholique) aura presque disparu », « l’Eglise sera comme protestante », « on sera tous comme des prêtres…. », « cardinaux, évêques, prêtres vont sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup d’âmes ». Souvenez-vous que la Vérité est Une, qu’Elle ne se négocie pas, et que le Christ est la Vérité. 

Nous avons déjà vu dans un article récent, l’échec des préparatifs du dogme de Marie Médiatrice et Corrédemptrice  lors du dernier concile (ici) (ne pas porter préjudice au rapprochement avec les protestants). Voyons à présent comment la doctrine catholique continue d’être attaquée au sein de l’Eglise aujourd’hui.

Au XVI è siècle, le Pape St Pie V ouvre le Concile de Trente, afin de protéger l’Eglise Catholique contre le protestantisme. Il en ressortira la Sainte Messe (messe tridentine ou de St Pie V) ainsi que d’autres décrets, tel celui de la Justification : Le Salut par la Foi et les Oeuvres.

Mais avant de poursuivre, relisons cette Parabole du Bon Samaritain :

« Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?
Jésus lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ?
Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même.
Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras.
Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ?
Jésus reprit la parole, et dit: Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?
C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi.
Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même« . Luc 10:25-37

ainsi que ce passage de St Jacques :

14 Mes frères et soeurs, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les oeuvres? Cette foi peut-elle le sauver? 15 Si un frère ou une soeur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, 16 et que l’un de vous leur dise: «Partez en paix, mettez-vous au chaud et rassasiez-vous» sans pourvoir à leurs besoins physiques, à quoi cela sert-il? 17 Il en va de même pour la foi: si elle ne produit pas d’oeuvres, elle est morte en elle-même. 18 Mais quelqu’un dira: «Toi, tu as la foi, et moi, j’ai les oeuvres.» Montre-moi ta foi sans les oeuvres, et moi, c’est par mes oeuvres que je te montrerai ma foi. 19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu? Tu fais bien; les démons aussi le croient, et ils tremblent. 20 Veux-tu reconnaître, homme sans intelligence, que la foi sans les oeuvres est morte? 21 Notre ancêtre Abraham n’a-t-il pas été considéré comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’il a offert a son fils Isaac sur l’autel? 22 Tu vois bien que sa foi agissait avec ses oeuvres et que par les oeuvres sa foi a été menée à la perfection. 23 Ainsi s’est accompli ce que dit l’Ecriture: Abraham eut confiance en Dieu et cela lui fut compté comme justice. Et il a été appelé ami de Dieu. 24 Vous voyez [donc] que l’homme est déclaré juste sur la base de ses actes, et pas seulement de la foi. 25 Rahab la prostituée n’a-t-elle pas, de la même manière, été considérée comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’elle a accueilli les messagers et les a fait partir par un autre chemin? 26 En effet, de même que le corps sans esprit est mort, de même la foi sans [les] oeuvres est morte. (Jacques, 2, 14-26)


Voici ce que déclare le Pape St Pie V, lors du CONCILE DE TRENTE, pour protéger l’Eglise contre les hérésies du protestantisme, entre autre sur la Justification :

Session VI, chapitre VII

« S’ESTANT répandu en ces derniers temps, au malheur de plusieurs Ames, & au grand détriment de l’union de l’Eglise, certains sentimens erronez, & une Doctrine entiérement contraire à la vérité touchant la Justification ; le Saint Concile de Trente Oecuménique, & Général, légitimement assemblé sous la conduite du Saint Esprit, (…) pour le salut des Ames, d’exposer à tous les Fidelles Chrestiens, la véritable & saine Doctrine, touchant la Justification ; telle que l’a enseignée le Soleil de Justice Jesus-Christ, l’Auteur & le Consommateur de nostre Foy (Heb. 12 .2) ; que les Apostres nous l’ont laissée ; & que l’Eglise Catholique l’a toûjours tenuë & gardée, par l’inspiration du Saint Esprit ; défendant tres-étroitement que personne à l’avenir ne soit assez téméraire pour s’en former une autre créance, ni pour prescher, ou enseigner sur cette matiere autrement que suivant ce qui est défini, & déclaré par le présent Decret.

CETTE disposition, ou préparation, est suivie de la Justification mesme, qui n’est pas seulement la rémission des péchez, mais aussi la sanctification & le renouvellement de l’homme intérieur, par la réception volontaire de la Grace, & des dons qui l’accompagnent. (…) D’où vient que dans cette justification, l’homme, par Jesus-Christ, auquel il est enté, reçoit aussi tout ensemble, avec la rémission des péchez, tous ces dons infus, la Foy, l’Espérance, & la Charité : car si l’Espérance & la Charité ne se joignent pas à la Foy, elle n’unit pas parfaitement avec Jesus-Christ, ni elle ne rend pas l’homme un membre vivant de son Corps. C’est ce qui a donné lieu à ces véritez, que la Foy sans les œuvres est morte & inutile (Jacob. 2. 17.) ; & aussi, qu’en Jesus-Christ, ni la Circoncision, ni l’incirconcision ne servent de rien, mais la Foy qui opere par la Charité (Galat. 5. 6.). C’est cette Foy, que les Catéchumenes, selon la tradition des Apostres, demandent à l’Eglise, auparavant le Sacrement de Baptesme, lors qu’ils demandent la Foy, qui donne la vie éternelle, que la Foy seule ne peut pas donner sans l’Espérance & la Charité. Et pour cela, on leur répond incontinent cette parole de Jesus-Christ : Si vous voulez entrer en la vie, gardez les Commandemens (Matth. 19. 17.). C’est pourquoy, aussitost qu’ils sont nez de nouveau par le Baptesme, recevant cette justice chrestienne & véritable, comme la premiere robe qui leur est donnée par Jesus-Christ, au lieu de celle qu’Adam a perduë pour luy, & pour nous, par sa désobéïssance, ils reçoivent aussi en mesme temps le commandement de la conserver blanche, & sans tache, pour la pouvoir présenter en cét estat devant le Tribunal de Nostre Seigneur Jesus-Christ, & obtenir la vie éternelle» (1)


Le CONCILE DE TRENTE donne un enseignement définitif. Concile infaillible. Le confirme la déclaration du 1er § : « (nous défendons) tres-étroitement que personne à l’avenir ne soit assez téméraire pour s’en former une autre créance, ni pour prescher, ou enseigner sur cette matiere autrement que suivant ce qui est défini, & déclaré par le présent Decret.


Or, le 31 octobre 1999, une DÉCLARATION CONJOINTE SUR LA DOCTRINE DE LA JUSTIFICATION de la Fédération Luthérienne Mondiale et de l’Eglise catholique déclare :

« (…) Nous sommes convaincus que la compréhension commune à laquelle nous sommes parvenus constitue un fondement solide qui permettra cette clarification ultérieure. Les Eglises luthériennes et l’Eglise catholique romaine continueront à approfondir leur compréhension commune afin qu’elle porte ses fruits dans l’enseignement et la vie ecclésiale.

44. Nous rendons grâce à Dieu pour ce pas décisif dans le dépassement de la séparation des Eglises. Nous prions l’Esprit Saint de continuer à nous conduire vers cette unité visible qui est la volonté du Christ. » (2)


Quelle est cette compréhension commune entre luthériens et catholiques depuis 1999 ? que la Foi seule sauve. Déclaration en contradiction avec l’enseignement de Notre Seigneur (voir la parabole du Bon Samaritain en haut de page). Le Seigneur nous rappelle les commandements, les actes de charité. Et comme l’indique le Concile de Trente, la Foi sans les oeuvres est morte.

Quant à la « Séparation des Eglises » dont il est question dans cette déclaration, les participants catholiques à cette déclaration auraient-ils oublié que l’Eglise Catholique est Une et Sainte ? c’est bien Luther et son « église » qui se sont séparés de l’Eglise de Notre Seigneur et non l’Eglise Catholique qui a dévié du Chemin.


Voici aussi ce que déclarait Benoît XVI en 2009, 10 ans après la signature de cette déclaration :

« Cet anniversaire, conclut Benoît XVI, est donc une occasion pour rappeler la vérité sur la justification de l’homme, témoigner ensemble, pour nous retrouver dans des célébrations œcuméniques et pour approfondir cette thématique et les autres qui sont objet du dialogue œcuménique. J’espère de tout cœur que cette occasion si importante puisse contribuer à faire progresser le chemin vers l’unité pleine et visible de tous les disciples de Christ. » (3)

« La vérité sur la justification de l’homme » : de quelle vérité parle-t-on ?

Autre question : un pape peut-il revenir sur le décret d’un ancien pape ?

Un enseignement « infaillible » d’un pape ou d’un concile œcuménique peut contredire des enseignements antérieurs de l’Église, dans la mesure où ils ne sont pas eux-mêmes considérés comme infaillibles. Or, dans le cas présent (Concile de Trente), il s’agit bien d’un enseignement infaillible ; contrairement à cette déclaration luthérienne et catholique qui ne présente pas de caractère infaillible.

Au passage, quant à ce désir de « célébrations oecuméniques », est-il conforme à l’enseignement de l’Eglise ? Non et en voici la raison :

« Les célébrations oecuméniques, toute participation à une prière autre qu’au sein de l’Eglise catholique, est condamnée : « La communicatio in sacris est interdite avec les non-catholiques par le canon 1258, paragraphe 1, qui dit : “Il est absolument interdit aux fidèles d’assister ou de prendre part activement aux cultes des a-catholiques de quelque manière que ce soit”. » (droit canonique Chanoine Naz) (4)

(Petite parenthèse pour vous signaler ce que mentionne le directoire oecuménique de 1993 : n°118: « Dans les célébrations liturgiques ayant lieu dans d’autres Eglises et Communautés ecclésiales, il est conseillé aux catholiques de participer aux psaumes, répons, hymnes et gestes communs de l’Eglise dont ils sont les invités. Si leurs hôtes le leur proposent, ils peuvent lire une lecture ou prêcher. » non, vous n’avez pas rêvé ! C’est tout le contraire.)

Cette déclaration (non infaillible) porte atteinte à l’intégrité de l’Eglise en temps qu’elle contredit l’enseignement infaillible du Concile de Trente et qu’elle met l’Eglise et les fidèles en danger. Le Concile de Trente (infaillible) défend (par décret du Pape) « tres-étroitement que personne à l’avenir ne soit assez téméraire pour s’en former une autre créance, ni pour prescher, ou enseigner sur cette matiere autrement que suivant ce qui est défini, & déclaré par le présent Decret. » C’est pourtant ce qui a été fait.

Conclusion :

Sous les apparences d’unité, les hommes se réjouissent mais ne savent pas, ne cherchent pas, ne défendent plus la Vérité. Ils croient avoir la Foi mais savent-ils en qui ou en quoi ils ont foi ? C’est la raison pour laquelle il faut avertir des dangers que présentent les changements et déclarations actuelles au sein de l’Eglise. La Foi ne doit pas exclure la Prudence.

La fin justifie-t-elle les moyens ?


Un dossier intéressant à lire sur ce site : (5)

Documents utilisés pour réaliser cet article :


(1) http://jesusmarie.free.fr/concile_de_trente.html

(2)http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/documents/rc_pc_chrstuni_doc_31101999_cath-luth-joint-declaration_fr.html

(3) http://ephata.actifforum.com/t2275-benoit-xvi-la-doctrine-de-la-justification

(4) http://wordpress.catholicapedia.net/?tag=communicatio-in-sacris

(5) http://www.fsspx.org/fr/bibliotheque-mediatheque/lettre-nos-freres-pretres/dossiers-1-laccord-sur-la-justification-ou-loecumenisme-dissolvant/


Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

- Réveillez-vous, il n’est pas encore trop tard

Posté par Pèlerin le 5 mai 2011

« Cardinaux, Evêques, prêtres vont sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup d’âmes » Notre dame. 

D’abord quelques citations :

« Le salut – l’auto réalisation de l’humanité – n’a pas de nature éternelle. Il ne portera à l’homme mortel aucune résurrection de la chair. La naïve espérance d’une vie éternelle – comme la croyance en l’Assomption et au retour du Seigneur dans son Corps – ne doivent pas être conçus autrement que symboliquement. »

« Comment l’homme peut-il se créer l’âme avec tant de facilité ? Parce qu’il ne la crée pas du néant, mais de la matière existante : l’âme animale évoluée philogénétiquement qu’il a reçu de ses parents, de ses ancêtres et des singes et qu’il doit seulement améliorer. »

« Dieu n’est pas un être historique qui collabore avec l’homme et l’homme ne collabore pas avec Dieu mais agit seulement en collaboration avec d’autres hommes. La religion ne tire pas son origine de la révélation divine, mais elle est simplement le fruit de l’imagination humaine. La religion catholique ne diffère pas des autres cultes. »

« chaque mystère divin est à considérer comme variation ou nuance d’un système de pure pensée. Le christianisme dogmatique traditionnel est l’un de ces systèmes erronés. »

Qui est l’auteur de cet enseignement ?
Tout d’abord, revenons à Garabandal….

Notre Dame de Garabandal a prévenu :
« Cardinaux, évêques, prêtres sont sur le chemin de la perdition et entraînent beaucoup d’âmes« .

Elle n’est pas apparue à Garabandal pour nous raconter de jolies histoires ou nous chanter des berceuses. Elle est venue nous avertir (c’est un avertissement) et non nous conforter (le monde et l’Eglise !). Comme une Mère, Elle veut le salut de Ses enfants et nous prévient des dangers qui nous menacent si nous ne changeons pas et si l’Eglise ne change pas, car l’Eglise est Sainte, mais étant aussi humaine, Ses pasteurs n’accomplissent plus leur devoir de guide en conformité avec l’enseignement Notre Seigneur. Notre Dame est apparue en plein Concile…

Si Elle est venue nous encourager à la prière, ce n’est pas pour nous tourner vers Allah ou Bouddha, mais bien vers la Sainte Trinité : Père, Fils et Saint Esprit !

Nous sommes donc obligés de répondre aux lecteurs qui ne comprennent pas cela qu’eux-mêmes sont en danger de « mort » s’il leur importe peu ce que l’Eglise actuelle leur recommande ou si sa hiérarchie apostasie.

C’est extrêmement grave de fermer les yeux sur cette réalité car c’est aussi faire fi des recommandations, des avertissements de Notre Dame de Garabandal.

Nous devons obéissance d’abord à Notre Seigneur qui est LA VERITE. Tout pasteur de l’Eglise se doit de montrer le bon Chemin, celui de la Vérité qui est le Christ, et non nous faire croire que toute religion est bonne, que l’on peut même embrasser le Coran. Si un pasteur se trompe, même « pape », c’est au Christ seul que vous devez obéir !

Il faut que les hommes se réveillent…. nous vivons à une heure extrêmement grave, celle du Message de Notre Dame de la Salette, celle de « l’avant-coureur de l’Antéchrist« . C’est bien joli de disserter sur internet ou dans les salons, au sujet de l’Antéchrist et de la fin des Temps alors que l’on n’est pas capable soi-même d’en reconnaître les signes précurseurs.

Nous n’avons plus le droit de cacher cette terrible vérité. Peu importe que cela plaise ou non à certains lecteurs.

Faire revenir l’humanité vers le Seigneur, ce n’est pas mettre de jolies images d’une « béatification » ou d’une assemblée de jeunes avachis sur une esplanade, et cacher tout ce qui pourrait déranger et qui n’est pas conforme au Christ.

C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de toujours se former, de lire et relire son catéchisme, de consulter de vrais ouvrages catholiques… sinon comment peut-on se tenir prêt à réagir en cas de danger ? C’est le manque de connaissances qui rend aveugle. L’homme préfère se fier à l’apparence, au sourire d’un prélat, à ses mises en scène « amusantes », plutôt que de voir à l’intérieur les vrais dangers. L’homme s’est laissé séduire et c’est le pouvoir du démon que séduire et aveugler.

Les citations en haut de page sont quelques-unes parmi d’autres des thèses défendues par Karol Wojtyla, extraites de son ouvrage : « Personne et action » (1969).
Terrible n’est-ce pas de lire cet enseignement. « L’espérance de la vie éternelle n’est que symbolique, etc etc ». Est-ce l’enseignement du Christ ? n’est-il pas mort et ressuscité pour notre salut, pour que nous ayons droit à la vie éternelle ? Pour mieux comprendre et vérifier ces informations, consultez le Blog de la Question ici.

Continuons….

Notre Dame a toujours appelé à se convertir ; des pélerins d’autres religions sont venus au moment des extases. La première conversion concerna une jeune fille Juive qui se fit baptiser par la suite….

Or, qu’en est-il du message actuel de l’Eglise vis à vis du judaïsme ?

Une réponse tirée de l’ouvrage de Don Luigi Villa :

« (…) Wojtyla eut toujours une grande aspiration : celle de réconcilier juifs et catholiques. (…)
Pour Wojtyla la religion juive était une partie de lui-même et plus tard comme archevêque de Cracovie et lorsqu’il devint Pape. (…) Mais Wojtyla était-il juif aussi ? Or, que Jean-Paul II fut juif, c’est Yaskov Wise, expert de généalogie hébraïque, qui l’a témoigné. »

Pour résumer la généalogie sur Jean-Paul II, il était juif de par sa mère sur trois générations.

Ce qui, à présent, permettra de mieux comprendre la mise en état d’accusation du catholicisme envers l’hébraïsme, la prière au Mur des Lamentations, le déménagement de la communauté religieuse qui priait à Auschwitz (« Jean-Paul II déclare en 1988 que ce dernier s’inscrit « dans l’esprit de Vatican II pour le dialogue judéo-chrétien. ») http://www.akadem.org/photos/contextuels/6093_8_carmel_auschwitz.pdf 

Benoît XVI n’a fait que reprendre le travail de « réconciliation » (!) avec le peuple juif en modifiant la prière de conversion pour les Juifs, le soir du Vendredi Saint. Et ce n’est qu’un exemple.

Sous peu, nous allons connaître un nouvel Assise. Et tout le monde suit comme des moutons incapables de discerner ni de réagir. La nouvelle religion mondiale est en marche.

Qu’avez-vous fait pour défendre l’Eglise Catholique et prévenir votre prochain ?

C’est le sens véritable du Message de Notre Dame de Garabandal.
Elle est venue nous mettre en garde contre le chemin de perdition que beaucoup prennent sans voir.

« Je vomirai les tièdes » a dit le Christ.
Alors « 
réveillez-vous, il n’est pas trop tard ! »

La prière, la pénitence, les sacrifices sont nécessaires à notre salut. Mais ça ne suffit pas : nous ne vivons pas seuls et notre devoir à tous est de travailler au salut du prochain et non de le laisser se perdre.

Et vous, que faîtes-vous ?

Prions donc le Seigneur pour qu’Il nous donne beaucoup de saints prêtres

Prions aussi pour les prêtres qui se sont égarés afin qu’ils retrouvent la Voie.

***

Publié dans A- Message de ND (commentaires), C- La Fin des Temps, K- Billets d'humeur | 3 Commentaires »

- Joie dans le Ciel pour un pécheur qui fait Pénitence

Posté par Pèlerin le 12 mars 2011

Lorsque viendra l’Avertissement, chacun verra l’état de son âme (ses péchés, ses omissions….) telle que Dieu la voit ! Plus l’âme sera noircie par nos péchés, plus nous comprendrons que nous nous sommes éloignés de Dieu et plus nous souffrirons !
L’Avertissement sera donc une épreuve difficile (« déjà un châtiment » comme disait Conchita) et déclenchera la volonté de remettre sa conscience en paix.
Il existe un moyen (donné par Notre Seigneur) pour vivre en ami de Dieu (selon Sa Volonté, Ses commandements) ou pour se réconcilier avec Lui : c’est le Sacrement de Pénitence, appelé aussi Confession.

Voici résumé le sens de ce Sacrement….

« Jésus-Christ a institué le sacrement de Pénitence le jour de sa Résurrection, quand, entré dans le cénacle, il donna solennellement à ses apôtres le pouvoir de remettre les péchés.
Le sacrement de Pénitence confère la grâce sanctifiante par laquelle sont remis les péchés mortels et aussi les péchés véniels qu’on a confessés et dont on a le repentir; il change la peine éternelle en peine temporelle dont une partie, plus ou moins grande selon les dispositions, est même remise; il rend les mérites des bonnes oeuvres faites avant de commettre le péché mortel; il donne à l’âme des secours opportuns pour ne pas retomber dans le péché et remet la conscience en paix. »

Vous trouverez toutes les informations nécessaires à une bonne confession sur ce site :
http://grand-catechisme-saint-pie-x.blogspot.com/2009/04/iv-6.html

Il est évident que, même si l’Avertissement n’avait pas été annoncé à Garabandal, nous devons vivre de ce Sacrement, en particulier en ce temps de Carême !

http://grand-catechisme-saint-pie-x.blogspot.com/

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

- Conversion du monde et triomphe du Coeur Immaculé de Marie…

Posté par Pèlerin le 3 février 2011

 Pour la conversion du monde
et le triomphe du Coeur Immaculé de Marie….

- Les prières de Fatima…

« Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’espèrent pas, qui ne Vous aiment pas. »

« Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de son très Saint Coeur et du Coeur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs. »

« Ô Jésus, c’est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Coeur Immaculé de Marie. »

Cette prière se récite après chaque dizaine du chapelet :

« Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés,
préservez-nous du feu de l’enfer,
et conduisez au Ciel toutes les âmes,
surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. »

« Doux Coeur de Marie, soyez mon salut ;
Doux Coeur de Jésus, soyez mon amour ;
Coeur Immaculé de Marie, convertissez les pécheurs ;
Préservez leurs âmes de l’enfer. »

(Prière que chantonnait Jacinthe en gardant ses brebis ou en cueillant des fleurs)

http://www.fatima.be/fr/sanctus/prieres/fatima.php

- Ci-après, d’autres prières…

Prière pour la conversion des incrédules (St Alphonse)

Ô Verbe incarné, ô Sauveur du monde, qui par votre mort avez procuré aux hommes le salut éternel, pourquoi devez-vous trouver auprès d’eux une ingratitude telle, que non seulement ils se refusent à vous obéir et à vous aimer, mais qu’ils vont jusqu’à nier la mort et les souffrances que vous avez endurées pour eux ? Vous ne cessez de veiller à leur bien ; et ils prétendent les ingrats ! que vous ne daignez pas même penser à eux. Vous les avez créés immortels pour les rendre un jour éternellement heureux ; et eux s’efforcent de se persuader qu’ils sont mortels, afin de pouvoir s’abandonner sans frein, à tous les vices, et ils travaillent ainsi à se rendre éternellement malheureux. Ah ! Par les mérites de votre vie et de votre mort, venez au secours de vos serviteurs ; et ne permettez pas que l’impiété vienne à triompher par la perte de tant d’âmes rachetées au prix de votre sang. Régnez Seigneur, régnez en souverain au milieu de vos ennemis.

Prière à Marie pour la conversion des hérétiques (St Alphonse)

Vierge puissante, qui seule avez détruit toutes les hérésies dans le monde entier, délivrez l’univers chrétien des embûches du démon, et jetez un regard favorable sur les âmes trompées par les ruses de Satan, afin que, déposant toute malice hérétique, les coeurs des égarés soient changés et reviennent à l’unité de la vérité catholique, par votre intercession auprès de Notre Seigneur Jésus-Christ votre Fils, qui, étant Dieu, vit et règne avec Dieu le Père en l’unité du Saint Esprit, dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Prière pour la conversion des infidèles (de St François Xavier)

Ô Dieu éternel, créateur de toutes choses, souvenez-vous que les âmes des infidèles ont été créées par Vous à Votre image et à Votre ressemblance. Voici mon Dieu, qu’à votre déshonneur, l’enfer s’en remplit. N’oubliez pas que Jésus Votre Fils à souffert pour leur salut la mort la plus douloureuse. Je vous en supplie, Seigneur, ne permettez pas plus longtemps que Votre Fils soit méprisé des infidèles ; mais apaisé par les prières de vos saints, et de la Sainte Eglise épouse de votre divin Fils, rappelez-vous votre miséricorde, oubliez leur idolâtrie et leur infidélité, et faites qu’eux aussi connaissent enfin Celui que vous avez envoyé, Jésus-Christ, Notre Seigneur, qui est notre salut, notre vie, notre résurrection, par qui nous avons été sauvés et délivrés, et à qui soit la gloire dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 daganzo.jpg     mariefatimachapelet.jpg

Publié dans G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

- Miracle de Calanda

Posté par Pèlerin le 10 janvier 2011

Dans l’histoire de Garabandal, il y a des prophéties surprenantes qui en font douter plus d’un. Il y a en particulier celle du Padre Luis Andreu qui a vu le Miracle par anticipation et qui en est mort de joie. Une prophétie annonce que l’on retrouvera son corps intact le lendemain du Grand Miracle.

Or, sa sépulture a été déménagée il y a quelques années. Les jésuites ont alors pu observer que le corps du Padre Andreu était décomposé. Certains y voient déjà une contradiction, une fausse prophétie…. bien au contraire, c’est justement parce que ces jésuites ont attesté de la décomposition du corps, que le Miracle en sera d’autant plus grand. Il fallait que quelqu’un atteste de la décomposition de ses propres yeux … pour confirmer le Miracle du corps retrouvé intact le lendemain du Miracle.

Cela vous semble toujours impossible ?.. voici alors une histoire…. vraie … et reconnue par l’Eglise, une histoire restée presque inconnue hors d’Espagne pendant près de trois siècles. Le bénéficiaire, Miguel Juan Pellicer, est parfaitement connu grâce aux nombreux renseignements conservés par les archives de la paroisse de Calanda (province d’Aragon, nord de l’Espagne), qu’une personne courageuse a soustraites au pillage et aux destructions pendant la guerre civile de 1936.

*

Miguel Juan Pellicer reçoit le baptême le 25 mars 1617. Il est le deuxième des huit enfants de modestes agriculteurs qui mènent une vie vertueuse. L’instruction de l’enfant se réduit au catéchisme. Cette formation religieuse élémentaire enracine en lui une foi catholique simple et solide, fondée sur la réception régulière des Sacrements et sur une ardente et filiale dévotion à la Vierge Marie, vénérée à Saragosse sous l’appellation de «Nuestra Señora del Pilar» (Notre-Dame du Pilier), Patronne de l’Espagne. Vers l’âge de dix-neuf ou vingt ans, Miguel s’installe comme ouvrier agricole, au service d’un oncle maternel, dans la province de Valence. À la fin de juillet 1637, alors qu’il conduit vers la ferme deux mulets traînant une charrette chargée de blé, il tombe de l’attelage et une des roues de la charrette passe sur sa jambe, au-dessous du genou, provoquant la fracture du tibia.

L’oncle Jaime transporte sans retard le blessé à la petite ville voisine, puis à une soixantaine de kilomètres de là, à Valence, où il arrive le 3 août. Miguel y reste cinq jours, au cours desquels lui sont appliqués divers remèdes qui restent sans effet. Il retourne alors à Saragosse où il parvient dans les premiers jours d’octobre 1637. Épuisé et fiévreux, il est admis au Real Hospital de Gracia. Là, il est examiné par Juan de Estanga, professeur à l’université de Saragosse, chef du service de chirurgie, et par deux maîtres chirurgiens, Diego Millaruelo et Miguel Beltran. Ces praticiens, ayant constaté la gangrène avancée de la jambe concluent que le seul moyen de sauver la vie du malade est l’amputation. Lorsqu’ils témoigneront devant les juges, ces médecins décriront la jambe comme «très phlegmoneuse et gangrenée», au point de paraître «noire». Vers la mi-octobre, Estanga et Millaruelo procèdent à l’opération: ils coupent la jambe droite «quatre doigts au-dessous du genou». Bien qu’assoupi par la boisson alcoolisée et narcotique en usage à l’époque, le patient ressent des douleurs atroces: «Dans son tourment, diront les témoins, le jeune homme invoquait sans cesse et avec beaucoup de ferveur la Vierge du Pilier». Un étudiant en chirurgie, du nom de Juan Lorenzo García est chargé de recueillir la jambe coupée et de l’enterrer dignement dans la partie du cimetière de l’hôpital réservée à cet usage. À cette époque de foi, le respect envers le corps destiné à ressusciter, imposait que même les restes anatomiques fussent traités avec piété. García attestera plus tard avoir enterré le morceau de jambe, horizontalement, «dans un trou profond d’un empan», soit vingt et un centimètres selon la mesure aragonaise.

Après quelques mois de séjour à l’hôpital, avant même que sa plaie ne soit parfaitement cicatrisée, Miguel se rend au sanctuaire «du Pilier», à environ un kilomètre, et remercie la Vierge «de lui avoir sauvé la vie, afin qu’il pût continuer à la servir et à lui manifester sa dévotion»; puis il la prie instamment de lui obtenir de «pouvoir vivre de son travail». Au printemps 1638, l’administration de l’hôpital lui fournit une jambe de bois et une béquille. Pour survivre, le jeune homme n’a d’autre solution que de se faire «pordiosero», c’est-à-dire mendiant autorisé par le Chapitre des chanoines du sanctuaire «du Pilier». Saragosse compte alors vingt-cinq mille habitants: la plupart vont «saluer la Vierge» chaque jour. L’attention de ces innombrables visiteurs est attirée par le visage souffrant de ce jeune estropié qui sollicite leur charité. Miguel assiste chaque jour à la Sainte Messe dans le sanctuaire; à la fin de celle-ci, il enduit son moignon avec l’huile des lampes qui brûlent en permanence devant la statue de Notre-Dame du Pilier. Le professeur Estanga a beau lui expliquer que ces onctions auront pour effet de retarder la cicatrisation de sa plaie, Miguel continue son geste de dévotion: cet acte de foi dans la puissance de la Vierge prime, pour lui, sur les règles sanitaires.

Au début de 1640, Miguel rentre dans son pays natal. Il arrive à Calanda, monté sur un petit âne, au mois de mars. Son voyage d’environ 120 kilomètres l’a épuisé; mais l’affectueux accueil de ses parents lui redonne des forces. Miguel va avoir 23 ans. Ne pouvant aider les siens par son travail, il se remet à demander l’aumône. Nombreux seront ceux qui témoigneront avoir vu le jeune mutilé dans les villages des alentours de Calanda, monté sur un petit âne, sa jambe coupée en évidence, pour interpeller la charité des habitants. Le 29 mars 1640, on fête, cette année-là, le 1600e anniversaire de la «venue en chair mortelle» de la Vierge Marie sur les bords de l’Èbre, selon la persuasion des gens de la région. C’est là l’origine de la vénération séculaire des Espagnols envers la Vierge du Pilier. À la même époque, paraît à Louvain (en Flandre alors espagnole) «l’Augustinus», livre de l’évêque Cornelius Jansen, qui donnera son nom au Jansénisme, doctrine tristement célèbre qui rejette comme indignes de la foi pure, la dévotion mariale, la piété populaire, les pèlerinages, les processions, l’attention des gens simples aux miracles…

Ce jeudi 29 mars, Miguel s’efforce d’aider les siens en remplissant de fumier les hottes dont est chargé le petit âne. Il le fait neuf fois de suite, malgré sa difficulté à se tenir sur sa jambe de bois. Le soir venu, il rentre à la maison, fatigué, son moignon plus endolori que d’habitude. Cette nuit-là, les Pellicer doivent héberger, par ordre du gouverneur, un des soldats de la Cavalerie royale qui marche vers la frontière pour repousser les troupes françaises: Miguel est contraint de lui laisser son lit et il couche sur un matelas à même le sol, dans la chambre de ses parents. Il s’y allonge, vers dix heures. Ayant enlevé sa jambe de bois, il étend sur lui un simple manteau, trop court pour couvrir tout le corps, car il a prêté sa couverture au soldat, puis il s’endort…

Entre dix heures et demie et onze heures, la mère de Miguel entre dans la chambre, une lampe à huile à la main. Elle sent aussitôt «un parfum, une odeur suave». Intriguée, elle lève sa lampe: du manteau qui couvre son fils profondément endormi, dépassent non pas un, mais deux pieds, «l’un sur l’autre, croisés». Saisie de stupeur, elle va chercher son mari; celui-ci soulève le manteau: pas de doute, ce sont bien deux pieds, chacun au bout d’une jambe! Non sans peine, ils parviennent à réveiller leur fils. Prenant peu à peu conscience de ce qui s’est passé, Miguel en est émerveillé; la première parole qui lui vient sur les lèvres est pour demander à son père de «lui donner la main, et de lui pardonner les offenses qu’il a pu lui faire». Cette réaction spontanée et immédiate d’humilité, chez celui qui est le bénéficiaire d’un prodige, est un signe très fort de l’origine divine de celui-ci. Lorsqu’on lui demande, avec émotion, s’il a «quelque idée de la manière dont cela est arrivé», le jeune homme répond qu’il n’en sait rien, mais que lorsqu’on l’a tiré de son sommeil, «il était en train de rêver qu’il se trouvait dans la Sainte Chapelle de Notre-Dame du Pilier et qu’il oignait sa jambe coupée avec l’huile d’une lampe, comme il avait coutume de le faire». Il tient aussitôt pour certain que c’est Notre-Dame du Pilier qui lui a rapporté et remis en place sa jambe coupée. Devant le notaire, le lundi suivant, les parents affirment à leur tour qu’ils «estiment et tiennent pour la vérité que la Très Sainte Vierge du Pilier a prié son Fils, notre Rédempteur, et a obtenu de Dieu ce miracle, en raison des prières de Miguel, ou parce que telles étaient Ses voies mystérieuses». Ces Chrétiens voient clairement que ce n’est pas la Vierge qui «fait» les miracles, mais que, par sa supplication, elle les obtient de la Sainte Trinité. Aussi aimée et vénérée soit-elle, la Vierge n’est pas considérée comme une déesse païenne, mais comme une intermédiaire entre nous et son Fils, selon le rôle maternel que Celui-ci lui a lui-même imparti en disant à saint Jean: Fils, voilà ta Mère (Jn 19, 27).

Revenu de sa première émotion, le jeune homme commence à mouvoir et à palper sa jambe. À l’observation, on découvre sur celle-ci des marques d’authenticité: la première est la cicatrice laissée par la roue de la charrette qui a fracturé le tibia; il y a aussi la trace de l’excision d’un gros kyste, lorsque Miguel était encore petit; deux griffures profondes laissées par une plante épineuse; enfin, les traces de la morsure d’un chien sur le mollet. Miguel et ses parents ont donc la certitude que «la Vierge du Pilier a obtenu de Dieu Notre Seigneur la jambe qui avait été enterrée plus de deux ans auparavant». Ils le déclareront sous la foi du serment et sans hésitation, devant les juges de Saragosse. Une gazette de l’époque, «l’Aviso Histórico», écrit en date du 4 juin 1640, veille de l’ouverture du procès, que, malgré les recherches faites dans le cimetière de l’Hôpital de Saragosse, la jambe enterrée n’a pas été retrouvée: le trou qui la contenait était vide!

Dès l’aube du 30 mars, vendredi de la Passion, fête de Notre-Dame des Sept Douleurs, l’incroyable nouvelle se répand dans tout le bourg. Don Juseppe Herrero, vicaire de la paroisse, arrive chez les Pellicer, suivi du «justicia», qui cumule les fonctions de juge de paix et de responsable de l’ordre public, du maire et de son adjoint, du notaire royal et des deux médecins de Calanda. Une procession se forme pour accompagner le jeune miraculé à l’église paroissiale, où le reste des habitants l’attend. Tous, disent les documents, sont abasourdis en le voyant de nouveau avec sa jambe droite, alors qu’ils l’avaient vu avec une seule jambe jusqu’à la veille au soir. Le miraculé se confesse, et reçoit la sainte Communion au cours de la Messe d’action de grâces célébrée par le vicaire.

Pourtant, la jambe n’a pas, au début, un bel aspect: couleur violacée, doigts de pied recourbés, muscles atrophiés et surtout, longueur inférieure à celle de la jambe gauche de quelques centimètres. Il faut trois jours pour que la jambe reprenne son aspect normal, avec sa souplesse et sa force. Ces circonstances, soigneusement observées et étudiées lors du procès, confirment qu’il ne s’agit pas d’un numéro d’illusionnisme; elles prouvent que la jambe restituée est bien la même que celle qui avait été enterrée deux ans et cinq mois auparavant, à plus de 100 km de distance… Au mois de juin suivant, les témoins affirment devant les juges de Saragosse que Miguel «peut appuyer son talon par terre, bouger ses orteils, courir sans difficulté». On constate en outre que, depuis fin mars, le membre récupéré s’est «allongé de presque trois doigts», et qu’il est à présent aussi long que l’autre. Une seule marque ne disparaît pas: la cicatrice qui forme un cercle rouge à l’endroit où le segment de jambe s’est réuni à l’autre. C’est comme une marque indélébile du prodige.

«Il faudrait donc qu’un miracle fût constaté par un certain nombre de personnes sensées qui n’eussent aucun intérêt dans la chose, affirmait Voltaire. Et il faudrait que leurs témoignages fussent enregistrés en bonne et due forme: en effet, si nous avons besoin de tant de formalités pour des actes tels que l’achat d’une maison, un contrat de mariage, un testament, combien n’en faudrait-il pas pour vérifier des choses naturellement impossibles?» (Article «Miracle» de son Dictionnaire philosophique). Or, cent vingt ans auparavant, un tel acte a précisément été dressé à Calanda. Le lundi 1er avril 1640, quatrième jour après le prodige, le curé et un vicaire de Mazaleón, bourg éloigné de 50 km, se déplacent avec le notaire royal de l’endroit pour vérifier la réalité des faits et en dressent un acte officiel.

À la fin du même mois d’avril, la famille Pellicer décide d’aller remercier la Vierge du Pilier. À Saragosse, la municipalité demande que s’ouvre un procès, pour que toute la lumière soit faite sur l’événement. Le 5 juin, soit deux mois et une semaine après l’événement, le procès canonique est officiellement ouvert. Il est public et non à huis clos. Plus de cent personnes de conditions sociales diverses y prennent part. Contre la fiabilité de ce procès, aucune voix discordante ne s’est jamais élevée. Le 27 avril 1641, l’archevêque rend solennellement sa sentence. Il déclare «admirable et miraculeuse» la restitution de la jambe droite, précédemment amputée, dont a bénéficié Miguel Juan Pellicer, natif de Calanda.

Le miracle de Calanda, impensable et pourtant parfaitement attesté, est de nature à conforter notre foi dans l’existence d’un monde invisible, celui de Dieu et de son Royaume éternel, auquel nous sommes appelés à participer en tant qu’enfants adoptifs. Là est la réalité suprême et éternelle, à laquelle nous devons rapporter toutes les autres, comme un homme prudent ordonne les moyens à la fin. Les miracles nous révèlent surtout le Coeur aimant et miséricordieux de Dieu pour l’homme, particulièrement pour l’homme qui souffre, qui est dans le besoin, qui implore la guérison, le pardon et la pitié. Ils contribuent à nous établir dans une espérance indéfectible en la miséricorde de Dieu et nous incitent à dire souvent: «Jésus, j’ai confiance en Vous !»

Cf. Vittorio Messori, Le Miracle impensable,

éd. Mame 2000.

Miracle de Calanda - Senora del Pilar

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Pas de Commentaires »

- Signes précurseurs et tribulations

Posté par Pèlerin le 3 décembre 2010

Les voyantes de Garabandal nous ont donné des signes qui annonceront l’approche de l’Avertissement. D’autres prophéties nous avertissent, telles celles de Marie-Julie Jahenny. N’hésitez pas à consulter le site du Sanctuaire de Marie-Julie Jahenny : http://www.marie-julie-jahenny.fr/
Nous nous permettons de mettre ses prophéties sur ce blog car on ne peut que faire le lien entre les Messages de Garabandal et ceux de Blain. Les rappels du Ciel sont les mêmes : prière, pénitence…
Voici un extrait des prophéties :

 *

Si nous ne savons  » ni le jour ni l’heure « , nous pouvons connaître les signes précurseurs, préparatoires des épreuves qui attendent le monde, ils se font de plus en plus précis, pour ceux qui veulent bien ne pas  » faire l’autruche.  »

1°) Les révolutions sont comme les éruptions volcaniques. Elles sont précédées de signes d’alerte. Les événements spectaculaires sont  » le réveil de l’époque assoupie.  » (9 mai 1882)

Époque endormie, anesthésiée, par la recherche effrénée du confort et des plaisirs, oublieuse du sens de la vie, de ses devoirs envers Dieu et envers elle-même, époque rêvant à un avenir utopique, qui se révèle être un terrible cauchemar. Qui ne sent le besoin d’un brutal  » son de cloche  » pour échapper au coma définitif ! Si les hommes dorment, les démons révolutionnaires, eux, travaillent jour et nuit ! Leur oeuvre est souterraine et continue, avec des moments forts. Le principe de l’action subversive est l’installation d’un désordre total, alliant guerres extérieures et guerre civile.

2°) Un des signes précurseurs et préparateurs de la révolution est le chômage et ses désastreuses conséquences, incitant à la violence et au terrorisme.  » Tous les ouvriers, dont l’emploi fournissait chaque jour une occupation qui les empêchait de se livrer au mal… Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d’enlever à l’ouvrier tout travail, tout emploi. « 

3°) L’insécurité dans les villes est encore accentuée par l’ouverture inconsidérée des frontières, la dissolution de l’identité religieuse et nationale, la pullulation de faux sauveurs,  » impies coureurs « , de sectes sataniques faisant du porte à porte pour inciter les bons chrétiens au reniement,  » prédicateurs infernaux « , faux prophètes, faux christs.

4°) La déchristianisation planifiée et massive, le rejet de la doctrine morale Catholique, l’influence grandissante de l’Islam  » La France deviendra mahomète… niant la divinité du Christ… « , du spiritisme et des cultes lucifériens seront autant de signes de cette  » gangrène  » spirituelle… Cette désintégration ne se sera pas faite spontanément, mais sera orchestrée par des sociétés secrètes et des groupes d’influence dans tous les milieux, sous le masque de l’amour de l’Homme. Ils seront acharnés à la dissolution de la civilisation chrétienne, par la corruption,  » les mauvais livres « , l’imposture ou la peur, élaborant des lois contraires à la Loi divine  » les lois impies « , séduisant ceux-là mêmes qui auraient dû la défendre, les aveuglant au point de les amener à persécuter ceux qu’ils devraient aimer. Toutes ces attaques visent à effacer de l’esprit des hommes la mémoire du Dieu Créateur et du Christ Sauveur.

Voilà les symptômes de la grande démence qui suit toutes les décapitations. À la Fraudais, le diagnostic avait été fait depuis longtemps, et les remèdes prescrits. La France n’a pas veillé et tenu compte de ces avertissements. Toute folie non contrôlée devient vite meurtrière. II semble bien que  » la grande boucherie  » soit au rendez-vous du XXIème siècle !

5°) Ces bouleversements humains surviennent sur fond de désordres de la nature ; la famine, les calamités provoquent et entretiennent les révoltes. Certaines sont d’origine humaine par pollution et destruction des équilibres naturels. Des bouleversements d’ordre cosmique (chute d’astéroïde, changements de climats, raz de marée) peuvent être la cause de grandes calamités.

***

voici résumées les trois crises annoncées par Marie-Julie Jahenny :

 Les grandes crises

 » La France est à la veille de son malheur et de son bonheur : le malheur pour les pécheurs, le bonheur pour les justes.  »

 » Avant que la Paix refleurisse sur la terre, il faut qu’une grande pénitence fléchisse la colère divine. C’est le Seigneur Lui-même qui exerce Sa Justice. Il n’appartient qu’a Lui de châtier, mais en châtiant, Il purifiera la terre et son peuple. Il n’épargnera rien. Il cultivera la terre pour y semer une nouvelle semence.  » Saint Michel, le 25 mai 1877

Sur un fond général de confusion et de désordre, se détachent des  » époques « , qui sont comme les degrés d’une progression.

C’est d’abord comme un orage qui gronde, puis éclate pour se terminer sur un  » grand coup «  qui ramène la paix.

1ère époque

 » La première époque, dit le Seigneur, c’est l’étendue des maux sur la Fille aînée de l’Église, la France. l’Église envahie, et le commencement de la lutte terrible dans la Ville Éternelle. Cette lutte, dans la Ville Éternelle, languira cinq mois, sans que les conséquences tristes jusqu’à la mort, ne s’aggravent  » 4 mai 1882

 » Le grand réveil de l’époque assoupie ne va pas tarder à lancer son premier éclat, le commencement d’une marche victorieuse qui mettra à mort le peuple de celle qui n’a plus d’espoir de se relever, sinon le jour où celui qui est appelé son Sauveur, mettra le pied sur le Trône assigné par le Ciel. La grande révolution universelle, le commencement en sortira d’abord en France : c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et aussi à la résurrection.  »

 » Première crise en France. Il y a quelque temps, le Seigneur a marqué trois mois de fatals et terribles châtiments. Il abrégera beaucoup. Le prochain commencement de la mortelle crise révolutionnaire durera quatre semaines, mais l’étendue en sera immense. Le nombre de ceux appelés  » meurtriers du peuple  » sera d’une immensité inconcevable.

Lors de cette heure terrible, les étrangers, dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal événement (1) , leurs oreilles ne seront pas sourdes !

Pendant cette lutte première, en toute l’étendue de la France, il y aura liberté pour tout. Il n’y aura plus de captifs retenus pour crimes.  » 9 mai 1882

 » Les cris de désespoir et d’alarme monteront jusqu’au Ciel. Les mois du Sacré-Coeur (juin) et de Mon Sang (juillet), ce sera le signal des châtiments, guerre civile.  »  » Quand le gouvernement verra ces bouleversements, il fera comme l’oiseau, il s’envolera et passera dans un autre pays et la France se verra libre dans sa révolution. C’est à ce moment qu’il faudra fuir Paris.  » 27 avril 1877

 » Les militaires seront éloignés de France, (dans l’Est et les terres arabes) et les forces de l’ordre seront réduites. C’est pendant cette période troublée, que seront promulguées des lois infâmes, visant entre autres à établir une mainmise du pouvoir sur la religion, asservissant le clergé au pouvoir révolutionnaire, persécutant toute opposition, coupant tout lien hiérarchique avec Rome.

Des révolutionnaires instaureront la mise en place d’un pouvoir totalitaire avec son régime de justice expéditive des opposants, de surveillance, de dénonciations, etc. ceci sur fond de disette du fait des récoltes insuffisantes et des calamités. (Tremblements de terre, épidémies sur les hommes et les animaux).

Des pluies torrentielles entraînant de grands retards dans les cultures seront un des signes précurseurs de cette révolution.  »  » J’avertirai Mes amis par des signes de la nature. Je les préviendrai.  »  » La guerre civile et les épidémies feront beaucoup de victimes surtout dans les grandes villes.  »  » Les ennemis se battront entre eux !  »

 » Cette loi infâme sortira avec un grand nombre d’autres. Personne ne pourra s’y soustraire, ou bien la mort au fond des prisons. Cette loi marchera sur tout ce qui est le plus sacré.  » 20 avril 1882

 » À mesure qu’elle s’étendra en France, la persécution recevra beaucoup d’aide de la part des puissances qui l’environnent, de tous ceux qui ressemblent à ceux qui, en France, livrent tout, sans pitié, au feu et au sang.  » 9 mai 1882

Un repos fort court suivra cette grande entrée dans le mal qui sera complet, surtout au Centre (Paris) et dans les environs. Le 24 mai, il se passera entre les hommes qui se disent vainqueurs et élevés en science, un éclat qui ébranlera cette Grande Ville où le sang a tant de fois rougi le pavé et ce branle ne s’apaisera pas. Tu sais que le nombre 14 a été choisi par Moi. « 

2ème époque

 » La seconde et violente crise commencera et ira jusqu’à 45 jours. La France sera envahie jusqu’au diocèse qui commence la Bretagne. La plus forte armée va tomber sur Orléans et envahir des espaces de terre que je ne peux limiter, dit Saint Michel. D’un seul élan, ils parviendront jusqu’aux alentours de la Grande Ville. (Paris) Ils n’y pénétreront qu’à la moitié de la crise.  » (28 septembre 1882)

Au Nord, ils iront jusqu’aux limites de la Vendée et en Normandie.

La Bretagne ne sera pas envahie, mais ne sera pas exempte de tout châtiment, surtout au Nord déchristianisé, ils se livreront au pillage et à la vengeance.

Ils viendront de l’Est et de la Méditerranée, car il est annoncé en même temps beaucoup de troubles en Italie et en Espagne causés par des forces venues des régions orientales.
Dans le Midi,  » Marseille, Valence ! quelle boucherie.

 » Les régions du Nord, du Levant, du Midi, Paris seront très atteintes. Le territoire national sera partagé en deux.

Il y aura des prétendants pour la restauration d’un pouvoir dans une des parties.

C’est à la moitié de ces mois terribles qu’apparaîtra le Roi Sauveur.

Mais il y aura un long combat de reconquête de plusieurs mois pour chasser les envahisseurs. Il n’établira pas son trône à Paris qui aura été détruit.

 » Quand l’étranger viendra fondre sur la France, ce sera par une prière révélée qu’il sera dispersé et refoulé… Ma Main invisible le foudroiera et le renversera.  » 2 octobre 1875

 » Dieu viendra en aide au Roi si puissamment que les hommes ne pourront comprendre la rapidité avec laquelle la guerre et la paix seront faites.

C’est après cela que le Roi sera amené en France par ses partisans. Il recevra du Saint Père la communication qu’il est appelé de Dieu et que la Sainte Église a besoin de son aide.

Les évêques l’inviteront aussi, car, invité par eux, ce sera comme l’invitation du Sacré-Coeur. Mais il n’y en aura qu’un tout petit nombre.  » 18 février 1876

3ème époque :

Ce sera la  » Troisième époque « , celle du grand Coup, celle du retour à l’ordre qui ne sera pas sans souffrances.

L’ensemble de ces phases devrait s’étaler sur deux à trois années.

Les pertes humaines seront très importantes.

Il y aura divers avertissements du Ciel pendant ces épreuves, pour ouvrir les yeux des moins endurcis. (Signes dans le Ciel, ténèbres de quelques heures, miracles…) Mais ce n’est qu’après ces semonces que le Grand Châtiment universel des trois jours de ténèbres mettra un terme aux hostilités, faute de combattants !

Ensuite le Roi, Henri V de la Croix, régnera pendant une longue période (de 25 à 40 ans) et l’Église refleurira, sous le Pontificat d’un Saint Pape.

*** 

Après cette période bénie devrait se situer les grandes et ultimes épreuves de la guerre de l’antéchrist.

***

Les prophéties de La Fraudais concernent surtout les deux premières époques (guerre civile et invasion) et les trois jours de ténèbres du grand Châtiment universel, car elles nous sont données pour que nous préparions les esprits au combat et à la confiance, évitant toute panique.

Un homme averti en vaut deux ; un bon chrétien averti en vaut mille, car il peut par ses prières et ses sacrifices intercéder poux ceux qui seront surpris dans la torpeur de l’époque assoupie !

 » Mon peuple, demande pour le Centre, grâce et miséricorde. L’enveloppe de la mort est préparée ; il n’y a point de cercueil pour enfermer les restes du peuple malheureux.

En bien peu de temps, il ne restera guère de peuple. Les hommes seront si clairs qu’il faudra des lieues pour rencontrer une seule âme, surtout dans le midi, dans les grandes villes, dans le Centre. Il n’y aura plus guère que quelques âmes cachées sous terre qui auront pu échapper. La terre sera désolée, empoisonnée de cadavres, toute remplie du sang des chrétiens.

Un Miserere, Mon peuple, pour le Centre, pour le Midi, pour Lyon, Toulouse.

Un Miserere pour les soldats, les enfants restés sur la terre d’exil entre la vie et la mort.

Pour Mes prêtres, Mes serviteurs et Mes servantes ; un De profundis pour les pauvres âmes qui expirent là, sans prêtres, sans Sacrements.

Voilà ce que Dieu vous demande pour ses chères âmes qu’Il a rachetées de Son Sang !  » 20 septembre 1881

*

Certaines régions seront plus sûres..

Certains lieux seront plus sûrs.

 » La Bretagne sera protégée par la Sainte Vierge, mais selon la mesure de la Foi  »  » Notre-Seigneur la fit gardienne de notre Bretagne et elle obtint de Son Fils une large protection en tout temps ; mais le Seigneur poursuit ceux qui ont mis de côté la Foi, pour suivre les mouvements du temps présent. Cinq fois, la Bretagne sera traversée et retraversée par ceux qui portent partout le désordre… Dans le Nord de la Bretagne, il y aura un peu plus à souffrir. Là le mal sera proportionné : il y restera une lisière où chacun aura permission de marcher sur ses terres. Sainte Anne protégera la région d’Auray, il y aura des punitions pour les rebelles, mais les justes ont la destination d’être protégés.

La région du Mont Saint Michel sera relativement protégée. « 

 » La Vendée sera protégée, sauf sur les frontières, au midi. Mais nombre de Vendéens verseront leur sang, car ils ont conservé leur Foi  »

 » Nantes aura moins à souffrir. Le diocèse sera comparativement protégé, mais nulle grâce pour les impies et les mauvaises familles !

D’autres malheurs à partir de Nantes vers le Sud.

Pontchâteau sera épargné à cause du Père de Montfort

La Fraudais, le jardin de Marie sera protégé.  »

 » Le couchant, (l’Ouest), depuis la chapelle de Lourdes jusqu’au Nord sera épargné, sauf Bordeaux (épidémies).  »

 » Toulouse sera épargnée à cause de Sainte Germaine de Pibrac, mais elle n’est pas au bout de ses peines. Mende et Rodez seront épargnées.  »

 » Saint Martin de Tours protégera surtout ceux qui le prieront.  »

 » À Lourdes, il y aura une protection pour les justes, mais je punirai le peuple ingrat qui donnera à boire aux animaux l’eau de la source que j’ai fait jaillir. Là, le peuple sera bien malheureux. On le fera souffrir, parce que je suis apparue en ce lieu. Les animaux des profanateurs perdront la vie.  »

Nulle contrée ne sera totalement exempte de tribulations.

 » Il y a du mauvais monde partout, et Dieu connaît le fond de tous les coeurs.  »  » Chaque endroit est désigné par le Doigt de Mon Fils, sur la page d’un livre caché sous Sa tunique divine. Sa Miséricorde serait prête à se laisser toucher, mais si peu d’âmes prient, un si grand nombre l’outrage.  » 24 mars 1881

Mais le seul véritable danger est de perdre son âme : la seule protection indispensable aux yeux de Dieu,  » c’est l’état de grâce. Il faut toujours être prêt. « 

C’est la Sagesse de Dieu qui décidera du sort des victimes de ces immenses épreuves, selon leurs mérites ou démérites.

Beaucoup d’âmes recevront la récompense de leur martyre.

Beaucoup d’âmes seront sauvées in extremis, acceptant la justice divine comme le Bon Larron. Ceux qui auront à souffrir feront leur Purgatoire sur la terre.

Seuls ceux qui rejetteront, librement et obstinément, les offres de la Miséricorde se condamneront eux-mêmes, se rendant complices du Démon et subissant son sort.

Les prophéties de La Fraudais sont de grands appels du Ciel au retour des âmes, à la conversion, à la vraie vie. Elles nous demandent de nous joindre à la mission de Marie-Julie pour obtenir les grâces de force et de confiance pour ceux qui en amont le plus besoin dans cette terrible confusion, pour que tous acceptent la volonté de Dieu manifestée dans ces grands événements.

 » Il faut que tout soit perdu sans ressources pour que l’on voie bien que le salut sera venu de Lui seul. « 

1. Assassinat d’un personnage important annoncé par MJJ et dans la prophétie de Blois (soeurs Ursulines) et dont la mort sera cachée au peuple au moins 3 jours.

http://www.marie-julie-jahenny.fr/

 

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, C- La Fin des Temps | Pas de Commentaires »

12
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE