• Accueil
  • > Recherche : marthe robin garabandal

Résultats de votre recherche

- Marthe Robin croyait en Garabandal

Posté par Pèlerin le 19 juillet 2013

A la mort du Père Laffineur en 1970, le Père Combe eut besoin de conseils pour continuer la diffusion des Messages de Garabandal.

Il rencontra Marthe Robin en 1971.

*

P. Combe : Chère Soeur Marthe, comme vous le savez, je m’occupe de Garabandal….

Marthe : Oui mon Père

P. Combe : J’aidais le Père Laffineur ; il est mort en novembre dernier et vous devinez ce qui s’est passé après….

Marthe : Oui, les critiques….

P. Combe : Je vois que vous êtes au courant. Aussi j’ai besoin de votre avis. La situation me semble si difficile qu’à présent je souhaiterais m’occuper uniquement de ma paroisse… J’ai déjà assez à m’occuper…

Marthe (d’une voix ferme) : C’est cela… vous voulez tout laisser tomber…

P. Combe : (je reçus cette remarque comme une flèche en plein coeur et j’attendais la suite…)

Marthe : « Aïe ! Que faire, mon Père, quand nous avons reçu certaines grâces ? »

P. Combe : Je comprends, Soeur Marthe ; je dois donc poursuivre la diffusion du Message de Garabandal ? Mais si je fais cela, je vais m’attirer les foudres de toutes parts, des prêtres, du vicaire général, d’évêques….

Marthe : Et bien, vous les offrirez à Dieu. A présent, Père, donnez-moi des nouvelles des fillettes de Garabandal…

P. Combe : (je le fis donc ; Marthe écoutait puis réclamait quelques détails….

Marthe : Dites aux quatre petites que je prie pour elles tous les jours !

L’entretien allait se terminer quand Marthe me demanda : Voulez-vous que nous disions un Notre Père et un Je Vous salue Marie ?

P. Combe : Oui, Marthe. Pour les petites de Garabandal et leur évêque, pour vous-même et les Foyers de Charité…. et pour toutes les croix à venir….

*

Je revis plus tard Marthe Robin. Chaque fois, elle me parlait de Garabandal. Il lui importait de savoir que la diffusion du Message cnotinuait ; elle aimait avoir des nouvelles des petites, sur leurs familles et …. surtout sur l’évêque de Santander.

*

Un autre témoignage sur la préoccupation de Marthe Robin pour la diffusion du Message de Garabandal…

Un jour, j’amenai Mgr Bretault à Chateauneuf de Galaure ; au moment de le laisser, je lui demandai de saluer Marthe de ma part. Il ne manqua pas de le faire par la suite, me fit part que Marthe était désolée des difficultés rencontrées lors de la diffusion des Messages en France, depuis la mort du Père Laffineur. Par l’évêque, elle me transmit détails et conseils qui me seraient utiles….

***

Marthe Robin, Padre Pio, Mère Teresa croyaient à Garabandal….

C’est une grâce de croire en Garabandal !
Et vous ? Avez-vous reçu cette grâce ?
Que faudra-t-il pour que vous y croyiez, un Miracle ?
Et bien, il en est un qui arrivera bientôt ; il est au-dessus de votre tête…..

Nous sommes sur le point de vivre une intervention divine
et le commencement d’une ère nouvelle pour l’humanité !

 

Marthe Robin croyait en Garabandal

 

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- Les prêtres qui ont cru en Garabandal

Posté par Pèlerin le 7 juin 2011

Cliquez sur les photos pour agrandir

 et sur les noms colorés si vous souhaitez avoir plus d’informations

Don Marichalar  Père Laffineur  Padre Pio  Don Rolando  Padre Nieto  Padre Luis Andreu
 

(De gauche à droite)

Don Marichalar, Père Laffineur, Padre Pio qui a dit « on y croira quand il sera trop tard« ,
Don Rolando (curé actuel),
Padre Nieto (Directeur Spirituel de Conchita),
Padre Luis Andreu (qui a vu le Grand Miracle).

De nombreux prêtres ont assisté aux extases. Des laïcs venus par curiosité y ont trouvé leur vocation.

