• Accueil
  • > Recherche : pere luis maria andreu

Résultats de votre recherche

- Pablo VI , Cardenal Ottaviani y Garabandal

Posté par Pèlerin le 4 mars 2013

El Papa Pablo VI y las Apariciones de la Santísima Virgen María en Garabandal.

El Papa Pablo VI pronunció las más autorizadas y elogiosas palabras que se hayan dicho sobre las Apariciones de Garabandal. Sucedió con
ocasión de la audiencia que concedió al Padre Escalada S.J., le dijo:

« Es la historia más hermosa de la Humanidad desde el Nacimiento de Cristo. Es como la segunda vida de la Santísima Virgen en la tierra, y no hay palabras para agradecerlo. »

Esta noticia fue publicada en la revista que edita la Difusora Mariana de A.C. de Méjico, y también en la LEGIÓN BLANCA PERUANA, con  «IMPRIMÁTUR» de monseñor Alfonso Zaplana Belliza, obispo de Tacna, Perú, el 7 de noviembre de 1968.

El Papa tenía abundante información sobre las Apariciones. Había leído con gran interés la historia de las Apariciones, las circulares del Dr. Bonance y el informe del Cardenal Ottaviani, tras la entrevista a Conchita en Enero de 1966, de modo que al P. Escalada le bastó
hacerle una rápida exposición de los hechos. Hace ya años, el Padre Morelos comunicaba al Padre Lucio Rodrigo S.J., catedrático durante muchos años en la Universidad Pontificia de Comillas en Cantabria, esta noticia: El Padre Escalada, jesuita mejicano, que difunde los Mensajes de Garabandal en su tierra, ha sido recibido en audiencia por el Papa; el Padre Escalada iba acompañado por el Superior General de la Compañía de Jesús, Padre Pedro Arrupe ».

El Padre Escalada habló al Papa sobre su trabajo de difusión en Méjico. El Papa le animó a seguir y le dijo: « Es necesario dar a conocer  esos Mensajes ».

Cuando se conoció esta noticia, de tantísima importancia, se quiso tener la mayor garantía sobre su autenticidad y una señora de Barcelona  escribió al jesuita Padre Ramón María Andréu; éste contestó desde Valladolid, con fecha 13 de abril de 1967: « La noticia sobre el Padre Arrupe y el Padre Escalada es cierta. Los dos estuvieron con el Papa. El Padre Escalada preguntó si podía seguir difundiendo el Mensaje de Garabandal y el Papa le dijo que Sí. »

El P. Escalada, confiado por la excepcional apreciación del Papa, le indicó:  «Sí, Santidad, pero hay mucha gente que se opone, aún de los nuestros».

Entonces el Papa levantó la voz y respondió: «No importa; diga a esas gentes que es el Papa el que lo dice, que es urgente dar a conocer al mundo estos mensajes».

El Papa y la Superiora de las Hermanas de Nuestra Señora del Sagrado Corazón de Barcelona.

Según testimonio dado en Garabandal por las mismas Hijas de Nuestra Señora del Sagrado Corazón de Barcelona, confirmado por el sacerdote suizo presente este día en Garabandal ante la Madre Superiora de dicho Instituto, en su visita al Papa Pablo VI, le preguntó si ella podía permitir la difusión en su Instituto Religioso de los mensajes de Garabandal y el Papa la respondió: «Difundid el mensaje de Garabandal con caridad entre vosotras».

El sacerdote suizo, M. Luis Demierre, lo confirmó por carta el día 4 de diciembre de 1969.

Bendición Apostólica a los Centros de Garabandal de Inglaterra e Irlanda.

Mr. N. Baco envió a Su Santidad Pablo VI, el día 5 de diciembre de 1968, una carta suplicando una especial Bendición Apostólica para  sus centros de Garabandal. La carta iba acompañada de un breve «dossier», que el cardenal Secretario de Estado, monseñor Cicognani, remitió a la Sagrada Congregación para la Doctrina de la Fe. El día 3 de marzo de 1969, el Papa Pablo VI concedió su especial Bendición Apostólica a Mr. N. Baco y a todos los Centros de Garabandal de Inglaterra e Irlanda, para que difundan los mensajes de Garabandal en su hermoso apostolado.

«Difusora Mariana de A. C.» de Méjico.

En junio de 1969 el Papa Pablo VI envió a los miembros de la Junta de la «Difusora Mariana de A. C.» de Méjico una Bendición especial, y  acompañándola con el regalo personal a cada uno de ellos de un Crucifijo para alentarles a seguir su hermoso apostolado, diciéndoles:

«Dígales a los de Difusora Mariana, que sigan difundiendo los mensajes, que yo les bendigo y que pidan mucho por  mí».

Bendición especial al grupo de María Saraco.

El día 7 de mayo de 1970 entraba en la Basílica de San Pedro del Vaticano una nutrida peregrinación de norteamericanos desde la explanada de la plaza de la Basílica Vaticana y desplegando un estandarte, con la imagen en gran tamaño de la Virgen de Garabandal y esta inscripción: «St. Michael´s Garabandal Center for our Lady of Carmel. Brockton. Mass. U.S.A.».

Se trata del Centro de Garabandal de San Miguel, en la costa Este de EE.UU. que dirige María Carmela Saraco. Desde 1964 difunde los Mensajes dados por la Santísima Virgen María en Garabandal. Años más tarde, en 1980, este centro se trasladó a California.

María Saraco habla con el Papa Pablo VI sobre las Apariciones de la Santísima Virgen en Garabandal.

Con el estandarte desplegado dentro de la Basílica de San Pedro asistían a la audiencia general situados en un lugar bien destacado y  junto al altar central o papal. Al llegar Su Santidad ante estos peregrinos mandó parar el cortejo ante el estandarte de la Virgen de Garabandal e impartió sobre él su bendición especial. Tan pronto como el Papa les dio su bendición les alentó con estas palabras: «Sigan. ¡Adelante!».

Los peregrinos al saber de qué se trataba y lo que el Papa acababa de hacer comenzaron a besar el estandarte dentro de la misma Basílica de San Pedro para rendir homenaje a la Virgen de Garabandal, que aquel estandarte mostraba a los fieles del orbe allí congregados.

Era el día de la Ascensión del Señor. El grupo de norteamericanos estaba presente en Roma y de paso para visitar Garabandal en España después de pasar por Roma. Al día siguiente, el 8 de mayo, «L´OSSERVATORE», daba la noticia en primera página.

Bendición Apostólica al padre Verfaille S.D.B. y a sus colaboradores.

El día 12 de diciembre de 1970 el Papa concedió otra nueva Bendición Apostólica especial al padre Verfaille S.D.B., y a sus colaboradores  del Centro Mariano de Garabandal, de la República del Zaire, Africa.

En enero de 1966 el Papa Pablo VI bendice a Conchita.

Miércoles, 19 de enero de 1966: El Papa en la Silla Gestatoria sale de la sala donde ha tenido la audiencia general. Divisa al profesor Medi, su médico personal, y le llama:– Profesor, profesor.

A continuación dice a los portadores de la Silla:– Fermi tutti.

Una indicación de que dejaran en el suelo la Silla Gestatoria y se alejaran. El Papa queda solo con el pequeño grupo del Dr. Medi en el que  estaban Conchita, su madre y el Padre Luna y se produce así la audiencia fuera de programa. Han podido hablar con toda tranquilidad. Conchita habló personalmente con el Papa.  Esta audiencia, sobrenatural, preparada y conseguida por la Santísima Virgen, acabó así: El Papa, encantado, como iluminado, bendice a Conchita con estas palabras: « Conchita, yo te bendigo, y conmigo te bendice toda la Iglesia ».

Después de esto, el pequeño grupo, con una alegría indecible, se dirigió al coche para marchar directamente al aeropuerto para el viaje de  vuelta a España.

Declaración del Cardenal Ottaviani sobre las Apariciones de Garabandal, que en esas fechas estaban en estudio por el Santo Oficio.

A las 10 horas de la mañana del día 27 de noviembre de 1968, el hermano David García Muga, natural de La Cerca, provincia de Burgos, España, nacido en el año 1913, entraba el Palacio Vaticano del Santo Oficio para entrevistarse con su Pro-Prefecto, S. E. cardenal Ottaviani.

Durante la entrevista, el Hermano David le preguntó:

H. David: ¿Es cierto que esta Congregación está estudiando el caso de Garabandal?

C. Ottaviani: Sí, es cierto.

H. David: ¿Es cierto que la Congregación mandó un delegado a Garabandal?

C. Ottaviani: Sí, es cierto. Yo lo mandé.

H. David: ¿Es cierto que la Congregación llamó a Conchita a declarar?

C. Ottaviani: Sí, sí, es cierto. Estuvo conmigo.

H. David: Y ¿cual es su opinión personal?

El cardenal se sonrió y dijo:-  Mire, perdone, pero cuando un asunto se está tratando en esta Congregación, todos los miembros tenemos la obligación grave de no decir nada a nadie, ni en favor ni en  contra.

Dice el Hermano David: Yo entonces le expliqué mi curación de leucemia por la Virgen de Garabandal y mi compromiso de hablar de sus Mensajes en todas partes y le dije: En varios lugares me han querido prohibir hablar de estas cosas, porque dicen que estas Apariciones no están aprobadas. Entonces ¿quiere decir, que hasta que esta Congregación no se pronuncie, yo no puedo cumplir mi promesa con la Santísima Virgen?. El me respondió sin titubeos:

-De ninguna manera. Usted puede seguir hablando donde quiera. Pero eso sí, siempre a título personal y bajo su responsabilidad propia, sin hacer intervenir a la Iglesia. Por lo demás, nadie le puede prohibir que cuente su curación milagrosa y la atribuya a la Virgen de Garabandal, que hable de los hechos maravillosos que usted conoce y que se han realizado allí, o cuente otros favores que se hayan conseguido con ocasión de Garabandal, etc.
Nadie se puede oponer a estas cosas. Ahora bien, el día en que esta Congregación se pronuncie, usted aténgase a lo que diga.

Solucionado así mi problema, él me acompañó con toda deferencia por varios salones, hablando muy bien de España y sobre todo de la Virgen del Pilar, donde me dijo que había tenido la dicha de estar.

El hermano David, cuyo nombre de pila es Bernardo, pertenece al Instituto Religioso de los Hermanos del Sagrado Corazón. En estas fechas enseñaba en el Colegio Gral. Benito Nazar de los Hermanos del Sagrado Corazón en Buenos Aires, Argentina.

La Comisión investigadora.

Hay que decir que, de los miembros de la Comisión, es muy conocido que el Doctor Morales, médico principal de la misma, se retractó de su anterior posición negativa y, a partir del año 1983, se convirtió en un ferviente defensor de las Apariciones. De igual modo, D. Juan Antonio del Val gozaba de la plena confianza de D. Doroteo Fernández y por ello fue miembro de la Comisión y testigo de las Apariciones. A finales de 1971 fue nombrado Obispo de Santander.

El Obispo de Santander desde 1971 a 1991, D. Juan Antonio del Val, estudió por su cuenta todo, pues vio que todo ello requería un estudio mas profundo y que aquello era muy serio. Dio permiso a Conchita para hacer la película de la BBC y más tarde dio permiso a los Sacerdotes para subir a Garabandal y decir la Santa Misa en la Iglesia, que anteriormente había estado prohibido, y promovió un nuevo estudio sobre las Apariciones que posteriormente fue enviado a Roma.

http://moimunanblog.wordpress.com/2012/02/11/discutiendo-garabandal/

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- La famille Andreu, Paul VI et Garabandal

Posté par Pèlerin le 22 février 2013

- La famille Andreu, Paul VI et Garabandal dans D- Des prêtres racontent famille-andreu

C’est l’histoire d’une famille enracinée dans la foi catholique, composée de 6 frères dont 4 prêtres jésuites : Alejandro, missionnaire au Vénézuela ; Ramon, décédé en 2005 ; Luis qui mourut le 9 août 1961 (après avoir eu la vision du Grand Miracle prophétisé) ; et Marcelino, missionnaire à Formose. María Luisa, la mère des prêtres, qui avait déjà donné quatre de ses fils au sacerdoce, prit l’habit le 19 mars 1962, puis fit profession solennelle le 19 mars 1965 en présence de ses fils à la demande du Pape Paul VI qui finança les frais de voyage aller-retour du Père Marcelino (1). A cette occasion, il envoya à Soeur Luisa María sa bénédiction spéciale et ses félicitations en rappelant que les mères peuvent transmettre l’âme sacerdotale à leurs fils« .

Le Père Luis Andreu était professeur de théologie à la faculté de la Compagnie de Jésus, dans la Province de Burgos. Il est mort à l’âge de 36 ans. Il était monté à Garabandal en compagnie de son frère Ramón, les derniers jours de juillet 1961, et y revint le 8 août. Ce jour-là, le Père Valentin Marichalar lui avait donné les clés de l’église, et le Padre officia celle qui devait être sa dernière messe….une messe mémorable selon des témoins, pour la grande dévotion et le respect du sacré.

Le Père Luis Andreu a eu la vision du futur Grand Miracle prophétisé. Il meurt de joie le lendemain, sur le chemin du retour.
Selon des témoins, jamais messe aussi belle avait été dite dans l’église de Garabandal que celle du Padre Andreu. Conchita a annoncé que le corps du Padre Luis Andreu sera retrouvé intact et incorrompu le lendemain du Grand Miracle.

(1) . Nouvelle preuve de l’intérêt et de la foi du pape Paul VI vis à vis des Apparitions de Garabandal.

Plus de photos et de précisions sur : http://www.virgendegarabandal.com/familiaandreu.htm

 

 

 

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- Les prêtres qui ont cru en Garabandal

Posté par Pèlerin le 7 juin 2011

Cliquez sur les photos pour agrandir

 et sur les noms colorés si vous souhaitez avoir plus d’informations

Don Marichalar  Père Laffineur  Padre Pio  Don Rolando  Padre Nieto  Padre Luis Andreu
 

(De gauche à droite)

Don Marichalar, Père Laffineur, Padre Pio qui a dit « on y croira quand il sera trop tard« ,
Don Rolando (curé actuel),
Padre Nieto (Directeur Spirituel de Conchita),
Padre Luis Andreu (qui a vu le Grand Miracle).

De nombreux prêtres ont assisté aux extases. Des laïcs venus par curiosité y ont trouvé leur vocation.

Sans oublier le Pape Paul VI qui a parlé avec Conchita quelques instants alors que sa « garde rapprochée » tentait de l’en empêcher (lors d’une audience publique) et qui a fait lever l’interdiction de parler des Apparitions mariales ou d’aller en pélerinage juste après avoir lu l’histoire de Garabandal.
Le Cardinal Ottaviani a reçu Conchita à Rome.

Abbé de Bailliencourt à droite
L’Abbé de Bailliencourt a pris la suite du Père Laffineur, et a écrit des enseignements magnifiques sur Garabandal.


Le Père Pel (tant « loué » par le Padre Pio),  le Père Escalada, le Père Combe, Mgr Venancio de Fatima, Mgr Williamson qui s’est converti à Garabandal (il était anglican)….

 

Mère Teresa     Mère Teresa

Marthe Robin qui priait pour la cause de Garabandal et incitait le Père Combe à continuer son oeuvre de diffusion….

 

et bien d’autres… N’oublions pas tous ceux qui aujourd’hui y croient et travaillent à la diffusion, ceux qui y conduisent les fidèles en pélerinage. Merci à ces prêtres à l’écoute de Notre Dame.

Prions pour les prêtres qui aujourd’hui ne voient pas et combattent Garabandal.
Que Notre Dame de Garabandal les éclaire comme Elle a éclairé tous ces prêtres, ces religieux…
Qu’Elle veille sur tous ses prêtres, Elle les aime tant.

 

***

Publié dans D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- Miracle de Calanda

Posté par Pèlerin le 10 janvier 2011

Dans l’histoire de Garabandal, il y a des prophéties surprenantes qui en font douter plus d’un. Il y a en particulier celle du Padre Luis Andreu qui a vu le Miracle par anticipation et qui en est mort de joie. Une prophétie annonce que l’on retrouvera son corps intact le lendemain du Grand Miracle.

Or, sa sépulture a été déménagée il y a quelques années. Les jésuites ont alors pu observer que le corps du Padre Andreu était décomposé. Certains y voient déjà une contradiction, une fausse prophétie…. bien au contraire, c’est justement parce que ces jésuites ont attesté de la décomposition du corps, que le Miracle en sera d’autant plus grand. Il fallait que quelqu’un atteste de la décomposition de ses propres yeux … pour confirmer le Miracle du corps retrouvé intact le lendemain du Miracle.

Cela vous semble toujours impossible ?.. voici alors une histoire…. vraie … et reconnue par l’Eglise, une histoire restée presque inconnue hors d’Espagne pendant près de trois siècles. Le bénéficiaire, Miguel Juan Pellicer, est parfaitement connu grâce aux nombreux renseignements conservés par les archives de la paroisse de Calanda (province d’Aragon, nord de l’Espagne), qu’une personne courageuse a soustraites au pillage et aux destructions pendant la guerre civile de 1936.

*

Miguel Juan Pellicer reçoit le baptême le 25 mars 1617. Il est le deuxième des huit enfants de modestes agriculteurs qui mènent une vie vertueuse. L’instruction de l’enfant se réduit au catéchisme. Cette formation religieuse élémentaire enracine en lui une foi catholique simple et solide, fondée sur la réception régulière des Sacrements et sur une ardente et filiale dévotion à la Vierge Marie, vénérée à Saragosse sous l’appellation de «Nuestra Señora del Pilar» (Notre-Dame du Pilier), Patronne de l’Espagne. Vers l’âge de dix-neuf ou vingt ans, Miguel s’installe comme ouvrier agricole, au service d’un oncle maternel, dans la province de Valence. À la fin de juillet 1637, alors qu’il conduit vers la ferme deux mulets traînant une charrette chargée de blé, il tombe de l’attelage et une des roues de la charrette passe sur sa jambe, au-dessous du genou, provoquant la fracture du tibia.

L’oncle Jaime transporte sans retard le blessé à la petite ville voisine, puis à une soixantaine de kilomètres de là, à Valence, où il arrive le 3 août. Miguel y reste cinq jours, au cours desquels lui sont appliqués divers remèdes qui restent sans effet. Il retourne alors à Saragosse où il parvient dans les premiers jours d’octobre 1637. Épuisé et fiévreux, il est admis au Real Hospital de Gracia. Là, il est examiné par Juan de Estanga, professeur à l’université de Saragosse, chef du service de chirurgie, et par deux maîtres chirurgiens, Diego Millaruelo et Miguel Beltran. Ces praticiens, ayant constaté la gangrène avancée de la jambe concluent que le seul moyen de sauver la vie du malade est l’amputation. Lorsqu’ils témoigneront devant les juges, ces médecins décriront la jambe comme «très phlegmoneuse et gangrenée», au point de paraître «noire». Vers la mi-octobre, Estanga et Millaruelo procèdent à l’opération: ils coupent la jambe droite «quatre doigts au-dessous du genou». Bien qu’assoupi par la boisson alcoolisée et narcotique en usage à l’époque, le patient ressent des douleurs atroces: «Dans son tourment, diront les témoins, le jeune homme invoquait sans cesse et avec beaucoup de ferveur la Vierge du Pilier». Un étudiant en chirurgie, du nom de Juan Lorenzo García est chargé de recueillir la jambe coupée et de l’enterrer dignement dans la partie du cimetière de l’hôpital réservée à cet usage. À cette époque de foi, le respect envers le corps destiné à ressusciter, imposait que même les restes anatomiques fussent traités avec piété. García attestera plus tard avoir enterré le morceau de jambe, horizontalement, «dans un trou profond d’un empan», soit vingt et un centimètres selon la mesure aragonaise.

Après quelques mois de séjour à l’hôpital, avant même que sa plaie ne soit parfaitement cicatrisée, Miguel se rend au sanctuaire «du Pilier», à environ un kilomètre, et remercie la Vierge «de lui avoir sauvé la vie, afin qu’il pût continuer à la servir et à lui manifester sa dévotion»; puis il la prie instamment de lui obtenir de «pouvoir vivre de son travail». Au printemps 1638, l’administration de l’hôpital lui fournit une jambe de bois et une béquille. Pour survivre, le jeune homme n’a d’autre solution que de se faire «pordiosero», c’est-à-dire mendiant autorisé par le Chapitre des chanoines du sanctuaire «du Pilier». Saragosse compte alors vingt-cinq mille habitants: la plupart vont «saluer la Vierge» chaque jour. L’attention de ces innombrables visiteurs est attirée par le visage souffrant de ce jeune estropié qui sollicite leur charité. Miguel assiste chaque jour à la Sainte Messe dans le sanctuaire; à la fin de celle-ci, il enduit son moignon avec l’huile des lampes qui brûlent en permanence devant la statue de Notre-Dame du Pilier. Le professeur Estanga a beau lui expliquer que ces onctions auront pour effet de retarder la cicatrisation de sa plaie, Miguel continue son geste de dévotion: cet acte de foi dans la puissance de la Vierge prime, pour lui, sur les règles sanitaires.

Au début de 1640, Miguel rentre dans son pays natal. Il arrive à Calanda, monté sur un petit âne, au mois de mars. Son voyage d’environ 120 kilomètres l’a épuisé; mais l’affectueux accueil de ses parents lui redonne des forces. Miguel va avoir 23 ans. Ne pouvant aider les siens par son travail, il se remet à demander l’aumône. Nombreux seront ceux qui témoigneront avoir vu le jeune mutilé dans les villages des alentours de Calanda, monté sur un petit âne, sa jambe coupée en évidence, pour interpeller la charité des habitants. Le 29 mars 1640, on fête, cette année-là, le 1600e anniversaire de la «venue en chair mortelle» de la Vierge Marie sur les bords de l’Èbre, selon la persuasion des gens de la région. C’est là l’origine de la vénération séculaire des Espagnols envers la Vierge du Pilier. À la même époque, paraît à Louvain (en Flandre alors espagnole) «l’Augustinus», livre de l’évêque Cornelius Jansen, qui donnera son nom au Jansénisme, doctrine tristement célèbre qui rejette comme indignes de la foi pure, la dévotion mariale, la piété populaire, les pèlerinages, les processions, l’attention des gens simples aux miracles…

Ce jeudi 29 mars, Miguel s’efforce d’aider les siens en remplissant de fumier les hottes dont est chargé le petit âne. Il le fait neuf fois de suite, malgré sa difficulté à se tenir sur sa jambe de bois. Le soir venu, il rentre à la maison, fatigué, son moignon plus endolori que d’habitude. Cette nuit-là, les Pellicer doivent héberger, par ordre du gouverneur, un des soldats de la Cavalerie royale qui marche vers la frontière pour repousser les troupes françaises: Miguel est contraint de lui laisser son lit et il couche sur un matelas à même le sol, dans la chambre de ses parents. Il s’y allonge, vers dix heures. Ayant enlevé sa jambe de bois, il étend sur lui un simple manteau, trop court pour couvrir tout le corps, car il a prêté sa couverture au soldat, puis il s’endort…

Entre dix heures et demie et onze heures, la mère de Miguel entre dans la chambre, une lampe à huile à la main. Elle sent aussitôt «un parfum, une odeur suave». Intriguée, elle lève sa lampe: du manteau qui couvre son fils profondément endormi, dépassent non pas un, mais deux pieds, «l’un sur l’autre, croisés». Saisie de stupeur, elle va chercher son mari; celui-ci soulève le manteau: pas de doute, ce sont bien deux pieds, chacun au bout d’une jambe! Non sans peine, ils parviennent à réveiller leur fils. Prenant peu à peu conscience de ce qui s’est passé, Miguel en est émerveillé; la première parole qui lui vient sur les lèvres est pour demander à son père de «lui donner la main, et de lui pardonner les offenses qu’il a pu lui faire». Cette réaction spontanée et immédiate d’humilité, chez celui qui est le bénéficiaire d’un prodige, est un signe très fort de l’origine divine de celui-ci. Lorsqu’on lui demande, avec émotion, s’il a «quelque idée de la manière dont cela est arrivé», le jeune homme répond qu’il n’en sait rien, mais que lorsqu’on l’a tiré de son sommeil, «il était en train de rêver qu’il se trouvait dans la Sainte Chapelle de Notre-Dame du Pilier et qu’il oignait sa jambe coupée avec l’huile d’une lampe, comme il avait coutume de le faire». Il tient aussitôt pour certain que c’est Notre-Dame du Pilier qui lui a rapporté et remis en place sa jambe coupée. Devant le notaire, le lundi suivant, les parents affirment à leur tour qu’ils «estiment et tiennent pour la vérité que la Très Sainte Vierge du Pilier a prié son Fils, notre Rédempteur, et a obtenu de Dieu ce miracle, en raison des prières de Miguel, ou parce que telles étaient Ses voies mystérieuses». Ces Chrétiens voient clairement que ce n’est pas la Vierge qui «fait» les miracles, mais que, par sa supplication, elle les obtient de la Sainte Trinité. Aussi aimée et vénérée soit-elle, la Vierge n’est pas considérée comme une déesse païenne, mais comme une intermédiaire entre nous et son Fils, selon le rôle maternel que Celui-ci lui a lui-même imparti en disant à saint Jean: Fils, voilà ta Mère (Jn 19, 27).

Revenu de sa première émotion, le jeune homme commence à mouvoir et à palper sa jambe. À l’observation, on découvre sur celle-ci des marques d’authenticité: la première est la cicatrice laissée par la roue de la charrette qui a fracturé le tibia; il y a aussi la trace de l’excision d’un gros kyste, lorsque Miguel était encore petit; deux griffures profondes laissées par une plante épineuse; enfin, les traces de la morsure d’un chien sur le mollet. Miguel et ses parents ont donc la certitude que «la Vierge du Pilier a obtenu de Dieu Notre Seigneur la jambe qui avait été enterrée plus de deux ans auparavant». Ils le déclareront sous la foi du serment et sans hésitation, devant les juges de Saragosse. Une gazette de l’époque, «l’Aviso Histórico», écrit en date du 4 juin 1640, veille de l’ouverture du procès, que, malgré les recherches faites dans le cimetière de l’Hôpital de Saragosse, la jambe enterrée n’a pas été retrouvée: le trou qui la contenait était vide!

Dès l’aube du 30 mars, vendredi de la Passion, fête de Notre-Dame des Sept Douleurs, l’incroyable nouvelle se répand dans tout le bourg. Don Juseppe Herrero, vicaire de la paroisse, arrive chez les Pellicer, suivi du «justicia», qui cumule les fonctions de juge de paix et de responsable de l’ordre public, du maire et de son adjoint, du notaire royal et des deux médecins de Calanda. Une procession se forme pour accompagner le jeune miraculé à l’église paroissiale, où le reste des habitants l’attend. Tous, disent les documents, sont abasourdis en le voyant de nouveau avec sa jambe droite, alors qu’ils l’avaient vu avec une seule jambe jusqu’à la veille au soir. Le miraculé se confesse, et reçoit la sainte Communion au cours de la Messe d’action de grâces célébrée par le vicaire.

Pourtant, la jambe n’a pas, au début, un bel aspect: couleur violacée, doigts de pied recourbés, muscles atrophiés et surtout, longueur inférieure à celle de la jambe gauche de quelques centimètres. Il faut trois jours pour que la jambe reprenne son aspect normal, avec sa souplesse et sa force. Ces circonstances, soigneusement observées et étudiées lors du procès, confirment qu’il ne s’agit pas d’un numéro d’illusionnisme; elles prouvent que la jambe restituée est bien la même que celle qui avait été enterrée deux ans et cinq mois auparavant, à plus de 100 km de distance… Au mois de juin suivant, les témoins affirment devant les juges de Saragosse que Miguel «peut appuyer son talon par terre, bouger ses orteils, courir sans difficulté». On constate en outre que, depuis fin mars, le membre récupéré s’est «allongé de presque trois doigts», et qu’il est à présent aussi long que l’autre. Une seule marque ne disparaît pas: la cicatrice qui forme un cercle rouge à l’endroit où le segment de jambe s’est réuni à l’autre. C’est comme une marque indélébile du prodige.

«Il faudrait donc qu’un miracle fût constaté par un certain nombre de personnes sensées qui n’eussent aucun intérêt dans la chose, affirmait Voltaire. Et il faudrait que leurs témoignages fussent enregistrés en bonne et due forme: en effet, si nous avons besoin de tant de formalités pour des actes tels que l’achat d’une maison, un contrat de mariage, un testament, combien n’en faudrait-il pas pour vérifier des choses naturellement impossibles?» (Article «Miracle» de son Dictionnaire philosophique). Or, cent vingt ans auparavant, un tel acte a précisément été dressé à Calanda. Le lundi 1er avril 1640, quatrième jour après le prodige, le curé et un vicaire de Mazaleón, bourg éloigné de 50 km, se déplacent avec le notaire royal de l’endroit pour vérifier la réalité des faits et en dressent un acte officiel.

À la fin du même mois d’avril, la famille Pellicer décide d’aller remercier la Vierge du Pilier. À Saragosse, la municipalité demande que s’ouvre un procès, pour que toute la lumière soit faite sur l’événement. Le 5 juin, soit deux mois et une semaine après l’événement, le procès canonique est officiellement ouvert. Il est public et non à huis clos. Plus de cent personnes de conditions sociales diverses y prennent part. Contre la fiabilité de ce procès, aucune voix discordante ne s’est jamais élevée. Le 27 avril 1641, l’archevêque rend solennellement sa sentence. Il déclare «admirable et miraculeuse» la restitution de la jambe droite, précédemment amputée, dont a bénéficié Miguel Juan Pellicer, natif de Calanda.

Le miracle de Calanda, impensable et pourtant parfaitement attesté, est de nature à conforter notre foi dans l’existence d’un monde invisible, celui de Dieu et de son Royaume éternel, auquel nous sommes appelés à participer en tant qu’enfants adoptifs. Là est la réalité suprême et éternelle, à laquelle nous devons rapporter toutes les autres, comme un homme prudent ordonne les moyens à la fin. Les miracles nous révèlent surtout le Coeur aimant et miséricordieux de Dieu pour l’homme, particulièrement pour l’homme qui souffre, qui est dans le besoin, qui implore la guérison, le pardon et la pitié. Ils contribuent à nous établir dans une espérance indéfectible en la miséricorde de Dieu et nous incitent à dire souvent: «Jésus, j’ai confiance en Vous !»

Cf. Vittorio Messori, Le Miracle impensable,

éd. Mame 2000.

Miracle de Calanda - Senora del Pilar

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Pas de Commentaires »

- Sens sacerdotal et eucharistique du grand Miracle

Posté par sexto le 21 septembre 2010

Avant de mourir , le Père Luis Andreu a dit quelques paroles significatives , dont celles-ci qui furent les dernières :  » Je surabonde de joie , de bonheur . Quel cadeau m’a fait la Vierge !…C’est aujourd’hui le plus beau jour de ma vie ! « 

Qu’est le plus beau jour de la vie d’un prêtre ? C’est celui de son ordination sacerdotale et aussi celui de sa première messe ! Où encore celui de sa mort où il va célébrer sa Messe éternelle à l’Autel du Souverain Prêtre ! Mais le Père Luis ne savait vraisemblablement pas qu’il allait mourir !

Le Miracle donne donc un bonheur plus grand que celui de l’Ordination , de la 1ère Messe , tellement grand qu’on en meurt ! Qu’est-ce à dire ?

Dieu ne fait rien sans raison , les coïncidences sont divines , à nous d’en découvrir les leçons…Le Père Andreu , aux Pins , vers 22 h du 8 août 1961 , s’est écrié quatre fois  » Miracle !  » . Conchita , dans son journal , dit qu’il voyait en même temps et la Vierge et le Miracle . Vers 4 h du 9 août , en traversant Reinosa en voiture , il est mort d’amour et de joie ainsi que dans une entière certitude de la réalité des apparitions…

Qu’est la date du 8 août , depuis 1960 ? Qu’est la date du 9 août avant 1960 ? Sinon la fête du Saint curé d’Ars ! Que cette fête d’un saint curé coïncide avec , et la vision du Miracle par le Père Luis et la mort de celui-ci n’est pas fortuit , cela ne peut que provoquer réflexions . Il y a là un signe , une signification …

En feuilletant le Saint Curé d’Ars , on trouve ces phrases :

 » Oh ! que le prêtre est quelque chose de grand ! Il ne se comprendra bien qu’au ciel .

Si l’on nous disait :  » A telle heure , on doit ressusciter un mort  » , nous courrions bien vite pour le voir ; mais la Consécration qui change le pain et le vin au Corps et au Sang de Dieu , n’est-ce pas un plus grand miracle que de ressusciter un mort ? Après la Consécration , le Bon Dieu est là comme dans le Ciel . Si l’homme connaissait bien ce mystère , il en mourrait d’amour et de joie ! Seule , une grâce divine vient au secours de notre faiblesse pour nous conserver en vie … »

Le Père Luis Andreu n’a pas eu cette grâce divine qui l’eut maintenu en vie ( comme nous l’aurons le jour futur du Miracle ) ; mais il a eu , un instant , avec la Lumière de Dieu , le regard divin et dans la compréhension divine , la connaissance intime et profonde de l’essence , de la substance des Mystères du Sacerdoce et de l’Eucharistie , demeurées voilés à notre faiblesse sur cette terre….

Aussi , le Miracle aura -t-il un sens sacerdotal et eucharistique en nous faisant saisir par l’ « extase  » , dans la Lumière de Dieu , ce que sont , en réalité et comme Dieu les  » saisit  » et les comprend , ces deux Mystères , Vie et Cœur de l’Eglise catholique !

Voilà pourquoi il sera immensément grand : parce que et comme le monde en a besoin… »

Père Santiago Juan de Maria ( Le mystère des apparitions de Garabandal )

Voilà pourquoi nous devons répondre à cette grâce qui nous est accordée au début de la Fin des Temps …en faisant l’impossible pour être à Garabandal le jour du Grand Miracle …! S’y préparer de toutes ses forces , et selon les moyens de chacun , ne signifie pas  » improviser  » au moment de l »annonce …On n’attend pas un évènement de cette envergure ( et qui ne se renouvellera plus ) à la légère …Il faut prévoir moyens de locomotion et camping pour quelques jours ! Est-ce donc si difficile en ces temps où nous sommes habitués à voyager facilement ?!! Enfin , pour ceux qui auront  » improvisé « , trop tard , il restera quand même , comme consolation , la vue du  » Signe  » …qui restera aux Pins jusqu’à la fin du monde ….!

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

Le Grand Miracle

Posté par Pèlerin le 20 août 2010

LE GRAND MIRACLE 


- Le Grand Miracle se produira entre les mois de mars, avril et mai ;  entre le 7 et le 17 mais ni le 7 et ni le 17.
(mise en garde : un doute sur cette période que Conchita a annoncée des années après les Apparitions.)
- Il arrivera un jeudi à 20h30, moins d’un an après l’Avertissement, il fera encore jour.

- “Ce sera beaucoup plus grand, beaucoup plus puissant qu’à Fatima. Les personnes présentes en seront tellement bouleversées qu’aucune ne repartira en doutant. Il faudrait que le monde entier soit présent au Miracle, car alors il n’y aurait sûrement pas de châtiment puisque tout le monde croirait. ” (Conchita)

- « La Sainte Vierge m’a dit, à moi, la date du miracle et en quoi il consistera. Je dois le dire huit jours avant, pour que les gens viennent. (Conchita)

- Le Pape le verra d’où il sera, et le Padre Pio.

- « Il sera visible par tous ceux qui seront dans le village et les montagnes alentour ».

(Donc n’écoutez pas ceux qui vous disent qu’on le verra depuis les sanctuaires, etc.)

- « Ce sera le plus grand miracle que Notre Seigneur aura fait pour le monde. »

- Il durera environ un quart d’heure.

- Les malades présents seront guéris et les pêcheurs se convertiront »

- Joey Lomangino (l’aveugle américain) recouvrera la vue. ici

- Ce jour-là, on pourra dire la messe en noir.

(ce ne peut donc tomber le jour d’une autre fête comme l’Ascension, Jeudi Saint, etc ; ce ne sera pas un jour “double” ; le noir est aussi porté les jours de deuil)

- Il arrivera le jour de la fête d’un Jeune Martyr de l’Eucharistie.ici

- Le Grand Miracle coïncidera avec un événement rare et heureux pour l’Eglise(et qui n’a jamais eu lieu depuis la naissance de Conchita : 1949). “Ce sera comme un dogme” (dit Conchita).

- « un jour, peu de temps avant le Miracle, surviendra un événement qui provoquera de nombreuses désertions parmi les fidèles de Garabandal ; mais ces désertions ne seront pas dues au retard excessif du miracle. » ici

- Après le Grand Miracle, restera un Signe aux Pins, que l’on pourra photographier mais pas toucher.

- La Russie se convertira.

***

Deux prêtres ont vu le Grand Miracle…. Padre Pio et Padre Luis Andreu.

Voici tel que le raconte le Padre Luis Andreu, faits commentés par le Père Santiago Juan de Maria…

Avant de mourir , le Père Luis Andreu a dit quelques paroles significatives , dont celles-ci qui furent les dernières :  » Je surabonde de joie , de bonheur . Quel cadeau m’a fait la Vierge !…C’est aujourd’hui le plus beau jour de ma vie ! « 

Qu’est le plus beau jour de la vie d’un prêtre ? C’est celui de son ordination sacerdotale et aussi celui de sa première messe ! Où encore celui de sa mort où il va célébrer sa Messe éternelle à l’Autel du Souverain Prêtre ! Mais le Père Luis ne savait vraisemblablement pas qu’il allait mourir !

Le Miracle donne donc un bonheur plus grand que celui de l’Ordination , de la 1ère Messe , tellement grand qu’on en meurt ! Qu’est-ce à dire ?

Dieu ne fait rien sans raison , les coïncidences sont divines , à nous d’en découvrir les leçons…Le Père Andreu , aux Pins , vers 22 h du 8 août 1961 , s’est écrié quatre fois  » Miracle !  » . Conchita , dans son journal , dit qu’il voyait en même temps et la Vierge et le Miracle . Vers 4 h du 9 août , en traversant Reinosa en voiture , il est mort d’amour et de joie ainsi que dans une entière certitude de la réalité des apparitions…

Qu’est la date du 8 août , depuis 1960 ? Qu’est la date du 9 août avant 1960 ? Sinon la fête du Saint curé d’Ars ! Que cette fête d’un saint curé coïncide avec , et la vision du Miracle par le Père Luis et la mort de celui-ci n’est pas fortuit , cela ne peut que provoquer réflexions . Il y a là un signe , une signification …

En feuilletant le Saint Curé d’Ars , on trouve ces phrases :

 » Oh ! que le prêtre est quelque chose de grand ! Il ne se comprendra bien qu’au ciel . »

Si l’on nous disait :  » A telle heure , on doit ressusciter un mort  » , nous courrions bien vite pour le voir ; mais la Consécration qui change le pain et le vin au Corps et au Sang de Dieu , n’est-ce pas un plus grand miracle que de ressusciter un mort ? Après la Consécration , le Bon Dieu est là comme dans le Ciel . Si l’homme connaissait bien ce mystère , il en mourrait d’amour et de joie ! Seule , une grâce divine vient au secours de notre faiblesse pour nous conserver en vie … »

Le Père Luis Andreu n’a pas eu cette grâce divine qui l’eut maintenu en vie ( comme nous l’aurons le jour futur du Miracle ) ; mais il a eu , un instant , avec la Lumière de Dieu , le regard divin et dans la compréhension divine , la connaissance intime et profonde de l’essence , de la substance des Mystères du Sacerdoce et de l’Eucharistie , demeurées voilés à notre faiblesse sur cette terre….

Aussi , le Miracle aura -t-il un sens sacerdotal et eucharistique en nous faisant saisir par l’ »extase  » , dans la Lumière de Dieu , ce que sont , en réalité et comme Dieu les  » saisit  » et les comprend , ces deux Mystères , Vie et Cœur de l’Eglise catholique !

Voilà pourquoi il sera immensément grand : parce que et comme le monde en a besoin… »

Père Santiago Juan de Maria ( Le mystère des apparitions de Garabandal )

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

- Padre Luis Andreu et le Grand Miracle

Posté par Pèlerin le 13 août 2010

padreluisandreu.jpg

LE PERE LUIS ANDREU, le seul prêtre, avec Padre Pio,

à avoir eu la vision du Grand Miracle par anticipation

vidéo (en anglais) ICI

autre vidéo (en espagnol) ICI


On ne parle pas suffisamment du Père Luis Maria Andreu. Il est pourtant l’un des plus importants témoins de ces apparitions, d’abord par ce que c’est un prêtre, et ensuite, parce qu’il a été le seul à voir le Grand Miracle.

Pour bien comprendre l’importance de ce témoignage, il faut vraiment savoir qui était ce Prêtre.

Il naquit le 3 juillet 1925, à Bilbao, le quatrième des six enfants, tous des garçons. Quatre d’entre eux devinrent Prêtres Jésuites ! La maman, veuve depuis 1951, après la mort de son fils Luis, devint religieuse cloîtrée au couvent de la Visitation à San Sebastian, sous le nom de Sœur Luisa Maria.

Le Père Luis était d’une intelligence exceptionnelle. Pour parfaire ses études, il fut envoyé à Innsbruck, à Rome, à Genève et à Paris. Aussi était-il polyglotte ; en plus de sa langue maternelle, l’espagnol, il parlait l’allemand, le français, l’italien, le latin, le grec et l’anglais.

Le 30 juillet 1955, à Ona, en Espagne, le Père Luis fut ordonné prêtre pour l’éternité par l’Archevêque Federico Melen-dro de Anking, Chine. Il célébra sa première Messe le jour de la Fête de Saint Ignace de Loyola, en la chapelle de Loyola. L’on peut imaginer la joie qui dut remplir son cœur.

Un peu plus tard, après avoir reçu son Doctorat en Théologie, le Père Luis rejoignit la Faculté des Jésuites à Ona comme Professeur de Théologie. Lorsqu’il entendit parler des apparitions en cours à Garabandal, et à cause de son grand amour pour la Très Sainte Vierge, il décida de se rendre au village pour enquêter sur cette affaire. Il monta au village pour la première fois le 29 juillet 1961. Il observa les extases des quatre fillettes, prenant des notes sur tout ce qu’il voyait et entendait. Il fut profondément impressionné.

Le 8 août 1961, le Père Luis, âgé alors de 36 ans, revint à Garabandal avec un groupe d’amis.Le matin du 8 août , Don Valentin Marichalar , curé de Garabandal , remit au Père Luis la clé de l’eglise , en le priant de faire office de curé , lui-même devant aller à Torrelavega . La messe que célébra le Père Luis dans l’église de saint Sébastien de Garabandal , fût , au dire de tous , extraordinaire et provoqua une vive émotion . Avait-il la prémonition que c’était sa dernière messe ? Les fillettes eurent une extase le matin . Le Père Luis se tint constamment auprès d’elles et , comme les autres fois , il prit en note leurs paroles et leurs gestes . Pendant cette extase , il apparût par moment absorbé . Ceux qui l’approchèrent de plus près purent voir par instant des larmes couler sur ses joues . Ces larmes silencieuses provenaient , semble-t’il , du sentiment profond d’être en présence de l’extraordinaire . Ce soir-là, les voyantes eurent une longue marche extatique, qui se termina aux Pins. Le Père Luis et beaucoup d’autres gens suivirent les voyantes. Écoutons Conchita et ce qu’elle écrivit dans son journal : « Il faisait déjà nuit quand la Sainte Vierge nous est apparue. A la fin du Rosaire, toutes les quatre nous fûmes prises d’une très grande joie extatique ; nous commençâmes à marcher en direction des Pins. Lorsque nous fûmes arrivées aux Pins, le Père Luis qui nous suivait dit : « Miracle ! Miracle ! » et les yeux écarquillés, il regardait en haut. Nous pouvions le voir ; or dans nos extases nous ne voyons personne, sauf la Sainte Vierge. Mais, le Père Luis, nous l’avons vu ; la Sainte Vierge nous a dit qu’il La voyait, ainsi que le Miracle. »

Dans l’extase, les enfants virent le Père Luis à genoux. Conchita dira plus tard que la Vierge regardait dans la direction du Père Luis et semblait lui dire : « Vous serez bientôt avec moi ».

Le Père Luis quitta Garabandal en jeep le soir-même avec des amis. S’arrêtant à Cosio, il rencontra le Curé Don Valentin Marichalar et lui dit : « Valentin, ce que les petites ont dit est vrai ; mais je vous demande de ne pas répéter ce que je viens de vous dire, car l’Église ne peut jamais être trop prudente dans ce genre d’affaire ». Don Valentin Marichalar, le soir même, écrivit ces paroles du Père Luis dans son carnet de notes (son journal).

Poursuivant sa route avec Rafaël Fontaneda et sa famille, le Père Luis manifesta une très grande joie tout au cours du trajet, répétant constamment  : « Je suis heureux ! Quelle grâce la Sainte Vierge m’a accordée ! Quelle chance pour nous d’avoir une Mère comme Elle au Paradis ! Il n’y a aucune raison de craindre la vie surnaturelle. Les enfants nous ont donné un exemple de la façon dont nous devons nous comporter avec la Sainte Vierge. Il n’y a aucun doute dans mon esprit sur la vérité des choses concernant ces fillettes ». Pendant que la voiture traversait Reinosa, le Père Luis répéta ces paroles, puis il releva la tête et resta silencieux. Son ami Fontaneda lui demanda  : «Padre, ça ne va pas  ?» – «Non, juste un peu sommeil». Sa tête retomba ; il toussa légèrement ; il était mort. Aucune douleur, aucune agonie, mais le sourire sur les lèvres, le Père Luis était mort de joie. C’était à 04h30 du matin, le 9 août, le jour de la fête de Saint Jean-Marie Vianney, Curé d’Ars, le Patron exemplaire de tous les prêtres.

Par la suite, les fillettes ont souvent parlé avec le Père Luis après sa mort. Dans son journal du 16 août 1961, Conchita relate : « A 8 ou 9 heures du soir, la Vierge nous a dit à toutes les quatre : « Le Père Luis va venir maintenant parler avec vous quatre ».
Un instant après, il vint et nous parla l’une après l’autre. Nous ne l’avons pas vu, mais nous entendions sa voix ; c’était exactement la même voix qu’il avait sur la terre. Il nous a parlé quelques instants pour nous donner un conseil et nous dire certaines choses pour son frère le P. Ramon Maria Andreu. Il nous a appris quelques mots en français, en allemand, en anglais. Il nous a appris aussi à prier en grec ».

Le 14 septembre 1965, Conchita dit à plusieurs personnes, que la Vierge lui avait dit, lors d’une locution, que le corps du Père Andreu sera trouvé incorrompu, tel qu’il était lorsqu’on l’enterra…

En novembre 1976, Conchita réaffirma à Needles, que la prophétie au sujet du Père Luis se réaliserait le lendemain du Miracle ; pas avant…

Ce prêtre, qui le 8 août 1961, aux Pins, a très certainement vu la Vierge ainsi que, par anticipation, le grand Miracle, est enterré le 10 août 1961, au cimetière d’Ona, province de Burgos, où les pères jésuites possèdent un séminaire.

Début 1976, le séminaire devint un hospice. A la demande de la nouvelle direction de cet établissement, les pères jésuites exhumèrent les corps des pères enterrés dans ce cimetière pour les transférer ailleurs. Le corps du Père Luis Andreu fut trouvé corrompu à l’état de squelette. Ses restes furent alors placés à Loyola dans une case de l’ossuaire des PP. Jésuites. Dans la même case divisée en deux parties, se trouvent aussi les restes d’un autre père jésuite, le Père F. Tiburcio Larranaga.

Par cet événement la Providence a donc voulu que le constat le plus formel soit fait de la corruption du corps du Père Luis Andreu. Mais il est important de garder à l’esprit que Conchita a dit et répété que dans une locution de la Vierge il lui avait été précisé que le lendemain du Miracle on trouvera le corps du Père Luis intact et incorrompu. L’annonce ne concerne donc l’état du corps avant le grand Miracle, mais le lendemain.

A la question posée à Conchita, « pourquoi le Père Andreu est-il mort ? », elle répondit qu’il n’avait pas été préparé à la vision du Miracle. Elle ajouta que nous-mêmes n’en mourrons pas car l’Avertissement nous purifiera et nous permettra d’en supporter la vision.

L’Abbé de Baillencourt apporte cette précision concernant le Grand Miracle…

Si le Miracle annoncé doit se réaliser un Jeudi soir, Jour de la Fête d’un jeune Martyr de l’Eucharistie, c’est toujours le même lien qui existe entre l’Eucharistie, le premier Sacrifice non-sanglant et l’institution du Sacerdoce un certain Jeudi Saint ! A mon humble avis, ce Miracle sera essentiellement eucharistique et Sacerdotal, actualisant les effets de la Rédemption puisqu’il y aura des Conversions, etc. Le Père Luis Andreu n’et-il pas décédé tôt le matin du 9 août 1961, jour de la fête du St Curé d’Ars, après avoir vu le Miracle annoncé ?….

padreluisandreu2.jpgPadre Luis Andreu à Garabandal

Cimetière du Padre Luis Andreu

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, D- Des prêtres racontent | Pas de Commentaires »

- Garabandal et la Fin des Temps !

Posté par sexto le 6 août 2010

        

Garabandal et la Fin des Temps !

La Fin des Temps…! Seuls , les convertis , les bons demeureront sur la terre ! (Joël 3,5) , le feu du ciel ayant opéré un tri (Mal.3,19-20) et dévoré les ennemis de Dieu (Is.26,11. Ez.38,22. Dan.10,33).

Ici s’arrêtent les Révélations et Prophéties de Garabandal….,les voyantes ne nous ayant rien découvert sur la suite de l’Histoire

A moins , peut-être , à travers le symbole des langues dites par le P.Andreu,cf. ci-dessous :

Il ne nous est pas défendu de faire maintenant , l’investigation de ce qui pourra suivre…Et , bien que cela ne soit qu’une porte entrouverte sur ce qu’aucun œil n’a encore vu (Is.54,3) car l’Ecriture demeure scellée jusqu’à la fin (Dan.12,4§9) ….par cette porte nous pouvons quand même entrevoir des merveilles en tous ordres…pour demain !

Car le feu du Châtiment ne sera pas un feu destructeur , mais purificateur (Mal.3,3.2 Cor.4,17) qui exercera son action purificatrice sur les hommes et sur l’univers matériel lui-même qui n’en sera pas anéanti ; ce sera la fin d’un monde desséché qui reprendra vie autrement , qui  » ressuscitera  » pour une vie nouvelle (Ez.37,1-14)

Ce sera alors le 2° avènement de Jésus-Christ , son grand Règne spirituel et universel de Grâce en chaque âme , en chaque société , une nouvelle Alliance (Jér.31,33-34) ; la Paix , existant ainsi entre chaque âme et Dieu , se répandra naturellement entre tous les hommes.

Toutes choses seront rétablies (Act.1,6) en vue du Salut (1Pier.1,4) qui verra la transformation de nos corps (Rom.8,18§23. Ph.3,21) : cf . la préfiguration de cela dans les extases des fillettes , leurs attitudes , leurs gestes et particulièrement l’entraînement de personnes , non en extase , dans l’élan extatique des voyantes .

Ce sera le temps de la régénération où l’Esprit Saint nous sera donné (Jl.3,1-12)

Sion, l’ Eglise sera rétablie (Is.60,15-22. Soph.3,14-20)…

Attirées alors par son éclat , toutes les Nations se convertiront et accouront vers Elle (Is.60,1-14) - véritable œcuménisme ,ou retour des frères séparés dans l’ Eglise Catholique ,Apostolique et Romaine , annoncé symboliquement par les prières apprises aux enfants en extase par le Père Luis Andreu le 16 août 1961 :

 » Ave Maria  » en grec ( les orthodoxes )

 » Credo  » en allemand ( les luthériens )

Prières en anglais ( les anglicans )

le tout étant résumé en français ( chant de Pontmain ) par :

 » Espoir , Espoir , au ciel étoilé

Paraît et sourit notre Mère

Espoir ,Espoir , Marie a parlé

Son Fils entend notre prière

C’est l’espérance de toujours qui se réalisera alors : retour au port de la Vérité et à l’unité de la Foi…afin qu’il n’y ait  » qu’un seul troupeau et un seul pasteur  » ( Acte de Consécration au Sacré-Cœur par Léon XIII , le 18 juin 1899 ).Tous participeront au Culte parfait restauré solennellement (Ez.37,26;40,48) par lequel Dieu sera désormais et définitivement au milieu de son peuple (Jér.3,15-17. Ez.48,35) :

réalité signifiée par la Nuée qui demeurera aux Pins après le Miracle…

 

La Création matérielle elle-même , animale , végétale , minérale , participera alors , à sa mesure , à la gloire des enfants de Dieu (Rom.8,19-22) ; elle retrouvera une perfection semblable à celle du Paradis (Is.11,6-9;65,25. Osée 2,20. Jl.4,18 Zach.14,8. Ez.47,1) ; ce sera vraiment une nouvelle création au temps de cette restauration universelle.

Cette  » Ere de Paix «  – selon la Sainte Écriture la Salette et Fatima – , c’est l’effusion de charismes et de grâces chez les hommes ,ainsi que leurs conséquences bienfaisantes dans les êtres matériels ; il y ,a en effet , symétrie entre l’homme et la création dont il est le Roi (Gen.2,19-20) :

le péché entraîne le désordre en l’un et l’autre , la grâce entraîne l’ordre et la paix en l’un et en l’autre …..

Comme le Mont Carmel signifie le nouveau paradis , même matériel , il signifie aussi l’ Eglise qui verra le rassemblement de toutes les nations , et , pour clore ce retour à Jésus-Christ  » jusqu’à ce que soit entrée la totalité des païens  » , celui même du Peuple Elu , Israël , converti (Ez.39,21-29. Amos 9,13-19. Rom.11,12§15§25-26) sous le règne du Souverain Pontife à la devise :

 » De Gloria olivae « 

Tel , et multiplié à la mesure de Dieu , sera ce temps , cette phase terrestre du Règne ,

 » Règne de Vérité et de Vie

Règne de Sainteté et de Grâce

Règne de Justice , d’Amour et de Paix « 

Ainsi sera ce Règne de Jésus-Christ sur la terre , dû à l’intercession de sa divine Mère , Notre-Dame du Mont – Carmel , notre Mère et notre Reine …

Comme l’avait entrevu le Père Laffineur , nous pouvons affirmer que les apparitions de Garabandal ont vraiment une amplitude , une dimension encore jamais atteinte dans les apparitions antérieures comme contemporaines de la Très Sainte Vierge :dimensions biblique , doctrinale et spirituelle , eschatologique et cosmique universelle .

( Père Santiago Juan de Maria )

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs | Pas de Commentaires »

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE