• Accueil
  • > Recherche : village parle garabandal

Résultats de votre recherche

- Diffusez le Message !

Posté par Pèlerin le 21 septembre 2013

 

Des réflexions, des infos sur le village, des nouvelles concernant les protagonistes de Garabandal seront régulièrement postées, non seulement pour faire vivre le blog mais surtout parce que les messages de Garabandal sont plus que jamais d’actualité et que

les événements annoncés sont très proches (Avertissement et Grand Miracle).

Padre Pio avait dit de Garabandal : « On y croira quand il sera trop tard ! » Cliquer ICI.

Pour nous qui croyons, il y a urgence à diffuser les Messages du Ciel pour que le monde se convertisse.

N’écoutez pas ceux qui ont vite fait de critiquer ou de condamner Garabandal.

L’Eglise n’a jamais condamné ce lieu d’Apparitions car il n’y a même pas eu de jugement officiel, seulement des « notes » des évêques (ceux qui vous parlent de condamnation vous mentent), et l’évêque du lieu, dans sa « note », constate le respect de la doctrine de l’Eglise et l’encouragement à la pratique des sacrements.

D’autre part, le Pape Paul VI (suite à une entrevue avec Conchita à Rome) a levé l’interdiction en 1966 concernant la diffusion de messages de lieux d’Apparitions encore non reconnus, laissant le soin à chacun de discerner.

N’ayez pas peurde diffuser les messages, d’avertir vos proches, vos amis….

En diffusant ces messages, grande sera votre récompense d’avoir travaillé au plan du Salut !

N’hésitez pas à faire connaître ce blog autour de vous.

Pélerin

Pape Paul VI

Publié dans A- Message de ND (commentaires), D- Des prêtres racontent, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | 1 Commentaire »

- Courrier de Joey Lomangino du 6 août 2012

Posté par Pèlerin le 6 août 2012

Ce courrier ne donne pas de nouvelles de Joey Lomangino.

Le texte en Anglais, puis traduit de façon approximative sur Google :

A Singular Occurrence

August 6, 2012  

Dear Friends,Among Marian  apparitions, Garabandal is distinguished by the ardor of the embrace of the  Mother of God. It was customary for Our Lady of Mount Carmel to kiss the four  young girls and to be kissed in return.

Our Lady reverently venerated  the sacramental objects offered to her by the visionaries on behalf of others;  rosaries, holy medals, missals, and wedding rings. The girls in ecstasy had the  uncanny ability to return the appropriate object directly to the owner not  knowing beforehand who had presented which object.The final apparition on  November 13, 1965 was expressly to kiss the accumulated articles to which Our  Lady attached a solemn promise – for those who use these objects with faith,  Jesus will perform prodigies.

It is important to recall at the time of  the Spanish Civil War, the Asturias, the region in which Garabandal is located,  was a stronghold for the advance of Communism in Spain. The faithful of this  region and the other adjacent northern areas were forbidden by law to own  rosaries, medals and other symbols of Christianity. These objects, which had  been passed down through the centuries in devout families, were hidden in those  troubled times. Bearers who displayed religious items in public were ridiculed  and assaulted or harassed by the authorities.

For the apparitions, small  tables were set out to accommodate these objects. A makeup compact was once laid  down on one of the tables. This  provoked an outcry against what seemed like a  frivolous act, yet the small gold case remained in place. During the next  visitation, Our Lady sited the compact and rejoiced, « This belongs to my Son. »  Later it was revealed that the vessel had secretly conveyed consecrated hosts to  those in hiding during the Civil War.

The apparition of August 6, 1962  is by contrast the only known occurrence of the Archangel Saint Michael  embracing a physical object.

And so on this day, fifty years ago, in San  Sebastian de Garabandal, three Hospitaller Brothers of Saint John of God climbed  the ox cart path that connected the remote mountain village to the outside  world, arriving unnoticed in the sweltering midday heat. They did not know it,  but they had come to receive a mysterious honor from the Prince of the Holy  Angels.

+++

A sketch of the Saint

Born in Portugal in 1495, Joao Cidade Duarte abandoned his  family as a small boy. He never returned. He tramped across Europe in violence  and plunder as a thieving quartermaster in the imperial infantry. His service  concluded, he returned to Iberia a forty year old prodigal with much to atone  for.

On the feast of Saint Sebastian, John went to hear a sermon by  Saint John of Avila. He was so devastated with loathing for his sins that he  turned on himself in fury and for a time sought a life of humiliation for  Christ. He was cast into an asylum and cruelly beaten for days. It was John of  Avila who came to absolve and release the man who would become John of God.  Raised to holiness, John’s heart turned with compassion to his fellow  incarcerates in the asylum. With a soldier’s knowledge of organization and field  medicine, he began to shepherd the homeless, the abandoned, and the afflicted of  Granada sheltering them and treating their wounds. He supported orphans,  students, harlots, and the unemployed with his own labor, encumbering himself  with their pecuniary debts, often suffering accusations and slandered by those  he tried to help.

After thirteen years in this way, he died a heroic and  saintly death contracting pneumonia while attempting to rescue a drowning  companion. He was found in death, kneeling before the crucifix, his face pressed  to the wounded feet of Christ.

Saint John of God left the world a small  band of valiant hearts. The legends of the Order relate that often on the brink  of collapse John of God was revived by the angels. Saint Raphael accompanied him  on his rounds, healing and imparting the peace of God to the chaos. To this day  the image of the Angelic Physician clothed in the habit of San Juan de Dios can  be found in these hospitals.

Murillo, on his canvas in the Prado,  depicts Saint John of God as frail, struggling under the weight of the invalid  he is carrying, menaced by the encircling dark. The saint is accompanied by a  powerful archangel who strengthens him, illuminating his face and his path.

+++

Passing before the humble stone church of San Sebastian, the  three religious came upon the young visionaries who told them, without  affectation, of the wonders that were happening in the village and of the  importance of the October 18 Message. The brothers rested under the nine pines  of the apparition eating lunch and enjoying the discussion. Conchita accompanied  them but she did not eat. She told them Mass had not been offered in the village  that day and the Angel would bring her Holy Communion. Until he arrived she  would remain fasting.

The afternoon passed swiftly. At a natural pause  in the conversation, Conchita moved discretely away from the group and fell to  her knees, head tilted back in ecstasy. As Brother Juan Bosco recorded in his  notes, »Still kneeling and in the same posture,  the girl made the Sign of the Cross very slowly and devoutly. She said words in  a low voice and gently struck her chest three times. She was praying in ecstasy.  As the prayer ended, she opened her mouth, put out her tongue as in receiving  Communion, withdrew her tongue and closed her mouth slowly. Two of us heard the  slight noise of her swallowing something. She held this position and we heard  her low voice, audible, but we could not hear it to sufficiently understand the  words. »

Then the ecstasy took a decidedly different turn.

« Then the girl took his (Brother Luis) Scapular in her hands.  She stood up, raised the Scapular in a very solemn way as though presenting it  to someone. She lowered the Scapular and again dropped abruptly to her  knees. »

Returning the Scapular to Brother Luis, Conchita  repeated this gesture for the Scapulars of Brother Juan and Brother Miguel  offering each one up reverently. With a concluding Sign of the Cross, the  ecstasy ended and Conchita returned to normal with a shy smile.

« Have you had Communion? »
« Yes »
« Why did you take our  Scapulars and raise them up? »
« The Angel asked me to do it, to kiss  them. »

« Have you spoken to the Angel? »
« Yes »

« What did he say  to you? »
« The Angel knew you. He told me that Our Lord and the Blessed Virgin  are happy with you. »

To this exterior sign was added an interior  grace for Brother Juan.

« The impression was very great.  Particularly, I was stunned and with much interior sentiment of having sinned so  many times, and because of this I implored mercy. I have never felt in my life  such as strong feeling of the supernatural. Afterwards, as the years  passed…this experience has always been present in me. I have great confidence  in the love of the Virgin and an accentuated fervor for Jesus in the Blessed  Sacrament. I believe the essence of the grace given to us  is our own  perseverance in the Order. »

Brother Juan returned again in 1966  after the apparitions had ended. He was curious to find out if anything similar  had happened. Conchita confirmed « the only thing the Angel had kissed  had been our Scapulars. »
This leads one  to wonder about the significance of this profound display of angelic  predilection and solidarity. Conchita is quite clear in stating that the  brothers themselves were pleasing to God.Considering over one thousand priests  and religious attended the apparitions and there exists no other record of  acknowledgment by Saint Michael, the singularity of the event appears to lend  special importance.

Brother Juan Bosco, in his notes, believed this  reciprocated the high esteem given to Saint Raphael in their community. More  generally, the gesture conveyed a salute for the work of the Brothers who in  their ministry of attendance and healing and their love for the poorest, the  most neglected and infirm reflect the virtues of the angels.

Could there  be some further explanation?

On July 19, 1936, by decree of the radically  secularist government, the Brothers Hospitallers of Saint John of God were  declared enemies of the people of Spain. Ninety eight brothers were murdered in  the Red Terror. The Soviet backed persecution of the Roman Catholic Church  executed six thousand eight hundred thirty two religious, killed tens of  thousands of lay faithful in odium fidei, and desecrated and destroyed over  twenty thousand holy places.

The sons of San Juan de Dios remained with  their patients, faithful to the fourth vow of the Order never to abandon the  sick except in death. They made no attempt to flee the coming violence.

Seventy one brothers martyred between July 24 and December 14, 1936 were  beatified by Blessed John Paul II including more than forty in Madrid and   Barcelona who refused to leave the hospitals and were shot on site. Some were  exultant at their execution, commending each other to imminent paradise.Their  last words were of forgiveness, pardoning their murderers. All were steadfast.

Could the martyrdom which preceded the apparitions by a quarter century  have had an influence on the occurrence of August 6, 1962? It is a wonderful  idea to contemplate. At this time, there exists no evidence directly linking the  two. Perhaps in the days to come or with the definitive resolution of the Aviso  and Great Miracle this extraordinary event may be more completely illuminated.

As we share recollections of the events of fifty years ago we should  honor this day, worthy of remembrance for the devotees of  Our Lady of Mount  Carmel de Garabandal. This day, the Angelic Patron of the Church of Jesus Christ  venerated the Scapular of Saint John of God three separate times.

In  Union of Prayer,

The Workers of Our Lady of Mount Carmel de  Garabandal

Lindenhurst, NY USA

A few small pieces of  these same Scapulars kissed by Saint Michael were cast into relic medals in  Spain in the 1970s. About 200 were given to the New York Center.
To honor  this anniversary, we would like to offer these medals gratis to our email  list.
We would like to give priority to religious and lay men and women  who work with the sick and dedicated care givers to the handicapped – these  requests should include a « + » in the email subject line.
We want to  emphasize that no supernatural promise has been made concerning  these  medals.

We can offer one per request while the supply lasts. Please send  an email with BESADO in the subject line to joey@garabandalny.org with your  complete mailing address, country and postal code.

TRADUCTION   (par Google)
Un fait singulier  
6 août 2012
Chers amis,
Parmi les apparitions mariales, Garabandal se distingue par l’ardeur de l’étreinte de la Mère de Dieu. Il était de coutume pour Notre-Dame du Mont Carmel à embrasser les quatre jeunes filles et d’être embrassé en retour.Notre-Dame révérence vénéré les objets sacramentels offerts à elle par des visionnaires pour le compte de tiers; chapelets, des médailles sainte, missels, et les anneaux de mariage. Les filles en extase a eu l’étrange capacité de retourner l’objet approprié directement au propriétaire ne sachant à l’avance qui avait présenté ce qui objet, la dernière apparition le 13 Novembre, 1965 a été expressément pour baiser les articles accumulés à laquelle Notre-Dame attachés une promesse solennelle – pour ceux qui utilisent ces objets avec la foi, Jésus accomplir des prodiges.Il est important de rappeler au moment de la guerre civile espagnole, les Asturies, la région dans laquelle est situé Garabandal, était un bastion pour l’avancée du communisme en Espagne. Les fidèles de cette région et les autres zones adjacentes du nord ont été interdites par la loi de chapelets, de médailles propres et d’autres symboles du christianisme. Ces objets, qui avaient été transmises à travers les siècles dans les familles pieuses, ont été cachés dans ces temps troublés. Porteurs qui ont fait preuve les articles religieux en public ont été ridiculisés et agressés ou harcelés par les autorités.Pour les apparitions, de petites tables ont été énoncées pour répondre à ces objets. Un poudrier a été une fois posé sur l’une des tables. Cela a provoqué un tollé contre ce qui semblait être un acte frivole, encore le cas l’or à petite est restée en place. Au cours de la visite suivante, Notre-Dame situé le poudrier et se réjouit, «Il appartient à mon fils. »
Plus tard, il a été révélé que le poudrier avait secrètement transmis des hosties consacrées à ceux qui vivaient dans la clandestinité pendant la guerre civile.
L’apparition de Août 6, 1962 est en revanche la seule occurrence connue de l’Archange Michel Saint embrassant un objet physique.
Et si ce jour-là, il y a cinquante ans, à San Sebastian de Garabandal, trois Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu a grimpé le chemin charrette à bœufs qui reliait le village de montagne isolé du monde extérieur, en arrivant inaperçu dans la chaleur torride. Ils ne le savais pas, mais qu’ils étaient venus pour recevoir un honneur mystérieuse du prince des Saints-Anges.+ + +Un croquis de la SaintNé au Portugal en 1495, Joao Cidade Duarte a abandonné sa famille comme un petit garçon. Il ne revint jamais. Il piétinait à travers l’Europe dans la violence et le pillage comme un voleur dans la quartier d’infanterie impériale. Son service terminé, il est retourné à une de quarante ans Iberia prodigue qui a beaucoup à expier.En la fête de Saint-Sébastien, John est allé entendre un sermon de Saint Jean d’Avila. Il était tellement dévasté avec dégoût pour ses péchés qu’il a tourné sur lui-même dans la fureur et pendant un certain temps cherché une vie d’humiliation pour le Christ. Il fut jeté dans un asile et cruellement battu pendant des jours. Il était Jean d’Avila qui est venu d’absoudre et de libérer l’homme qui allait devenir Jean de Dieu.Élevé à la sainteté, le cœur de John tourné avec la compassion pour ses compatriotes dans les incarcère l’asile. Grâce à la connaissance d’un soldat de la médecine organisation et sur le terrain, il se mit à paître le sans-abri, les abandonnés, et les affligés de Grenade leur hébergement et le traitement de leurs blessures.Il a soutenu les orphelins, les étudiants, les prostituées et les chômeurs avec son propre travail, lui-même encombrer avec leurs dettes pécuniaires, souffrent souvent des accusations et calomnié par ceux qu’il a essayé d’aider.Après treize ans de cette manière, il est mort d’une pneumonie mort héroïque et sainte traitance en tentant de secourir un compagnon noyade. Il a été trouvé dans la mort, à genoux devant le crucifix, le visage collé aux pieds blessés du Christ.Saint Jean de Dieu a laissé au monde un petit groupe de cœurs vaillants. Les légendes de l’Ordre rapportent que souvent sur le bord de l’effondrement de Jean de Dieu a été relancé par les anges. Saint-Raphaël l’a accompagné dans ses tournées, de guérison et de transmettre la paix de Dieu dans le chaos. A ce jour, l’image du médecin angélique revêtu de l’habit de San Juan de Dios peut être trouvée dans ces hôpitaux. Murillo, sur sa toile au musée du Prado, représente Saint Jean de Dieu comme fragile, croulent sous le poids du malade, il est porteur, menacé par l’obscurité qui entoure. Le saint est accompagné par un archange puissant qui le fortifie, illuminant son visage et son chemin.
+ + +
En passant devant l’église humble pierre de San Sebastian, le religieux est venu sur les trois jeunes visionnaires qui leur ont dit, sans affectation, des merveilles qui se passait dans le village et de l’importance de l’Octobre 18 Message. Les frères reposait sous les pins neuf de l’apparition en train de déjeuner et profiter de la discussion. Conchita les accompagnait, mais elle ne mange pas. Elle leur a dit la messe n’avait pas été offert dans le village ce jour-là et l’Ange lui apporterait la Sainte Communion. Jusqu’à son arrivée, elle serait rester à jeun.L’après-midi passa vite. Lors d’une pause naturelle dans la conversation, Conchita déplacé discrètement en dehors du groupe et est tombé à genoux, la tête inclinée vers l’arrière dans l’extase. Comme le Frère Juan Bosco a enregistré dans ses notes, »Toujours à genoux et dans la même posture, la jeune fille fit le signe de la Croix-très lentement et avec dévotion. Elle a dit des mots d’une voix basse et légèrement frappé sa poitrine trois fois. Elle était en prière dans l’extase. Comme la prière terminée, elle a ouvert sa bouche, tira la langue comme dans la communion, a retiré sa langue et lui ferma la bouche lentement. Deux d’entre nous a entendu le bruit léger de sa chose à avaler. Elle a occupé ce poste et nous avons entendu sa voix faible, audible, mais nous ne pouvions pas l’entendre suffisamment comprendre les mots. « 
Puis l’extase a pris un tour résolument différent. »
Alors la jeune fille prit son (Frère Luis) Scapulaire dans ses mains. Elle se leva, soulevé le Scapulaire d’une manière très solennelle, comme si le présenter à quelqu’un. Elle baissa le Scapulaire et encore chuté brusquement à genoux. »De retour du Scapulaire au Frère Luis, Conchita a répété ce geste pour les scapulaires de Frère Juan et le Frère Miguel offrant chacun jusqu’à révérence. Avec un signe concluant de la Croix, l’extase a pris fin et Conchita revenue à la normale avec un sourire timide.
« Avez-vous eu la communion? »
« Oui »
«Pourquoi avez-vous pris nos scapulaires et les élever jusqu’à? »
« L’Ange m’a demandé de les lui faire embrasser. »
« Avez-vous parlé à l’ange? »
« Oui »
«Que voulait-il dire pour vous? »
« L’Ange vous connaît. Il m’a dit que Notre-Seigneur et la Vierge sont heureux avec vous. »
Pour ce signe extérieur a été ajouté une grâce intérieure pour Frère Juan.
« L’impression a été très grande. En particulier, j’ai été stupéfait et avec le sentiment intérieur beaucoup d’avoir péché tant de fois, et de ce fait j’ai imploré la miséricorde. Je n’ai jamais ressenti dans ma vie comme sentiment du surnaturel. Ensuite, comme les années ont passé … cette expérience a toujours été présent en moi. J’ai une grande confiance dans l’amour de la Vierge et une ferveur accentué pour Jésus dans le Saint Sacrement. Je crois que l’essence de la grâce donnée à nous, c’est notre propre persévérance dans l’ordre. « Frère Juan revint en 1966 après les apparitions avait pris fin. Il était curieux de savoir si quelque chose de semblable s’était passé. Conchita a confirmé « la seule chose que l’Ange avait embrassé avaient été nos scapulaires. »Cela conduit à s’interroger sur la signification profonde de cet écran de prédilection angélique et la solidarité. Conchita est très clair en affirmant que les frères eux-mêmes ont été agréables à God.Considering plus d’un millier des prêtres et des religieux ont participé à des apparitions et qu’il n’existe aucun autre document de la reconnaissance par Saint-Michel, la singularité de l’événement apparaît à prêter une importance particulière.Frère Juan Bosco, dans ses notes, a estimé cette réciprocité de la haute estime accordée à Saint-Raphaël dans leur communauté. Plus généralement, le geste a transmis un hommage pour le travail des frères qui dans leur ministère de la fréquentation et de la guérison et de leur amour pour les plus pauvres, le reflet le plus négligé et les infirmes les vertus des anges.Pourrait-il y avoir une explication plus loin? Le 19 Juillet 1936, par décret du gouvernement radicalement laïque, les Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu ont été déclarés ennemis du peuple de l’Espagne. Quatre-vingt-huit frères ont été assassinés dans la Terreur Rouge. La persécution soviétique soutenu de l’Eglise catholique romaine exécutée 6830 deux religieux, des dizaines de milliers de tués fidèles laïcs in odium fidei, et profané et détruit plus de vingt mille lieux saints.Les fils de San Juan de Dios sont restés avec leurs patients, fidèles à la quatrième vœu de l’Ordre de ne jamais abandonner les malades, sauf dans la mort. Ils n’ont fait aucune tentative pour fuir la violence à venir.Soixante et onze frères martyrisés entre Juillet 24 et 14 Décembre, 1936 furent béatifiés par le bienheureux Jean-Paul II, y compris plus de quarante à Madrid et Barcelone, qui a refusé de quitter les hôpitaux et ont été abattus sur place. Certains exultaient à leur exécution, se félicitant les uns les autres à imminentes mots paradise.Their dernières étaient du pardon, pardonnant leurs meurtriers. Tous ont été constants.Pourriez-le martyre qui a précédé les apparitions par un quart de siècle ont eu une influence sur la survenue d’Août 6, 1962? Il est une idée merveilleuse à contempler. A cette époque, il n’existe aucune preuve reliant directement les deux. Peut-être dans les jours à venir ou à la résolution définitive de la Aviso et Grand Miracle cet événement extraordinaire peut-être plus complètement illuminé.Comme nous partageons les souvenirs des événements de cinquante ans nous devons honorer ce jour, digne de mémoire pour les dévots de Notre-Dame du Mont Carmel de Garabandal. Ce jour-là, le patron angélique de l’Église de Jésus-Christ qui est vénéré le Scapulaire de Saint Jean de Dieu à trois reprises.
En Union de prière,
Les travailleurs de Notre-Dame du Mont Carmel de Garabandal
Lindenhurst, NY, USA
Quelques petits morceaux de ces mêmes scapulaires embrassées par Saint-Michel ont été insérés dans médailles relique en Espagne dans les années 1970. Environ 200 ont été donnés au Centre de New York.Pour honorer cet anniversaire, nous tenons à offrir à ces gratis médailles à notre liste d’envoi.Nous tenons à donner la priorité à des religieux et laïcs, hommes et femmes qui travaillent avec les fournisseurs de soins de maladie et dédié aux handicapés – ces demandes doivent inclure un « + » dans la ligne objet du courriel.Nous tenons à souligner qu’aucune promesse surnaturelle a été faite au sujet de ces médailles.Nous pouvons offrir un pour la demande alors que l’offre dure. S’il vous plaît envoyer un e-mail avec BESADO dans la ligne d’objet pour joey@garabandalny.org  
avec votre adresse postale complète, pays et code postal. 

Publié dans I- Joey Lomangino | Pas de Commentaires »

- A propos du monde présent au Grand Miracle

Posté par sexto le 7 janvier 2012

Conférence au sommet en enfer

Ordre du jour :

le Grand Miracle de Garabandal

 

Le grand chef :

Vous n’êtes plus sans ignorer que la Grande Dame a annoncé la venue d’un Grand Miracle il y a déjà de cela 50 ans . Par bonheur pour nous , rien ne s’est encore passé . Mais que cela ne nous rassure pas . Restons donc sur nos gardes car cette Grande Dame n’a pas l’habitude de mentir .

Votre zèle pour contrecarrer cet évènement est sans limite , je le vois bien , mais faites-moi quand même un récapitulatif .

 

Les hauts gradés :

Grand Maître , la quasi-totalité de ses préférés ( les prêtres ) comme Elle les appelle , ont rejeté son ultime message et donc la suspicion , le doute et finalement le rejet ont été enclenchés . On avait cru avoir gagné , mais hélas , trois fois hélas , ce n’était que le début de notre combat .

Ensuite on a fait appel aux spécialistes de la médecine , tu sais bien … les » psys  » comme on les appelle . Eux aussi ont mis le paquet . C’était très gentil de leur part mais ça n’a pas encore suffi . Alors pendant plusieurs années on l’a bouclé . La parole est d’argent ….le silence est d’or disent – ils .

C’était presque vrai : les ¾ des témoins de ces phénomènes sont morts …. sauf un , tu sais bien de qui on parle , l’aveugle qui doit voir le jour J , et dont on n’arrive pas à bout pour l’ éliminer malgré nos multiples tentatives . Et bien , rien que cela a suffi à relancer l’enthousiasme de cette minorité complètement  » accro  » .

Tous les piou-pious  (ensemble ):

Grand Maître , on n’ a cessé de leur répéter que :

- Ce n’est pas un article de foi

- Qu’on peut aller au Ciel sans y croire

- D’ailleurs les malades seront guéris de tous les endroits d’apparitions

- Que si la  » Dame  » veut qu’ils y soient , ils y seront

- Que de toutes façons il n’y aura pas de place pour tout le monde

- Que s’ils mettent tout l’argent de côté en prévision du grand Miracle … que leur restera-t-il pour partir en vacances

- Que s’ils ne sont pas justement en vacances à ce moment , ils risquent de perdre leur boulot et ce n’est vraiment pas le moment

- Qu’avant c’était possible , mais que maintenant le chômage les guette …

Il y avait tellement de suggestions que le grand chef mit le holà et décida de changer de tactique .

 

Le grand chef:

Ce que vous avez déjà fait est très bien mais visiblement il manque encore quelque chose. J’ai donc décidé de faire un virage à 180° . Dorénavant Garabandal sera vrai , le doute n’est plus permis .Ne perdons donc plus notre temps . La Grande Dame veut que tout le monde y soit , et bien … nous aussi !

De gros murmures se firent alors entendre et la révolte gronda , mais le grand chef les rassura de suite ;

A l’avenir vous ferez faire des conférences sur Garabandal par des gens dignes de confiance , bien intentionnés , sincères , méritants , courageux , totalement désintéressés , qui sauront convaincre leurs auditeurs . A ce stade , rien de plus facile aux conférenciers de leur faire comprendre que la panique sera tellement grande qu’un plan « ORSEC  » a d’ores et déjà été élaboré afin que seuls les cars bien organisés pourront accéder au village . Plus question de laisser passer les voitures individuelles à l’exception des ambulances – voitures de police – pompiers ou agents de sécurité . Les conférences se termineront par une réservation dans un de ces nombreux cars , en France , comme à l’étranger , avec comme ultime conseil d’être prêts pour ce grand voyage 24 h à l’avance : le chauffeur de car ne pouvant se permettre le luxe de perdre quelques précieuses minutes .

Vous m’avez bien compris : ainsi , ils seront bien tous là-bas … mais en retard … Il fallait y penser !!!

Car il va de soi que pendant ce court laps de temps aucun d’entre vous ne se tournera les  » griffes  » : j’y veillerai personnellement . Ces mortels insouciants , n’arrivant pas à prendre quelques sages précautions pour se rendre ( en voiture ou en car ) à cet évènement unique et d’une telle importance , semblent oublier notre pouvoir . Vous aurez donc à votre disposition tout un arsenal de moyens pour les en empêcher :

- accidents de la route

- troubles politiques , sociaux -économiques

- glissements de terrain , tremblements de terre

- tempêtes , ouragans , intempéries de toutes sortes

et je pourrai continuer ainsi longtemps mais je préfère vous laisser le mérite d’en trouver d’autres .

Notre but final doit être : Garabandal = GROUND ZERO

Depuis le temps qu’on leur dit qu’il faut se méfier de moi lorsque je prêche la vérité … Ils n’ont toujours rien compris .

Bon courage et à très bientôt de vos nouvelles ,

Le grand chef

Sans commentaires … mais comment taire ?

 

Publié dans J- Infos Divers | 1 Commentaire »

- Un terrible secret

Posté par Pèlerin le 7 décembre 2011

… En ce début du troisième trimestre scolaire, retraite habituelle de trois jours, dans un collège comme le sien. Le prédicateur en sera, non pas le chapelain, mais un prêtre de 35-38 ans de la ville. Comme par hasard, pas plus que la Supérieure – moins encore qu’elle – il ne croit aux apparitions. Rien d’étonnant à cela, puisque le Vicaire Général de Mgr Puchol précisément prêtre originaire de Pampelune est l’adversaire actuel le plus rageur de Garabandal.

 Conchita, à ce moment précis, littéralement noyée dans le désarroi de la locution du 13 février précédent - deux mois plus tôt -  et dans ses doutes sur l’Eucharistie qui l’ont reprise, secouée par les confidences de Loli et ses rencontres avec son Curé, commence à douter, elle aussi, de ses apparitions (NDLR : tout cela, doutes et contradictions, Notre Dame l’avait prophétisé aux petites). Sans méfiance, ne voyant en lui que ce sacerdoce pour lequel elle a tant de respect et d’affection, elle ouvre son âme à ce prédicateur qu’elle ne connaît pas. Puis elle passe au confessional…

Réponse : « Si tu ne promets pas de dire au village et à ceux qui y montent que tu les as trompés, je te refuse l’absolution« …

Vous ouvrez les yeux, vous n’en croyez pas vos oreilles, vous avez l’impression qu’un tonnerre diabolique vient de tomber au milieu de nous ? (…)

Inconscience, légèreté, inexpérience, abus de pouvoir, profanation ?? Oui, le tout à la fois. Et nous le démontrons rapidement en vous expliquant vos sentiments résumés dans votre révolte de catholiques bien-nés.

A l’occasion de ses doutes eucharistiques, le confesseur habituel du collège lui avait répondu : » La tentation à laquelle on ne consent pas n’est pas un péché. Tiens bon : la lumière reviendra quand tu auras fait la médiation pour les incroyants ».

Que penseriez-vous, s’il avait tranché la question comme ceci : « si tu ne promets pas de dire au village et à ceux qui y montent que Jésus n’est pas dans l’Hostie consacrée, je te refuse l’absolution… » ?

 Vous nous regardez, effrayés de pareille éventualité ! Mais, c’set très exactement l’attitude parallèle à ce blasphème, qui fut celle du jeune prédicateur de Pameplune. Aversaire ou non de Garabandal, il devait dire à Conchita, au lieu de sortir l’énormité scandaleuse précédente : « Mon petit, le doute n’est pas une faute. Attends, réfléchis, consulte des prêtres d’expérience. Si Garabandal est vrai, il est normal que tu en paies le prix. Si tout est faux, on le verra bien. Porte ta croix avec patience… Va en paix, je prierai pour toi ».

Non seulement il n’a pas cette élémentaire prudence ni cette charité fraternelle ; mais, ayant choisi sa voie, il va y persévérer odieusement.
D’abord, interdiction à Conchita de parler de ses doutes à sa famille ou à tout ami des apparitions. Puis, le trimestre scolaire terminé, trois ou quatre lettres arriveront à Garabandal rappelant à l’adolescente sa promesse signifiant qu’elle n’est pas absoute en conscience aussi longttemps qu’elle n’a pas tenu sa promesse. Essayez d’imaginer la situation spirituelle épouvantable de celle qui n’en parlera désormais ni à sa mère, ni à ses frères, ni  à aucun prêtre ami de Garabandal, et n’aura pour conseiller et consulteur l’Abbé Olano âgé, lui, à ce moment de 26 ans !

Sans que personne ait pu s’en douter, pendant les vacances que Conchita va passer à Garabandal, l’Abbé Olano renchérira secrètement sur les ordres du confrère de Pampelune : « Oui, Conchita, il a raison, et tu devras jurer sur l’Evangile que tu as menti« .

Tout ce qui précède, nous le savons de science certaine, et nous prenons la responsabilité totale de le répéter. Nous ajoutons même autre chose. A la mi-juillet 1966, nous sommes montés à Garabandal absolument ignorants de ce qui s’était passé depuis le 7 février précédent, nous étions chargés d’apporter à Conchita un message de Rome. Oh ! très court, quelques mots seulement : « Tu dois choisir un confesseur anciano , c’est-à-dire un homme d’âge et d’expérience. Rien qui pût ressembler à une pression ; mais, tout simplement, une directive qui était la sagesse même. Conchita ouvrit de grands yeux, nous regarda en silence et pleura….

Evidemment, nous ne comprîmes pas ses larmes ; mais aujourd’hui, elles sont notre lumière au sujet du passé et éclairent la suite.
En effet dans une locution du 13 février, Jésus avait insisté : « Ne dis-tu pas que tu veux suivre Ma volonté ? Et bien, toi, maintenant, c’est la tienne que tu veux accomplir ! en sera-t-il ainsi toute ta vie ! ». Puis, plus loin, Il avait ajouté : « Comprends intelligemment, spirituellement ce que je t’ai dit. Ne ferme pas les yeux de ton âme. Ne te laisse tromper par personne ».
Ne te laisse tromper par personne ! Conchita, écoute Jésus, entends Rome ! (alors le pontificat de Paul VI) Entends aussi d’autres paroles venues d’Italie, au début d’août. Prends garde aux deux jeunes prêtres qui abusent de leur sacerdoce et de toi ! Conchita prends garde à toi !

15 août 1966, à 10 heures du matin.
A quelqu’un qui la questionne sur Loli, dont il connaît l’état d’âme du moment, Conchita répond : « Loli doute – Et toi, Conchita ? – Moi, au fond de moi-même, non ; mais là — et elle montre de l’index son front — là, oui, je doute aussi ». Pour la première fois, et à cet interlocuteur seul, en dehors des deux jeunes prêtres connus, l’adolescente fait allusion à son terrible secret. Trop réservé, l’interlocuteur n’insiste pas. D’ailleurs, on se sépare rapidement ; on rentre au village, et les témoins rapportent : « A 16 heures, Conchita riait comme d’habitude et paraissait absolument sereine ».
15 août 1966, à 17 heures.
Ecoutez les mêmes témoins : « A ce moment, une heure après, donc, inquiète, elle nous jeta au passage : « 
Priez pour moi, j’en ai grand besoin ».
Que venait-il de se passer ? Voici la vérité — et personne n’a pu la savoir avant des mois…
Un dialogue au terme duquel Conchita, pour libérer sa conscience du poids de sa confession à Pampelune, dont l’absolution n’était que conditionnelle, Conchita sur les derniers conseils de l’abbé Olano avait choisi l’épreuve du feu : une rencontre avec Monseigneur Puchol Montis, à l’occasion de laquelle, enfin elle tiendrait la promesse sacrilègement extorquée à son imprudente bonne foi.
Ici répétons-nous : Aniceta, ses fils Serafin et Miguel, aucun des amis de Garabandal, personne ne sait rien ; tout le monde ignore tout, et plus spécialement sa terrible décision.

28 août 1966
Conduite par sa mère, Conchita rentre à Pampelune, seule avec son secret. Comme le 7 faévrier précédent, Aniceta donne à la Supérieure ses ordres formels : » interdiction à quiconque de voir ma fille, sans mon autorisation personnelle ». Pauvre, pauvre Aniceta, qui ignore jusqu’à l’existence du prédicateur de la ville, et ne peut évidemment se douter de ce qui va se passer, malgré elle, le surlendemain, le 30 août 1966.

Cinq mois et demi après la locution du 13 février, accompagné de son Vicaire Général (prêtre de Pampelune, on se rappelle), d’un secrétaire, et comme par hasard du curé de Garabandal, Monseigneur Puchol frappe à la porte du collège. L’évêque de Santander n’est plus dans les limites de son diocèse, et à la Supérieure qui la lui demande, il ne peut évidemment montrer l’autorisation d’Aniceta. Qu’à cela ne tienne ! « Mais Conchita est mineure, Monseigneur !.. elle ne peut être interrogée seule ? ». Peu importe. La porte du collège s’ouvre, la consigne formelle d’Aniceta est forcée… et commence l’entretien, qui va durer sept heures.

En attendant de publier ce que l’on finira bien par connaître pour la honte des coupables, résumons très brièvement, en prenant pour nous, comme toujours, la position la moins favorable :

- « Monseigneur, je ne me souviens plus d’avoir vu la Vierge ; mais le « Diario (mon journal de 54 pages dans lequel je raconte tout) est vrai ».
Et l’adolescente de réciter ce Diario, de mémoire, sans une faute…
Au cours de cet interminable interrogatoire, coupé par le déjeuner, plus d’une fois l’évêque a eu les larmes aux yeux.
A la fin, remarquant un anneau que Conchita portait au doigt, il a posé la question : « Et cet anneau Conchita ? — Mgr, il a été baisé par la Vierge. — Donne-le moi — Mais, (avec un air malicieux cette fois) puisque je ne l’ai pas vue ! — Je le baise quand même ; sait-on jamais ? ».

Voilà ce qu’on a appelé immédiatement à Santander, et ailleurs aussi, les « négations » de Conchita… Quelle erreur ! Il fallait, et il faut plus que jamais, avec la plus extrême fermeté, affirmer et répéter : telles sont les « contradictions » de Conchita à l’heure de sa mise aux fers.

Nier et se contredire, c’est, en effet, essentiellement différent. Surtout, comme nous l’expliquerons plus tard, qu’en pareille matière, il faut tenir compte de ce qui s’est passé entre le 7 février et ce 30 août (nous venons d’en esquisser le résumé), de la mauvaise foi des adversaires, du silence qu’ils vont imposer à Conchita dès ce 30 août (et aux autres quelques jours après) de l’intervention visible du démon, des défauts des voyantes et de leurs familles, de l’insuffisance de certains amis de Garabandal, de la prophétie de la Vierge elle-même, à l’occasion d’une extase des quatre filles, en 1961, des desseins mystérieux de la Providence.. Celle-ci a parlé clairement dans la locution elle-même que nous avons lue plus haut :

(à Jésus) « Je lui ai demandé si Rome aussi ne croirait plus. Il ne m’a pas répondu. Puis Il m’a dit : « Ne t’inquiète pas de ce que l’on te croie ou de ce que l’on ne te croie pas. C’est Moi qui ferai tout« .

 Combien ont pensé à la lourde croix qu’elles doivent porter en silence ? et qui, malgré tous les obstacles, toutes les contradictions des adversaires des apparitions, ont eu la force de la persévérence pour résister aux attaques diaboliques !

 (NDLR : Elles devront souffrir jusqu’au bout. Notre Dame n’a-t-elle pas dit à Conchita : « tu souffriras avant le Grand Miracle, car on te croira pas. »

On connait aussi la fin dramatique de Mgr Puchol :
http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr/2011/04/14/de-laffront-a-la-mort-tragique/ )

G. LUCAS

Extrait du bulletin n°41 Le messager de Notre Dame
Centre Information Garabandal — 11 Rue de Cambes — 14000 CAEN
Tél : 02 31 47 83 06

N’hésitez pas vous y abonner ; c’est un bonheur de recevoir le bulletin de Monsieur Lucas (bulletins de grande qualité, propices à la méditation sur les faits de Garabandal , et à la prière).

Publié dans H- Les voyantes | Pas de Commentaires »

- Joey Lomangino le 18 juin 2011

Posté par Pèlerin le 18 juin 2011

chers amis lecteurs,

Aujourd’hui, cela fait 50 ans que l’Archange St Michel est apparu à Garabandal aux quatre petites voyantes pour leur annoncer la venue prochaine (le 2 juillet) de Notre Dame.
Nous avons reçu, comme tous les abonnés, ce message de Joey Lomangino, qui inclut un courrier de Conchita à Don Rolando, curé de Garabandal.
Vous remarquerez l’insistance de ce courrier sur la prière à St Michel et tous les Anges en ces temps où le démon est plus fort que jamais. Confions-nous ainsi que nos familles, nos proches à St Michel notre protecteur et à Notre Sainte Mère. (neuvaine à St Michel ICI)
N’hésitez pas à demander à Joey des chapelets et médailles reliquaires à Joey ; il lui en reste ! Site ICI.
Vous trouverez une traduction rapide de la lettre (sur Google traduction  http://translate.google.fr/#en|fr| ) à la suite de la lettre.

                                                                                                      June 18, 2011

Dear Friends,

Today marks the fiftieth anniversary of the commencement of the apparitions at Garabandal by the appearance of the Archangel Saint Michael to the four seers on this date in 1961. Saint Michael came to announce the appearance of the Most Blessed Virgin Mary which was to follow on July 2. We would like to honor this day by spreading devotion to Saint Michael as Our Lady recommended throughout the course of the apparitions. Our treatment of the devotion which we sent via email on September 29 of last year is entitled The Angel of Garabandal and is located on the Joey’s Message page of www.garabandal.us.The response to the article drew over one thousand requests for Saint Michael Chaplets from around the world. We have but a few cord chaplets left but would like to offer them at this time gratis to email subscribers who wish to increase their devotion to Saint Michael. Please send an email with  CHAPLET in the subject line to joey@garabandalny.org with your complete mailing address. This offer remains open as long as our supply lasts.

These are times of crisis and with so much violence and catastrophe around us we do well to heed Our Lady’s request to increase our devotion to the Prince of the Holy Angels and secure for ourselves and our families the assistance and protection of all the angels that we may be delivered from the evil of this age.
—————————————————————————————————

With her permission, we reprint a brief note from Conchita to the present pastor of the village of Garabandal, Padre Rolando, to commemorate the fiftieth anniversary.

AVE MARIA

May 17, 2011

Dear Father Rolando,

I join with you in the celebration of the fiftieth anniversary of the events of Garabandal. It is for me fifty years of contemplating the most beautiful thing in the world. I give thanks to God for having been a part of those experiences, impossible to describe adequately, but which have pressed upon my soul the secure assurance of faith and hope.

I thank you, Father Rolando, for granting me the opportunity to recite the Message of Our Mother in the village yet again.

[ October 18,1961-We must make many sacrifices, perform much penance, and visit the Blessed Sacrament frequently. But first, we must lead good lives. If we do not, a chastisement will befall us. The cup is already filling up, and if we do not change, a very great chastisement will come upon us.]

The Angel said:

As my message of October 18 has not been complied with and has not been made known to the world, I am advising you that this is the last one. Before, the cup was filling up. Now it is flowing over. Many cardinals, many bishops and many priests are on the road to perdition and are taking many souls with them. Less and less importance is being given to the Eucharist. You should turn the wrath of God away from yourselves by your efforts. If you ask His forgiveness with sincere hearts, He will pardon you. I, your mother, through the intercession of Saint Michael the Archangel, ask you to amend your lives. You are now receiving the last warnings. I love you very much and do not want your condemnation. Pray to us with sincerity and we will grant your requests. You should make more sacrifices. Think about the passion of Jesus.

Father Rolando, there is nothing of greater importance that I can speak about than this Message of Our Mother.

In Union of Prayer,
Conchita
—————————————————————————————————

In the days to come, we want to share with you our reflections on the meaning of this anniversary via email and on www.garabandal.us. We are pleased to report, fifty years after the events began, that the promotion of the Message continues to advance in 165 countries at a steady pace. We thank all those who take Our Lady’s Message forward into new places and we remain united in prayer with all those who undertake the promotion.

To commemorate these days in grand style we would like to make available gratis to our email subscribers and their families our final reserve of medals containing a piece of missal kissed by Our Lady at Garabandal. Please send an email with MEDAL in the subject line to joey@garabandalny.org with your complete mailing address. The offer remains open until June 18, 2012 or until our reserve is exhausted. 

If you are a Garabandal promoter operating in a community in which the following languages are predominantly spoken: German, Hungarian, Romanian, Slovak, Lithuanian, Korean, and Vietnamese, we have a holdover supply of holy cards for distribution containing an accurate translation of the Message and an image of Our Lady of Mount Carmel which we can ship gratis. Please send us an email with CARD in the subject line and specify your language for distribution an estimate of quantity and include your complete mailing address.

We will be back with you again in a few days.

The Workers of Our Lady of Mount Carmel de Garabandal
Lindenhurst, NY USA

 Traduction rapide sur Google traduction :

Aujourd’hui marque le cinquantième anniversaire du début des apparitions à Garabandal par l’apparition de l’archange saint Michel pour les quatre voyants à cette date en 1961. Saint Michel est venu annoncer l’apparition de la Très Sainte Vierge Marie, qui était de suivre le 2 Juillet.Nous voudrions rendre hommage à ce jour en répandant la dévotion à saint Michel comme Notre Dame recommandée pendant toute la durée des apparitions. Notre traitement de la dévotion qui nous a envoyé par courriel le 29 de Septembre l’année dernière est en droit L’Ange de Garabandal et se trouve à la page Message du Joey des www.garabandal.us.La réponse à l’article a attiré plus de mille demandes d’Chaplets Saint Michel à travers le monde. Nous avons, mais un cordon chapelets quelques gauche, mais tenons à les offrir à ce moment gratis aux abonnés par courriel qui souhaitent augmenter leur dévotion à saint Michel. S’il vous plaît envoyez un email avec CHAPELET dans la ligne objet de joey@garabandalny.org avec votre adresse postale complète. Cette offre reste ouverte aussi longtemps que dure notre approvisionnement.Ce sont des moments de crise et avec tant de violence et la catastrophe qui nous entoure nous ferions bien de tenir compte requête de Notre Dame d’augmenter notre dévotion au prince de Saints-Anges et sécurisé pour nous et nos familles l’aide et la protection de tous les anges que nous peut être délivré de la méchanceté de cet âge.

———————————

Avec sa permission, nous reproduisons une brève note de Conchita au pasteur actuel du village de Garabandal, Padre Rolando, pour commémorer le cinquantième anniversaire.AVE MARIA17 mai 2011Cher Père Rolando,

Je me joins à vous dans la célébration du cinquantième anniversaire des événements de Garabandal. Il est pour moi de cinquante ans de contempler la plus belle chose au monde. Je rends grâce à Dieu pour avoir été une partie de ces expériences, impossibles à décrire de manière adéquate, mais qui ont appuyé sur mon âme l’assurance sécurisée de foi et d’espérance.Je vous remercie, Père Rolando, pour m’avoir donné l’occasion de réciter le Message de Notre Mère dans le village une fois encore.[Octobre 18,1961-Nous devons faire beaucoup de sacrifices, faire pénitence beaucoup, et visiter le Saint Sacrement fréquemment. Mais d’abord, nous devons mener une vie bonne. Si nous n’avons pas, un châtiment qui nous guettent. La coupe est déjà remplir, et si nous ne changeons pas, un châtiment très grand viendra sur nous.]L’ange dit:

Comme mon message d’Octobre 18 n’a pas été respecté et n’a pas été porté à la connaissance du monde, je vous conseille que ce n’est le dernier. Avant, la coupe se remplissait. Maintenant, il est plus fluide. Beaucoup de cardinaux, d’évêques et de nombreux prêtres sont sur le chemin de la perdition et qu’ils prennent beaucoup d’âmes avec eux. Moins en moins important est donné à l’Eucharistie. Vous devriez tourner la colère de Dieu loin de vous par vos efforts. Si vous demandez son pardon avec un cœur sincère, Il vous pardonnera. Moi, votre mère, par l’intercession de Saint Michel Archange, vous demander de modifier vos vies. Vous êtes maintenant recevoir les derniers avertissements. Je vous aime beaucoup et ne veulent pas votre condamnation. Priez pour nous avec sincérité et nous accorder votre demande. Vous devriez faire plus de sacrifices. Pensez à la passion de Jésus.Père Rolando, il n’y a rien de plus grande importance que je ne peux parler que de ce message de notre mère.

En Union de prière,
Conchita

———————————

Dans les jours à venir, nous voulons partager avec vous nos réflexions sur la signification de cet anniversaire par email et sur www.garabandal.us. Nous sommes heureux d’annoncer, cinquante ans après le début des événements, que la promotion du message continue de progresser dans 165 pays à un rythme régulier. Nous remercions tous ceux qui prennent le Message de Notre-Dame vers l’avant dans de nouveaux endroits et nous restons unis dans la prière avec tous ceux qui entreprennent la promotion.Pour commémorer ces jours-ci en grand style, nous aimerions faire disponibles gratuitement à nos abonnés par courriel et à leurs familles de notre réserve finale de médailles contenant un morceau de missel embrassé par Notre-Dame à Garabandal. S’il vous plaît envoyez un email avec la médaille de la ligne d’objet pour joey@garabandalny.org avec votre adresse postale complète. L’offre reste ouverte jusqu’à 18 Juin 2012, ou jusqu’à ce que notre réserve est épuisée. Si vous êtes un promoteur exploitation Garabandal dans une communauté dans laquelle les langues suivantes sont majoritairement parlées: allemand, hongrois, roumain, slovaque, lituanien, coréen et vietnamien, nous avons une offre d’efficacité des cartes sainte pour la distribution contenant une traduction exacte du message et une image de Notre Dame du Mont Carmel dont nous pouvons expédier gratis. S’il vous plaît envoyez nous un email avec CARD dans la ligne d’objet et de spécifier votre langue pour distribution une estimation de la quantité et inclure votre adresse postale complète.Nous serons de retour à nouveau avec vous dans quelques jours.

Publié dans I- Joey Lomangino | 2 Commentaires »

- Le monde ne l’attend pas mais… (châtiment)

Posté par Pèlerin le 4 juin 2011

En 1962, un an après le début des Apparitions, au temps de la Fête-Dieu, les voyantes ont eu la vision du Châtiment. Tout le village les a entendues crier de frayeur lors des « nuits des cris« .

Loli et Jacinta ont rapporté avec leurs mots d’enfants, ce que la Sainte Vierge leur a dit:

 La Nuit des Cris à Garabandal ou la vision du Châtiment

                  La Sainte Vierge nous a dit :               La Sainte Vierge nous a dit :
que nous ne nous attendons pas au châtiment ;    que le monde continue pareil
                                                                       qu’il n’a pas du tout changé.

            (19 juin 1962)                                  (23 juin 1962)

Que dire aujourd’hui ? Le monde s’attend-il plus au Châtiment qu’en 1962 ? Beaucoup ne veulent pas y croire et répondent que  »Dieu est Amour » ; oui Dieu est Amour mais il ne faut pas oublier que cet Amour est aussi Justice, Miséricorde,Toute-Puissance… que Dieu peut punir par Amour comme un Père ferait pour corriger son enfant désobéissant… Dieu est Pardon mais à la condition que l’homme revienne à Lui, demande Pardon, répare, fasse pénitence… Cet Amour n’est pas à sens unique ; Dieu attend aussi une attitude d’Enfant de Dieu de notre part.

Regardons encore autour de nous…. le monde est-il meilleur qu’en 1962 ?
Combien de pays ont voté des lois contre la Vie ? combien d’hommes disent être catholiques mais ne mettent jamais les pieds dans une église pour adorer le Seigneur, vivent des Sacrements ? comment se porte la jeunesse, trouve-t-elle encore repères et amour de leurs parents ? le monde vit-il en paix ? comment se porte l’Eglise de Notre Seigneur (Eglise visible) ?

Fort heureusement, certains voient et restent éveillés, tentent du mieux qu’ils peuvent « d’être bons » afin de rester sous le manteau de Marie et d’éviter le Châtiment qui menace au-dessus de nos têtes.

L’on voit aussi certains prêtres (jusque dans la Tradition) déconseiller de parler du Châtiment, des 3 jours des Ténèbres, prétextant que cela peut effrayer les âmes « sensibles ». Mais le Seigneur n’a-t-il pourtant pas montré l’Enfer aux petits voyants de Fatima ? n’a-t-il pas montré le Châtiment aux petites de Garabandal ? tous ces visionnaires étaient des enfants, alors que penser de ces frilosités de la part de prêtres qui exhortent ceux qui savent, à se taire ?!.. et donc à taire les Messages et prophéties de Notre Dame ?!.. Cela rappelle le Secret de la Salette, caché ou condamné par nombre de prêtres (alors qu’il a reçu imprimatur !) car critiquant l’Eglise des derniers temps…
 Il y aura toujours de « bonnes âmes » pour mentir ou dissimuler, mais nous qui savons, prévenons nos proches, nos amis, nos collègues de ce qui nous attend…

Et quel que soit l’accueil de vos paroles, ne vous découragez pas, car il est dit :

Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous repoussent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme.
Ce jour-là, soyez heureux et sautez de joie, car votre récompense est grande dans le ciel : c’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes. (…)
Malheureux, vous qui riez maintenant : vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! (Saint Luc)

et encore : 

« Ce qui est folie aux yeux des hommes est sagesse aux yeux de Dieu ;
ce qui est sagesse aux yeux des hommes est folie aux yeux de Dieu.» (Saint Paul)


Pour en savoir plus sur le Châtiment : ici.
 ____________

Publié dans B- Prophéties et signes annonciateurs, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

- « Quand je venais de voir la Vierge… »

Posté par Pèlerin le 16 février 2011

Elles commençaient chaque nouvelle journée par le sacrifice et par la prière. En effet, s’arrachant au sommeil et à la douce tiédeur du lit, elles allaient dans l’obscurité et le froid à la recherche d’une matinale communication avec le ciel. La calleja, qui avait connu tant d’affluence, accueillait maintenant dans sa paisible intimité, et par une basse température, ces fillettes qui silencieusement, en grelottant parfois, venaient faire à Dieu, par Marie, l’offrande de leur journée, avec deux ou trois personnes, et sans autre compagnie que celle de leurs anges gardiens.

Les offensives du froid, dans cette rude région montagneuse, avaient blanchi les cîmes proches ; plus d’une fois la neige couvrit également le cuadro et ses environs, brillant étrangement dans la nuit qui tardait à s’effacer… Et le murmure des prières semblait se givrer dans le froid.

Les matins où il gelait on n’entendait aucun bruit : seule, parfois, une rumeur lointaine venue’ je ne sais d’où. Et les jours de mauvais temps, c’était le bruit de la pluie qui tombait, monotone, et parfois, le sifflement du vent….

  • Je vous salue, Marie…. Le Seigneur est avec vous…. Vous êtes bénie…

  • Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, priez pour nous, pauvres pécheurs…

Pauvres pécheurs ! Combien ils avaient besoin que l’on fasse pour eux ces pénitences auxquelles ils ne pensaient même pas !

Dans une lettre du 11 janvier 1962, Mari-Cruz écrivait à don José Ramon : « Oui, je vais chaque jour à six heures du matin au Cuadro. La Sainte Vierge m’a demandé de réciter le chapelet tous les jours à cette heure-là jusqu’au 16, jour où je la verrai. Je sais bien, moi, que la Sainte Vierge veut que nous soyons très bons et que nous visitions le Saint Sacrement…. »

La journée ainsi commencée par la prière et la sacrifice devait être vécue pour Dieu par le travail, l’obéissance et l’accomplissement fidèle du devoir d’état. Ainsi les enfants répondaient aux désirs de la Vierge. Et pour surmonter le découragement possible, ils avaient l’espoir de la revoir et l’évocation des heures passées en sa présence.

Cette évocation devait avoir des résultats merveilleux, surtout en certaines périodes. Quelques années plus tard, alors qu’elle était déjà entrée dans la « nuit obscure », Conchita pouvait ecore répondre ainsi – avec sa modération caractéristique – à une série de questions auquelles on lui fit donner une réponse écrite :

« La première fois que nous avons vu la Vierge, Elle nous est apparue subitement. Elle venait avec deux anges et l’Enfant Jésus et il y avait un oeil au-dessus d’eux, avec beaucoup de lumière. Elle apparaissait toujours subitement, mais parfois Elle venait avec l’Enfant Jésus, et parfois non.

  • Son attitude était-elle toujours la même ?

  • Elle avait habituellement les bras ouverts et étendus et nous regardait. Mais Elle les bougeait aussi. Elle regardait vers l’assemblée, et parfois Elle souriait plus que d’habitude.

  • Qu’avait pour fond la Vision ?

  • Une lumière resplendissante.

  • Comment étaient ses yeux ? Cillaient-ils pendant la conversation ?

  • Ses yeux étaient noirs, très doux et miséricordieux ! Plutôt grands. Ils semblaient regarder non pas la figure ou le corps, mais l’âme. Je ne me suis pas rendu compte s’ils cillaient. Mais j’ai bien vu qu’elle regardait d’un côté ou de l’autre.

  • A-t-Elle pleuré parfois ? Ou simplement devenait-Elle triste ?

  • Je ne l’ai jamais vu pleurer ni être tout à fait triste.

  • Comment était son regard ?

  • Son regard est très difficile à décrire. Il fait qu’on L’aime davantage et qu’on pense davantage à Elle. Le fait de regarder son visage nous compble de bonheur. Et le fait qu’Elle nous regarde nous comble plus encore. Quand Elle nous parlait, Elle nous regardait et aussi son regard changeait d’expression pendant la conversation.

  • Que ressentais-tu quand Elle te regardait ?

  • Beaucoup de choses.

  • Comment était sa voix ? Une voix réelle qui correspond au mouvement des lèvres ou seulement une voix que l’on entend intérieurement ?

  • Sa voix, très douce et harmonieuse, s’entend par les oreilles, bien que les paroles pénètrent dans le coeur, c’est comme si la voix nous pénétrait. Et, pendant qu’Elle parle, Elle remue les lèvres, comme tout le monde, en produisant des sons. Elle parle d’une voix très claire.

  • Riait-Elle parfois, ou se contentait-Elle de sourire ?

  • Oui, parfois Elle a ri, en plus du sourire qui lui était habituel. Et on entendait son rire, comme ses paroles, mais son rire était quelque chose de plus que sa parole. Je ne sais pas expliquer son rire, je ne saurai jamais l’expliquer. (1)

  • Vous a-t-Elle souvent embrassées ? Le lui demandiez-vous ou bien le faisait-Elle d’Elle-même ?

  • Elle nous embrassait presque chaque jour, et cela venait d’Elle-même. C’étaient des baisers pour dire au revoir, sur chaque joue. Parfois je Lui demandais la permission de L’embrasser, et d’autres fois, je L’embrassais sans Lui demander.

  • Avait-elle un chapelet, ou un autre signe distinctif sur Elle ?

  • A part le scapulaire, je ne Lui ai jamais rien vu.

  • Qu’éprouvais-tu pendant l’extase ?

  • Une paix et un bonheur très grands !

  • Si après un appel tu avais décidé : « Aujourd’hui, je ne veux pas voir la Vierge », que penses-tu qu’il serait arrivé ?

  • Oh ! Jamais je n’ai pensé faire cela ! Et je ne pense pas le faire au cas où…

  • Qu’éprouvais-tu après une vision ?

  • Quand je venais de voir la Vierge j’avais l’impression de sortir du Ciel et j’avais de grands désirs d’aimer Jésus et Marie. Et de parler d’eux car c’est la seule chose qui peut nous réjouir : parler d’eux et écouter Marie.

*

Et c’est parce que je partage vivement les sentiments exprimés par Conchita que j’ai écrit ce livre. Au moment d’en terminer cette première partie en la fête de l’Immaculée Conception, je me vois obligé de proclamer que l’année 1961 doit être considérée comme une année de Grâce.

Au cours de cette année Dieu a voulu, depuis ce petit village de Saint Sébastien de Garabandal, offrir à Son Eglise, et par Elle, au monde, une surprenante EPIPHANIE MARIALE.

Nous n’avons pas de mots pour L’en remercier.

Mais nous pouvons supplier Celle qui est venue faire cette nouvelle VISITATION :

« Sainte Marie,
Secourez les malheureux,
Venez en aide aux faibles,
Réconfortez ceux qui pleurent ;
Priez pour votre peuple,
Gardez le clergé,
Intercédez pour vos filles,
Et soyez le soutien
De tous ceux qui se tournent vers vous ».
Amen. Alléluia.

(1) Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus dit à propos du miracle par lequel elle a été guérie de l’étrange maladie qu’elle eut à l’âge de dix ans : « Tout à coup la statue de la Vierge s’anima ! La Vierge Marie devint belle, si belle que jamais je ne trouverai d’expression pour rendre cette beauté divine. Son visage respirait une douceur, une bonté, une tendresse ineffables ; mais ce qui me pénétra jusqu’au fond de l’âme, fe fut son sourire ! » (Histoire d’une âme)

 Père Eusebio Garcia de Pesquera : Elle se rendit en hâte à la Montagne.

Publié dans D- Des prêtres racontent, H- Les voyantes | Pas de Commentaires »

- Notre Dame de Garabandal, Avocate de la Vérité

Posté par Pèlerin le 12 février 2011

Notre Dame de Garabandal est venue nous rappeler – en plein concile Vatican II – que « hors de l’Eglise, point de salut » ; elle a rappelé aux voyantes (aux pélerins et à nous aujourd’hui) l’importance des Sacrements, en particulier celui de l’Eucharistie. A Garabandal, sont venus des pélerins d’autres religions… juifs, protestants, orthodoxes, etc. Tous se sont convertis à la véritable religion -oui, véritable car bâtie sur le Christ qui est la Vérité, et donc sur Son enseignement, Ses sacrements, Son Eglise. Notre Dame est venue nous mettre en garde contre les dangers qu’Elle pressentait au moment du Concile, en particulier celui de la « liberté religieuse » qui est tout à fait contraire à l’enseignement du Christ et contre laquelle se sont battus tant de papes….

La doctrine de l’Eglise catholique nous dit que le prétendu « droit à la liberté religieuse » est une infamie, une manière d’apostasie. Il a été condamné par les Papes Pie VII, Grégoire XVI, Pie IX et Léon XIII ; ce droit s’oppose à la Royauté sociale de Notre Seigneur Jésus Christ.

Le Cardinal Pie disait : « La religion qui vient du ciel est vérité, et elle est intolérante envers les fausses doctrines. C’est la condition de toute vérité d’être intolérante ; mais la vérité religieuse étant la plus absolue et la plus importante de toutes les vérités, est par conséquent aussi la plus intolérante et la plus exclusive.

Rien n’est plus exclusif comme l’unité. Or, entendez la parole de Saint Paul : Un Dieu, une Foi, une Eglise. Je l’avoue, il n’y a pas là de subtilité, c’est l’intolérance, l’exclusion la plus positive, la plus franche. Et encore, Jésus Christ a envoyé Ses Apôtres prêcher toutes les nations, c’est à dire, renverser toutes les religions existantes pour établir l’unique religion catholique par toute la terre ».

Le Cardinal disait encore : « Que de consciences seraient tranquilles, le jour où l’Eglise Catholique donnerait le baiser fraternel à toutes les sectes ses rivales ! »

Qui aurait pu imaginer un instant saint Pie V ou saint Pie X à genoux aux pieds du grand Rabbin ?
Qui aurait pu imaginer encore Notre Seigneur Jésus Christ à genoux aux pieds de Caïphe ?
« Impossible » répondrez-vous !
… mais il en est pour qui – et vous en conviendrez - l’on ne peut répondre de la même manière ….
… ça s’est passé le 10 mai 2007 au Brésil… ici

A Garabandal, l’enseignement de Notre Dame fut une véritable catéchèse. Comme dans tout livre de catéchisme, Elle est venue nous rappeler qu’il n’y a qu’une seule Voie pour se sauver, qu’une seule religion véritable, la religion catholique car bâtie sur le Christ qui est la Vérité. C’est ce que le catéchisme nous a appris alors que nous étions encore enfants et ce Catéchisme n’a pas changé. La Vérité est immuable. (voir le Catéchisme dans les liens colonne de gauche).
Les notes des évêques concernant les événements de ce petit village d’Espagne confirment d’ailleurs l’enseignement de Garabandal (le Message) comme respectant la doctrine de l’Eglise avec une exhortation à la prière, la pénitence, la pratique des Sacrements…. Garabandal, c’est le rappel du Ciel que « hors de l’Eglise, point de salut ». (position de l’Eglise
ici)

Aussi, ne nous laissons pas endormir par les informations et images trompeuses qui flattent nos espoirs mais qui sont contraires à l’enseignement de Notre Seigneur Jésus Christ.
La « liberté religieuse »  a été condamnée jusqu’au concile Vatican II.

Questions :
Pourquoi soudainement la Vérité aurait-elle changé ?..
Qui a intérêt à altérer la Vérité ?…

Puissent ces questions vous aider à mieux comprendre
pourquoi on entend si peu parler de Garabandal,
pourquoi évêques et prêtres sont si frileux voire réfractaires à Garabandal,
en particulier en France !….

Notre Dame, Mère de l’Eglise, Avocate et Protectrice de la Vérité,
priez pour nous !

 
*

Publié dans C- La Fin des Temps, G- Hors de l'Eglise, point de Salut ! | Pas de Commentaires »

– Garabandal et le III millénaire

Posté par sexto le 5 décembre 2010

Contrairement à ce que certains pourraient penser , l’Eglise catholique ( y compris Pie XII ) n’a jamais condamné le millénarisme authentique prêché par de nombreux saints et non des moindres , notamment Saint Irénée de Lyon .Elle ne pouvait d’ailleurs pas le condamner puisque le millénarisme a Yahweh pour Auteur . Le chanoine Crampon lui-même , commentant l’Apocalypse XX , écrivait en 1885 :  » Nous pensons que le millénium n’a pas encore fait son apparition «  .

Pendant les premiers siècles de l’Eglise cette attente du Règne glorieux et terrestre de Jésus-Christ était commune , nous pourrions dire populaire et traditionnelle . Mais des controverses s’engagèrent au profit d’une interprétation purement allégorique des Prophéties de l’Ancien Testament et de l’Apocalypse qui finit par réduire beaucoup cette attente du Règne ! Pourtant , les prophéties qui avaient annoncé le Messie souffrant s’étaient toutes accomplies littéralement lorsque le Christ vint habiter parmi nous . Pourquoi donc refuser ,après le 5ème siècle ,l’interprétation également littéraire de ces mêmes prophéties pour ce qui concernait cette fois le Messie glorieux et son Règne terrestre à venir ?

C’est pour tous les chrétiens une immense espérance et un grand soutien en ces temps où la tyrannie de Satan sur le monde , pourtant créé par Dieu , atteint son apogée ! La foi dans le Retour Glorieux de Dieu sur la terre et dans le temps de la création visible est en effet une grande grâce par l’espérance qu’elle contient . Tous les chrétiens devraient se nourrir de cette doctrine , dans la patience et la prière , afin d’éviter les nombreux pièges du démon en cette terrible fin des temps , et savoir qu’un monde merveilleux les attend si Dieu leur prête vie .

Aucune apparition n’est plus familiale et millénariste que Garabandal où la Très Sainte Vierge , sans aucunement se départir de sa dignité , se fait très proche de l’humain , ici , non seulement des petites voyantes, ,mais même du village entier , car toutes les maisons du village ont été visitées par Notre-Dame au cours des centaines d’Apparitions ! …Et cette multiplicité universelle est fort révélatrice , elle aussi .

Voilà encore des traits millénaristes : les humains recevront communément et universellement la Visite céleste ; tels les disciples d’Emmaüs , l’appareil n’en sera pas extraordinaire comme en notre Temps des Nations , et les Visites seront nombreuses ….

Ici , à Garabandal , cela revêt d’ailleurs une signification très spéciale . En effet , exception parmi les villages de montagne espagnols , Garabandal est structuré comme Jérusalem , c’est-à-dire que ses maisons sont serrées en direction de l’Eglise , telle  » une poule qui rassemble ses poussins sous ses ailes  » selon la tendre expression de Notre-Seigneur . Grarabandal , image de Jérusalem , elle-même image du monde renouvelé , et la Très Sainte Vierge visitant dans la joie toutes les maisons du village ; quelle merveilleuse prophétie du Règne millénaire , cette Jérusalem céleste descendant  » avec les hommes  » !…

Combien cela est vécu par Notre-Dame à Garabandal , c’Est-ce que le Père Eusébio dira , ému , à la fin de son beau volume : » Garabandal , c’est l’histoire la plus belle de l’humanité depuis les temps du Christ . Ce fût comme une seconde vie de la Vierge sur la terre , et il n’y a pas de paroles qui puisent l’en remercier  » .

A Garabandal , cette merveilleuse et familière Visite de la Vierge à la terre , qui continue si clairement Fatima , le message millénariste est donc éclatant par l’appareil extérieur de l’Apparition .

C’est en effet bien inutile de parler du paradis terrestre quand les quatre « ninas  » enfants candides et remplis de joie enfantine , semblent tellement le vivre avec la Très Sainte Vierge , en de multiples et merveilleuses apparitions :

 » Cette lumière ( la signification édénique du vocable du Carmel ) , nous dit l’abbé Combe , nous permet alors de comprendre quelle était la jubilation des petites voyantes devant l’Apparition . C’était une jubilation de l’œil , de la main , des lèvres , du visage , de tout le corps , qui était irradié et comme aspiré par en-Haut dans la contemplation d’une Beauté extasiante  » .

C’est l’Apparition de la joie simple , pure et humble , millénaire enfin , telle que la connaîtra généralement l’humanité après l’épreuve cosmique purificatrice tellement bien prophétisée par le miracle du soleil à Fatima …A Garabandal , le Ciel annonce enfin ce  » Surnaturel évident  » …

 » La Fin des Temps n’est pas la Fin du Monde «  a dit explicitement la Vierge à Conchita . Cette phrase ne peut qu’avoir un sens millénariste . En effet , si la Fin des Temps se présente aux humains comme la fin du Monde , mais que ce ne sera pas la vraie fin du Monde …. c’est qu’il s’agit de la Fin mystique engendrant le Règne millénaire ; il n’y a pas d’autre solution catholique possible .

Selon Isaïe , prophète millénariste ( chapitre LXV) :

 » Car voici que je crée de nouveaux cieux et une nouvelle terre ;

On ne se rappellera plus les choses passées,

et elles ne reviendront plus à l’esprit .

réjouissez-vous plutôt et soyez dans une éternelle allégresse à cause de ce que je vais créer :

car voici que je crée Jérusalem pour la joie,

et son peuple pour l’allégresse .

Et j’aurai de l’allégresse au sujet de Jérusalem ,

et de la joie au sujet de mon peuple .

Et l’on y entendra plus désormais

la voix des pleurs ni le cri de l’angoisse .

Il n’y aura plus là d’enfant né pour peu de jours ,

ni de vieillards qui n’accomplisse pas le nombre de ses jours ;

car ce sera mourir jeune que de mourir centenaire ,

et c’est à cent ans que la malédiction atteindra le pécheur car chacun mourra pour son iniquité .

Ils bâtiront des maisons et ils les habiteront ;

ils planteront des vignes et ils en mangeront le fruit .

Ils ne bâtiront pas pour qu’un autre habite ;

ils ne planteront pas pour qu’un autre mange ,

Car les jours de mon peuple égaleront ceux des arbres

et mes élus useront l’ouvrage de leurs mains.

Ils ne se fatigueront plus en vain ,

ils n’enfanteront pas pour une mort subite ;

car ils seront une race de bénis de Yahweh ,

et avec eux leurs rejetons .

Avant qu’ils appellent , Je répondrai ;

ils parleront encore , que je les exaucerai .

Le loup habitera avec l’agneau ;

la panthère reposera avec le chevreau ;

le veau , le lion et le bœuf gras vivront ensemble ,

et un jeune enfant les conduira .

La vache et l’ourse iront au même pâturage ,

leurs petits auront le même gîte ;

et le lion mangera du fourrage comme le bœuf .

Le nourrisson s’ébattra sur le trou de la vipère ,

et dans le repaire du basilic

l’enfant à peine sevré mettra sa main .

le serpent se nourrira de la poussière ;

On ne fera point de mal et on ne détruira plus

sur toute ma montagne sainte ;

car le pays sera rempli de la connaissance de Yahweh ,

comme le fond des mers par les eaux qui les couvrent . « 

 

 » Bientôt le règne millénaire «  de Louis de Boanergès , DFT 1993

*

L’Abbé Grumel aborde aussi ce sujet : ici

ainsi que l’Abbé Méramo :ici
sur le règne des Saints Coeurs de Jésus et de Marie (millénarisme)

***

Publié dans E- Garabandal, Terre Sainte... | Pas de Commentaires »

- Parution d’un livre… suite !

Posté par Pèlerin le 10 novembre 2010

 Après l’article sur la parution d’un livre ici , l’ouvrage vient de paraître.

Pour ceux qui souhaitent le commander / para pedirlo :

Libreria : Camilo Alonso Vega, 10.
39007 santander Cantabria Espana
tel 942 370001 / 942 23 13 82
www.edicionestantin@edicionestantin.com

Ci-après, extrait d’une interview de l’auteur, traduit de l’espagnol, et paru dans le journal El diario montanés.

***

L’histoire du livre « Le rire de la Vierge » (La risa de la Virgen) par Enrique Alvarez, commence à la fin des Apparitions de Garabandal, par la venue au village, d’une femme de bonne famille originaire de Santander, pour la guérison d’un proche atteint d’un cancer…..

Mélange d’histoire et de fiction, cette oeuvre n’a pas pour but d’aborder à proprement parler le sujet de la religion, mais plutôt de donner une certaine cohérence à l’histoire en se basant sur les faits réels de Garabandal.

A la question : « qu’est-ce qui vous a attiré à Garabandal ? », l’auteur répond :

- Beaucoup de choses. Au-delà de la beauté profonde et surprenante des extases et prodiges des petites -que je n’ai pu voir en personne mais que dont j’ai eu connaissance par des documents de fiabilité notoire (l’auteur a lu les ouvrages des prêtres de l’époque)-, le fait même que ces fillettes aient transmis des messages religieux, que la postérité a rendu hautement plausibles, au sujet du commencement de la « grande apostasie », de signe apocalyptique, que la chrétienté est en train de vivre à la suite du triomphe virtuel du modernisme théologique après le Concile Vatican II. Mais j’ai aussi été attiré par la péripétie de ces petites, leur terrible solitude après les Apparitions face à l’entourage féroce et incrédule de Santander en 1966.

Concernant l’évêché de Santander, il commente…

L’évêché au début des apparitions était trop bureaucratisé pour les comprendre. Durant la phase Puchol-Cirarda, le coup de vent post conciliaire l’a rendu par la suite impossible.

Del Val a fait le premier pas pour avancer les choses, mais ça ne s’est pas passé comme prévu, nous ne savons pas pourquoi, et le sujet s’est enlisé au Vatican. Pas facile pour les évêques suivants, même si nous pouvons espérer qu’ils commencent à mettre en valeur le caractère fécond et admirable de nombreuses conversions là-bas. Beaucoup disent que Garabandal est fini, mais nous autres croyons que, même sans le Miracle annoncé par Conchita, Garabandal chemine lentement vers une certaine reconnaissance, même si c’est par, ce qu’appelle René Laurentin, une « voie discrète ».

Il ajoute :

« Celui qui ne voit pas en Garabandal un chant sublime à l’Adoration, au sens du sacré, à la vie de l’ascèse et l’importance de la croix, ou bien il n’est pas catholique ou bien il est aveuglé par le bavardage du néo catholicisme post-conciliaire. »

A la question : « Attendez-vous un débat, une contreverse ? Ne craignez-vous pas de créer la polémique entre les milieux intégristes ou au contraire que l’on vous accuse de ressusciter un phénomène éteint ?

Il répond :

- Les polémiques ne sont bonnes que si elles servent à connaître, étudier, s’informer de certains fait. Mais je ne crois pas que ce roman génère la polémique parce que, si on le lit avec sérénité, chacun verra facilement que je ne maltraite personne ni aucune idéologie, aucun courant.

- Parution d'un livre... suite ! dans L- Livre : La risa de la Virgen 3257723

http://www.eldiariomontanes.es/v/20101110/cultura/literatura/garabandal-historia-realmente-hermosa-20101110.html

 

Publié dans L- Livre : La risa de la Virgen | Pas de Commentaires »

123
 

fleurdefoi |
Immortalisation |
L'EVANGELISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omsanslanguedebois
| WALKING WITH GOD'S MUSICIAN...
| MOUSTARCHIDINE