Sans oublier le Pape Paul VI qui a parlé avec Conchita quelques instants alors que sa « garde rapprochée » tentait de l’en empêcher (lors d’une audience publique) et qui a fait lever l’interdiction de parler des Apparitions mariales ou d’aller en pélerinage juste après avoir lu l’histoire de Garabandal.
Le Cardinal Ottaviani a reçu Conchita à Rome.

Abbé de Bailliencourt à droite
L’Abbé de Bailliencourt a pris la suite du Père Laffineur, et a écrit des enseignements magnifiques sur Garabandal.


Le Père Pel (tant « loué » par le Padre Pio),  le Père Escalada, le Père Combe, Mgr Venancio de Fatima, Mgr Williamson qui s’est converti à Garabandal (il était anglican)….

 

Mère Teresa     Mère Teresa

Marthe Robin qui priait pour la cause de Garabandal et incitait le Père Combe à continuer son oeuvre de diffusion….

 

et bien d’autres… N’oublions pas tous ceux qui aujourd’hui y croient et travaillent à la diffusion, ceux qui y conduisent les fidèles en pélerinage. Merci à ces prêtres à l’écoute de Notre Dame.

Prions pour les prêtres qui aujourd’hui ne voient pas et combattent Garabandal.
Que Notre Dame de Garabandal les éclaire comme Elle a éclairé tous ces prêtres, ces religieux…
Qu’Elle veille sur tous ses prêtres, Elle les aime tant.

 

***

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- L’abbé Combe , Marthe Robin et Garabandal

Posté par sexto le 15 novembre 2010

 

Sixième enfant d’une famille de simples agriculteurs de la Drôme ( France ) , Marthe Robin paralysée depuis l’âge de 27 ans et stigmatisée , elle passa quelques trente années de sa vie sans dormir ni s’alimenter , se nourrissant uniquement de l’Hostie. Depuis juin 1994 , sa cause est introduite à Rome .

Lorsque le Père Laffineur décéda en novembre 1970 , il laissa derrière lui son entreprise de diffusion du Message de Garabandal dans une situation difficile .Son proche collaborateur , le Père Combe décida alors de demander conseil à Marthe qu’il connaissait bien . La célèbre mystique le reçut , dans les premiers mois de 1971 , dans sa maison de la Plaine . Voici le récit de leur rendez-vous raconté par le Père Combe lui-même :

Père Combe : » Chère Sœur Marthe , comme vous savez , je m’occupe de Garabandal … « 

Marthe :  » Oui , Père … « 

Père Combe :  » J’apportais ma collaboration au Père Laffineur .. il est mort en novembre dernier : et tout ce qui a suivi … »

Marthe :  » OUI , la sauce … « 

Père Combe :  » Je vois que vous savez . Je viens donc vous demander conseil . Pour moi , la situation me paraît si difficile que je ne voudrais ne plus m’occuper que de ma paroisse de Chazay-d’Azergues . Dans ce ministère , j’ai déjà suffisamment de travail … « 

Marthe : ( d’une voix décidée et presque tranchante ) :  » C’est ça , mon Père … Vous voulez tout lâcher ! … « 

Le Père Combe : ( Je reçois le mot en plein cœur et j’attend la suite )

Marthe :  » Hé ! Qu’est-ce qu’on doit faire , mon Père , quand on a reçu des grâces ? « 

Le Père Combe :  » J’ai compris , Sœur Marthe …Il faut donc que je reprenne la diffusion de Garabandal . Mais , en le faisant , je vais recevoir des coups de bâton de tous côtés , du côté de  » la sauce  » , du côté des prêtres , des vicaires généraux , et même des coups de crosse des évêques ! … « 

Marthe :  » Eh bien ! Vous les offrirez au Bon Dieu .Allez , mo Père , donnez-moi donc des nouvelles des  » enfants  » de Garabandal … « 

Ce que je fis . Marthe écoutait , parfois demandait des précisions … A la fin , elle me dit : » Vous leur direz aux quatre petites que je prie chaque jour pour elles « 

Le temps limité qui m’était imparti pour notre entretien allait vers sa fin . Marthe me dit alors :  » Voulez-vous que nous disions ensemble un Notre Père et un je Vous salue Marie .  » –  » Oui , Marthe . Pour les petites de Garabandal et leur évêque , pour vous-même et les Foyers de Charité , et aussi pour les coups de bâton ! …  » –  » Oui , Père  » .

Après notre prière , je dis :  » Marthe , voulez-vous accepter que mon ange gardien invite chaque jour le vôtre pour participer à ma messe ?  » – Marthe me répondit :  » Oh , Oui , Père ; ils prieront ensemble . « 

Et notre entretien se termina comme d’habitude par la bénédiction que je lui donnais avec une profonde émotion .Le cœur dégagé et résolu , je descendis de chez Marthe à la chapelle du Foyer de Charité . A genoux devant le Seigneur Jésus , je rendis grâce pour la lumière reçue . Puis , me tournant vers la Sainte Vierge , je lui dis :  » Très sainte Vierge , j’ai compris , j’ai bien compris … Vous le voulez … je vais donc reprendre mon bâton de pèlerin … Je suis prêt à marcher pour vous jusqu’au bout du monde » …

Par la suite , j’ai revu Marthe Robin . A chaque fois , nous avons parlé de Garabandal . Elle s’intéressait à la diffusion du Message ; elle aimait recevoir de ma bouche des nouvelles sur les quatre enfants , sur leur famille et … surtout sur l’évêque de Santander . « 

Garabandal , Jacques Serre – Béatrice Caux , impression Dumas , octobre 1996

 

Publié dans D- Des prêtres racontent | 1 Commentaire »

- Père PEL et Garabandal

Posté par Pèlerin le 31 juillet 2010

Le Père PEL (prophétie en bas de page) était convaincu des apparitions de Garabandal…
Le 18 juin 1965, le
père PEL
était à Garabandal pour l’annonce du Message de l’Archange St Michel…

Conchita raconte :

Je m’entretiens avec le Père Bernardino Cennamo, du couvent Saint-Pascal, de Benevento en Italie, qui me donne des photos du Padre Pio, et, comme relique, un petit morceau de toile trempé dans le sang de ses stigmates; je fais la connaissance de la journaliste romaine, Gabrielle Monte-mayor, et d’un acteur connu de la télévision italienne, Don Carlos Campanini. Je passe un moment avec le Père Pel et avec l’apôtre de Garabandal en France, le Père Laffineur. Je salue le Dr Caux, dont on parle dans le chapitre de la communion miraculeuse, et M. Jean Masure, à qui la Sainte Vierge réservait une surprise ce soir-là: celui-ci m’explique qu’arrivé à Torrelavega, il a failli retourner à Madrid, un prêtre lui ayant assuré que l’histoire de Garabandal était une invention condamnée par l’Eglise.

A la sortie de l’église, plus de trente photographes et cinéastes sont juchés sur le mur de clôture, et 1′attendent. Conchita se voit entourée d’une grande quantité de gens qui l’embrassent, lui remettent des médailles, lui transmettent des commissions. Dans un endroit retiré de l’église, on vient voir pendant toute la matinée un vieux prêtre français de 87 ans, le Père Pel, qui a un renom de sainteté. Ce saint homme suivait déjà depuis pas mal de temps les événements de Garabandal, et, ce jour-là, il assure à qui veut l’entendre qu’il attend pour le soir une extase merveilleuse.

Extase merveilleuse en effet puisque Conchita reçoit la visite de l’Archange St Michel qui lui annonce un message pour le monde.

Pendant l’extase…

Je la vois les yeux ouverts qui ne cillent pas, quoiqu’inondés par la lumière des projecteurs et réflecteurs des cinéastes. Son visage transfiguré, paraît transparent. Les magnétophones enregistrent une partie du colloque avec le Ciel: « Non, non, pas encore », dit Conchita angoissée, de cette voix basse, un peu contenue, qu’elle a au moment des extases. Une croix à la main, la voici qui lève le bras, puis sur l’ordre de l’apparition, elle applique le crucifix sur les lèvres du Père Pel — j’ignore encore comment il avait pu parvenir à se mettre au premier rang —; ensuite, elle le fait baiser à un de ceux qui accompagnaient le Père [ il s'agit de M. Piqué, enseignant chrétien français (Note du traducteur).], enfin à M. Jean Masure, un Français, résidant à Madrid, à qui elle devait dire plus tard :

— L’Archange me charge de vous dire que la Sainte Vierge vous a accordé ce que vous Lui aviez demandé.

Pour en revenir au Message donné par Notre Dame par l’intermédiaire de l’Archange St Michel, le voici : 

« comme on n’a pas accompli et qu’on a trop peu fait connaître au monde mon message du 18 octobre, je veux vous dire que celui-ci est le dernier. Auparavant la coupe se remplissait, actuellement, elle déborde. Les cardinaux, évêques et prêtres marchent nombreux sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup plus d’âmes.On donne de moins en moins d’importance à l’Eucharistie.Nous devons éviter la colère du Bon Dieu sur nous.Si vous lui demandez pardon d’une âme sincère, Il vous pardonnera.
Moi votre Mère, par l’intercession de l’Archange St Michel, je vous demande de vous amender.
Vous voici au temps des derniers avertissements.Je vous aime beaucoup et je ne veux pas votre condamnation.

Demandez-nous sincèrement et nous vous exaucrons.Il faut vous sacrifier davantage.

Méditez la Passion de Jésus.  »

Le Père PEL est aussi connu pour avoir prophétisé.

Prophétie du Père PEL :

Carte de France par le Père PEL

 Un religieux : séminariste, confident et fils spirituel du Père Pel écrivit un livre dans les années 1983-1984 sur son « cher et vénéré Père Pel ». Il y rapporte notamment cette prophétie faite par le saint prêtre, concernant les châtiments qui doivent frapper la France.

« Ainsi, en 1945, mon bon Père Pel me déclarait de la part de Dieu :

Mon fils, me disait-il, sachez que les péchés du monde allant crescendo dans l’horreur au cours de ce siècle, de très grands châtiments divins vont fondre sur le monde et aucun continent ne sera épargné par la Colère de Dieu.

La France coupable d’Apostasie et reniant sa vocation sera durement châtiée. Elle sera divisée comme par une ligne allant de Bordeaux à Lille. A droite de cette ligne tout sera dévasté et brûlé par l’envahissement des peuples venus de l’Est et aussi par la chute de grosses météorites enflammées tombant en pluie de feu sur la terre entière et sur ces régions en particulier. Ce sera la désolation générale. Révolutions, guerre, épidémies, peste et autres, gaz toxiques et chimiques, violents tremblements de terre. Les volcans éteints de France se rallumeront, détruisant tout : Auvergne, Alpes, Pyrénées et autres lieux. Tandis que la partie gauche de la ligne sera moins touchée (Vendée, Bretagne, à cause de la Foi enracinée encore dans ces régions), mais néanmoins il faudra s’éloigner grandement des côtes, parfois même jusqu’à 50 km, pour échapper à leur engloutissement au fond des mers, comme Marseille ainsi que la Côte d’Azur, qui seront englouties à cause des péchés commis et des scandales sur les plages de ces régions en particulier. Mais je dois vous dire, mon enfant, que les sectaires et les grands ennemis de Dieu qui voudront s’y réfugier, croyant échapper à ce cataclysme mondial,y seront mis à mort par les démons eux-mêmes, quelques soient les endroits où ils puissent se cacher car la Colère du Seigneur est juste et sainte.

D’épaisses ténèbres, provoquées par la guerre, les incendies gigantesques et la chute des morceaux d’étoiles enflammées qui tomberont durant trois jours et trois nuits feront disparaître le soleil, et seuls les cierges de la Chandeleur, bénis à cette occasion, pourront donner de la lumière dans les mains des croyants, mais les impies ne verront pas cette lumière miraculeuse car ils ont leurs âmes dans les ténèbres.

Ainsi mon enfant, les ¾ de l’humanité sera détruite et par endroit en France, il faudra souvent faire cent kilomètres pour trouver son semblable. On en viendra à manger de la chair humaine pour survivre. Plusieurs nations disparaîtront de la carte du monde. La France sera bien petite, mais elle survivra en partie jusqu’à la fin des temps. Car elle redeviendra, ainsi purifiée, la fille aînée de l’Eglise rénovée. Car tous les Caïn et les Judas de l’humanité auront disparu dans ce Jugement des Nations, mais non encore de la Fin des Temps, qui devra avoir lieu plus tard.

La mer Méditerranée va disparaître totalement, les océans lanceront vers le ciel d’énormes jets de vapeurs brûlants et balaieront les continents en un effroyable raz-de-marée, anéantissant tout sur son passage, tandis que de nouvelles montagnes surgiront des océans et des terres et pendant que s’effondreront les Alpes et la vallée du Rhin jusqu’au nord, envahies par la mer. Ainsi, la carte du monde actuel sera totalement changée. Et la terre aura de grandes secousses qui l’empêcheront de tourner sur elle-même normalement. Les saisons n’existeront plus trois années au moins avant que la terre puisse redonner des herbes et de la végétation. Grande famine dans le monde entier. Paris sera détruit par la Révolution et brûlé par des tirs atomiques des Russes depuis Orléans et la région de Provins. Tandis que Marseille et la Côte d’Azur s’écrouleront dans la mer.

Plus de 3 milliards d’êtres humains disparaîtront dans cette tourmente mondiale et Jésus disait qu’il n’y aura plus de si grande désolation, même à la fin du monde, tellement sera grand le châtiment dû aux péchés du monde.

Nous commençons, mon enfant, me disait-il (1945) à entrer dans le temps de l’Apocalypse vu par Saint Jean, l’apôtre tant aimé de Jésus.

Plus tard, quand vous verrez que ce temps redouté est proche, alors allez en Bretagne vous retirer, mais vers le centre, loin des côtes qui s’écrouleront.

Car ce fléau mondial commencera par une froide nuit d’hiver et un effroyable grondement de tonnerre divin sera entendu du monde entier, et ce coup de tonnerre divin aura un son anormal, rempli de cris démoniaques, ce sera la voix du péché que les hommes épouvantés entendront cette nuit-là ».

Qui était le Père PEL ?

Le Père Constant Louis Marie PEL (1878-1966) :

Naquit en 1878 à Lantenay, petit village de l’Ain. Il entra à l’âge requis au petit séminaire où il fit de grands progrès dans la vie spirituelle sous la direction du père Crozier, le « saint de Lyon », prêtre mystique et stigmatisé invisiblement (le père pel héritera, entre autre, du calide ce de grand saint, avec lequel il célébra toute sa vie la sainte messe).

Ordonné prêtre en 1901, possesseur de deux doctorats, dont celui de théologie, il devint professeur de séminaire. Il fonda deux œuvres : le couvent des religieuses moniales des camaldules à la Seyne-sur-Mer (Var) ainsi que le séminaire du Christ-Roi en Corse à Corte. Ami personnel de Padre Pio, de Charles de Foucault, directeur spirituel de Marthe Robin, avant le chanoine Quinet, il était avant tout un ardent apôtre du Sacré-Cœur de Jésus, un grand dévot au Cœur douloureux et immaculé de Marie et avait un amour brûlant de Jésus-hostie (il fut gratifié de près de 3500 miracles eucharistiques et passait ses nuits debout, le front contre la porte du tabernacle, dans une extase permanente, s’entretenant avec Dieu qu’il voyait face à face).

Le Père Pel mettait environ deux heures pour célébrer sa messe,à la manière de Padre Pio et passait des journées écrasantes au confessionnal, en plus de son apostolat et des missions qu’il prêchait dans toute la France. Doté d’une santé de fer, il fallut un accident de voiture pour lui ôter la vie : il avait 86 ans.

« Pourquoi venez-vous me voir puisque vous avez en France un si grand saint ! » Padre Pio à des pélerins de San Giovanni Rotondo.

« C’est un curé d’Ars avec la science en plus » : le Cardinal Maurin de Lyon

« Il a un beau visage d’ascète qui fascine sur son passage, il suscite l’admiration. Des persones s’agenouillent même devant lui tant sa personne rayonne la présence de Dieu et son amour pour jésus et Marie. Il ne vit que pour eux, oubliant le boire et la manger et même le lsommeil pour être disponible aux âmes. En vérité un autre curé d’Ars. »

(Extrait des notes de Monsieur l’Abbé Salou, un de ses fils spirituels.)

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE