• Accueil
  • > Recherche : saints coeurs

Résultats de votre recherche

- Pour le règne social de NSJC (élections)

Posté par Pèlerin le 4 mai 2012

Enfin un prêtre qui a le courage de donner
la doctrine catholique sur la question du vote,
pour les catholiques
désemparés en cette élection présidentielle de 2012.

 

St Jeanne d’Arc, priez pour la France.
Saints et Saintes du Ciel, priez pour nous.

Vous pouvez entendre ce sermon sur le site de Notre Dame des Dons :
Cliquez sur le 2ème document audio sur le lien :
http://notredamedesdons.net/2161/3e-dimanche-apres-paques-2012/

 

SERMON DE M. L’ABBÉ LAFITTE      
POUR LE TROISIÈME DIMANCHE DE PÂQUES 2012     
SUR LA QUESTION DU VOTE
AUX ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2012     

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,

mes bien chers  frères, mes bien chers amis,  
     
Puisque nous sommes en période électorale, je voudrais  rappeler au cours de ce sermon les principes de l’Église. Il y a une  politique de l’Église, mes bien chers frères, elle a un nom : « le  règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Et je voudrais vous  rappeler à partir de ce dogme de Foi, puisque c’en est un,  justement les principes qui doivent guider l’âme et l’intelligence  d’un catholique dans ces périodes électorales.
       
Le premier principe est la soumission que toutes les créatures doivent avoir à Dieu. Les catholiques bien sûr, sont soumis à Dieu, mais pas simplement les catholiques ; les hérétiques, les musulmans, les juifs, les protestants, ceux qui ne croient à rien du tout, sont également soumis à Dieu, parce que Notre Seigneur  Jésus-Christ est Roi de Sa Création. Il est Roi par nature puisqu’Il est le Créateur de toutes Ses créatures. Étant créés par Notre  Seigneur Jésus-Christ, nous avons donc un devoir grave de reconnaître comme Créateur Celui qui nous a créés, et donc  Notre Seigneur Jésus-Christ. Notre Seigneur Jésus-Christ possède, à ce titre, des droits sur chacun d’entre nous, alors que nous avons des devoirs. L’Église enseigne également que Notre Seigneur Jésus-Christ est Roi également par droit de conquête puisqu’Il est mort pour nous sur la Croix, et étant mort pour nous sur la Croix, par ce mystère de la Rédemption qu’Il a accompli au Vendredi Saint, Il a de nouveau des droits personnels sur chacun d’entre nous. Ces droits sont indépendants de notre conception personnelle sur le sujet. Notre Seigneur Jésus-Christ est Roi de toute la terre, de toutes Ses créatures.     
  
A cause de ce dogme de Foi, il est évident que l’Église a aussi enseigné qu’il doit y avoir une union étroite entre l’État et l’Église. Ce sont deux sociétés parfaites : l’État dans le domaine temporel, l’Église dans le domaine spirituel. Mais, de même que le corps et l’âme doivent être unis, de la même façon il faut une  union entre l’État et l’Église. Dans le domaine mixte qui touche à la fois au spirituel et au temporel, l’Église, qui représente  justement Notre Seigneur Jésus-Christ, a aussi son mot à dire dans le domaine pratique, donc dans le domaine de l’État.       
Ainsi, mes bien chers frères, le plus grand blasphème que nous puissions entendre contre cette royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ, c’est de prétendre que Notre Seigneur Jésus-Christ  n’a rien à dire en matière politique. C’est véritablement un blasphème de dire que Notre Seigneur Jésus-Christ n’a rien à faire  en matière politique, car ce blasphème sépare ce que Dieu a voulu unir : l’Église et l’État.     
Rappelons des choses élémentaires : de savoir par exemple si  dans un pays nous accepterions l’avortement ou le divorce, des  choses de ce genre, ce sont des affaires politiques. Et si nous  disons, ce que nous entendons beaucoup trop souvent, que l’Église et l’État doivent être séparés, cela voudrait dire que Notre  Seigneur Jésus-Christ n’aurait rien à dire à l’État contre le divorce et contre l’avortement ? Ainsi, Notre Seigneur Jésus-Christ étant  Dieu de toutes Ses créatures a un droit strict pour chacun d’entre nous.     

Et je le répète, le plus grand blasphème qui puisse se dire sur ce sujet est de prétendre que Notre Seigneur Jésus-Christ n’a rien à voir avec la politique.
Il est évident que toutes les personnes, le dix personnes qui se  présentaient la semaine dernière aux élections, avaient toutes un point commun : toutes, de l’extrême droite à l’extrême gauche,  toutes, toutes, toutes, sans aucune exception, avaient mis soigneusement Notre Seigneur Jésus-Christ complètement hors  de leur campagne électorale. Notre Seigneur Jésus-Christ a été le grand absent de cette campagne électorale. Non seulement le  Nom de Dieu a été soigneusement mis de côté, mais même la simple morale naturelle. La simple loi naturelle a été elle aussi soigneusement mise de côté.     

Et puisque donc c’est un blasphème de dire que Notre Seigneur Jésus-Christ n’a rien à voir avec la politique, mettre soigneusement de côté Notre Seigneur Jésus-Christ, Vrai Dieu et  Vrai Homme, en dehors de toute la campagne politique, est donc un blasphème. A-t-on le droit, mes bien chers frères, de voter  pour des blasphémateurs ? La réponse me semble évidente. Il est évident qu’il y a donc péché, péché grave de voter pour des gens  qui ne veulent pas du Bon Dieu, qui soigneusement écartent délibérément Notre Seigneur Jésus-Christ, Vrai Dieu et Vrai  Homme, de toute influence sur cette terre, sur cette politique, sur ce pays de France.     

On me fait une objection : « Mais Monsieur l’Abbé, que faites-vous du devoir électoral ? »
Le devoir électoral n’existe pas.    

Prenez le catéchisme de Saint Pie X, il n’y a pas un mot au 4ème  commandement sur le devoir électoral ! D’où vient cette idée  saugrenue qu’il y a un devoir électoral en France ? C’est une  invention, mes bien chers frères, de certains évêques français autour des années 1870 – 1880. Cette invention n’a jamais été  sanctionnée par l’Église. Prenez le catéchisme du Concile de Trente, prenez le catéchisme de Saint Pie X qui a été écrit en  1910, il n’y a pas un mot sur le devoir électoral. Donc, il est évident que pour cette raison, non seulement il n’y a pas de péché  de ne pas voter, mais il y aurait un péché de voter pour des gens qui ne veulent pas de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui veulent  supprimer Son influence et celle de Son Église en matière politique. Cela me semble absolument évident.     

On entend immédiatement une deuxième objection : « Mais, Monsieur l’Abbé, il faut avoir du bon sens, et à cause de ce bon sens, il nous faut suivre le moindre mal ». D’où vient cette  deuxième idée également saugrenue que le moindre mal est  acceptable pour un catholique ? J’ai étudié au cours de ma  formation au séminaire d’Ecône, j’ai étudié en théologie morale la doctrine du moindre mal. La doctrine du moindre mal a toujours  été condamnée da façon absolue par l’Église.     
Qu’est-ce qu’un moindre mal ? Cela veut dire que quand on a deux maux, on peut choisir le moindre. Mais d’où vient cette idée ?  
Notre Seigneur Jésus-Christ nous a-t-il dit que nous avions le droit de faire un petit péché qui serait mieux qu’un gros péché ?  
Je voudrais vous donner un exemple tout simple, c’est l’exemple  qu’on nous avait donné en théologie morale, je m’en rappelle encore comme si c’était hier : Imaginez une mère de famille qui a  cinq enfants en bas âge et qui attende son sixième. Les médecins  ont déterminé qu’à cause d’une grave anomalie d’ordre médical, la  maman va mourir avec son bébé. Et donc, puisque cette maman est déjà mère de cinq enfants qui sont en bas âge et qui ont  besoin de ses soins attentifs, et bien donc, on va décider en choisissant le moindre mal de supprimer l’enfant pour faire vivre la mère. Une telle action, mes bien chers frères, est un meurtre pur et simple. On n’a pas le droit de tuer l’enfant pour sauver la  maman. Seul Dieu peut choisir, pas nous. Et c’est la même chose, mes bien chers frères, dans tous les domaines. Constamment  dans notre vie nous sommes exposés à ce moindre mal.    
Avons-nous le droit de commettre un péché délibéré pour éviter un péché plus grave ? La réponse est non.   
Dieu étant Dieu peut et a le droit d’utiliser une chose mauvaise  pour Sa plus grande gloire. Il ne veut pas la chose mauvaise  directement, c’est absolument évident. Dieu, par exemple, dans  Sa miséricorde pourrait utiliser une chute morale de l’un d’entre nous, un péché grave que nous aurions commis, pour augmenter  en nous la vertu d’humilité, la vertu de confiance en la  miséricorde infinie du Bon Dieu, bien sûr ! Mais on ne peut en  aucun cas faire commettre un péché, sous prétexte que Notre Seigneur Jésus-Christ pourrait utiliser ce péché afin de nous faire  progresser dans la vertu d’humilité. A-t-on le droit de commettre  un péché, par exemple pour sauver la vie de plusieurs personnes ?  La réponse est non.    

L’Église a toujours répondu non à l’objection du moindre mal.     

En fait, d’où vient cette théorie complètement saugrenue encore une fois du moindre mal ?
C’est une déformation d’un autre point de théologie morale par lequel on peut choisir entre deux biens.
On a le droit de faire un moindre bien, on a jamais le droit de faire un moindre mal.  

C’est absolument impossible. Si par exemple on ne peut pas, pour une raison indépendante de notre volonté faire un bien important que nous avions prévu de  faire à l’égard du prochain, on peut choisir un bien inférieur, un bien plus petit, j’allais dire, sous prétexte qu’on ne peut pas faire  le bien plus grand que nous avions l’intention de faire. Donc, on peut accepter de faire un moindre bien, mais jamais un moindre mal. Le moindre mal, mes bien chers frères, est un mal. C’est un péché, et c’est quelque chose qu’on ne peut jamais commettre,  quoiqu’en disent les évêques de notre pauvre pays de France depuis des années et des années.     
Ouvrons un peu les yeux mes bien chers frères, et regardez donc où nous a mené cette fausse théorie du moindre mal.   
Ouvrez les yeux, regardez un peu ce qui se passe dehors, voilà les conséquences du moindre mal, cette théorie complètement fausse qui nous est prêchée maintenant depuis pratiquement de longues années. Vous ne trouverez jamais un seul texte du Magistère de l’Église, je parle bien sûr du Magistère datant d’avant la mort de Pie XII, en 1958, et je vous mets au défi de me trouver un texte du Magistère de l’Église qui enseigne qu’on a le droit de choisir le  moindre mal. Le moindre mal est un péché.     

Enfin, il y a une troisième objection que nous entendons souvent en cette période électorale :
« Mais Monsieur l’Abbé, la Démocratie en France est d’inspiration chrétienne. »  Je pense qu’on ne peut rien comprendre sur ce qui se passe dans notre pauvre pays de France sans réaliser avant toute chose que la  République issue de l’échafaud sur lequel le roi de France Louis  XVI a laissé sa tête, sans bien comprendre donc que cette  République dite française est avant tout substantiellement antichrétienne.
Qu’est-ce que cette Démocratie ? Vous connaissez la formule :   

« l’art d’agiter les peuples avant de s’en servir ».  
C’est tout à fait vrai.  

On me dit : « Mais, Monsieur l’Abbé, la Démocratie en France, ce n’est rien d’autre que le pouvoir du peuple ».   
Mensonge ! Ce n’est pas du tout le pouvoir du peuple, c’est le pouvoir du nombre, le nombre qui va décider où est la Vérité !  
Mais nous, catholiques, nous savons très bien, mes bien chers frères, que la Vérité est objective et que nous devons absolument soumettre par notre intelligence la volonté à cette Vérité. En aucun cas nous ne pouvons justement décider ce qui est vrai et faux, c’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui l’a déjà décidé, c’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui nous a donné une Loi, et qui, par cette Loi, nous indique ce que nous pouvons faire et ce que nous ne pouvons pas faire. Donc la Démocratie, telle qu’elle existe en France, n’est rien d’autre, mes bien chers frères, que le pouvoir du nombre, le nombre qui détermine si on a le droit d’offenser le Bon Dieu ou non. Mais le nombre n’a rien à faire avec cela.     

Vous voyez, mes bien chers frères, comme il est important à mon avis de connaître ces choses-là.    

Ce n’est pas mon enseignement personnel que je donne (un prêtre n’a pas d’enseignement personnel à donner en prêchant pendant la Sainte Messe), ce que je vous donne c’est simplement l’enseignement de l’Église. Voilà ce que l’Église a toujours enseigné, voilà ce que l’Église enseigne dans ses catéchismes, surtout dans le catéchisme de Saint Pie X.   Nous ne sommes pas le Bon Dieu, mes bien chers frères, nous devons nous soumettre à ce que l’Église a toujours fait.      « Mais alors, Monsieur l’Abbé, que devons-nous faire dans ces élections ? »  
Mais je vous laisse appliquer par vous-mêmes ce que je viens de vous dire :  
peut-on pratiquer un moindre mal dans les élections qui arrivent dimanche prochain ? Non.  
Nous avons le choix entre la peste et le choléra.  
Vous préférez mourir de la peste ou du choléra ?  
Bon courage pour faire un choix !  
Personnellement, je préfèrerais mourir ni de l’un ni de l’autre.  
Je ne sais pas ce que vous en pensez vous-mêmes….  

Et puis, on me dit :    

« Mais, Monsieur l’Abbé, il faudra bien nous soumettre à la volonté du peuple…… »   Mais si la volonté du peuple est de mettre Notre Seigneur Jésus-Christ à la porte, je suis désolé, mais c’est un péché que d’accepter cette soumission.  

En aucun cas nous ne pouvons nous soumettre à des bandits qui ne pensent qu’à une seule chose,    

c’est augmenter leurs comptes en banque et à mettre le Bon Dieu en dehors de tout ce qu’ils font.   Mes bien chers frères, les gens nous disent immédiatement :   «Mais alors, à ce moment-là, vous ne pouvez plus rien faire !».  
Oui, il faut faire quelque chose : prier, on peut encore prier, encore faire pénitence pour notre pauvre pays de France.  
Si le Bon Dieu a su susciter au XVème siècle une petite jeune fille de 17 ans pour sauver le pays,   
Sainte Jeanne d’Arc, le Bon Dieu pourrait aussi susciter demain quelqu’un d’autre, vous ou moi,  
quelqu’un de très simple peut-être qui serait utilisé par Lui comme un instrument pour sauver ce que la société moderne a décidé de condamner.  

Il faut, mes bien chers frères, surtout en ces périodes électorales,  il nous faut absolument, justement mettre le Bon Dieu au milieu de tout cela.  
Vous allez perdre votre temps à essayer de changer ce qui ne peut pas être changé malheureusement  à cause de la corruption qui nous attend.  

Vous pourriez faire beaucoup plus pour le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ, par exemple en venant passer une heure ou deux devant le Saint Sacrement à l’exposition du Saint Sacrement qui aura lieu ce vendredi soir de 21 h à 23 h.
Vous feriez infiniment plus de bien pour votre âme et pour l’âme de ceux qui vous entourent en agissant ainsi. Notre Seigneur Jésus-Christ, mes bien chers frères, n’est pas quelqu’un de facultatif : ou nous choisissons Notre Seigneur Jésus-Christ, ou nous choisissons l’Ennemi de Notre Seigneur Jésus-Christ, à savoir le Démon.   Nous n’avons pas le droit, je dirais, de tenir la main droite avec Notre Seigneur Jésus-Christ et notre main gauche avec le Démon.   Cela ne marche pas, cela n’est pas possible.     

Alors, attention ! Demandons au Bon Dieu avec humilité de nous donner les lumières dont nous avons besoin, afin d’appliquer la doctrine de l’Église. Nous n’avons pas le droit, mes bien chers frères, sous prétexte du moindre mal, de donner nos voix à des gens qui sont des bandits, à des gens qui ne cherchent  qu’une seule chose, encore une fois, c’est de mettre Notre Seigneur Jésus-Christ non seulement en dehors de leur vie, mais en plus, en dehors de toute la politique notre pays. 
La nature a horreur du vide. Si Notre Seigneur Jésus-Christ n’est pas le Roi de notre pays, alors mes bien chers frères,  le Démon sera roi de notre pays et c’est ce que nous voyons malheureusement aujourd’hui partout autour de nous.
Rappelez-vous cette objection que Napoléon III avait osé prononcer devant le Cardinal Pie :  « Il n’est pas temps pour Jésus-Christ de régner, pas encore… »  

Et le Cardinal Pie avait répondu :  
« Sire, quand de grands politiques comme votre Majesté m’objectent que le moment n’est pas venu, 
je n’ai qu’à m’incliner parce que je ne suis pas un grand politique.  
Mais je suis Évêque, et comme Évêque je leur réponds :  
Le moment n’est pas venu pour Jésus-Christ de régner, eh bien ! alors le moment n’est pas venu pour les gouvernements de durer ».  
Et comme Napoléon III essayait de sauver la face en disant :  
« La religion catholique est celle de la majorité des français, mais les autres cultes ont droit à la même protection»,   l’illustre Évêque répondit : « Voilà ce que vous dit Jésus-Christ, Roi du Ciel et de la terre :  
Et Moi aussi, gouvernements qui vous succédez en vous renversant les uns les autres, Moi aussi Je vous accorde une égale protection. J’ai accordé cette protection à l’empereur votre oncle, j’ai accordé la même protection aux Bourbons, la même protection à Louis-Philippe, la même protection à la République et à vous aussi la même protection vous sera accordée ».     
Alors mes bien chers frères, mettons-nous à genoux devant le Bon Dieu, mettons-nous à genoux en recevant la Sainte Communion,  et demandons au Bon Dieu, à Notre Seigneur Jésus-Christ Vrai Dieu et Vrai Homme, de nous donner la force dont nous avons besoin, de ne pas devenir des lâches. Si nous sommes arrivés là où nous en sommes aujourd’hui, mes bien chers frères, en matière politique surtout, c’est que depuis 150 ans pratiquement, les catholiques on peur de leurs ennemis.    
Au lieu d’affirmer la Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ,  ils rentrent comme des souris dans leurs trous, ayant peur d’affirmer ces vérités.  Alors, évidemment le Démon peut faire ce qu’il veut de chacun d’entre nous.       

Ne laissons pas notre pays être envahi par des bandits,  par des gens qui rejettent Notre Seigneur Jésus-Christ ! 
Vous me direz : « Mais alors, on ne peut rien faire en politique ! »   Il y a une politique au moins que vous pouvez suivre, c’est celle de sauver votre famille.  

On ne peut peut-être plus faire grand-chose malheureusement officiellement en politique aujourd’hui dans notre pays,  mais au moins dans nos familles, nous pouvons faire quelque chose.  
Tant qu’il y aura, mes bien chers frères, quelques catholiques, même isolés, même très peu nombreux, qui ont la Foi, qui ont la force de mettre Notre Seigneur Jésus-Christ dans tout ce qu’ils font, qui ont le courage d’élever leurs enfants dans  la Foi catholique comme beaucoup d’entre vous le font déjà, et je vous en félicite, et bien à ce moment-là, mes bien chers frères, tant qu’il y aura ces catholiques encore vivants, le Démon ne pourra pas tout détruire en France.  
Il y aura encore quelque chose qui appartiendra à Notre Seigneur Jésus-Christ.  
Alors demandons cette force, demandons cette force avec la vertu de prudence, bien sûr, afin de savoir ce que nous devons faire.  

Notre Seigneur Jésus-Christ doit régner.  
Et si les candidats qui se présentent ne veulent pas de Notre Seigneur Jésus-Christ,  qu’au moins Notre Seigneur Jésus-Christ règne dans nos familles.     

Comment Notre Seigneur Jésus-Christ règne-t-Il dans nos coeurs ?  
Par l’état de Grâce, par la grâce sanctifiante, par l’habitation en nous de la Sainte Trinité.  
Voilà ce qu’il faut !  
Le plus grand ennemi du Démon, le plus grand ennemi de ceux qui suivent le Démon,  comme nous le voyons en politique aujourd’hui de tous côtés,  le plus grand ennemi de ceux qui suivent le Démon, c’est une âme en état de grâce.  
Une personne en état de grâce, c’est comme un rayon de lumière qui brûle dans la nuit,  un rayon de lumière comme un phare, si vous voulez, qui indique par sa lumière, même en plein brouillard, l’entrée du port pour le marin qui est perdu sur la mer déchainée.    

Voilà, mes bien chers frères, ce que nous devons comprendre.       
Alors, demandons après notre Sainte Communion,  demandons à Notre Seigneur Jésus-Christ de nous donner l’esprit de l’Église,   de faire nôtre tout ce que l’Église a toujours enseigné pendant des siècles et des siècles.   L’Église a su ce qu’était l’enseignement catholique, l’Église avait compris parfaitement, parce qu’Elle est Divine, ce qu’était la politique catholique.  
Et nous l’avons eue en France, par exemple au XIIIème siècle dans l’âge d’or de la politique unie à l’Église catholique.   

Nous avons eu au temps de Saint Louis, au temps de Saint Thomas d’Aquin, au temps de Saint Albert le Grand, nous avons eu tous ces géants de sainteté qui ont permis à des millions et des millions d’âmes de se sauver.  

Alors, mes bien chers frères, prions pour que Notre Seigneur Jésus-Christ ait pitié de nous, et si Notre Seigneur Jésus-Christ ne permet pas que demain nous ayons une Sainte Jeanne d’Arc de nouveau pour nous mener au combat, eh bien au moins ayons suffisamment confiance en Lui pour comprendre que dans nos familles nous pouvons encore faire quelque chose.       

On ne peut malheureusement pas mettre le Démon en dehors du monde moderne qui nous entoure, mais vous pouvez le mettre en dehors de vos familles, vous pouvez le mettre en dehors de vos coeurs en demandant toutes ces grâces, surtout par l’intermédiaire de la Reine de France qui est Notre Dame.    

Demandons à Notre Dame de nous aider à comprendre ces choses. Elle avait compris la Divinité de son Divin Fils, elle avait  absolument confiance dans la Divinité de son Divin Fils. Elle est la seule qui, après la mort de Notre Seigneur au Vendredi Saint,  savait qu’Il ressusciterait d’entre les morts, elle n’avait jamais perdu cette confiance. Demandons à Notre Dame, mes bien chers frères, de mettre en nos coeurs, nos âmes de catholiques, ce feu brûlant de la Charité Divine, ce feu sacré de la Vérité de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ce que demande un feu ? Simplement d’éclairer et de chauffer.  Qu’il éclaire nos âmes, qu’il sauve nos âmes.       

De quoi avons-nous besoin ? Nous avons besoin d’un petit groupe de gens qui soient convaincus que la Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ est une force divine capable de tout transformer. Voilà de quoi nous avons besoin. Notre Seigneur Jésus-Christ a converti le monde avec douze apôtres. Nous avons  bien plus que douze personnes ici. Si chacun d’entre nous avions la conviction, si nous avions une Foi forte pour transporter les montagnes, alors mes bien chers frères, tout serait possible.    

Demandons ces grâces par l’intermédiaire de la Très Sainte Vierge Marie, au Nom du Père, du Fils, du Saint Esprit. 

Publié dans J- Infos Divers | Pas de Commentaires »

- Saint Sébastien

Posté par Pèlerin le 23 février 2011

SAINT SÉBASTIEN

Combat de Saint Sébastien :

- Respect du 1er commandement (!) « Tu adoreras Dieu seul et tu L’aimeras plus que tout ! »
- affermir le coeur des chrétiens
- baptêmes
- conversions
- soutien des martyrs
- combat l’idolâtrie (voyance, faux dieux, etc.)
- rejet des honneurs du monde, etc.

*** 

Son histoire :

Sébastien, Sebastianus, vient de sequens, suivantbeatitudo, béatitude ; astin, ville et ana, au-dessus; ce qui veut dire qu’ il a suivi la béatitude de la cité suprême et de la gloire d’en haut.
Il la posséda et l’acquit au prix de cinq deniers, selon saint Augustin ; avec la pauvreté, le royaume ; avec la douleur, la joie ; avec le travail, le repos ; avec l’ignominie, la gloire et avec la mort, la vie.

Sébastien viendrait encore de basto, selle.
Le soldat, c’est le Christ; le cheval, l’Église et la selle, Sébastien; au moyen de laquelle Sébastien combattit dans l’Église et obtint de surpasser beaucoup de martyrs.

Ou bien Sébastien signifie entouré, ou allant autour : entouré, il le fut de flèches comme un hérisson ; allant autour, parce qu’il allait trouver tous les martyrs et les réconfortait.

*** Actes du saint dans les oeuvres de saint Ambroise.

Sébastien était un parfait chrétien, originaire de Narbonne et citoyen de Milan. Il fut tellement chéri des empereurs Dioclétien et Maximien qu’ils lui donnèrent le commandement de la première cohorte et voulurent l’avoir constamment auprès d’eux. Or, il portait l’habit militaire dans l’unique intention d’affermir le coeur des chrétiens qu’il voyait faiblir dans les tourments. Quand les très illustres citoyens Marcellien et Marc, frères jumeaux, allaient être décollés pour la foi de J.-C., leurs parents vinrent pour arracher de leurs coeurs leurs bonnes résolutions. Arrive leur mère, la tête découverte, les habits déchirés, qui s’écrie en découvrant son sein :
« O chers et doux fils, je suis assaillie d’une misère inouïe et d’une douleur intolérable. Ah, malheureuse que je suis! Je perds mes fils qui courent de plein gré à la mort : si des ennemis me les enlevaient, je poursuivrais ces ravisseurs au milieu de leurs bataillons; si une sentence les condamnait a être renfermés, j’irais briser la prison, dussé-je en mourir. Voici une nouvelle manière de périr : aujourd’hui on prie le bourreau de frapper, on désire la vie pour la perdre, on invite la mort à venir. Nouveau deuil, nouvelle misère ! Pour avoir la vie, des fils, jeunes encore, se dévouent à la mort et des vieillards, des parents infortunés sont forcés de tout subir.»

Elle parlait encore quand le père, plus âgé que la mère; arrive porté sur les bras de ses serviteurs. Sa tête est couverte de cendres ; il s’écrie en regardant le ciel : « Mes fils se livrent d’eux-mêmes à la mort; je suis venu leur adresser mes adieux et ce que j’avais préparé pour m’ensevelir, malheureux que je suis ! je l’emploierai à la sépulture de mes enfants. O mes fils ! bâton de ma vieillesse, double flambeau de mon coeur, pourquoi aimer ainsi la mort ? Jeunes gens, venez ici, venez pleurer sur mes fils. Pères, approchez donc, empêchez-les, ne souffrez pas un forfait pareil : mes yeux, pleurez jusqu’à vous éteindre afin que je ne voie pas mes fils hachés par le glaive. »

Le père venait de parler ainsi quand arrivent leurs épouses offrant à leurs yeux leurs propres enfants et poussant des cris entremêlés de hurlements : « A qui nous laissez-vous? quels seront les maîtres de ces enfants ? qui est-ce qui partagera vos grands domaines? hélas! Vous avez donc des coeurs de fer pour mépriser vos parents, pour dédaigner vos amis, pour repousser vos femmes, pour méconnaître vos enfants et pour vous livrer spontanément aux bourreaux! »

A ce spectacle, les coeurs de ces hommes se prirent à mollir. Saint Sébastien se trouvait là ; il sort de la foule : « Magnanimes soldats du Christ, s’écrie-t-il, n’allez pas perdre une couronne éternelle en vous laissant séduire par de pitoyables flatteries. »
Et s’adressant aux parents : « Ne craignez rien, dit-il, vous ne serez pas séparés ; ils vont dans le ciel vous préparer des demeures d’une beauté éclatante : car dès l’origine du monde, cette vie n’a cessé de tromper ceux qui espèrent en elle ; elle dupe ceux qui la recherchent ; elle illusionne ceux qui comptent sur elle ; elle rend tout incertain, en sorte qu’elle ment à tous. Cette vie, elle apprend au voleur, ses rapines; au colère, ses violences; au menteur, ses fourberies. C’est elle qui commande les crimes, qui ordonne les forfaits, qui conseille les injustices ; cette persécution que nous endurons ici est violente aujourd’hui et demain elle sera évanouie ; une heure l’a amenée, une heure l’emportera; mais les peines éternelles se renouvellent sans cesse, pour sévir ; elles entassent punition sur punition, la vivacité de leurs flammes augmente sans mesure. Réchauffons nos affections dans l’amour du. martyre. Ici le démon croit vaincre ; mais alors qu’il saisit, il est captif lui-même quand il croit tenir, il est garrotté; quand il vainc, il est vaincu; quand il tourmente, il est tourmenté; quand il égorge, il est tué ; quand il insulte, il est honni. »

Or, tandis que saint Sébastien parlait ainsi, tout à coup, pendant près d’une heure, il fut environné d’une grande lumière descendant du ciel, et, au milieu de cette splendeur, il parut revêtu d’une robe éclatante de blancheur ; en même temps il fut entouré de sept anges éblouissants. Devant lui apparut encore un jeune homme qui lui donna la paix et lui dit : « Tu seras toujours avec moi. » Alors que le bienheureux Sébastien adressait ces avis, Zoé, femme de Nicostrate, dans la maison duquel les saints étaient gardés, Zoé, dis-je, qui avait perdu la parole, vint se jeter aux pieds de Sébastien en lui demandant pardon par signes.

Alors Sébastien dit : « Si je suis le serviteur de J.-C. et si tout ce que cette femme a entendu sortir de mes lèvres est vrai, si elle le croit, que celui qui a ouvert la bouche de son prophète Zacharie ouvre sa bouche. » A ces mots, cette femme s’écria « Béni soit le discours de votre bouche, et bénis soient tous ceux qui croient ce que vous avez dit : j’ai vu un ange tenant devant vous un livre dans lequel tout ce que vous disiez était écrit. »

Son mari, qui entendit cela, se jeta aux pieds de saint Sébastien en lui demandant de le pardonner ; alors il délia les martyrs et les pria de s’en aller en liberté. Ceux-ci répondirent qu’ils ne voulaient pas ‘perdre la couronne à laquelle ils avaient droit. En effet une telle grâce et une si grande efficacité étaient accordées par le Seigneur aux paroles de Sébastien, qu’il n’affermit pas seulement Marcellien et Marc dans la résolution de souffrir le martyre, mais qu’il convertit encore à la foi leur père Tranquillin et leur mère avec beaucoup d’autres que le prêtre Polycarpe baptisa tous.

Quant à Tranquillin, qui était très gravement malade, il ne fut as plutôt baptisé que de suite il fut guéri. Le préfet de la ville de Rome, très malade lui-même, pria Tranquillin de lui amener celui qui lui avait rendu la santé. Le prêtre Polycarpe et Sébastien vinrent donc chez lui et il les pria de le guérir aussi. Sébastien lui dit de renoncer d’abord à ses idoles et de lui donner la permission de les briser ; qu’à ces conditions, il recouvrerait la santé. Comme Chromace, le préfet, lui disait de laisser ce soin à ses esclaves et de ne pas s’en charger lui-même, Sébastien lui répondit: « Les gens timides redoutent de briser leurs dieux; mais encore si le diable en profitait pour les blesser, les infidèles ne manqueraient pas de dire qu’ils ont été blessés parce qu’ils brisaient leurs dieux.»

Polycarpe et Sébastien ainsi autorisés détruisirent plus de deux cents idoles. Ensuite ils dirent à Chromace :
« Comme pendant que nous mettions en pièces vos idoles, vous deviez recouvrer la santé et que vous souffrez encore, il est certain que, ou vous n’avez pas renoncé à l’infidélité, ou bien vous avez réservé quelques idoles. » Alors Chromace avoua qu’il avait une chambre où était rangée toute la suite des étoiles, pour laquelle son père avait dépensé plus de deux cents livres pesant d’or ; et qu’à l’aide de cela il prévoyait l’avenir.
Sébastien lui dit : « Aussi longtemps que vous conserverez tous ces vains objets, vous ne conserverez pas la santé. » Chromace ayant consenti à tout, Tiburce, son fils, jeune homme fort distingué, dit : « Je ne souffrirai pas qu’une oeuvre si importante soit détruite.; mais pour ne paraître pas apporter d’obstacles à la santé de mon père, qu’on chauffe deux fours, et si, après la destruction de cet ouvrage, mon père n’est pas guéri, que ces hommes soient brûlés tous les deux. »
Sébastien répondit: « Eh bien! soit. »
Et comme on brisait tout, un ange apparut au préfet et lui déclara que J.-C. lui rendait la santé ; à l’instant il fut guéri et courut vers l’ange pour lui baiser les pieds; mais celui-ci l’en empêcha, par la raison qu’il n’avait, pas encore reçu le baptême. Alors lui, Tiburce, son fils, et quatre cents personnes de sa maison furent baptisées. Pour Zoé, qui était entre les mains des infidèles, elle rendit l’esprit dans des tourments prolongés. A cette nouvelle, Tranquillin brava tout et dit : « Les femmes sont couronnées avant nous. Pourquoi vivons-nous encore? » Et quelques jours après, il fut lapidé.

On ordonna à saint Tiburce ou de jeter de l’encens en l’honneur des dieux sur un brasier ardent, ou bien de marcher nu-pieds sur ces charbons. Il fit alors le signe de la croix sur soi, et il marcha- nu-pieds sur le brasier. Il me semble, dit-il, marcher sur des roses au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ. »

Le préfet Fabien se mit à dire : « Qui ne sait que le Christ vous a enseigné la maitrise ? »
Tiburce lui répondit : « Tais-toi, malheureux! car tu n’es pas digne de prononcer un nom si saint et si suave à la bouche. »

Alors le préfet en colère le fit décoller. Marcellien et Marc sont attachés à un poteau, et après y avoir été liés, ils chantèrent ces paroles du Psaume : « Voyez comme il est bon et agréable pour des frères d’habiter ensemble, etc. »
Le préfet leur dit: « Infortunés, renoncez à ces folies et délivrez-vous vous-mêmes. »
Et ils, répondirent: « Jamais nous n’avons été mieux traités. Notre désir serait que tu nous laissasses attachés pendant que nous sommes revêtus de notre corps.»
Alors le préfet ordonna que l’on enfonçât des lances dans leurs côtés, et ils consommèrent ainsi leur martyre. Après quoi le préfet fit son rapport à Dioclétien touchant Sébastien. L’empereur le manda et lui dit: «J’ai toujours voulu que, tu occupasses le premier rang parmi les officiers de mon palais, or tu as agi en secret contre mes intérêts, et tu insultes aux dieux. »
Sébastien lui répondit : « C’est dans ton intérêt que toujours j’ai honoré J.-C. et c’est pour la conservation de l’empire Romain que toujours j’ai adoré le Dieu qui est dans le ciel. »
Alors Dioclétien le fit lier au milieu d’une plaine et ordonna aux archers qu’on le perçât à coups de flèches. Il en fut tellement couvert, qu’il paraissait être comme un hérisson; quand on le crut mort, on se retira. Mais ayant été hors de danger quelques jours après, il vint se placer sur l’escalier, et reprocha durement aux empereurs qui descendaient du palais les maux infligés par eux aux chrétiens. Les empereurs dirent : « N’est-ce pas là Sébastien que nous avons fait périr dernièrement à coups de flèches ? »
Sébastien reprit: « Le Seigneur m’a rendu la vie pour que je pusse venir vous reprocher à vous-mêmes les maux dont vous accablez les chrétiens. »
Alors l’empereur le fit fouetter jusqu’à ce qu’il rendît l’esprit ; il ordonna de jeter son corps dans le cloaque pour qu’il ne fût pas honoré par les chrétiens comme un martyr. Mais saint Sébastien apparut la nuit suivante à sainte Lucine, lui révéla le lieu où était son corps et lui commanda de l’ensevelir auprès des restes des apôtres: ce qui fut exécuté. Il souffrit sous les empereurs Dioclétien et Maximien qui régnèrent vers l’an du Seigneur 287.

Saint Grégoire rapporte, au premier livre de ses Dialogues, qu’une femme de Toscane, nouvellement mariée, fut invitée à se rendre à la dédicace d’une église de saint Sébastien ; et la nuit qui précéda la fête, pressée par la volupté de la chair, elle ne put s’abstenir de son mari. Le matin, elle partit, rougissant plutôt des hommes que de Dieu. Mais à peine était-elle entrée dans l’oratoire Où étaient les reliques de saint Sébastien, que le diable s’empara d’elle, et la tourmenta en présence de la foule. Alors un prêtre de cette église saisit un voile de l’autel pour en couvrir cette femme, mais le diable s’empara aussitôt de ce prêtre lui-même. Des amis conduisirent la femme à des enchanteurs afin de la délivrer parleurs sortilèges. «Mais à l’instant où ils l’enchantaient, et par la permission de Dieu, une légion composée de 6666 démons entra en elle et la tourmenta avec plus de violence. Un personnage d’une grande sainteté, nommé Fortunat, la guérit par ses prières. On lit dans les Gestes des Lombards qu’au temps du roi Gombert, l’Italie entière fut frappée d’une peste si violente que les vivants suffisaient à peine à ensevelir les morts ; elle fit de grands ravages, particulièrement à Rome et à Pavie. Alors un bon ange apparut sous une forme visible à une foule de personnes, ordonnant au mauvais ange qui le suivait et qui avait un épieu à la main, de frapper et d’exterminer. Or, autant de fois il frappait une maison, autant il y avait de morts à enterrer. Il fut révélé alors, par l’ordre de Dieu, à une personne, que la peste cesserait entièrement ses ravages si l’on érigeait à Pavie un autel à saint Sébastien. Il fut en effet élevé dans l’église de Saint-Pierre aux liens. Aussitôt après, le fléau cessa. Les reliques de saint Sébastien y furent apportées de Rome. Voici ce que saint Ambroise écrit dans sa préface : « Seigneur adorable, à l’instant où le sang du bienheureux martyr Sébastien est répandu pour la confession de votre nom, vos merveilles sont manifestées parce que vous affermissez la vertu dans l’infirmité, vous augmentez notre zèle, et par sa prière vous conférez du secours aux malades. »

Quelques précisions dans Wikipédia :

Selon certaines sources, son corps aurait été transporté de Rome à Soissons, en l’abbaye Saint-Médard. Ses ossements furent ensuite disséminés à la cathédrale Saint-Protais-et-Gervais, à Hartennes, Serches, Cœuvres (1793) ; Saponay, Montigny-Lengrain (1857), Margival (1792).

Pour d’autres, son corps est toujours au Vatican, transféré en 826 des catacombes près de la basilique qui lui est dédiée à Rome, sur la via Appia. La basilique Saint-Sébastien-hors-les-Murs est visitée depuis 1552 par les pèlerins du Tour des sept églises. En tout cas, ses reliques (ou prétendues) sont disséminées dans des églises catholiques de tous les continents.

Saint Sébastien est le patron des archers. Il est aussi invoqué depuis plusieurs siècles pour lutter contre la peste. Dès lors, il est protecteur contre les épidémies en général. Il est le troisième saint patron de Rome, avec Pierre et Paul.

 Pour résumer, Saint Sébastien en quelques points…

- Respect du 1er commandement (!)
-
affermir le coeur des chrétiens
- baptêmes
- conversions
- soutien des martyrs
- combat l’idolâtrie (voyance, faux dieux, etc.)
- rejet des honneurs du monde, etc.

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/026.htm

 Saint Sébastien, saint patron de Garabandal

***

Publié dans J- Infos Divers | Pas de Commentaires »

- Conversion du monde et triomphe du Coeur Immaculé de Marie…

Posté par Pèlerin le 3 février 2011

 Pour la conversion du monde
et le triomphe du Coeur Immaculé de Marie….

- Les prières de Fatima…

« Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’espèrent pas, qui ne Vous aiment pas. »

« Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de son très Saint Coeur et du Coeur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs. »

« Ô Jésus, c’est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Coeur Immaculé de Marie. »

Cette prière se récite après chaque dizaine du chapelet :

« Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés,
préservez-nous du feu de l’enfer,
et conduisez au Ciel toutes les âmes,
surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. »

« Doux Coeur de Marie, soyez mon salut ;
Doux Coeur de Jésus, soyez mon amour ;
Coeur Immaculé de Marie, convertissez les pécheurs ;
Préservez leurs âmes de l’enfer. »

(Prière que chantonnait Jacinthe en gardant ses brebis ou en cueillant des fleurs)

http://www.fatima.be/fr/sanctus/prieres/fatima.php

- Ci-après, d’autres prières…

Prière pour la conversion des incrédules (St Alphonse)

Ô Verbe incarné, ô Sauveur du monde, qui par votre mort avez procuré aux hommes le salut éternel, pourquoi devez-vous trouver auprès d’eux une ingratitude telle, que non seulement ils se refusent à vous obéir et à vous aimer, mais qu’ils vont jusqu’à nier la mort et les souffrances que vous avez endurées pour eux ? Vous ne cessez de veiller à leur bien ; et ils prétendent les ingrats ! que vous ne daignez pas même penser à eux. Vous les avez créés immortels pour les rendre un jour éternellement heureux ; et eux s’efforcent de se persuader qu’ils sont mortels, afin de pouvoir s’abandonner sans frein, à tous les vices, et ils travaillent ainsi à se rendre éternellement malheureux. Ah ! Par les mérites de votre vie et de votre mort, venez au secours de vos serviteurs ; et ne permettez pas que l’impiété vienne à triompher par la perte de tant d’âmes rachetées au prix de votre sang. Régnez Seigneur, régnez en souverain au milieu de vos ennemis.

Prière à Marie pour la conversion des hérétiques (St Alphonse)

Vierge puissante, qui seule avez détruit toutes les hérésies dans le monde entier, délivrez l’univers chrétien des embûches du démon, et jetez un regard favorable sur les âmes trompées par les ruses de Satan, afin que, déposant toute malice hérétique, les coeurs des égarés soient changés et reviennent à l’unité de la vérité catholique, par votre intercession auprès de Notre Seigneur Jésus-Christ votre Fils, qui, étant Dieu, vit et règne avec Dieu le Père en l’unité du Saint Esprit, dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Prière pour la conversion des infidèles (de St François Xavier)

Ô Dieu éternel, créateur de toutes choses, souvenez-vous que les âmes des infidèles ont été créées par Vous à Votre image et à Votre ressemblance. Voici mon Dieu, qu’à votre déshonneur, l’enfer s’en remplit. N’oubliez pas que Jésus Votre Fils à souffert pour leur salut la mort la plus douloureuse. Je vous en supplie, Seigneur, ne permettez pas plus longtemps que Votre Fils soit méprisé des infidèles ; mais apaisé par les prières de vos saints, et de la Sainte Eglise épouse de votre divin Fils, rappelez-vous votre miséricorde, oubliez leur idolâtrie et leur infidélité, et faites qu’eux aussi connaissent enfin Celui que vous avez envoyé, Jésus-Christ, Notre Seigneur, qui est notre salut, notre vie, notre résurrection, par qui nous avons été sauvés et délivrés, et à qui soit la gloire dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 daganzo.jpg     mariefatimachapelet.jpg

Publié dans G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

- Règne des Saints Coeurs de Jésus et de Marie (millénarisme)

Posté par Pèlerin le 16 décembre 2010

Ce texte fait suite à un article de Raga intitulé Garabandal et le III millénaire. A relire ici.

Le Traité de la Véritable Dévotion est éminemment apocalyptique. Pour S. Louis Grignion, son caractère apocalyptique est d’une évidence requise par la nécessité des derniers temps: « Nécessité de la Dévotion à Marie particulièrement dans les derniers temps » (o.c.p.514). Et, précisant le pourquoi de cette importance: « C’est par Marie qu’a commencé le salut du monde et c’est par Marie qu’il doit être consommé ». (o.c.p.514).

De plus, pour S. Louis Grignion, la fin du monde était proche: « Ce que j’ai exposé précédemment aura lieu particulièrement à la fin du monde, et bientôt… (o.c.p.512). Les derniers temps ne sont donc pas aussi lointains pour S. Louis Grignion, comme d’aucuns le pensent, mais bien à la porte.

Etant donné la proximité des derniers temps, la Véritable Dévotion à la Sainte Vierge s’impose de toute urgence: « Dieu veut donc révéler et découvrir Marie, le chef d’oeuvre de ses mains, dans ces derniers temps ». (o.c.p.515). « La Sainte Vierge étant la voie par laquelle Jésus-Christ est venu à nous la première fois, elle le sera encore lorsqu’il viendra la seconde, quoique non pas de la même manière ». (o.c.p.515).

L’insistance de ce saint sur les derniers temps est stupéfiante et plus que jamais d’actualité: « Enfin Marie doit être terrible au diable et à ses suppôts comme une armée rangée en bataille, principalement en ces derniers temps, parce que le diable sachant bien qu’il a peu de temps, et beaucoup moins que jamais, pour perdre les âmes, il redouble tous les jours ses efforts et ses combats… « . (o.c.p.516). On ne saurait être plus apocalyptique et plus actuel pour nous qui vivons et voyons ces cruelles attaques des derniers temps qui iront en augmentant jusqu’à l’apparition de l’Antéchrist: « De ces dernières et cruelles persécutions du diable qui iront en augmentant tous les jours jusqu’à l’avènement de l’Antéchrist, on doit entendre cette première et célèbre prédiction et malédiction de Dieu, portée dans le paradis terrestre contre le serpent ». (o.c.p.517).

En vérité et comme ce Saint nous le fait voir, nous savons que: « A la fin Marie sera terrible au démon et à ses suppôts comme une armée rangée en bataille principalement durant ces derniers temps, parce que le diable, sachant qu’il ne lui reste que peu de temps et moins que jamais pour perdre les âmes, redoublera tous les jours ses efforts et ses combats; suscitant de nouvelles persécutions et des terribles embûches aux fidèles serviteurs et enfants de Marie qu’il a plus de peine à vaincre que les autres » (o.c.p.516).

(…)

Le Traité de la Vraie Dévotion est axé sur la Parousie qui lui donne sa vigueur et renforce la conception apocalyptique. « C’est par la Sainte Vierge Marie que Jésus-Christ est venu au monde, et c’est par elle qu’il doit régner dans le monde. Marie a été très cachée dans sa vie: c’est pourquoi elle est appelée par le Saint-Esprit et par l’Eglise Alma Mater – Mère cachée et secrète » (o.c.p.487). « Montfort avait écrit d’abord ‘Jésus-Christ est venu au monde par la voie de la Sainte Vierge la première fois, c’est encore par elle qu’il doit revenir la seconde. Marie fut peu connue durant le premier avènement de son Fils mais elle le sera beaucoup plus durant le second. Si par une économie admirable elle vécut cachée au cours du premier avènement, c’est afin que son Fils Jésus fut connu; mais dans le second avènement Marie doit être connue et révélée, afin que le règne de son Fils arrive sur terre par une connaissance parfaite’ » (o.c.pp.487-488).

Comme nous le voyons, on ne saurait être plus apocalyptique, plus millénariste (le règne du Christ sur la terre) par cette considération du Saint; ni avec l’invocation du Pater: que votre règne arrive (Adveniat regnum tuum).

Pour les personnes qui par ignorance ou par une méprise regrettable au sujet du millénarisme pourraient mettre en doute les affirmations énoncées par S. Louis Grignion, nous citerons pour leur information la note importante qui figure dans l’édition en langue espagnole des OEuvres de ce saint p. 466: « Sachant que les écrits de S. Louis Marie Grignion de Montfort ont été approuvés et reconnus par l’Eglise, personne ne pensera qu’il pourrait s’y trouver une erreur condamnée par elle, comme c’est le cas pour le millénarisme compris d’une manière charnelle. Cependant on pourrait être tenté de croire que le très pieux auteur épouse les sentiments d’un millénarisme spirituel de certains Saints Pères suivis par plusieurs écrivains modernes mais réfuté généralement par les théologiens ». Ce serait une balourdise étant donné que le millénarisme patristique (ou spirituel) a été la doctrine enseignée par l’Eglise durant les cinq premiers siècles du christianisme mais qui, peu à peu, défiguré par des conceptions grotesques et même hérétiques, par conséquent il fut insensiblement relégué dans l’oubli, tout comme le furent les prophéties concernant la première venue de N.S. Jésus-Christ conservées dans toute leur vérité et pureté par un petit nombre appartenant au peuple élu, alors que le reste s’enfonçait quasiment dans l’apostasie qui culmina dans le Déicide.

A propos du millénarisme, Crampon, dans son commentaire du Nouveau Testament (Ap.XX,Note 6) reconnaît : « Selon ce qui précède, nous pouvons nous imaginer ce règne de mille ans, prélude à la gloire définitive, comme l’accomplissement le plus total de l’adveniat regnum tuum de l’oraison dominicale. L’Eglise a obtenu une grande victoire sur Satan et sur le monde, le Prince des ténèbres n’ayant pu en faire l’instrument de ses séductions. La lutte entre l’esprit et la chair n’a pas cessé, cela ne fait aucun doute; les enfants de Dieu cheminent toujours dans la foi, étant pèlerins ici-bas, ils ne jouissent pas encore de la claire vision; la mort exigeant encore sa rançon. Mais l’Esprit-Saint répand ses dons d’une manière plus abondante sur les âmes; les combats entre les souverainetés sont moins rudes, les victoires plus fréquentes. Durant cette ère de paix, le christianisme étend de partout son action, son esprit pénètre les arts, les sciences, toutes les relations sociales. Beaucoup appliquent cette période de bénédiction remplie de promesses aux passages d’Isaïe (11,6-9; 30,6; 65,20) et de Daniel (2,35-44; 7,13 & suiv.).

Durant les premiers siècles de l’Eglise, le millénarisme fut considéré comme le retour glorieux de Jésus-Christ qui venait régner sur la terre avec ses saints durant les mille ans précédant le jugement dernier. Cette espérance était commune, nous pourrions dire populaire parmi les premiers fidèles (S. Papias, S. Justin, S. Irénée, Tertullien, etc.). C’est cette espérance qui les soutenait et les réconfortait dans le feu des persécutions ».

A ceux qui disqualifiaient et condamnaient le millénarisme, Menéndez Pelayo précisait: « Nous savons bien que la question du millénarisme (le spirituel, s’entend) est discutable ». (Histoire de l’Hétérodoxie Ed.BAC Madrid, 1987,T.II,p.668).

Une autre âme missionnaire, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, avait elle aussi l’esprit apocalyptique et millénariste. Dans un de ses livres préférés « La fin du monde présent et les Mystères de la Vie future » par l’Abbé Arminjon, on peut lire: « Le règne de Dieu s’inaugure, croît et s’achèvera dans le temps, il atteindra la perfection dans les siècles à venir » (p.7). « Le sentiment le plus accrédité parce qu’étant le plus conforme à la Sainte Ecriture est qu’après la chute de l’Antéchrist, l’Eglise catholique entrera une fois de plus dans une ère de prospérité et de triomphe » (p.60). Cette période serait celle du règne des SS. Coeurs de Jésus et Marie, le triomphe du Christ-Roi, ainsi que le P. Arminjon l’écrit: « Au lieu d’intituler notre livre « La fin du monde présent et les Mystères de la Vie future« , nous aurions pu, avec non moins de justesse, le nommer « Le Triomphe de Jésus-Christ & de son Eglise dans la Vie à venir« . (p.7). Et cela en conformité avec les Pères de l’Eglise pour avoir « recherché, en buvant aux fontaines pures de la Tradition et dans les écrits des SS. Pères, éclairés par la lumière de l’Ecriture Sainte afin de satisfaire les âmes inquiètes et déconcertées, dans les temps où nous vivons, et leur offrir, comme le christianisme nous l’enseigne, la véritable solution aux mystères de la vie ». (o.c.p.8).

La règle élaborée par S. Louis Grignion est destinée aux Apôtres de Marie des derniers temps, congrégation qu’il aurait voulu fonder mais qui, par les desseins de la divine Providence, le fut par Mgr Marcel Lefèbvre issu des Missionnaires du Saint-Esprit fondés par Poullart des Places qui était lié par une étroite amitié à S. Louis Grignion de Montfort et qui disait: « Ce seront les véritables Apôtres des derniers temps auxquels le Roi des vertus départira la parole et la force nécessaires pour réaliser des merveilles et obtenir de glorieuses dépouilles qu’ils remporteront sur leurs ennemis; ils dormiront sans or et sans argent et sans soins au milieu des autres clercs, ecclésiastiques et du clergé; tels des colombes aux ailes argentées, ils iront avec la pure intention de la gloire de Dieu, pour la rédemption des âmes où que ce soit que l’Esprit-Saint les appelle; ils laisseront derrière eux, dans les lieux où ils auront prêché, bien davantage que l’or de leur charité qui est l’accomplissement de la loi ». (o.c.p.521).

Abbé Méramo

http://www.meramo.net/AmigosdeMeramo/Francais_files/frlasayfa.pdf

Publié dans C- La Fin des Temps, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

– Garabandal et le III millénaire

Posté par sexto le 5 décembre 2010

Contrairement à ce que certains pourraient penser , l’Eglise catholique ( y compris Pie XII ) n’a jamais condamné le millénarisme authentique prêché par de nombreux saints et non des moindres , notamment Saint Irénée de Lyon .Elle ne pouvait d’ailleurs pas le condamner puisque le millénarisme a Yahweh pour Auteur . Le chanoine Crampon lui-même , commentant l’Apocalypse XX , écrivait en 1885 :  » Nous pensons que le millénium n’a pas encore fait son apparition «  .

Pendant les premiers siècles de l’Eglise cette attente du Règne glorieux et terrestre de Jésus-Christ était commune , nous pourrions dire populaire et traditionnelle . Mais des controverses s’engagèrent au profit d’une interprétation purement allégorique des Prophéties de l’Ancien Testament et de l’Apocalypse qui finit par réduire beaucoup cette attente du Règne ! Pourtant , les prophéties qui avaient annoncé le Messie souffrant s’étaient toutes accomplies littéralement lorsque le Christ vint habiter parmi nous . Pourquoi donc refuser ,après le 5ème siècle ,l’interprétation également littéraire de ces mêmes prophéties pour ce qui concernait cette fois le Messie glorieux et son Règne terrestre à venir ?

C’est pour tous les chrétiens une immense espérance et un grand soutien en ces temps où la tyrannie de Satan sur le monde , pourtant créé par Dieu , atteint son apogée ! La foi dans le Retour Glorieux de Dieu sur la terre et dans le temps de la création visible est en effet une grande grâce par l’espérance qu’elle contient . Tous les chrétiens devraient se nourrir de cette doctrine , dans la patience et la prière , afin d’éviter les nombreux pièges du démon en cette terrible fin des temps , et savoir qu’un monde merveilleux les attend si Dieu leur prête vie .

Aucune apparition n’est plus familiale et millénariste que Garabandal où la Très Sainte Vierge , sans aucunement se départir de sa dignité , se fait très proche de l’humain , ici , non seulement des petites voyantes, ,mais même du village entier , car toutes les maisons du village ont été visitées par Notre-Dame au cours des centaines d’Apparitions ! …Et cette multiplicité universelle est fort révélatrice , elle aussi .

Voilà encore des traits millénaristes : les humains recevront communément et universellement la Visite céleste ; tels les disciples d’Emmaüs , l’appareil n’en sera pas extraordinaire comme en notre Temps des Nations , et les Visites seront nombreuses ….

Ici , à Garabandal , cela revêt d’ailleurs une signification très spéciale . En effet , exception parmi les villages de montagne espagnols , Garabandal est structuré comme Jérusalem , c’est-à-dire que ses maisons sont serrées en direction de l’Eglise , telle  » une poule qui rassemble ses poussins sous ses ailes  » selon la tendre expression de Notre-Seigneur . Grarabandal , image de Jérusalem , elle-même image du monde renouvelé , et la Très Sainte Vierge visitant dans la joie toutes les maisons du village ; quelle merveilleuse prophétie du Règne millénaire , cette Jérusalem céleste descendant  » avec les hommes  » !…

Combien cela est vécu par Notre-Dame à Garabandal , c’Est-ce que le Père Eusébio dira , ému , à la fin de son beau volume : » Garabandal , c’est l’histoire la plus belle de l’humanité depuis les temps du Christ . Ce fût comme une seconde vie de la Vierge sur la terre , et il n’y a pas de paroles qui puisent l’en remercier  » .

A Garabandal , cette merveilleuse et familière Visite de la Vierge à la terre , qui continue si clairement Fatima , le message millénariste est donc éclatant par l’appareil extérieur de l’Apparition .

C’est en effet bien inutile de parler du paradis terrestre quand les quatre « ninas  » enfants candides et remplis de joie enfantine , semblent tellement le vivre avec la Très Sainte Vierge , en de multiples et merveilleuses apparitions :

 » Cette lumière ( la signification édénique du vocable du Carmel ) , nous dit l’abbé Combe , nous permet alors de comprendre quelle était la jubilation des petites voyantes devant l’Apparition . C’était une jubilation de l’œil , de la main , des lèvres , du visage , de tout le corps , qui était irradié et comme aspiré par en-Haut dans la contemplation d’une Beauté extasiante  » .

C’est l’Apparition de la joie simple , pure et humble , millénaire enfin , telle que la connaîtra généralement l’humanité après l’épreuve cosmique purificatrice tellement bien prophétisée par le miracle du soleil à Fatima …A Garabandal , le Ciel annonce enfin ce  » Surnaturel évident  » …

 » La Fin des Temps n’est pas la Fin du Monde «  a dit explicitement la Vierge à Conchita . Cette phrase ne peut qu’avoir un sens millénariste . En effet , si la Fin des Temps se présente aux humains comme la fin du Monde , mais que ce ne sera pas la vraie fin du Monde …. c’est qu’il s’agit de la Fin mystique engendrant le Règne millénaire ; il n’y a pas d’autre solution catholique possible .

Selon Isaïe , prophète millénariste ( chapitre LXV) :

 » Car voici que je crée de nouveaux cieux et une nouvelle terre ;

On ne se rappellera plus les choses passées,

et elles ne reviendront plus à l’esprit .

réjouissez-vous plutôt et soyez dans une éternelle allégresse à cause de ce que je vais créer :

car voici que je crée Jérusalem pour la joie,

et son peuple pour l’allégresse .

Et j’aurai de l’allégresse au sujet de Jérusalem ,

et de la joie au sujet de mon peuple .

Et l’on y entendra plus désormais

la voix des pleurs ni le cri de l’angoisse .

Il n’y aura plus là d’enfant né pour peu de jours ,

ni de vieillards qui n’accomplisse pas le nombre de ses jours ;

car ce sera mourir jeune que de mourir centenaire ,

et c’est à cent ans que la malédiction atteindra le pécheur car chacun mourra pour son iniquité .

Ils bâtiront des maisons et ils les habiteront ;

ils planteront des vignes et ils en mangeront le fruit .

Ils ne bâtiront pas pour qu’un autre habite ;

ils ne planteront pas pour qu’un autre mange ,

Car les jours de mon peuple égaleront ceux des arbres

et mes élus useront l’ouvrage de leurs mains.

Ils ne se fatigueront plus en vain ,

ils n’enfanteront pas pour une mort subite ;

car ils seront une race de bénis de Yahweh ,

et avec eux leurs rejetons .

Avant qu’ils appellent , Je répondrai ;

ils parleront encore , que je les exaucerai .

Le loup habitera avec l’agneau ;

la panthère reposera avec le chevreau ;

le veau , le lion et le bœuf gras vivront ensemble ,

et un jeune enfant les conduira .

La vache et l’ourse iront au même pâturage ,

leurs petits auront le même gîte ;

et le lion mangera du fourrage comme le bœuf .

Le nourrisson s’ébattra sur le trou de la vipère ,

et dans le repaire du basilic

l’enfant à peine sevré mettra sa main .

le serpent se nourrira de la poussière ;

On ne fera point de mal et on ne détruira plus

sur toute ma montagne sainte ;

car le pays sera rempli de la connaissance de Yahweh ,

comme le fond des mers par les eaux qui les couvrent . « 

 

 » Bientôt le règne millénaire «  de Louis de Boanergès , DFT 1993

*

L’Abbé Grumel aborde aussi ce sujet : ici

ainsi que l’Abbé Méramo :ici
sur le règne des Saints Coeurs de Jésus et de Marie (millénarisme)

***

Publié dans E- Garabandal, Terre Sainte... | Pas de Commentaires »

- La Flamme d’Amour du Coeur Immaculé de Marie

Posté par Pèlerin le 2 décembre 2010

Révélations faites par le Seigneur Jésus et la Vierge Marie à Élisabeth Kindelmann, mère de six enfants de la Hongrie, en Europe de l’Est, entre les années 1961 et 1981. Élisabeth est décédée le 11 avril 1985. C’est par elle que la Vierge Marie a remis entre nos mains un nouveau moyen : La Flamme d’Amour de son Coeur Immaculé. (imprimatur)

Le message de la Mère de Dieu au sujet de la Flamme d’Amour de son Coeur Immaculé comme nouveau moyen pour le Salut du Monde :

«Mais ma Flamme d’Amour est sur le point de s’allumer. Moi, le beau rayon de l’aurore du matin, j’aveugle Satan. Je délivrerai l’humanité de la lave de haine pécheresse et fumante.» »

«Les âmes élues devront combattre le Prince des Ténèbres. Ce sera une tempête effroyable. Non, pas une tempête, mais un ouragan qui dévastera tout ! Il veut même anéantir la foi et la confiance des âmes élues. Je serai toujours auprès de vous, dans la tempête qui se prépare maintenant. Je suis votre Mère. Je peux et veux vous aider ! Partout vous apercevrez la lumière de ma Flamme d’Amour, jaillissante comme l’éclair illuminant le ciel et la terre, avec laquelle j’éclairerai même les âmes endormies et ténébreuses!»

«Cette Flamme pleine de grâces de mon Coeur Immaculé que je vous donne doit aller de coeur en coeur. Ce sera le grand miracle dont la lumière aveuglera Satan. Elle est le feu de l’amour et de la concorde, et nous éteindrons le feu par le feu: le feu de la haine par le feu de l’Amour! Je vous ai obtenu cette grâce du Père Éternel par les cinq Plaies Saintes de mon divin Fils!»

«Je veux que la Flamme d’Amour de mon Coeur Immaculé soit connue partout, tout comme mon nom est connu partout dans le monde entier. Je ne peux la retenir plus longtemps en moi, elle coule à flots vers vous avec une force éclatante. J’aveuglerai Satan avec la Flamme de mon Coeur. Unie à vous, la Flamme d’Amour de mon Coeur va brûler le péché.»

*

Quel fidèle ne met pas tout son espoir dans un « grand miracle » pour sortir l’humanité de sa dramatique déchéance, fruit de sa déchristianisation ?

Lisez plutôt les promesses approuvées de la Sainte Vierge :

Trois Ave de « Flamme d’Amour » délivrent une âme du Purgatoire, quelle merveille !!!

Combien ne peut-on pas ainsi en délivrer par jour ?!.. Faisons tous cet effort.

Dans l’allégresse indicible de la vue de Dieu, elles ne pourront manquer de nous obtenir le miracle salvateur !

En obéissant à la Sainte Vierge Marie, si compatissante à nos malheurs, vous participerez au Salut du monde :

Diffusez cette prière

«Je vous salue Marie, pleine de grâces,
le Seigneur est avec vous,
vous êtes bénie entre toutes les femmes
et Jésus, le Fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
Submergez de grâces l’humanité entière par l’action de votre Flamme d’Amour,
maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.»

*

La Sainte Vierge dit encore :
« Je veux que la
Flamme d’Amour de mon Coeur Immaculé soit connue partout,
tout comme Mon Nom est connu aussi partout dans le monde entier. »
« La
Flamme d’Amour de mon Coeur Immaculé est Jésus-Christ lui-même ! ».

PROMESSES

« Quiconque – faisant appel à ma Flamme d’Amour – prie 3 Ave Maria, délivre une pauvre âme du Purgatoire.

Quiconque – faisant appel à ma Flamme d’Amour – prie 1 Ave Maria en novembre, délivre 10 pauvre âmes du Purgatoire.

*

Un tel flot de grâce n’a jamais été donné, depuis que le Verbe s’est fait Chair….

Imprimatur Cardinal Bernadino Echevera Ruiz, Archevêque Émérite de Guayaquil, en Équateur, donné le 1er décembre 1995.
http://laflammedamour.tripod.com/imprimatur.htm

*

D’autres demandes de Jésus à Elisabeth Kindelmann :

Lundi: Jour des pauvres âmes du purgatoire.

«Que toutes tes actions soient faites dans la volonté de leur venir en aide! Unie à Moi, demande que les âmes du purgatoire puissent voir ma Face aussi tôt que possible.

«Je te demande un jeûne sévère. Je n’adresse pas cette demande à toi seule. Transmets-la publiquement et annonce cette révélation de mon Coeur avec mes autres messages.

«Quiconque jeûne le lundi au pain et à l’eau, en se référant à la Flamme d’Amour du Coeur Immaculé de Marie, délivre du purgatoire une âme de prêtre. De même, celui qui observe cette prescription recevra la grâce, pendant l’octave suivant sa mort, d’être délivré du purgatoire par ma Mère.

«Ma Mère vous a accordé cela en considération de mes cinq Plaies Saintes, et la Flamme d’Amour de son Coeur Immaculé M’oblige aussi.»

Mardi: Ce jour appartient à ta famille.

«Recommande-Moi chaque membre séparément! Recommande-les à ma Mère, elle les prendra sous sa protection.»

«Seigneur, je dors profondément – répliquai-je – qu’arrive-t-il si je rate, à cause de ce profond sommeil, une veillée de prières?»

«Prie notre Mère de te réveiller. Elle aussi passa souvent des veillées de nuit dans la prière. Sais-tu, ma fille, que tu es redevable d’une grande responsabilité envers ta famille? Tu dois les conduire à Moi, chacun selon sa manière! Prie sans cesse pour que Je leur accorde ma grâce. Que saint Joseph soit ton patron protecteur le plus doux! N’oublie pas de solliciter son aide. Par cette prière nocturne tu peux implorer et obtenir beaucoup de grâces en leur faveur.»

Mercredi: Jour des vocations sacerdotales.

«Réclame cette sainte vocation de ma part pour beaucoup de jeunes gens. Tu obtiendras dans la mesure où tu demanderas, car ce souhait habite dans beaucoup de jeunes coeurs, seulement il ne se trouve personne pour leur venir en aide. Ne sois pas pusillanime! Par la prière nocturne tu peux aussi implorer beaucoup de grâces pour eux.»

Jeudi: Consacre ce jour, en expiation, au Très Saint Sacrement de l’Autel.

«Séjourne durant quatre heures devant Moi. Adore-Moi dans un recueillement particulièrement grand et expie pour les vexations dirigées contre Moi. Plonge-toi dans mes souffrances, comme J’ai sué du sang, comme J’ai été torturé, comme J’ai enduré l’agonie de la mort pleine de douleurs. Tu y puiseras beaucoup de force d’âme.»

Vendredi: Plonge-toi dans mes souffrances avec tout l’amour de ton coeur.

«Tôt le matin, dès le réveil, pense aux souffrances qui M’attendaient après les horribles tourments de la nuit. Pendant ton travail médite mon chemin de Croix qui ne M’accordait aucun instant de répit. Epuisé à l’extrême, on m’a poussé au Calvaire. C’est pourquoi, Je dis: Vous ne pouvez jamais trop faire pour Moi! De midi à trois heures, adore mes Saintes Plaies. Jeûne si possible jusqu’à ma descente de la Croix. Mes enfants, votre disponibilité au sacrifice multiplie en vous la plénitude des grâces.»

Samedi: Jour de notre Mère.

«Vénérez-la ce jour avec une tendresse toute particulière. Tu sais qu’elle est la Mère des grâces. Souhaite qu’elle soit vénérée sur terre comme les anges et les saints le font au ciel. Prie pour que les prêtres mourants obtiennent la grâce d’une bonne mort. Au ciel, ces âmes de prêtres intercéderont pour toi, et la Sainte Vierge t’attendra à l’heure de ta mort. Offre en sacrifice la veillée nocturne de prières dans cette intention.»

Dimanche: Le Sauveur bien-aimé n’a pas établi de programme pour moi.

*

Le Seigneur m’a aussi enseigné une prière et m’a chargée de la répandre, car Il la considère comme un moyen puissant pour obtenir l’aveuglement de Satan. Il nous prie de faire nôtres, de toutes nos forces, ses Pensées éternelles.

O mon Jésus,
unissez nos pas aux Vôtres pour avancer en commun,
mettez nos mains dans les Vôtres pour rassembler,
faites battre nos coeurs en harmonie avec le Vôtre,
fondez nos âmes dans la Vôtre pour ressentir comme Vous,
unissez les pensées de notre esprit aux Vôtres,
faites que nos oreilles écoutent avec Vous dans le silence,
attirez nos yeux dans les Vôtres pour s’y fondre,
et faites que nos lèvres, en union avec Vous,
implorent la miséricorde du Père Éternel.
Amen.

***

Pour lire des extraits du journal :
http://laflammedamour.tripod.com/journal.html

 ***

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

- Aux heures de la nuit

Posté par Pèlerin le 7 septembre 2010

Voyantes de Garabandal 

Ceux pour qui la nuit était motif de méfiance ne réagissaient pas mieux devant les preuves de jour qui furent pourtant nombreuses. Leur attitude aurait-elle été différente si la circonstance de la nuit n’avait pas existé ? Certains passages de l’Evangile nous éclairent sur ce point :

« Mais à qui puis-je comparer cette génération , Elle ressemble à des gamins qui, assis sur les places, en interpellent d’autres en disant : »Nous vous avons joué de la flûte et vous n’avez pas dansé ! Nous n’avons entonné des chants de deuil et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine ! »

Jean vient en effet, qui ne mange ni ne boit et l’on dit : « Il est possédé ! » Vient le Fils de l’homme, qui mange et qui boit, et l’on dit : « Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs ! » Mais justice a été rendue à la Sagesse par Ses oeuvres »(Mt 11,16-19)

Et ce passage où Jésus dit au fonctionnaire royal de Capharnaum : « Si vous ne voyez signes et prodiges, vous ne croirez donc pas ». (Jn 4,48)

Car on peut toujours trouver des raisons pour ne pas croire, si ce qu’il faut accepter, dans quelque circonstance que ce soit, ne correspond pas à notre désir. Le mauvais riche de la parabole demandait, de l’enfer, au patriarche Abraham, d’envoyer sur terre le pauvre Lazare afin qu’il instruise ses frères. Et Abraham de répondre : « Ils ont Moïse et les prophètes. Qu’ils les écoutent !…

- Non, dit le riche. Mais si quelqu’un de chez les morts va les trouver, ils se repentiront ». Mais Abraham lui dit : « Du moment qu’ils n’écoutent ni Moïse ni les prophètes, même si quelqu’un ressuscite d’entre les morts, ils ne seront pas convaincus ». (Lc 16, 27-31)

La Vierge répondit par une expression de tristesse à cette question qui indiquait, au moins de la part de certains, une disposition déloyale.

Elle seule comprenait vraiment toutes les raisons : cependant certaines se présentent à notre esprit. C’est pourquoi nous ne saurions nous étonner du fait que ce choses soient arrivées la nuit.

« Jamais , lisons-nous dans le rapport du Père Andreu, les visions et les phénomènes de Garabandal ne se sont déroulés dans des circonstances favorisant une assistance nombreuse. Tout au contraire. C’est ainsi que les plus intéressantes manifestations ont eu lieu quand la grande foule était partie. »

Le fait que beaucoup de ces phénomènes ne soient produits de nuit eut avant tout un résultat de sélection : comme il n’était pas agréable d’attendre des heures et des heures pour se trouver finalement dans une nuit incommode, en état de veille et presque sans repos nombreux étaient ceux qui abandonnaient les lieux et partaient du village, surtout ceux qui étaient venus dans le seul dessein de faire une excursion agrémentée d’un spectacle original…

Il ne restait donc plus que ceux qui étaient vraiment à l’écoute de Dieu et cherchaient la vérité de tout leur coeur. Ainsi un public très réduit -mais constamment renouvelé – pouvait observer les faits et s’associer au mystère que vivaient les fillettes de Garabandal.

La nuit, si souvent complice du péché, était dans le village visité par Notre Dame marquée d’un grand signe de pénitence, de prière, d’expiation. Ceux qui s’associaient en toute conscience aux « événements divins » vécus par les voyantes connaissaient par leurs propres sacrifices et .la rigueur de ces heures de veille dont ils sortaient épuisés.

Quoi qu’en pensent certains esprits malveillants, les nuits de Garabandal n’étaient pas des nuits de péché. Elles étaient des nuits d’expiation pour les péchés, selon la recommandation adressée par l’ange aux enfants de Fatima : « Vous devez beaucoup prier en disant ainsi : Mon Dieu, je crois, j’espère, j’adore et je vous aime…. et je vous prie pour ceux qui ne croient pas, qui n’espèrent pas, qui n’adorent pas et qui ne vous aiment pas ». C’est pourquoi ces nuits ont laissé des traces infeffaçables en bien des coeurs. L’âpreté et les difficultés du chemin conduisant au village, puis de la calleja, étaient déjà un symbole de la route pénitentielle que devaient suivre ceux qui voulaient entrer dans la marche si souvent déconcertante de ces événements.

Leur caractère nocturne est-il un phénomène nouveau dans l’expérience des chrétiens ? Ne savons-nous pas que les heures de la nuit apparaissent, dans l’histoire du Salut, comme un temps de prédilection pour l’ »admirabile commercium » entre Dieu et les hommes ? Souvenons-nous de quelques circonstances parmi les plus connues : c’est la nuit que Joseph a appris le grand secret de Marie dont dépendait notre salut ; au milieu de la nuit se situe la naissance sur notre terre du Fils de Dieu devenu Fils de l’homme ; plus tard les heures de la nuit seront celles qu’Il choisira pour prier, au cours de sa vie publique…. C’est ainsi que le mystère de l’Incarnation, sommet de toute l’Histoire, et plus spécialement de l’Histoire du Salut, se réalise dans le mystère de la nuit. La messe du dimanche dans l’octave de la Nativité commence solennellement par ces paroles du Livre de la Sagesse (18, 14-15) : « Alors qu’un silence paisible enveloppait toutes choses et que la nuit parvenait au milieu de sa course rapide, du haut des cieux, Ta parole toute puissante s’élança du trône royal ».

Souvenons-nous enfin de la vie des saints : c’est aux heures de la nuit qu’avaient lieu de préférence leurs grandes communications avec Dieu. Comme s’Il se complaisait à entrer en communication avec ses préférés justement aux heures pendant lesquelles Il est le plus offensé.

Il n’y a pas de raison d’associer systématiquement les heures des ténèbres à l’action de la Puissance des Ténèbres. C’est pourquoi il me paraît bien léger et déraisonnable de vouloir trouver dans le caractère nocturne des événements de Garabandal un signe d’origine diabolique…. D’ailleurs, ceux qui veulent mettre leur mauvaise conduite à l’abri de l’obscurité n’ont aucune raison d’aboutir à Garabandal. En n’importe quel endroit ils peuvent trouver la même obscurité pour cacher les désordres de leur vie indigne.

Selon les exhortations de l’apôtre : « Laissons les oeuvres des ténèbres pour revêtir les armes de lumière » (Rm 13,12)

Père Eusebio Garcia de Pesquera

« Elle se rendit en hâte à la montagne« 

le Christ au Mont des Oliviers

 

Publié dans D- Des prêtres racontent, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Commentaires fermés

- Les deux Coeurs unis à Garabandal

Posté par Pèlerin le 6 septembre 2010

Saints Coeurs Unis de Jésus et de Marie 

LES DEUX COEURS UNIS A GARABANDAL

« Je viens pour tous mes enfants en souhaitant les rapprocher de nos coeurs »

« Priez-nous sincèrement, et nous vous exaucerons »

*

Jésus et Marie viennent…

*

a/ Pour qui ?

« je ne viens pas pour toi, je viens pour tous » dit Jésus à Conchita le 20/07/63

  • « Quand la Vierge m’apparaît, son regard ne me fixe pas, ne repose pas sur moi. Il est circulaire sur les montagnes, il embrasse le monde entier, et son visage sourit à l’univers. Elle ne vient pas pour moi. » dit Conchita le 10/09/65

  • « Elle se présente à nous, non pas pour nous, ni pour le village, ni pour l’Espagne, mais pour le monde entier. » dit Conchita en 1962

  • « Je ne viens pas seulement pour toi, mais pour tous mes enfants » dit la Vierge marie à Conchita le 13/11/65
     

  • - « Etc…La réponse du Ciel est claire : Ils viennent pour tous et le Message s’adresse au monde entier.

 *

b/ Pourquoi ?

Nous rapprocher tous de leurs Coeurs ; qu’est-ce à dire ? Sinon que leurs Coeurs sont la Lumière spirituelle des Ames, qu’ils sont le Phare qui préserve des dangers et qui conduit au port, à Dieu…

Ste Marguerite Marie n’a-t-elle pas vu le Coeur de Jésus « comme dans un trône de flammes plus rayonnant qu’un soleil et transparent comme un cristal » (27/12/1673), « comme un soleil brillant d’une éclatante Lumière dont les rayons tout ardents donnaient à plomb sur mon coeur…. » ? et Jésus Lui-même « tout éclatant de gloire avec ses cinq plaies, brillantes comme cinq soleils ; et de cette sacrée humanité sortaient des flammes de toutes parts, mais surtout de son adorable poitrine qui ressemblait à une fournaise » (1674) ?

Berthe Petit voit les deux Coeurs « dominés par le Divin Amour qui, sous la forme d’une colombe rayonnante, les embrase pour mieux éclairer et enflammer par Eux l’humanité entière. Le Coeur de Marie est rayonnant de Lumière comme Celui de son Divin Fils (25/12/1909)

Lucie de Fatima voit le Coeur de Notre Dame « projeter des rayons de Lumière qui descendaient jusqu’à terre ». (13/06/1917 relatée le 9/11 1946)

Ainsi ces deux Coeurs sont-ils l’Oracle et la Règle de la Vie chrétienne, l’expression des sentiments et des intentions de Jésus et de Marie envers nous, l’indicateur des dispositions qui doivent nous animer nous-mêmes. Ils sont, pour nous, Voie, Vérité et Vie ; puisqu’on ne peut apercevoir la Vérité, la Beauté, le Bien, sans s’en trouver épris et donc tendre à s’en approcher, par leurs Coeurs, Jésus et Marie se tendent vers nous et nous attirent à eux faisant, pour ainsi dire, fonction d’ »aimant ».

Seulement ceux qui les approchent, ne peuvent pas ne pas se sanctifier à leur contact ! Et Eux-mêmes, Ils sanctifient ceux-là puisqu’Ils sont « fournaises d’Amour » purifiant, illuminant, sanctifiant, transformant…. Ils nous rapprochent d’Eux pour « nous convertir à la Sainteté », et, ainsi, « nous réunir dans le Ciel autour du Père, du Fils et du St Esprit ». (13/11/1965)

***

Au fait, qui n’aimerait Ceux qui nous aiment à ce point ?

Qui ne chérirait Ceux qui, tant, les sanctifient ?

 Saints Coeurs Unis de Jésus et de Marie

Publié dans A- Message de ND (commentaires) | Commentaires fermés

 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE